Archives de Tag: 1938

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du mardi 19 juillet.

Le maillot jaune est sur les épaules du Belge Vervaecke, au regard déterminé. Il va défendre son paletot dans les Alpes qui se rapprochent.

Seconde journée de repos du Tour. Après Royan, Luchon… une autre ville d’eaux.

Des coureurs ont troqué leurs vélos pour une autre monture, des ânes.

La seconde étape pyrénéenne emmenait les coureurs de Luchon à Perpignan. C’est le Tricolore Fréchaut qui l’a emporté en Catalogne.

Dans le col du Portet d’Aspet, Bartali est passé en tête et a gagné une bonification de 1’25 ». Il se rapproche de Vervaecke au général.

Bartali au col du Portet d’Aspet au milieu d’une foule considérable.

Un grand champion est né, Gino Bartali auquel Le Miroir des Sports consacre une double page centrale avec ce poster.

Le Tour va suivre les gorges de l’Aude pour descendre des Pyrénées vers Quillan. Ce qui donne lieu à cette photo grandiose…

…d’un peloton emmené par Sylvère Maes qui s’est mis au service de Vervaecke.

Le lendemain, au départ de Perpignan, le Tour va rejoindre Montpellier. Trois secteurs ont été programmés pour muscler la course entre ses deux villes avec des haltes à Narbonne et Béziers.

Perpignan-Narbonne en ligne. Victoire du Belge Van Schendel.
Narbonne-Béziers va se courir en contre-la-montre individuel de 27 kilomètres. En remportant cette étape, Vervaecke va en profiter pour reprendre du temps à Bartali et annuler le rapproché d’hier de l’Italien.

Béziers-Montpellier en ligne va voir la résurrection du grand champion Antonin Magne, à la dérive dans les Pyrénées.

Entre deux étapes, les coursiers donnent n coup d’oeil au Miroir des Sports de samedi dernier avec Bartali dans le Tourmalet.

Une quatrième de couverture avec quelques acteurs de la traversée pyrénéenne.

En haut, Vissers qui a perdu du temps dans l’Aubisque à cause d’une crevaison.
Au-dessous, Jean-Marie Goasmar se rafraîchi après avoir bien franchi les Pyrénées, Victor Cosson a bien grimpé également tour comme le Belge Disseaux, enfin Magne qui s’est refait sur le plat la santé perdue dans les montagnes.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE PETIT DAUPHINOIS du mardi 19 juillet.

Plutôt la page du Petit Dauphinois traitant de l’arrivée des coureurs au Stade-Vélodrome de Marseille à une époque où le Vélodrome recevait des réunions cyclistes. C’est Bartali qui l’emporte au sprint. Le vainqueur du Tourmalet sait aussi aller vite sur la piste. Une autre époque. Avec cette victoire, Gino se rapproche de Vervaecke au classement général en reprenant une minute de bonification.2’45 » séparent encore le Belge de l’Italien.

Au départ de Perpignan, Vervaecke se rappelle qu’il est dans un pays de vignes. Il avale goulument une belle grappe sous l’oeil de Georges Briquet.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du samedi 16 juillet.

C’est la grande étape des Pyrénées, de Pau à Luchon cette année, avec Aubisque, Tourmalet, Aspin et Peyresourde. Les Géants des Pyrénées et au milieu d’eux, le Roi de la Montagne, Gino Bartali. Ici au sommet du Tourmalet, seul.

Pour éviter que la course ne soit faussée, on a préparé des calicots…

…accrochés sur les voitures suiveuses.

Bartali va partir dès l’Aubisque pour passe en tête ce col puis le Tourmalet et Aspin. Ici,…

…les poursuivants Gianello, Vissers et Berrendero essaient de limiter les dégâts en traversant Gourette.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes sur ce document…

…chiffrant les passages aux sommets. Bartali est derrière à Peyresourde car il a été retardé à la fin de la descente d’aspen par un accident au cours duquel ils heurté une borne à la sortie d’un virage, sans mal pour lui mais pas pour sa roue avant. Esseulé à l’avant de la course, il devra attendre un long moment avant d’être dépanné, laissant s’envoler les Belges Vervaecke et Vissers.

Le Tourmalet, la photo classique que tout photo-reporter souhaite croquer.

Vissero, Bartali, Gianello et Vervaecke après Barèges.

Un peu plus haut, toujours dans le Tourmalet…

…encore plus haut…

…Bartali n’est plus accompagné que par Vervaecke qui s’accroche.
Bilan de la journée avec toutes ses péripéties:

Les Belges Vaevercke et Vissers raflent la mise à Luchon et le premier nommé prend le maillot jaune à Leducq à la dérive. Mais Bartali este en embuscade. Comme on le constate, des bonifications sont octroyées à chaque col (1 minute) plus les secondes d’écart entre le premier et son second ce qui fait que Bartali avec ses trois cols victorieux bénéficie de beaucoup de bonifications.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du jeudi 14 juillet.

La ligne vient d’être franchie à Bayonne. Les échappés récupèrent: Leducq en buvant un Perrier, Lesueur en se grattant la tête. C’est l’Italien Rossi qui l’a emporté, membre de cette échappée à six qui se disputa la victoire à Bayonne et dont faisait aussi partie les autres Italiens Servadei et Martano et l’Allemand Wenger. On sait maintenant comment André Leducq a récupéré le maillot jaune de Majérus.

Un autre français a connu bien des désillusions: Sylvain Marcaillou…

…victime d’une chute dans un virage vers Saint-Georges-de-Didonne et qui s’est ouvert le cuir chevelu. Comme Paul Maye en début du Tour, il devra abandonner le lendemain, le poignet brisé.

Cette étape Bordeaux-Bayonne avait été scindée en deux 1/2 étapes avec une halte à Arcachon. Voici le peloton sur le vélodrome de cette ville.

 

C’est Jules Rossi qui a remporté cettepremière demi-étape, étape de la chaleur comme en attestent ces coureurs s’arrêtant pour se désaltérer dans des seaux posés en bordure de la route du Tour.

C’est aussi l’étape des Landes ce qui permet aux photo-reporters de prendre la traditionnelle vue du peloton au milieu des pins de la forêt landaise.

Par contre les échappés ne musardent pas en route, sous la conduite d’André Leducq qui sait très bien ce qu’il souhaite conquérir…

… en cours de route comme à l’entrée sur le vélodrome de Bayonne.

 Les classements de ces journées. Ceux de l’étape Bordeaux-Arcachon-Bayonne.

Victoire de l’Italien Servadei à Bayonne devant Rossi, Wenger, Lesueur, Leducq et Martano.

L’étape Bayonne-Pau le lendemain,

Victoire de Middelkamp à Pau tandis qu’André Leducq conserve son maillot jaune malgré une crevaison à vingt kilomètres de Pau.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE PETIT PROVENÇAL du mercredi 13 juillet.

Le Tour ne fait pas la une du Petit Provençal en cette veille de Fête Nationale. Ni la Fête Nationale d’ailleurs. Non, le plus gros titre est pour Howard Hugues, ce aviateur, homme d’affaire, producteur et réalisateur de cinéma qui lors du tour du monde aérien  qu’il est en train de réaliser, vient de faire escale à Paris.

Le Tour, c’est pour tout en bas de la première page,…

…avec la victoire de Middelkamp à Pau à l’issue des 115km de l’étape Bayonne-Pau. Les quotidiens sont en avance sur les hebdomadaires !

En bas également, un titre relatif à la guerre civile espagnole.

Républicains et Nationalistes discutent pour essayer de s’entendre sur le retrait des troupes étrangères.

Pendant ce temps, les combats continuent. L’aviation nationaliste continue de bombarder Valence tandis que des combats au sol se déroulent dans la Vall de Uxo  (La Vall del’Uixo) assortis de bombardements aériens. On sait que ces bombardements sont l’oeuvre des Italiens et Allemands.

Retour au Tour de France en page sportive…

Leducq dont on apprend qu’il a dépouillé Majérus de son maillot jaune, le conserve à Pau avant la grande étape des Pyrénées mais avec seulement 13 secondes d’avance sur Wenger et 48 sur ce fameux Majérus.

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du mardi 12 juillet.

A la une , le Tour repart après un jour de repos à Royan (y a pire !). Goasmat (à gauche) et Magne (à droite) semblent détendus avant le rallye qui va les amener jusqu’à Bordeaux.

Après le pont de Dinan sur la Rance…

…celui de La Roche-Bernard sur la Vilaine, lors de l’étape Saint-Brieuc-Nantes.

Lors de la même étape, la traversée de la ville de Luçon. Au fond la cathédrale Notre-Dame.

Entre Nantes et Royan, trois étapes en une seule journée avec des arrivées à La Roche-sur-Yon et La Rochelle. Meulenberg l’emporte deux fois, dans les deux villes citées ci-dessus.

Une étape marquée par des crevaisons à gogo…

Jaminet, Egli, Lusueur, Vicini et Trogi ont connu les « joies » des réparations au bord de la route. Quant à Laurent, c’est celles de la gamelle !

Entre deux tiers d’étape, les hommes du peloton font reposer leurs jambes…

…en même temps que les ventres se remplissent.

Les divers résultats de ces tiers d’étape, chaque arrivée donnant droit à des bonifications, tandis que Majérus est toujours en jaune, le soir à Royan.

Une page et trois photos pour nous montrer tout l’art du franchissement d’un passage à niveau…

…quand les barrières sont fermées. Pour le garde-barrière comme pour les spectateurs comme cette dame et son enfant dans les bras, une seule solution, s’écarter pour laisser passer la marée !

Repos à Royan ! Des images traditionnels de cyclistes détendus.

Speicher et son épouse posent sur la plage…

…les Italiens s’initient au char à voile.

Le lendemain, avant le départ pour Bordeaux, l’ambiance est bonne…

…et les sourires sur les lèvres !

Comme à La Roche-sur-Yon et La Rochelle, c’est Meulenberg qui l’emporte sur la piste du vélodrome de Bordeaux…

…de justesse devant Servadei, Biné et Fréchaut.

Au bord d’une route, une vue insolite.

Ce sont des galettes de tourbe qui sèchent au soleil de l’été, du côté du marais de Brière où les paludiers officient. Nous sommes ici en Vendée. Cousin du charbon, la tourbe, un fois séchée est le combustible du pauvre. L’exploitation de ces tourbières a été un désastre écologique avec la disparition de nombreuses zones humides !

Retour sur la journée de repos de Royan.

On fait le point sur les potentiels vainqueurs du Tour. En haut, le Belge Vervaeke, à gauche, Sylvère Maës, l’autre grand Belge. Dans son lit Antonin Magne et entre amis, Gino Bartali, la star montante italienne.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du samedi 9 juillet.

A la une de ce second numéro spécial Tour du Miroir des Sports, deux des favoris, le Français Speicher à gauche et l’Italien Bartali à droite. Ils roulent de concert vers Nantes, terme de la troisième étape Saint-Brieuc-Nantes.

Retour sur la victoire d’Oberbeck à Caen.

Coup de chance du photographe ! A droite, le vainqueur de l’étape de la veille et à gauche, celui qui va l’emporter au soir de la seconde étape, à Saint-Brieuc, le Luxembourgeois Majérus.

Lors de cette seconde étape Caen-Saint-Brieuc, le peloton traverse Viré.

Un peu plus tard, c’est le ravitaillement d’Avancées, devant le Syndicat d’initiative.

Personne ne se doute que les méandres de l’Histoire rendront cette ville mondialement célèbre dans quelques années.

Le classement de la seconde étape Caen-Saint-Brieuc, la victoire de Majérus…

…et le maillot jeune sur les épaules de ce même Majérus.

La victoire de Majérus s’est jouée pour quelques centimètres…

…sur le vélodrome de Saint-Brieuc, où Goasmat a été repris de justesse.

Toujours lors de cette seconde étape, une vue très célèbre du Tour de France que cette traversée de la Rance sur le viaduc de Dinan.

La ville domine le fleuve de plus de 75 mètres ce qui explique cette imposante construction.

Autre vue, plus proche du but…

M. le Curé et ses paroissiens applaudissent les forçats de la route dans la côte d’Iffignac que rendra célèbre trente ans plus tard, Bernard Hinault, originaire de ce coin.

Troisième étape Saint-Brieuc-Nantes traitée plus superficiellement par le Miroir des Sports pour cause de bouclage de l’hebdomadaire.

Une vue du peloton trop calme en début d’étape.

Les classements de cette troisième étape:

Sculpte remporte l’étape à Nantes et Majérus conserve son maillot jaune.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues