Archives mensuelles : septembre 2018

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Albert SOUMILLE.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-douzième Poilu: Albert Julien SOUMILLE.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Où le parcours d’Albert Soumille côtoie ceux de Paul Redon, Raphaël Ouvier et Florestan Martin qu’on a racontés il y a quelque temps ! Nous allons voir comment dans cette biographie.

Comme ses huit frères et soeurs, Albert est né à Orange dans la ferme familiale de Bois Feuillet, quartier situé au sud de la ville, non loin du Grès. Il est le huitième enfant de cette fratrie, né le 21 septembre 1891. Joseph, son père, né en 1851 était originaire de Courthézon mais vivait déjà avec ses parents dans la Cité des Princes quand il a rencontré Caroline Antoinette Ayme et qu’ils se sont mariés le 10 novembre 1875. Le premier enfant arrivera rapidement, Marius Louis, né en 1876. Il semble que les neuf enfants Soumille nés de 1876 à 1893 aient tous vécu jusqu’à l’âge adulte. Cette fratrie comptera donc quatre garçons et cinq filles, du moins dans un premier temps. Epuisée par toutes ces grossesses, Caroline décède prématurément le 25 juin 1894 à l’âge de trente-sept ans.

Un peu moins de deux ans après la disparition de cette dernière, Joseph prend en secondes noces Marie Louise Marquion, le 18 mars 1896. Il s’agit-là d’une Caderoussienne de trente-deux ans, elle-même veuve d’Achille Léon Redon et mère de deux enfants, Louis et Paul âgés de respectivement de dix et trois ans en 1896. Paul Claudius Redon ! On a déjà  écrit la biographie de sa courte vie puisqu’il décéda le 25 septembre 1915, dans les tranchées de Neuville-Saint-Vaast et que son nom est inscrit sur la troisième face du monument aux morts de Caderousse. Voici donc Albert Soumille et Paul Redon rassemblés sous le même toit, deux hommes presque de la même classe, morts pour la France tous les deux.

Neuf Soumille + deux Redon = onze enfants, du moins en théorie car l’on voit ci-dessus sur un extrait du recensement de 1896 de Caderousse que Rose née en 1881, Albert et Louise Raphaëlle la benjamine née en 1893 manquent à l’appel et sont placés chez d’autres membres de la famille. Joseph, Marie Louise et les enfants habitent aux Islons, à l’ouest du centre-bourg.

De cette seconde union vont naître trois nouveaux enfants Soumille, Marcel en 1897, Joseph Paul en 1898 et Gabriel Hippolyte en 1901… des demi-frères pour Albert… ce qui porte à douze le nombre d’individus composant cette fratrie et à quatorze le nombre d’enfants réunis autour de la table quand l’occasion se produira…si tant est qu’un jour elle se soit produite ?

Le 10 octobre 1912, Albert est incorporé au 99ème Régiment d’Infanterie de Vienne en Isère. Il fait partie de ces hommes qui étaient sous les drapeaux quand la guerre éclata et qui se retrouvèrent bien vite en face des fantassins et artilleurs allemands. Pour le 99ème R.I., leur baptême du feu se produit le 15 août 1914 à 17h.30 précisément du côté de Lusse et de Lesseux, au nord des Vosges et à l’est de Saint-Dié.

Comme plus au nord, du côté de Lagarde et de Dieuze, les Allemands vont laisser les troupes françaises avancer imprudemment en Lorraine allemande pour mieux les décimer sur des contrattaques fulgurantes. Les 99ème, 75ème, 30ème R.I. et 62ème Chasseurs vont atteindre Sainte-Marie-aux-Mines, Saulxures, Cobroy, Blancherup… en Alsace allemande depuis quarante-quatre ans.  Le repli commence alors à partir du 23 août et se transforme parfois presqu’en débandade. Le 27 août 1914, les Français se sont repliés jusqu’à Saint-Dié et c’est la date qu’a retenue l’Armée pour fixer le jour du décès d’Albert Soumille. Dans un premier temps, elle avait pensé que cette disparition avait eu lieu entre août et septembre 1914. Le 27 août 1914, Albert était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Albert Julien Soumille de Mémoire des Hommes.

Et Marius Ouvier ? Florentin Martin ? Comment ont-ils côtoyé Albert Soumille ?

Pour Marius Ouvier, il était tout simplement devenu le beau-frère d’Albert en épousant sa petite soeur Louise Raphaëlle le 19 juillet 1911. Quant à Florestan Martin, il était de son côté domestique dans l’exploitation de Joseph Soumille en 1901, comme l’atteste la page du recensement de 1901.

Albert Julien Soumille matricule 806 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon,pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Albert n’ayant pas laissé de descendance, il n’en est certainement pas de même pour ses nombreux frères, soeurs, demi-frères et beaux-frères Redon. Si un descendant  reconnaît en Lucien ce lointain grand-oncle ou arrière-grand-oncle, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… François Claude Tardivier.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 29 septembre 1918

(JOUR 1519 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un soldat des renseignements américains interroge des soldats allemands prisonniers.

Ces autres prisonniers allemands sont de corvée de moisson. Ils ne sont guère dépaysés puisque, comme les gars d’en face, ils viennent eux aussi du monde paysan.

L’armée américaine intervient maintenant en masse sur le front occidental.

Les deux photos de gauche sont celles de Sammies sur la colline de Montsec.

A droite, à l’arrière et dans un abri réservé à une ambulance.

Nouvelle vue des Britanniques ayant atteint la ligne Hindenburg.

Une photo de Saint-Mihiel en ruines faisant partie d’une collection de négatifs trouvés sur un prisonnier allemand.

Clémence en visite dans une ville française reprise et détruite.

Le chars pour terminer.

Des chars américains à l’attaque nous dit-on… Plutôt lors de manoeuvres !

Enfin une dernière vue qui mêle modernisme et tradition.

Le char d’assaut, engin de guerre super-moderne communique avec l’arrière par des pigeons voyageurs. Un oiseau s’apprête à quitter le char pour se porter un message.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

JEU: une VISITE LUDIQUE du CENTRE ANCIEN de MONTPELLIER

Nous sommes devenus Chasseurs de Trésors dans le centre historique samedi dernier. Pas réellement de trésors mais plutôt d’indices sur des monuments historiques du centre ancien, de la fontaine de la Comédie au Peyrou et aux Arceaux… et retour.

Un coffret à acheter à l’Office du Tourisme…, un coffret rempli de livrets et d’objets dont l’utilité apparaîtra à mesure de l’avancée de l’enquête comme ce stylo « déroulable » un peu particulier.

Deux circuits sont proposés aux visiteurs-joueurs. Nous avons choisi « Mamie j’ai raté le futur » à la recherche du « bon » fantôme à travers d’illustres Montpelliérains de naissance ou d’adoption…

…autant Nostradamus qui y fit ses études comme François Rabelais, que Jacques Coeur, Saint-Roch ou François Lapeyronie qui y naquirent sans oublier, plus près de nous, Jean Moulin qui y séjourna et se fit tirer le portrait pour une photo historique, Juliette Gréco et même le facétieux Rémy Gaillard.

Une histoire tarabiscotée prétexte à une balade ludique, sans souci de performance chronométrée !

Pour la petite histoire, nous n’avons pas trouvé la bonne réponse… une histoire de couleurs !

La même société propose des balades ludiques ailleurs en Occitanie, à Montpellier même pour un parcours plus corsé dans le centre ancien, à Carcassonne dans la Cité, à Narbonne, Gruissan, Collioure, Bize Minervois et… Martigues…

D’accord, la dernière n’est pas en Occitanie !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

RÉPONSE à ERIC !

D’un côté, une librairie alternative « Fiers de Lettres » située dans le centre ancien Montpellier.

De l’autre, la tournée des plateaux des télévisions et des radios de Zemmour, ce polémiste fait par le service public qui lui a longtemps offert une tribune à partir de laquelle son discours s’est peu à peu radicalisé au point d’être aujourd’hui très proche de celui que tenaient le hommes de la Collaboration, le PPF et autres nazillons de l’époque.

Face à tant de haine, la réponse pleine d’humour  de la vitrine de cette librairie montpelliéraine est un joli bol d’air frais, un sourire et une main tendue… aux autres après ces quelques jours d’un déferlement médiatique…. en attendant les prochaines horreurs que le polémiste ne manquera pas de sortir à nouveau…

 

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Maurice SIBOUR.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-onzième Poilu: Maurice Joseph Martin SIBOUR.

Voilà donc un nouveau Poilu né à Caderousse et dont le nom a été oublié sur le monument aux morts ! Assez logiquement s’il en est, puisque Maurice et ses parents semblent avoir quitté le village assez rapidement après la naissance de leur premier enfant, Maurice. Reprenons par le début !

Les Sibour sont originaires de Caderousse, Joseph Cyprien, le père du Poilu, y étant né le 10 septembre 1847. Il exerce le métier de perruquier mais aussi de fermier. A son retour de son service militaire, il se marie avec Marie Antoinette Hubert d’Orange le 6 août 1873. Cette dernière décède treize mois plus tard.

Quelques mois après, il épouse en secondes noces Emilie Praxède Marquier le 26 mai 1875, native de Violès mais résidant à Camaret. Le mariage est enregistré dans ce village mais le couple vient vivre à Caderousse, dans la Grande Rue, quartier de l’Escurier. Un an exactement après naît Maurice, le 10 mai 1876.

La famille apparaît dans le recensement de 1876, Maurice étant alors âgé d’un mois et se prénommant Marius pour l’agent recenseur. C’est la seule fois où les Sibour apparaîtront dans les listes nominatives de la commune. Où sont -ils allés ? Pas à Camaret pays d’origine de la mère du Poilu.

On retrouve les Sibour dans la Drôme au moment du service militaire de Maurice, à Bourg-de-Péage, dans l’agglomération romanaise, sur la rive gauche de l’Isère. A partir de ce moment, la vie de Maurice va être bien remplie.

Employé de commerce à Bourg-de-Péage, il devance dans un premier temps l’appel  en signant un engagement de trois ans en mairie de Romans. Le voilà donc soldat quelques jours après son dix-huitième anniversaire ! Le 21 mai 1894, il rejoint le 15ème régiment d’infanterie de Castelnaudary. Il le quittera en 1897 avec le grade de sergent.

Rendu à la vie civile, Maurice est alors embauché aux tramways de Marseille, ville dans laquelle il réside, 10 rue Labry, dans le quartier de la Belle de Mai. Mais la vie militaire lui manque et quelques mois plus tard, il signe un nouvel engagement de trois ans, ce coup-ci dans les troupes d’infanterie de marine, les Marsouins, cantonnés à Toulon. Il rejoint le 4ème RIMa le 22 novembre 1898. Cette seconde période militaire va lui faire connaître du pays. En effet, du 03 février 1899 au 21 octobre 1901, il va partir au Tonkin, en Indochine colonisée, où une présence militaire française est indispensable.

Il quitte donc définitivement l’armée fin 1901, du moins le croyait-il et réside toujours à Marseille. Il va s’y marier le 11 novembre 1912. L’heureuse élue est Hortense Marie Cauvin. Il habite alors rue François Brion, non loin de la Bonne Mère. Il s’est même lancé dans des affaires commerciales sans succès puisque son entreprise a été déclarée en faillite par le Tribunal.

C’est alors qu’éclate la Grande Guerre et qu’il doit reprendre du service. C’est alors un « vieux » soldat qui va sur sa quarantaine ! Il est versé dans un régiment territorial, le 110 ème R.I T. avec le grade de caporal. C’est le régiment de Romans puisque c’est là qu’il avait été recensé, vingt ans auparavant. Deux mois à Briançon pour garder la frontière , l’Italie étant proche des Empires centraux en début de conflit puis le front du nord-est de la France pour creuser des tranchées. Était le lot des unités territoriales de soutenir les troupes plus jeunes dans des tâches secondaires.

Le 27 avril 1915, Maurice Sibour rejoint le 275ème Régiment d’Infanterie. Il est alors beaucoup plus exposé et est blessé le 03 septembre suivant. Après deux mois d’hôpital et quelques mois en caserne, il retrouve le front en septembre 1916.

Le 20 décembre 1917, il retrouve la Territoriale au 34ème Régiment d’Infanterie. Mal en point, Maurice devra être évacué  des premières lignes le 25 janvier 1918 et va être hospitalisé à Limoges, sa santé mentale étant atteinte. Le 16 août 1918, la Commission de Réforme Spéciale de Limoges lui rend sa liberté. C’est par pour autant qu’il retourne à Marseille. Le 1er octobre 1918, Maurice Sibour décède à l’asile d’aliénés de Limoges. Il avait 42 ans et 5 mois. Comme de nombreux Poilus, son esprit n’avait pas résisté aux horreurs qu’il avait pu voir et au stress qu’il avait connu sur le front. Il faisait partie des blessés psychiques de la guerre mais lui n’y a pas survécu.

Fiche matricule de Maurice Joseph Martin Sibour de Mémoire des Hommes.

Maurice Joseph Martin Sibour matricule 1132 de la classe 1896, bureau de recrutement de Romans-sur-Isère, Drôme, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Maurice a-t-il eu une descendance ? Actuellement, ce patronyme est toujours porté en Vaucluse.  Si une personne reconnaît en Maurice un lointain ascendant, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… Albert Soumille.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

Chorégies d’Orange: Philippe Gromelle, photographe et peintre des émotions humaines

Il a fait du chemin Philippe, depuis l’époque où il organisait des expositions souvenir du temps jadis pour la Saint-Michel de Caderousse… Photographe officiel des Chorégies et de tous les grands noms du monde lyrique à Orange. Bravo pour ce parcours que retrace cet article remarquable !
MG

RECONDITE ARMONIE

« L »œil écoute »(Paul Claudel)

IMG_8797 (2)J’ai découvert l’art photographique de Philippe Gromelle à l’occasion de la production du Bal Masqué aux Chorégies d’Orange en août 2013. Depuis 40 ans, il promène son objectif sur la scène et les coulisses des Chorégies non en photographe mais en véritable peintre des émotions scéniques. Apprenti en photographie dès l’adolescence, il a découvert l’opéra et la musique dans l’antre étonnante d’une boutique d’antiquités tenue par un érudit à la fois pianiste, peintre, conteur, acteur.  Le don de ce dernier pour traduire sa passion pour l’art par les mots, pour la faire partager, a laissé une empreinte indélébile dans l’esprit du jeune adolescent de 16 ans. A ce moment là, l’idée de faire de la photo graphie d’art n’avait pas encore germé et ce n’est que lors de sa venue à Orange, par les hasards de la vie, que le jeune photographe a été mis…

Voir l’article original 1 258 mots de plus

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Quand la France était aussi couverte de CAMPS…

…et Loriol en Drôme rend hommage à l’un d’eux, le Camp de Travailleurs Etrangers de leur commune.

Sous le titre:

CAMP D’INTERNEMENT DE LORIOL

(septembre 1939-mars 1941)

Voici le texte:

Ici, dans une ancienne usine de produits chimiques a été installé un camp d’internement où ont été emprisonnés quelques 500 étrangers, des « indésirables » antifascistes, juifs et 26 Drômois, syndicalistes, communistes, anarchistes. Certains ont été déportés, quelques-uns ont péri dans les camps d’extermination nazis. Nombre d’entre eux ont participé à la Résistance française.

Tout est dit dans le texte. Des camps semblables étaient implantés à Montélimar, à Crest. L’usine a été rasée il y a une quinzaine d’année, il en restait un hangar situé de l’autre côté de la déviation de Loriol qui est venu s’installer là, bien après le camp de Travailleurs Etrangers. Les étrangers, toujours la faute des étrangers quand on a des problèmes…

Poster un commentaire

Classé dans Mémorial