Archives de Tag: Armistice

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 24 décembre 1916

dsc00135

(JOUR 875 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un important dossier sur les Balkans et la guerre sur le front d’Orient. Sur la couverture, on voit une maison  d’habitation d’un Vénizéliste marquée par les Souverainistes dans cette lutte fratricide que se livrent le Nord et le Sud de la Grèce, appelée par l’histoire le Grand Schisme. On parle de 150 exactions à Athènes contre des « ennemis » du Roi.

C’est Monastir en Macédoine qui a surtout l’honneur des pages intérieures. Il s’agit de l’actuelle Bitola qui signifie la même chose en slave que Monastir en Grec: monastère. Les troupes françaises aidées par les éléments reconstitués de l’armée serbe ont repris la ville aux Bulgares, ville qui restera sur la ligne de front et sera donc continuellement bombardée au point d’être quasiment détruite jusqu’aux armistices en Orient, les 29 septembre 1918 (Bulgarie), 30 octobre (Turquie) et 03 novembre (Autriche-Hongrie).

dsc00136

Entrée des Serbes et de leurs chefs. A noter que les soldats serbes portent un équipement français.

dsc00137

Les prisonniers bulgares quittent Monastir où le Roi Alexandre de Serbie vient en visite officielle.

Non loin de là, la Roumanie en grande difficulté. Après les ressources stratégiques de ce pays que sont les puits de pétrole, c’est le sel gemme qui risque maintenant  de tomber aux mains des Austro-Hongrois. D’où cette double page sur les mines de ce produit important pour la confection d’explosifs:

dsc00142

Des carrières gigantesques.

En Italie, ce sont les troupes italiennes à l’attaque en Carnie, à la côte 307.

dsc00140

Des hommes lourdement équipés montent à l’assaut des sommets.

Double page centrale avec la chute d’un ballon d’observation allemand attaqué par un aéronef français. On voit les observateurs quitter rapidement les lieux en parachute puis le ballon enflammer tomber au sol.

dsc00138dsc00139

De nombreux changements chez les gouvernants de la guerre.
Tout d’abord, c’est l’Etat-Major français qui voit la nomination de Nivelle en remplacement de Joffre. Celle-ci se fera le lendemain de la parution du Miroir, le 25 décembre. Nivelle ne fera pas plus d’étincelles que Joffre et sera considéré comme le boucher du Chemin des Dames, en avril 1917, cause des mutineries suite à ces attaques inutiles et sanglantes.

dsc00141

Nouveau cabinet Briand à la tête de la France avec les nominations de Lyautey à la guerre, Herriot au ravitaillement et aux transports (avec l’aide de Calville) et Loucheur (aux armements).

dsc00143

Les « nouvelles  » têtes.

Même chose en Angleterre autour de Lloyd George:

dsc00144

Plus définitif en Autriche-Hongrie avec le décès de l’empereur  François-Joseph dont on voit ici les obsèques…

dsc00145

remplacé par son fils Charles 1er. Cela se passait toutefois fin novembre !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

CADEROUSSE: liesse populaire au pied du MUR de GRAMONT le 11 NOVEMBRE 1918 (peut-être!)

C’est ma grand-mère Philine qui a toujours raconté que la fin des hostilités, le 11 novembre 1918 avait amené un moment inoubliable de liesse et de communion patriotique à Caderousse. Bien que rien ne soit inscrit au dos de cette photographie montée en carte postale, il semblerait que la scène corresponde à ce qui s’est passé après que les cloches aient annoncé la fin d’un calvaire de 4 ans.

DSCN1779-2

Il semblerait que la scène se déroule au pied du mur de Gramont, où se tient le vide-grenier du mois de mai.
Première remarque, les drapeaux déployés au fond, vers le mur.

DSCN1891

On y voit un grand drapeau américain que des jeunes assis en haut du mur tiennent grand ouvert, un drapeau tricolore replié et devant un Union Jack. On est bien dans une célébration patriotique.

Les gens se sont endimanchés. Au premier plan, un orchestre important joue: saxo, clarinette, violon, trompette…

DSCN1895 DSCN1899

Le photographe doit être monté sur des tréteaux, une charrette ou s’est élevé sur la pente de la digue et l’on voit que plusieurs participants (un des 3 enfants du groupe à gauche de l’orchestre, un vieux avec béret et moustache) regardent dans sa direction.

Au milieu du cours, une farandole s’est improvisée et jeunes gens et jeunes filles y vont allègrement.

DSCN1779

De moins jeunes aussi…

Au centre (gauche) de la scène, un personnage typique:

DSCN1887

Le garde-champètre ou le facteur ? On le croirait sorti d’un film ancien. Peut-être un vétéran de 1870 ?

Une autre remarquable sur le public: pas de militaire et pas d’homme en âge de faire l’armée. On ne voit que des jeunes et des plus anciens. Ce qui accréditerait la thèse du 11 novembre 1918. Les vêtements des participants correspondent à une mi-saison douce.

Quant à ma grand-mère, elle était âgée de 14 ans le jour de l’Armistice. Peut-être est-ce l’une des jeunes filles emportée par la farandole ?

DSCN2649

Le même endroit, en 2015 !

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie