Archives de Tag: artillerie alpine

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Marius Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-unième Poilu: Marius Léopold Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Avec Marius Roche, on a encore affaire à un jeune Poilu qui ne fut appelé qu’après la déclaration de guerre, en septembre 1914 seulement. Marius est en effet né à Caderousse le 17 octobre 1894, la classe 1914 donc.

A l’Hôtel de Ville de Caderousse, ses parents sont passés devant non pas Monsieur le Maire, Officier de l’Etat-civil, mais son premier adjoint, Claude Roche, un proche du marié, pour se dire « oui » le 14 octobre 1891. Anthime Antoine Roche né en 1865 est l’un des boulangers du village tandis que Marie Elisabeth Carles, née en 1870, est la fille d’un couple de cultivateurs. Les jeunes mariés  vont s’installer rue de l’Escurier.

Rapidement deux enfants vont venir agrandir la famille d’Antoine et de Marie. Une fille tout d’abord, Joséphine Antoinette Rose le 19 juillet 1892 . Cette dernière se mariera le 20 juin 1914 avec un certain Sauveur André Georges Berbiguier. Deux ans après un garçon, Marius, le futur Poilu pointe le bout de son nez. Entre ces deux heureux évènements, le père a abandonné la farine pour la paille en devenant ouvrier en balais et la famille vit rue Saint-Joseph.

Au recensement de 1896, on retrouve les parents et les deux enfants, rue Saint-Michel.

La famille au complet en 1901…

…puis en 1906…

…quartier du Brout ou des Cabannes, où le père se déclare à nouveau « ouvrier en balais » chez Bourret. On peut penser qu’après avoir quitté la boulangerie, Antoine travaillera quelques terres et fera en parallèle quelques heures chez un patron d’une fabrique de balais. Ce que confirme le recensement de 1911:

Antoine est à nouveau ouvrier en balais.

Marius travaille donc à le ferme du Brout avec son père et attend que son service militaire soit passé pour choisir sa vie future. Comme tous les jeunes nés en 1894, il est appelé à la guerre en anticipation le 06 septembre 1914 au 2ème Régiment d’Artillerie de Montagne. C’est dans ce régiment d’artilleurs alpins que servira le frère de mon grand-père, mon grand-oncle Séraphin Guérin à partir du 25 août 1916. Il ne croisera pas Marius Roche puisque ce dernier  a été tué au combat onze mois plus tôt, le 25 septembre 1915.

Après les classes à Nice, entre Méditerranée et contreforts des Alpes, du côté de Luceran, voilà Marius qui rejoint la 50ème Batterie créée en avril 1915. Fin juillet 1915, direction les Vosges pour les 190 hommes, les 16 sous-officiers, les 4 officiers, les 19 chevaux et 91 mulets de la 50ème Batterie du 2ème R.A.M. Gérardmer puis la ligne de feu: le Reichakerkoff dont on a déjà parlé ici, le Kilbel, le Mittelberg, autant de sommets tenus par les Allemands que les artilleurs alpins pilonnent. Le 19 septembre, le train à nouveau pour la 50ème Batterie pour rejoindre Troyes et la Champagne. Un secteur connu, celui de Suippes, Perthes-les-Hurlus… L’unité doit y appuyer le 2ème Corps d’Armée Colonial.

Le 25 septembre, une demi-batterie, celle de Marius, est installée sur la route de Souain au Bois Carré et l’autre au sud de ce Bois Carré. Les artilleurs doivent appuyer l’attaque des fantassins mais comme celle-ci réussit à prendre une première tranchée allemande plus facilement que prévu, la batterie doit avancer pour se repositionner plus haut sur le front. Pendant son déplacement, elle est violemment prise à partie par l’artillerie allemande.

Plus loin, ce sont des mitrailleuses allemandes qui déciment artilleurs et animaux. Les hommes et les mulets tombent comme des mouches.

Les survivants doivet se replier en désordre. Bilan de cette journée…

2 morts, 19 blessés et 12 mulets tués ou blessés. Les deux morts…

…le Caderoussien Marius Roche et le Gardois de Montfrin Cyprien Biot. Ce 25 septembre 1915, Marius Roche était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Marius Léopold Roche de Mémoire des Hommes.

Marius Léopold Roche, matricule 430 de la classe 1914, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Marius Léopold un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Raoul Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 27 janvier 1918

(JOUR 1273 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un texte moqueur accompagne cette photo à la une de J’ai vu. Il s’agit de Mme Litvinoff, l’épouse du nouvel ambassadeur de Russie à Londres, un indésirable. Par cette nomination, Trotsky veut prouver que même l’Ambassadeur est issu du peuple avec le nouveau régime.

A l’opposé, des troupes russes restées fidèles au Tsar arrivent sur le front occident pour combattre avec les Français et les Britanniques.

Puisqu’on parle de train, des wagons abandonnés près d’une tranchée prise aux Allemands il y a peu.

Les Allemands amenaient les trains au plus près des tranchées pour limiter la manutention des armes lors des ravitaillements.

Par contre, en Italie pour ces artilleurs alpins (ceux du 2ème RAM ?), c’est à pied qu’ils doivent rejoindre le front.

Les charges sont portées par des mulets, très résistants.

Toujours en Italie, la ville de Padoue a été bombardé par des aéroplanes autrichiens.

Des dégâts sur des édifices remarquables.

Echange de prisonniers entre Allemands et Anglais.

Ici, des blessés britanniques et des civils retrouvent la liberté mais aussi l’Amérique puisqu’ils arrivent à Boston en provenance de Hollande.

Il y a de la neige en hiver. Beaucoup de neige dans les Vosges.

Sur la ligne de front.

Sur le territoire de Metzeral.

Pas de neige à Jérusalem, en Palestine pour l’entrée d’Allenby dans la ville sainte.

Une mise n’en scène savamment réalise.

Par contre, c’est la boue que rencontrent les Canadiens sur la Somme pour déplacer ces obusiers.

Pour terminer, un autre tour aux Etats-Unis pour voir les matières d’entraînement des pilotes.

Des simulateurs de vol artisanaux !

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 12 janvier 1918

(JOUR 1258 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Victor Boret, ministre très important du Ravitaillement. Comme on peut le lire, ravitaillement est synonyme pour tous de restrictions, privations !

Le front italien où les Français ont pris les chose en main.

Des chasseurs alpins observent les positions autrichiennes par régler les tirs… de l’artillerie alpine, celle entr’autre du 2ème RAM, le régiment du grand-oncle Séraphin…

Les femmes remplissent les hommes partis au front. Ici, en Angleterre, dans un haras…

…on a inventé le mot « palfrenières » !

A Petrograd, les Gardes Rouges en position de combat.

Une véritable photo de cinéma qu’on croirait sortie d’un film d’Eisenstein !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 15 février 1917

dsc01319

(JOUR 927 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A noter que ce numéro est aussi daté du 8 février 1917, comme celui de la semaine dernière. Une erreur de numérotation.

A la une, un ballon captif d’observation. Une image impressionnante et du matériel qui a évolué depuis le début du conflit. On distingue bien la nacelle de l’observateur. Les hommes étaient munis de parachute pour survivre en cas d’attaque de ses masses sans défense propre par les avions ennemis.

Pour une fois, pas des images en vrac mais des images classées par thèmes:

LES TROUPES BRITANNIQUES.

Uu défilé certainement à Paris ou en banlieue de troupes britanniques. Quelques hommes portent des drapeaux tricolores ce qui fait dire que la scène se passe sur le continent.

Au début, la fanfare:

dsc01321

Les troupes de l’Empire avec cette unité de cavalerie hindoue:

dsc01320

Une autre troupe de l’Empire, les volontaires canadiens (Canada)

dsc01322

C’est à l’occasion de cette guerre que le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande commencèrent de s’émanciper  de la tutelle anglaise.

dsc01323

Les montagnards écossais ne défilent pas mais attendent de montrer ce dont ils sont capables au front.

SALONIQUE.

Exercice de débarquement pour les troupes du camp retranché de Salonique.

dsc01324

Ici les fusiliers marins en action.

dsc01325

Concentrations de troupes dans le camp retranché pour être prêt à résister à une attaque des Empires du centre.

Ci-dessous, des barbelés pour protéger un terrain marécageux et en faire une défense infranchissable:

dsc01327

TROUPES MAROCAINES.

Double page centrale avec 5 vues rendant hommage aux troupes coloniales marocaines.

dsc01328

Des vues africaines puis européennes. Des textes peu adaptés qui insistent sur le folklore entourant ces hommes plus que pour leurs valeurs guerrières avérées.

RAVITAILLEMENT.

dsc01329

Une gare de distribution près du front (pas sûr).

dsc01330

Réserves de munitions.
dsc01331

Réfection des routes après les intempéries (pluie, neige, gel et dégel) qui ont mis à mal le réseau routier.

ALPINS.

Trois vues de troupes alpines (chasseurs alpins) dans les Vosges:

dsc01332

Retour des troupes revenant du front.

dsc01333

Artillerie de 80mm à l’embranchement de routes dans les Vosges.

dsc01334

Les tranchées alpines dans le secteur de la vallée de la Béchine (Vosges).

DIVERS.

dsc01335

Convoi d’ambulances dans un secteur boisé, peut-être vosgien.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 11 janvier 1917

dsc00314

(JOUR 892 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Charles Nungesser fait la une de La Guerre Photographiée à l’occasion de sa 21ème victoire. Malgré qu’il soit gravement handicapé depuis son accident de février 1916, le pilote continue à voler et à remporter des victoires. On le voit s’appuyant sur une canne. Depuis peu, il s’est fait dessiner son insigne sur le cockpit de son aéronef: une tête de mort avec 2 tibias entrelacés !

Les bienfaits des camions:

dsc00315

pour transporter des troupes ou…

dsc00316

pour évacuer des blessés.

Le ravitaillement en zone de montagne:

dsc00317

dans les Vosges, c’est un convoi hippomobile qui chemine sur cette route de montagne, un convoi de chasseurs alpins ou d’artillerie alpine…

dsc00318

dans les Dolomites, au Trentin, les Italiens construisent un genre de téléphérique  pour monter ou descendre le ravitaillement.

Parlons un peu de la guerre en Italie où les troupes de Cardona résistent dans un paysage de haute montagne:

dsc00320

poste d’observation et entrée d’un boyau…

dsc00321

sommets magnifiques…

dsc00322

bersagliero cycliste.

Paysage dévasté de la plaine de la Somme ou du nord de la France, suite à des bombardements répétés:

dsc00323

Quant à ce poste d’observation allemand dans un arbre…

dsc00324

il est intact quand il fut récupéré par les Anglais suite à une attaque. Mais les Allemand possèdent des objets bien plus performants pour observer les lignes ennemies, comme cette lunette….

dsc00326

qui vient de leur être substituée par les Britanniques.

Un de ces chars anglais…

dsc00325

qui fit son apparition lors d’une bataille, il y a peu, en septembre 1916 dans la Somme, une nouveauté qui ne fut pas une réussite lors de cette première sortie.

Pour terminer sur une note rappelant les dernières fêtes de fin d’année, un nouvel échange de prisonniers blessés entre belligérants, via la Suisse…

dsc00319

où le train s’est un moment arrêté devant un sapin de Noël décoré de la Croix-Rouge helvétique.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a (presque) 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 5 août 1916

DSCN5086

(JOUR 734 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

DSCN5090

Sur le Vif vient de passer à 20 centimes. Mes anciens vont cesser de l’acheter après ce numéro. On retrouvera d’autres numéros de ce titre à la rentrée, les marchés des dimanches matins en proposant quelquefois !

DSCN5087

DSCN5088

Paysage de tranchées allemandes bouleversées après leur conquête.

DSCN5089

Les chevaux de frise n’ont pas résisté aux tirs de l’artillerie.

DSCN5091

DSCN5092

Toujours des destructions dans des villages français.

DSCN5093

Artillerie alpine en Alsace, unité que le grand-oncle Séraphin est sur le point de rejoindre.

DSCN5094

Une image originale du contre-torpilleur La Fourche avant qu’il ne soit coulé en 3 minutes par une torpille dans le canal d’Outrante (entre le talon de la botte italienne et l’Albanie). Cette attaque a fait 1 mort et 17 disparus le 23 juin 1916.

DSCN5095

DSCN5096

Tirs d’artillerie certainement à Verdun, des tirs de 75.

DSCN5097

Chasseurs au repos près de leurs abris.

DSCN5098

Tout ce qu’il reste d’une usine jadis prospère et incendiée.

Enfin une série de 6 vues sur le 14 juillet dernier à Paris:

DSCN5099

DSCN5100

Le défilé des troupes.

DSCN5101

Des canons de 75 ont tous les honneurs.

DSCN5102

Les troupes étrangères aussi, ici des Britanniques hindous.

DSCN5103

La visite du Président Poincaré aux familles de MPLF.
DSCN5104

Concert de l’actrice Mlle Félia Lithine chantant la Marseillaise aux Tuileries.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 20 novembre 1915

DSCN1613

(JOUR 474 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

C’était en seconde de couverture que ce sujet était abordé la semaine dernière,

DSCN1278

DSCN1614c’est à la une cette semaine. En Grande-Bretagne comme ailleurs dans les pays neutres, l’indignation après l’exécution de Miss Carell ne passe pas et des bateleurs (officiels-on voit un militaire sur l’estrade) battent le rappel pour lutter contre la barbarie

Grave erreur de communication du Reich  aux conséquences désastreuses pour son image !

Derrière une tranchée, une tombe entretenue:

DSCN1615

Ailleurs, ce sont des charrettes qui évacuent les trépassés, des Boches bien entendu.

DSCN1616

DSCN1617Quant aux prisonniers (toujours le triptyque: morts, blessés, prisonniers), ils sont parqués dans ce champ et aiguisent la curiosité des Poilus:

Dans les Vosges, les premières neiges sont là et ce convoi d’artillerie alpine se détache bien dans cet univers blanc:

DSCN1623

Ailleurs, après la bataille, des hommes ont installé un véritable musée des objets trouvés sur le champ des combats:

DSCN1624

La véritable boutique hétéroclite du brocanteur du père de Marcel Pagnol quand le vieux hernieux lui vend des tas d’objets inutiles !

La guerre aérienne avec la chute d’un aviatik, un avion allemand

DSCN1625

et ce qu’il en reste après l’imtact au sol:

DSCN1626

Après le passage des barbares dit le titre de la page. Des destructions, à S… puis à H… après des combats:

DSCN1627 DSCN1628

Mais les contre-attaques françaises cassent autant que les attaques allemandes…!

Le début d’un cimetière militaire en Champagne:

DSCN1630

et une quatrième de couverture particulièrement horrible avec ce cadavre allemand accroché dans les barbelés qu’il souhaitait franchir…

DSCN1631

Poster un commentaire

Classé dans Revues