Archives de Tag: aviation

ll y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 15 octobre 1918

(JOUR 1535 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de J’ai vu, un montage du Kaiser montré les bras en l’air comme s’il se rendait. Tout le monde espère la fin de cette guerre. 1535 jours de guerre aujourd’hui !

D’ailleurs, on sent presque les prémisses des préoccupations du monde de demain, de celui de l’après-guerre, les transports et les déplacements des population.

J’ai vu imagine les transports aériens de demain…

…et les transports par le rail. L’Atlantique et le Transsibérien ! Pas loin de la réalité tout cela !

La une intérieure de J’ai vu montre des scaphandriers descendant réparer des fuites à un cuirassé endommagé.

Photo sous-marine ? dessin ? montage ? Bizarre cette vue !

Les cuirassiers français traversent ici la Suippe.

Les hommes sur des radeaux, des bacs (à traille ?) et les chevaux à la nage !

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er octobre 1918

(JOUR 1521 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, l’Alsace attend le retour de la France. On nous ressort une histoire rabâchée depuis presque 50 ans alors que l’Alsace attend bien autre chose: un statut particulier dans la France, puisque la défaite allemande se précise.

Sur la une intérieure, on voit l’aviateur Bonneton.

Avec son aéroplane, il a traversé de part en part un ballon d’observation allemand. Les restes de l’enveloppe de ce dernier sont visibles à gauche.

La défaite allemande qui se profile est synonyme de milliers de prisonniers de guerre…

… et de montagnes de ruines.

Les premiers parachutistes…

..avec leurs parachutes en soie… on l’a vu avec le parachute-jouet de Mme Devin, à Ancône, confectionné dans l’entre-deux-guerres.

Double page centrale pour célébrer les Sammies qui viennent de libérer Saint-Mihiel après quatre années d’occupation allemande.

Tout avait commencé en septembre 1914 et le martyre du 258ème RI d’Avignon et ses nombreux Caderoussiers qui y fut laminé lors de l’arrivée des Allemands. Quatre ans se sont écoulés.

Les troupes françaises suivent dans les fourgons de l’US Army et les curés profitent de l’occasion pour servir la messe de la délivrance !

Les Britanniques occupent le château de Coucy dans l’Aisne.

Le château a été occupé trois ans par les Allemands avant d’être miné et mis en ruines au moment du repli sur la ligne Hindenburg en 1917.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a presque 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 15 septembre 1918

(JOUR 1506 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le vainqueur Foch et le vaincu Hindenburg font la une symbolique de ce J’ai Vu. La victoire semble avoir choisi son camp.

Sur la une intérieure, un jeune soldat allemand tué au fond d’un trou. On nous dit que les Allemands ont appelé la classe 1920. Du côté français, on s’est arrêté à la classe 1919.

Des chasseurs alpins près de Reims…

…à la Croix Saint-Pierre…

…dans une forêt pour monter en ligne.

Une escadrille écossaise pose pour les objectifs.

Dix-huit appareils absolument semblables… armés d’une mitrailleuse à portée de main du pilote… qui doit toutefois se lever pour tirer.

Une page hommage aux Britanniques ayant enfoncé la ligne Hindenburg sur la Somme et dans le Nord.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 15 septembre 1918

(JOUR 1505 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Beaucoup de vues sur les troupes britanniques cette semaine dans le Miroir avec celle de la Ligne Hindenburg que les Canadiens viennent d’atteindre et de dépasser.

Etablie pendant l’hiver 1916-1917, les Allemands la présentaient comme inviolable. Leur retraite de l’automne 1918 a démontré le contraire.

Attaque des Britanniques dans le Nord, du côté d’Argentifères, Douai, Cambrai.

Du matériel allemand (pelles, fusils…) pris aux Allemands dans la Somme.

Ici, dans l’Aisne, une grosse pièce d’artillerie de marine, montée sur camion, a été repérée par un avion qui a guidé le tir français qui l’a détruite.

Par contre ce canon pris avec ses munitions par les Canadiens a été retourné contre les Allemands.

Avion allemand abattu par la DCA.

Par contre, l’As des As Fonck montre le blason de l’avion allemand qu’il vient d’abattre.

Feu d’artifice chez les Yankees qui sont maintenant plus de 500 000 à combattre sur le front occidental.

Destruction d’une ligne de chemin de fer et lancé de fusées éclairantes.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 1er septembre 1918

(JOUR 1491 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de ce numéro du Miroir, des prisonniers de guerre allemands boivent de l’eau dans un abreuvoir à bestiaux. Il faut dire que les offensives alliées ont fait 100 000 prisonniers en 40 jours. Il y en a partout…

…des prisonniers des britanniques…

…des prisonniers des Français, après la libération de Montdidier et Lassigny…

…des prisonniers des Canadiens à cheval, en haut, en bas, dans un villages, blessés canadiens et allemands attendent d’être évacués.

Revenons aux territoires libérés par l’offensive des Alliés.

En haut, Lassigny, en bas Plessis-de-Roye, villages voisins de l’Oise. Nous sommes au tout début des 100 jours qui aboutiront à l’Armistice du 11 novembre 1918.

Une vue de l’Hartmannswillerkopf, dans les Vosges.

Une montagne sans végétation, les arbres broyés comme les hommes. On nous dit que le sommet est enfin occupé par les Français… ce qui n’engage que son auteur !

Une cérémonie religieuse pour l’équipage d’un aéronef abattu lors d’un affrontement. Mais ici, l’un des pilotes n’est autre que le fils de l’ancien Président des Etats-Unis Theodore Roosevelt (1901-1909), Quentin Roosevelt, âgé de 21 ans. Theodore Roosevelt est le président à qui l’on doit Teddy Bear. Quentin a été tué dans la région de Reims, sur la Vesle.

Les Flandres sont toujours inondées…

…dans la région entre Ypres et Nieuport.

Retour à l’aviation avec cette nouvelle semi-militaire, semi-civile.

Quelques années avant Mermoz, Guillaumet ou Saint-Ex, on vient d’inventer l’aéropostale avec un premier vol entre Le Bourget et Saint-Nazaire.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le second numéro des CAHIERS d’ANCÔNE arrive….

une cahier 2

Vous avez été nombreux à acheter et à aimer le premier numéro des Cahiers d’Ancône, à l’automne 2017…

…voici que s’annonce le n°2 des Cahiers qui est attendu pour la rentrée 2018.

Après la soie pour le premier numéro, notre grand dossier sera la Grande Guerre à Ancône, présentation articulée autour des travaux des élèves de l’école élémentaire ayant écrit les biographies de Poilus du village Morts pour la France. On vous parlera aussi du Livre d’Or du Buffet de l’Aérodrome, ce restaurant qui offrit le couvert et quelquefois le gîte aux pilotes et aux rampants dans l’Entre-deux-guerres. Autre grand thème: l’ancienne base nautique de Rhodia-Plage, sur la Lône, ce bras-mort du fleuve qui voyait le Tout-Montélimar venir se rafraîchir et montrer ses muscles ou ses formes de mai à septembre. La Neige de 70, les plus jeunes n’en ont bien souvent jamais entendu parler… une lacune sera comblée grâce aux témoignages des acteurs de cet épisode climatique exceptionnel qui transforma la plaine d’Ancône en petite Sibérie ! Bien d’autres sujets encore vous attendent dans les 44 pages de ce second tome du Livre d’Ancône !

Dès maintenant, retenez ce numéro 2 des Cahiers… en imprimant ce coupon ou en le recopiant sur papier libre et en le revoyant à

  • Claude Froment 5 rue Delpech 26200 ANCôNE
  • ou Georges Ruiz 8 rue Georges Brassens 26200 ANCôNE.

Les Cahiers d’Ancône sont au prix de 6 euros jusqu’au 14 septembre. Après ce sera 7 euros !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 18 août 1918

(JOUR 1477 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un soldat britannique marchande pour le prix d’un chou qu’il juge trop élevé. A-t-on le droit de douter de la véracité de cette scène ?

l’attaque allemande de juillet 18 puis la contrattaque français ont provoqué beaucoup de destructions.

A Fère-en-Tardenois (Aisne) non loin de Château-Thierry.

A Soissons une nouvelle fois dévastée.

On a beau être la vitrine de la modernité et du progrès, le pays de l’automobile et des camions…

…mais cette grosse pièce d’artillerie américaine, un canon de 190, est tractée par des hommes sur cette voie ferrée à l’arrière du front !

Deux épisodes d’avant-après.

A gauche, un village (forcément français mais occupé par les Allemands) avant la préparation d’artillerie britannique et à droite, le même lieu quelques heures après ! Sans commentaire supplémentaire !

Un ballon d’observation allemand attaqué par la DCA française et les nombreuses explosions à vide et…

…le même ballon après la touche qui l’abattit. Les observateurs ont sauté en parachute et le ballon captif s’abat au sol.

A l’arrière du front, un village visé par l’artillerie allemande.

Les troupes de réserve s’empressent d’aller rejoindre les abris. Petite interrogation: bombardement allemand mais pas de fumée, pas de poussière ? Bizarre !

La guerre continue en Palestine avec ce mur de sable de protection défendu par des Tommies.

On sait qu’à l’intérieur de ce corps expéditionnaire allié se trouvait quelques unités françaises puisqu’un Caderoussien mourut là-bas en 1918.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues