Archives de Tag: 1858

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 8/15 lettre du 8 février 1858

Une autre lettre amusante, la réponse faite par Général commandant l’Armée d’Afrique à une proposition d’Alexandre Dumon. Ce général et Alexandre s’étaient rencontrés chez Monsieur Laurent et c’est là que l’ancien vice-consul de France à Trinidad avait fait la promesse d’envoyer quelques truffes à son interlocuteur, militaire en Algérie.

Le 8 février 1858, le général de division Pierre Hippolyte Publius Renault, alors exerçant la fonction de gouverneur général en Algérie, accepte bien volontiers les quelques truffes mais à la condition que vous vous maintiendrez dans des limites modestes. Ici comme à Paris, précise-t-il, les gourmets ont en haute estime de ce précieux tubercule qu’ils dégusteront avec grand plaisir. 

Puis il donne quelques précisons en ce qui concerne les transports du courrier par la poste et donc des colis à destination des militaires en fonction au Maghreb, les courriers partant de Marseille le mardi, jeudi et samedi de chaque semaine.

A cette époque, Alexandre Dumon vit à Agen, cours Saint-Antoine, capitale du pruneau mais le Périgord et ses truffes noires ne sont pas si éloignés que cela !

Quelques mots sur le général Renault qui signa cette lettre

même s’il semble qu’il ne l’ait pas toute écrite. Né en 1807, il embrasse rapidement la carrière militaire qui l’emmènera longtemps en Algérie. Il y résidera d’août 1833 à avril 1848 puis y retournera de juillet 1851 à août 1859. C’était un militaire proche de ses hommes comme en attestent pas moins de cinq blessures contractées sur les fronts, deux en Espagne en 1835 à la tête de la Légion Etrangère lors de la Première Guerre Carliste et trois en Algérie, une balle dans la tête le 15 octobre 1840 en Oranie, une balle au genou droit le 19 octobre 1840  et une autre dans les reins le 29 octobre 1843, dans des combats contre des rebellions indigènes.

Revenu en France en 1859, l’Empereur le nommera sénateur mais c’est au combat contre les Prussiens et pour la défense de Paris qu’il trouvera la mort. Blessé le 30 novembre 1870 à la bataille de Champigny, il n’est relevé du champ de bataille que le lendemain. Blessé à la jambe, il est amputé le 2 décembre mais il décède le 6 du même mois. Il est enterré aux Invalides le 9 décembre 1870.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 7/15 lettre du 20 janvier 1858

Combien de temps Alexandre Dumon est-il resté Vice-Consul de France à Trinidad de Cuba ? L’histoire ne le dit pas. Toujours est-il qu’on le retrouve dix ans plus tard, à Paris, en janvier 1858. La République a fait long feu et après s’être fait élire Président, Louis-Napoléon Bonaparte a fini par rétablir l’Empire en devenant Empereur sous le nom de Napoléon III… Napoléon-le-Petit comme écrira Victor Hugo.

Pour quelle raison Alexandre Dumon fait-il cette démarche qu’on comprend à la lecture de la réponse apportée par directeur des Consulats et des Affaires Commerciales du Ministère des Affaires Etrangères ?

En effet, il a demandé par courrier que le Ministère confirme le fait qu’il s’était démis  volontairement de l’emploi d’Agent Vice-Consul de France à Trinidad de Cuba auquel il avait été appelé par une décision ministérielle en date du 28 avril 1848. 

Ce que le responsable dudit Ministère confirme tout à fait par ces mots:

Il résulte de la vérification que j’ai fait faire à ce sujet, dans les bureaux de mon département, que c’est en effet par un acte de votre volonté que vous avez cessé d’exercer les fonctions qui vous avaient été confiées à l’époque mentionnée ci-dessous.

Alexandre Dumon voulait-il prendre du recul avec le mouvement républicain où il avait activement milité et qui l’avait nommé à Cuba, pour se rapprocher du pouvoir en place, de l’Empire, comme on va le comprendre dans des lettres à venir ?

Poster un commentaire

Classé dans Autographe