128 POILUS DE CADEROUSSE… 128 DESTINS: Louis Fernand RAYNAUD… le « bon » ce coup-ci.

Effectivement, un article sur le Poilu Louis Raynaud avait été écrit le 31 mai 2018. Sauf que ce n’était pas lui qui est inscrit sur le Monument aux Morts ! Il y a trois ans, un gros doute existait… Aujourd’hui, le vrai Poilu a été trouvé et voici sa fiche matricule allégée de Mémoire des Hommes.

Louis Fernand Raynaud est né à Chusclan le 07 novembre 1896. Il ne fut pas concerné par la mobilisation du 03 août 1914 mais rapidement rattrapé par l’Armée. On en reparlera plus bas.

Son père Simon était aussi originaire de ce village du Gard. D’une première union avec Amandine Monjaud, était née une fille Berthe. Amandine étant décédée, il épousa par la suite Marie Louise Imbert, une fille de Chusclan, de dix-sept ans plus jeune que lui. La famille s’agrandit d’une autre fille, Louise qui ne vécut pas longtemps puis de cinq garçons: Simon ou Edmond né en 1886, Roger en 1888, Louis et son jumeau Charles en 1896 et enfin Joseph en 1904.

Entre 1911 et 1916, la famille franchit le Rhône pour s’installer à Caderousse. Simon père, fermier, vivait au bon vouloir des propriétaires à qui il louait ses bras. Un temps sur une ferme proche du Rhône, à la Tourette, domaine aujourd’hui disparu sous le Centre Atomique de Marcoule, ses grands enfants l’aidaient une fois sortis de l’école. Simon fils, Roger, Louis et Charles devinrent ouvriers agricoles avant leurs services militaires.

Louis et Charles furent appelés en 1915 et rejoignirent tous les deux le 98ème Régiment d’Infanterie de Roanne. Fait bizarre ou erreur de transcription d’un secrétaire militaire, les jumeaux ne furent pas séparés jusqu’en août 1916: 98ème RI du 10 avril 1915 à la fin de cette même année… 16ème RI 9ème bataillon jusqu’en mai 1916 puis 415ème RI jusqu’au 18 août 1916 pour Charles, jusqu’à son décès le 12 septembre 1917 pour Louis. Vraiment étonnant !

C’est dans le secteur de Verdun que Louis Fernand fut grièvement blessé par un éclat d’obus dans le dos, le 10 septembre 1917. Transporté dans un hôpital militaire à Souilly, à une quinzaine de kilomètres au sud de Verdun, il décédait deux jours plus tard, le 12 septembre. On peut penser que la gravité de ses blessures l’aurait laissé lourdement handicapé s’il avait survécu.

Son jumeau Charles sortit sans blessure de la guerre mais garda toutefois des séquelles d’une maladie pulmonaire qui le mit sur le flanc de janvier à août 1918. Il décéda relativement jeune le 02 février 1939 en Avignon alors qu’il avait quitté le travail aux champs pour celui d’ouvrier à l’usine à gaz d’Orange.

Quant au 415ème RI de Marseille dans lequel servirent les jumeaux Raynaud, on parle toujours de lui, plus de cent ans après la fin de la guerre. En effet, Augustin Trébuchon, dernier tué français de la Grande Guerre, le 11 novembre 1918 à 10 heures 55, servait dans ses rangs !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

2020… décidément, une année à grêle…

Le 28 août, vers midi…

Court mais violent orage de grêle.

Poster un commentaire

Classé dans Evénements

O…RAGE… O…GRÊLONS

 

Quelques moments du coup de vent et des grêlons tombés le 10 juillet dernier.

 

Poster un commentaire

Classé dans Evénements

Pour garder votre maison, adoptez un MONSTRE VERT !

Pas de croquettes, pas de cacas, pas de bruits….

…juste un peu d’eau quand il pleut !

Toutefois, les innombrables chats de la voisine ne l’ont pas encore aperçu !

2 Commentaires

Classé dans humour, ORIGINAL!, Photographie

Une DAME BLANCHE s’est installée chez nous pour un soir !!!

Adeptes de sciences occultes, vous allez être déçus…. C’était seulement une toute petite araignée toute blanche…

…venue construire sa toile en quelques minutes entre le tilleul et le sol.

Une toile XXL vous pouvez me croire… aperçue un peu par hasard au détour d’un regard dans la lumière du projecteur du jardin ! Heureusement pour nous deux !

Un autre faisceau de lumière et un autre hasard m’ont permis de sortir cette autre photo…

Au matin, la toile et la dame blanche avaient disparu… L’appareil photo a la preuve que nous n’avions pas rêvé !

Poster un commentaire

Classé dans Photographie

L’ÉQUIPE DU MOTO-CLUB DE CADEROUSSE…

Une découverte dans un Dauphiné Libéré ancien qui dormait dans une pile à trier… depuis des lustres. En bas d’une page, pour combler un trou plus que pour annoncer une nouvelle, une photo finalement très intéressante d’un groupe de neuf motocyclistes au matériel disparate sous le titre « L’équipe du Moto-Club de Caderousse. » Il y avait donc un moto-club à Caderousse ! Etait-ce cette association qui organisait des rencontres de moto-ball du côté de Campblancard, dont je me souviens ?

La légende est la suivante:

Voici l’équipe du jeune Moto-Club de Caderousse qui s’est « taillé la part du lion » dimanche dernier aux championnats départementaux de motocyclisme, avec:

  • Alain Guérillas, premier de la catégorie cyclos,
  • Gérard Seguin, premier de la catégorie scooters,
  • Pierre Soumille, premier de la catégorie motos 125cm3.

Un joli tir groupé s’il en est !

Alain Guérillas était donc un cyclo motorisé avant de devenir un bareulaire progressant moins vite à la force des jarrets ! Si cet article lui parvient sous les yeux, Jean-Paul, je pense, s’en occupera, il pourra mettre un nom sur les visages des neuf champions motocyclistes immortalisés sur le Dauphiné du 12 octobre 1955 !

De gauche à droite….

Et les casques dans tout cela ???

Etait-ce au célèbre photo-reporter local Michel, coiffeur dans le civil, que l’on doit ce cliché ?

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Journaux, Photographie

DES NOUVELLES DE LA FAMILLE CYGNE…

… tout va bien et les petits ont bien grandi !

On peut enfin les compter et… ils sont au nombre de sept ! Belle famille !

En quelques jours, ils semblent avoir perd leurs duvets…

…et prennent les attitudes des adultes pour chercher la nourriture.

A noter que depuis les premières vues, le Mistral est toujours aussi violent !

Poster un commentaire

Classé dans Photographie

Le château de la Piboulette… sur carte postale ancienne.

On a déjà parlé du château de la Piboulette dans le passé, aujourd’hui ruiné par un incendie au début du XXIème siècle.

https://unmondedepapiers.com/2015/05/28/caderousse-le-chateau-de-la-piboulette-hier-et-aujourdhui/

Voici tel qu’il apparaissait au temps de sa splendeur avec ses innombrables cheminées, témoins peut-être d’une certaine humidité au milieu des bois et souvent visité par les crues du Rhône…

Les propriétaires posent dans l’escalier de la porte menant à l’étage… Prudence ! Prudence !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, CARTES POSTALES

MONSIEUR et MADAME CYGNE ONT (au moins) CINQ ENFANTS….

….les VOICI !!!

Bien à l’abri du mistral violent derrière leur mère (ou leur père, allez savoir…)

Certains petits filous prennent l’autobus pour se mettre au chaud…

Ça provoque quelques bousculades…

Moi aussi… moi aussi !

La vie calme est ordinaire d’une famille Cygne au printemps, confinée sur les canaux et lacs autour du canal du Rhône…

« Prenez vos vacances en France ! » qu’ils disaient…

 

Poster un commentaire

Classé dans Photographie

Lo papet e son ase… Caderousse 1908, sur le cours…

Une carte postale ancienne partie d’Orange en 1908. On y voit le cours Aristide Briand, à l’époque le cours du levant, vers la poste.

Le photographe n’est pas passé inaperçu. Il a attiré les hommes et les femmes au fond et une nuée de gamins au premier plan.

Y avait-il mon grand-père Gabriel, toujours attiré quand apparaissait un objection photographique ? Agé de sept ans à l’époque, il pourrait y avoir été mais la rue Pied Gaillard n’est tout de même pas à côté !

Mais le papé et son âne sont vraiment typiques.

Pour les profanes, il ne s’agit pas d’un âne de course mais la marque du photographe, pas le plus judicieusement placée !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Photographie