Archives de Tag: artillerie alpine

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 15 février 1917

dsc01319

(JOUR 927 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A noter que ce numéro est aussi daté du 8 février 1917, comme celui de la semaine dernière. Une erreur de numérotation.

A la une, un ballon captif d’observation. Une image impressionnante et du matériel qui a évolué depuis le début du conflit. On distingue bien la nacelle de l’observateur. Les hommes étaient munis de parachute pour survivre en cas d’attaque de ses masses sans défense propre par les avions ennemis.

Pour une fois, pas des images en vrac mais des images classées par thèmes:

LES TROUPES BRITANNIQUES.

Uu défilé certainement à Paris ou en banlieue de troupes britanniques. Quelques hommes portent des drapeaux tricolores ce qui fait dire que la scène se passe sur le continent.

Au début, la fanfare:

dsc01321

Les troupes de l’Empire avec cette unité de cavalerie hindoue:

dsc01320

Une autre troupe de l’Empire, les volontaires canadiens (Canada)

dsc01322

C’est à l’occasion de cette guerre que le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande commencèrent de s’émanciper  de la tutelle anglaise.

dsc01323

Les montagnards écossais ne défilent pas mais attendent de montrer ce dont ils sont capables au front.

SALONIQUE.

Exercice de débarquement pour les troupes du camp retranché de Salonique.

dsc01324

Ici les fusiliers marins en action.

dsc01325

Concentrations de troupes dans le camp retranché pour être prêt à résister à une attaque des Empires du centre.

Ci-dessous, des barbelés pour protéger un terrain marécageux et en faire une défense infranchissable:

dsc01327

TROUPES MAROCAINES.

Double page centrale avec 5 vues rendant hommage aux troupes coloniales marocaines.

dsc01328

Des vues africaines puis européennes. Des textes peu adaptés qui insistent sur le folklore entourant ces hommes plus que pour leurs valeurs guerrières avérées.

RAVITAILLEMENT.

dsc01329

Une gare de distribution près du front (pas sûr).

dsc01330

Réserves de munitions.
dsc01331

Réfection des routes après les intempéries (pluie, neige, gel et dégel) qui ont mis à mal le réseau routier.

ALPINS.

Trois vues de troupes alpines (chasseurs alpins) dans les Vosges:

dsc01332

Retour des troupes revenant du front.

dsc01333

Artillerie de 80mm à l’embranchement de routes dans les Vosges.

dsc01334

Les tranchées alpines dans le secteur de la vallée de la Béchine (Vosges).

DIVERS.

dsc01335

Convoi d’ambulances dans un secteur boisé, peut-être vosgien.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 11 janvier 1917

dsc00314

(JOUR 892 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Charles Nungesser fait la une de La Guerre Photographiée à l’occasion de sa 21ème victoire. Malgré qu’il soit gravement handicapé depuis son accident de février 1916, le pilote continue à voler et à remporter des victoires. On le voit s’appuyant sur une canne. Depuis peu, il s’est fait dessiner son insigne sur le cockpit de son aéronef: une tête de mort avec 2 tibias entrelacés !

Les bienfaits des camions:

dsc00315

pour transporter des troupes ou…

dsc00316

pour évacuer des blessés.

Le ravitaillement en zone de montagne:

dsc00317

dans les Vosges, c’est un convoi hippomobile qui chemine sur cette route de montagne, un convoi de chasseurs alpins ou d’artillerie alpine…

dsc00318

dans les Dolomites, au Trentin, les Italiens construisent un genre de téléphérique  pour monter ou descendre le ravitaillement.

Parlons un peu de la guerre en Italie où les troupes de Cardona résistent dans un paysage de haute montagne:

dsc00320

poste d’observation et entrée d’un boyau…

dsc00321

sommets magnifiques…

dsc00322

bersagliero cycliste.

Paysage dévasté de la plaine de la Somme ou du nord de la France, suite à des bombardements répétés:

dsc00323

Quant à ce poste d’observation allemand dans un arbre…

dsc00324

il est intact quand il fut récupéré par les Anglais suite à une attaque. Mais les Allemand possèdent des objets bien plus performants pour observer les lignes ennemies, comme cette lunette….

dsc00326

qui vient de leur être substituée par les Britanniques.

Un de ces chars anglais…

dsc00325

qui fit son apparition lors d’une bataille, il y a peu, en septembre 1916 dans la Somme, une nouveauté qui ne fut pas une réussite lors de cette première sortie.

Pour terminer sur une note rappelant les dernières fêtes de fin d’année, un nouvel échange de prisonniers blessés entre belligérants, via la Suisse…

dsc00319

où le train s’est un moment arrêté devant un sapin de Noël décoré de la Croix-Rouge helvétique.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a (presque) 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 5 août 1916

DSCN5086

(JOUR 734 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

DSCN5090

Sur le Vif vient de passer à 20 centimes. Mes anciens vont cesser de l’acheter après ce numéro. On retrouvera d’autres numéros de ce titre à la rentrée, les marchés des dimanches matins en proposant quelquefois !

DSCN5087

DSCN5088

Paysage de tranchées allemandes bouleversées après leur conquête.

DSCN5089

Les chevaux de frise n’ont pas résisté aux tirs de l’artillerie.

DSCN5091

DSCN5092

Toujours des destructions dans des villages français.

DSCN5093

Artillerie alpine en Alsace, unité que le grand-oncle Séraphin est sur le point de rejoindre.

DSCN5094

Une image originale du contre-torpilleur La Fourche avant qu’il ne soit coulé en 3 minutes par une torpille dans le canal d’Outrante (entre le talon de la botte italienne et l’Albanie). Cette attaque a fait 1 mort et 17 disparus le 23 juin 1916.

DSCN5095

DSCN5096

Tirs d’artillerie certainement à Verdun, des tirs de 75.

DSCN5097

Chasseurs au repos près de leurs abris.

DSCN5098

Tout ce qu’il reste d’une usine jadis prospère et incendiée.

Enfin une série de 6 vues sur le 14 juillet dernier à Paris:

DSCN5099

DSCN5100

Le défilé des troupes.

DSCN5101

Des canons de 75 ont tous les honneurs.

DSCN5102

Les troupes étrangères aussi, ici des Britanniques hindous.

DSCN5103

La visite du Président Poincaré aux familles de MPLF.
DSCN5104

Concert de l’actrice Mlle Félia Lithine chantant la Marseillaise aux Tuileries.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 20 novembre 1915

DSCN1613

(JOUR 474 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

C’était en seconde de couverture que ce sujet était abordé la semaine dernière,

DSCN1278

DSCN1614c’est à la une cette semaine. En Grande-Bretagne comme ailleurs dans les pays neutres, l’indignation après l’exécution de Miss Carell ne passe pas et des bateleurs (officiels-on voit un militaire sur l’estrade) battent le rappel pour lutter contre la barbarie

Grave erreur de communication du Reich  aux conséquences désastreuses pour son image !

Derrière une tranchée, une tombe entretenue:

DSCN1615

Ailleurs, ce sont des charrettes qui évacuent les trépassés, des Boches bien entendu.

DSCN1616

DSCN1617Quant aux prisonniers (toujours le triptyque: morts, blessés, prisonniers), ils sont parqués dans ce champ et aiguisent la curiosité des Poilus:

Dans les Vosges, les premières neiges sont là et ce convoi d’artillerie alpine se détache bien dans cet univers blanc:

DSCN1623

Ailleurs, après la bataille, des hommes ont installé un véritable musée des objets trouvés sur le champ des combats:

DSCN1624

La véritable boutique hétéroclite du brocanteur du père de Marcel Pagnol quand le vieux hernieux lui vend des tas d’objets inutiles !

La guerre aérienne avec la chute d’un aviatik, un avion allemand

DSCN1625

et ce qu’il en reste après l’imtact au sol:

DSCN1626

Après le passage des barbares dit le titre de la page. Des destructions, à S… puis à H… après des combats:

DSCN1627 DSCN1628

Mais les contre-attaques françaises cassent autant que les attaques allemandes…!

Le début d’un cimetière militaire en Champagne:

DSCN1630

et une quatrième de couverture particulièrement horrible avec ce cadavre allemand accroché dans les barbelés qu’il souhaitait franchir…

DSCN1631

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 06 novembre 1915

Nouveau titre venu s’ajouter à une collection bien fournie: J’ai vu, un hebdomadaire qui fait aussi dans l’image de la guerre, toujours chapeauté par la censure militaire.

DSCN0977

(JOUR 460 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Galliéni à la une… les ministres en quatrième de couverture…

DSCN0986

prématurément intitulé le ministère de la Victoire avec Aristide Briand comme premier ministre remplaçant Viviani. L’Histoire nous apprend qu’après ce ministère Briand, il y eut un autre ministère Briand, puis celui d’Alexandre Ribot, puis celui de Painlevé  pour terminer par le ministère Clémenceau. On est loin de la conclusion de cette guerre malgré cet optimisme béat.

D’autres vues de la bataille de Champagne qui datent de la fin du mois d’octobre:

DSCN0978

Des photographies prises sur des soldats allemands avec pour titre…

DSCN0979

Comme chez eux !

Les Alpins dans les Vosges qui montent en ligne comme le fait croire la présentation de la page:

DSCN0981

La légende parle des victoires de l’Hartmann, du Linge… la vérité historique est tout autre !

Le retour des blessés du front d’Orient…

DSCN0982

avec comme périple après les plages de Salonique ou Gallipoli, l’hôpital flottant puis l’évacuation vers l’Egypte ou Malte et plus tard vers Toulon.

Image d’une attaque à travers les barbelés…

DSCN0983

ou vues de manoeuvres, plus certainement.

Une dernière page rendant hommage aux Zouaves…

DSCN0984

« Nos Zouzous » .

Poster un commentaire

Classé dans Revues

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (1/6-NICE)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La guerre avait pris le père en octobre 1915 (voir Il y a 100 ans jour pour jour: Adrien-Gabriel Guérin et la 5ème Escouade se faisaient photographier à LA POMPELLE et Adrien-Gabriel Guérin Mort pour la France en 1915), elle eut besoin du fils aîné quelques mois plus tard, malgré son statut de soutien de famille. Né le 31 octobre 1897 à Caderousse, il fut appelé le 25 août 1916, avec quelques mois d’avance pour être opérationnel l’année de ses 20 ans.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce n’est pas sur son livret militaire certes assez épais et moyennement conservé que l’on suit son parcours car les pages importantes n’y figurent plus. Certes, on y apprend

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qu’il avait les oreilles écartées, un signe de reconnaissance de famille ou ailleurs, plus intéressants, ses domiciles successifs jusqu’en 1940, date de sa démobilisation définitive.

Non, ce sont les pages mises à disposition en ligne par les Archives Départementales du Vaucluse et celles des Armées qui nous en disent plus long sur son parcours… ainsi que tous les documents qu’il a pu conserver même si quelquefois, ils sont en piteux état (comme le carnet ci-dessus). Il récupéra à l’issue de la guerre les cartes postales qu’il avait envoyé à sa mère, ses frères, ses cousines, des parents plus lointains, des amis… soit une bonne pile de quelques 220 CPA, qu’il annota ensuite pour certaines. Il disait quelquefois à ses correspondants « à conserver », ayant prévu sa collection dès le début. Seul hic, ses textes d’une écriture « de médecin », quelquefois au crayon, plus ou moins effacé sont difficilement déchiffrables!

Comme tout un chacun, vous pourrez consulter son matricule en cliquant le lien ci-dessous, avec la page de son parcours substituée à son livret militaire:

matricule Séraphin Guérin

Alors que Séraphin n’avait jamais vu comme montagne que la colline d’Orange et le Petit Luberon à Lacoste, il fut donc appelé dans l’Artillerie de Montagne, l’artillerie des Chasseurs Alpins, ce qui eut pour double avantage qu’il soit relativement protégé par rapport à ce qu’il aurait pu connaître dans l’infanterie et que cela lui fit voir du pays !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Affecté au 2ème R.A.M., il prit donc le train pour Nice le 25 août 1916 à 18 ans et 10 mois pour sa période d’instruction. Il franchit donc la porte de la caserne Saint-Roch…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qu’il s’empressa de montrer à son petit frère Léonce le 31 août 1916.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il  envoya beaucoup de cartes montrant Nice, l’arrière-pays où se déroulaient les manoeuvres, Monaco qu’il alla visiter avec un copain…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

certaines agrémentées de tampons militaires pas très bien exécutés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il semble être ami avec un certain Camille, il rencontre des gars du pays: Combe d’Orange, un autre jeune de Mondragon qui est incorporé dans le 7ème d’Artillerie et qu’il a connu au Petit Séminaire d’Avignon… comme il le dit dans cette correspondance.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ils sortent en ville et Séraphin avait conservé un de ses billets l’y autorisant…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

autorisé à sortir oui, mais sans armes !

Et puis, il y a ces entraînements à Luceram, Drap, L’Escarène…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans de vraies montagnes…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec de vrais canons. Ci-dessous, une vraie photographie de sa batterie en position de tir, du côté de Luceram…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

sur laquelle on reconnaît Séraphin à droite, à genoux, en train de s’occuper de fournir des munitions à la pièce.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une autre photo, celle d’un groupe d’une partie du 2ème R.A.M. sur laquelle Séraphin n’apparaît manifestement pas.

Après ces mois de formation, le régiment était prêt à rejoindre le front des Vosges. Cela se fera à la fin du mois de mai 1917.

à suivre…

1 commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (2/6-LES VOSGES)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les troupes alpines furent surtout utilisées par l’Etat-Major sur le front des Vosges, le lieu le plus emblématique étant l’Hartmannswillerkopf, surnommé le Vieil Armand, où brillèrent et moururent les Diables Bleus.

Les Artilleurs Alpins du 2ème R.A.M. furent envoyés à 20km à vol d’oiseau de ce secteur plus calme en 1917 qu’en 1915, à Saulxures, Saint-Maurice-sur-Moselle à la limite des Vosges et de la Haute-Saône. Séraphin gardera quelques cartes non voyagé de cette région du sud des Vosges.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La première carte de ce périple vers les Vosges est un arrêt à la gare d’Orange, à deux pas de chez lui.

 SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

D’ailleurs dans une autre carte envoyée le 3 juin 1917, une fois arrivé à bon port,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

on apprend que Gabriel, son frère, est allé voir passer le convoi à la gare d’Orange dans l’espoir de le voir mais que cela ne s’est pas fait car le régiment était séparé en deux trains pour ce transport et qu’il a vu passer l’autre !

Suite du périple vers les Vosges avec cette carte d’Aillevillers en Haute-Saône…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

il écrit ses doutes quant à la destination finale, vers Epinal dit-il, et il apprécie de manger du singe qu’il trouve très bon. Il précise que c’est de la viande en conserve pour les siens qui n’étaient pas au fait de l’argot soldatesque. Dans ces cartes qu’il envoie en complément des lettres qui n’ont pas été conservées, il ne racontera que des choses ordinaires de la vie courante… la santé, la nourriture, la météo, le logement, des rencontres avec des « pays » (Arnoux, le copain séminariste de Mondragon), son travail, des conseils pour la maison… Rien ou peu de chose sur la guerre et ses aspirations personnelles. Il faut dire que ses proches ont été rudement secoués par la perte du père en 1915 et que son frère cadet Gabriel, âgé de 15 ans fait tourner la maison presque seul. D’ailleurs dans ses cartes, il titre souvent Chers parents… alors que le père n’est plus là depuis presque 2 ans, englobant dans le terme parents sa mère et ses 2 frères.

Séraphin semble avoir été orienté dans un poste d’infirmier qu’il avait commencé à exercé déjà à Nice. Mais il continue parfois de servir sa batterie. Pourquoi ? Son aptitude moindre pour la chose militaire ? Ses connaissances scolaires supérieures à la moyenne (il est allé dans le secondaire, chose rare à l’époque) avec des notions de latin utiles en médecine ? Son savoir religieux pas inutile pour soutenir les blessés ? Son statut « privilégié » de soutien de famille ? Un peu des quatre peut-être…

A partir de ce moment, il ne semble plus avoir quitté l’Alsace, jusqu’à la Toussaint 1917. Après guerre, Séraphin annota ses cartes récupérées comme on peut le voir sur celle-ci, au crayon violet, pour ne pas que ça se confonde avec les écrits en gris… ce qui n’arrange ni la lecture initiale, ni la secondaire!

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De la forêt du Kronprinz Alsace Au-dessus de illisible.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

vue de Bitschwiller du 12 août 1917, il fait plutôt froid…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une prise d’Armes dans cette vallée de la Thur, carte du 16 août 1917.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une carte des destructions envoyées le 21 août 1917.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sur cette dernière carte de Saulxures-sur-Moselotte, Séraphin indique par une croix au crayon, l’emplacement de leur infirmerie la première fois et indique que maintenant, elle est un peu plus loin. Cet allignement de pavillons fait très moderne pour l’époque. La carte date du 3 octobre 1917 et il en enverra 8 à sa famille durant ce mois d’octobre, peut-être à cause d’une certaine anxiété quant à son avenir.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 4 octobre et le pont de Saulxures qu’il franchit 5 à 6 fois par jour pour aller au cantonnement qui est derrière la gare.

Quelques considérations d’intendance dans la carte du 5 octobre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On boit de la bonne bière et le vin coute 30 sous le litre. Mais il pleut sans arrêt ce qui est ennuyeux mais tout de même moins embêtant que dans les sapins (où sont positionnées les batteries).
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une autre vue de Saulxures (les carrières de granit) envoyée le 9 octobre, sur laquelle il parle de copains, Constant en perm, un autre qu’il a failli croiser à Odern. Quant à sa perm, c’est pour bientôt dit-il.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Envoyée le 10, une vue très image d’Epinal, très Le Miroir avec l’arrestation d’un espion qui pour passer inaperçu se promenait dans les lignes ennemies avec un casque à pointe sur la tête !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Adieu permission, elles sont toutes arrêtées car c’est l’heure du départ. Comme on peut le lire, c’est pour une direction inconnue. On parle de l’Italie.

Le 31 octobre 1917, c’est confirmé, c’est pour demain et c’est pour l’Italie.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’unité est regroupée à Saint-Maurice-sur-Moselle et Séraphin a dîné à l’hôtel de la carte postale alors que les baraques sont ici X en face de la gare (au fond à gauche des arbres). Il neige depuis 2 jours et il fait froid.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A Saint-Maurice … le jour de la Toussaint 1917 a-t-il ajouté plus tard.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le recto-verso de la dernière carte de ce premier séjour dans les Vosges.

Le 2ème R.A.M. part pour l’Italie pour soutenir les Italiens dont le front vient de s’effondrer face aux Autrichiens dans la région de Venise.

à suivre…

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers