Archives de Tag: Champagne

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… Marius HERSEN.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cinquante-deuxième nom de la liste: Marius Augustin HERSEN.

La seconde face du monument.

Marius Augustin Hersen est né à Caderousse le 27 juin 1893. Il est le fils de Joseph Hersen, cultivateur au Pont d’Adam, une ferme au nord-ouest du centre-bourg. Né en 1868, il a épousé le 12 octobre 1892 Marie-Rose Roche de trois ans sa cadette. Dix mois plus tard nait leur premier enfant, Marius. Une petite soeur va compléter la fratrie, venue au monde en  1897. Rose Joséphine Augustine Hersen se mariera après-guerre avec un certain Abel Roche et vivra jusqu’en 1988.

Au recensement de 1896, Marius n’a que 30 mois.

En 1911, la famille est au complet.

Le 05 novembre 1913, Marius est appelé par l’armée pour satisfaire ses obligations militaires. Il a pris le PLM à Orange pour rejoindre le 52ème Régiment d’Infanterie cantonné à la caserne Saint-Martin de Montélimar, dans la Drôme. Avant d’arriver dans les murs de celle-ci, il a fait un détour par la Mairie de la ville pour signer un engagement de trois ans. C’est donc en militaire de carrière qu’il aborde le premier conflit mondial.

Le soldat Marius Hersen photographié au studio Lang.

En avril 1916, le 52ème R.I. est du côté de Verdun, l’enfer de Verdun face à la grande attaque allemande. Il est grièvement blessé devant Verdun le 28 avril 1916. Cela lui vaudra un repos bien mérité et une citation vantant son courage et son esprit de discipline.

Remis sur pied, il rejoint le 99ème Régiment d’Infanterie le 31 mai 1917, un régiment cruellement amoindri après la bataille du Chemin des Dames. Marius allait connaître la bataille de la Malmaison juste avant la Toussaint 1917. Puis direction, l’Alsace pour trois mois de combat de position autour de Belfort. Mi-avril 1917, le régiment part pour un grand voyage en train de trois jours, une diagonale pour rejoindre Bergues, dans le Nord où le régiment doit soutenir les Britanniques en Belgique pour la bataille des Flandres. Le 1er mai, nouveau voyage en train, dans l’autre sens à partir de Bergues pour rejoindre Coolus, une banlieue de Châlons-en-Champagne. C’est là que l’histoire s’accélère puisque les Allemands préparent une attaque du côté de Reims. Les hommes du 99ème RI sont sollicités pour aller renforcer ce front ce qui signifie qu’ils devront faire de 60 à 70 km à pied en deux jours pour se retrouver du côté de Reims, aux pieds des Monts de Champagne, à Vrigny.

Le 31 mai les Allemands préparent l’attaque du lendemain par une violente préparation d’artillerie. C’est durant celle-ci que le caporal Marius Hersen disparaîtra corps et âme. C’est ce qui était écrit sur une tombe au cimetière de Caderousse.

La photo a été prise en 2014. Quatre ans plus tard, la tombe est introuvable et la plaque mémorielle a totalement disparu. Bizarre et très dommage en ces périodes de célébration du Centenaire de la Grande Guerre !

La fiche matricule de Marius Augustin Hersen de Mémoire des Hommes.

Marius Augustin Hersen, matricule 1160 classe 1913, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Bien que le patronyme Hersen ne soit plus guère présent dans la région, si une personne reconnaît en ce Poilu, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Paul Julien.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… Louis FERRAGUT.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quarante-septième nom de la liste: Louis Ferragut.

La seconde face du monument.

Louis Ferragut n’était pas de la même génération que son homonyme Léon Ferragut puisque né treize ans avant lui. Quand la guerre arriva, c’était déjà un « vieux » soldat ce qui ne l’empêcha pas de se trouver au coeur de la bataille et d’être tué à l’ennemi pour reprendre la formule officielle.

Louis Barbe Ferragut était donc né le 04 décembre 1877, ce qui explique son original second prénom, masculinisé pour l’occasion. Il était le cinquième enfant d’une fratrie de six, quatre garçons et deux filles. Leurs parents, Joseph Ferragut né en 1837 et Marie-Thérèse Roche née en 1841 étaient tout deux du village et avaient unis leurs destins le 03 février 1864. C’était un couple d’agriculteurs qui menaient une ferme dans le quartier des Négades, des terres basses facilement inondables donc pas très riches. Voici donc la fratrie au complet sur ce document de 1881.

Extrait du recensement de 1881.

Marie Thérèse Roche mettait au monde un enfant tous les trois ans. Joseph, l’aîné arriva en 1865, Isidore le cadet en 1868, Marie Louise l’aînée des filles en 1871, Joséphine en 1874, Louis en 1877 et enfin Hippolyte en 1880. Tous ces enfants atteignirent l’âge adulte. En 1896, la liste nominative montre que seuls les quatre garçons demeurent à la ferme.

Extrait du recensement de 1896.

Les deux filles se sont mariées en 1895, Marie-Louise le 16 février avec Pierre Paul Simon (patronyme Simon) et Joséphine le 06 juillet avec François Adrien Charrier. Puis ce sera au tour des aînés des garçons de quitter le foyer, si bien qu’en 1911, seuls Louis et Hippolyte demeurent à Campblancard avec leurs parents.

Extrait du recensement de 1911.

Entre temps, Louis a répondu à ses obligations militaires du 16 novembre 1899 au 21 septembre 1901, au 40ème Régiment d’Infanterie de Nîmes. A la veille de la guerre, il se marie et prend pour épouse Louise Léonie Millet, le 31 août 1912 à Caderousse. Il a alors trente-quatre ans.

Moins de trois ans après, l’armée le rappelle lors de la mobilisation générale du 1er août 1914. Il rejoint alors le 118ème R.I.Territoriale d’Avignon comme bon nombre de Vauclusiens. En septembre de la même année, il passe au 21ème Régiment d’Infanterie puis la réserve de celui-ci, le 221ème R.I.

Début mars 1917, il gèle à pierre fendre sur le front de Champagne. La neige est encore là mais cette ambiance plutôt fraîche ne ralentit pas les ardeurs de l’Etat-Major français. Il faut attaquer, encore attaquer et c’est le 221ème R.I. qui est sollicité le 12 mars au matin.

Après un travail préparatoire d’artillerie, la troupe se lance courageusement à l’assaut d’un bourg appelé « Maisons-de-Champagne » dans le Journal de Marche de l’unité. Cela doit se situer dans la Marne, à la limite de ce département avec la Meuse. Le rédacteur raconte en détail cette attaque, la défense allemande, la contre-attaque allemande à la grenade une fois que la tranchée est tombée.

Bilan de ces quelques hectomètres gagnés, une citation pour le régiment et pas moins de 155 prisonniers ennemis: 3 officiers, 7 sous-officiers, 6 caporaux et 139 hommes du rang pour qui la guerre est finie. Du côté français, le rédacteur du Journal de Marche a rédigé la longue liste des victimes de cette journée du 12 mars 1917: 67 tués, 250 blessés, 23 disparus et 17 intoxiqués car les allemands ont riposté avec des armes chimiques. 357 hommes mis hors de combat pour un gain territorial modeste, cela en valait-il la peine ?

Pour Louis Barbe Ferragut, de la 19ème Compagnie du 221ème R.I., son nom apparaît sur la fin de cette liste macabre.

Il était âgé de 39 ans et 3 mois.

La narration de la bataille du 12 mars 1917 en Champagne:

 

 

La fiche de Louis Barbe Ferragut de Mémoire des Hommes.

Louis Barbe Ferragut, matricule 799 classe 1897, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Ferragut est très répandu en Vaucluse et à Orange. Si une personne reconnaît en ce Poilu, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Jean Gromelle.

 

Si les deux frères aînés de Louis évitèrent la Grande Guerre, ce ne fut pas le cas d’Hippolyte, né en 1880 et donc rappelé en 1914. Il combattra dans les rangs du 24ème Bataillon de Chasseurs à Pied et  sera blessé deux fois: une première en Belgique d’une balle dans le pied gauche le 18 novembre 1914 et une seconde à Cléry d’un éclat d’obus dans la fesse gauche. Ces blessures ajoutées à la disparition de son frère eurent pour conséquence de voir l’armée le retirer des premières lignes pour lui donner une attribution au 8ème Escadron du Train, le 15 août 1917. Il allait recevoir la médaille militaire pour les faits d’arme mentionnés.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 06 janvier 1918

(JOUR 1252 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le Président Machado quitte le Portugal, chassé qu’il est par les Révolutionnaires militaires favorables au désengagement militaire du pays de la guerre. Le président déchu va aller trouver refuge à Madrid.

Au Maroc, les troupes françaises, des Territoriaux nous dit-on, luttent contre une rébellion « fomentée » par des espions allemands. Ils tirent au canon sur les positions rebelles. Soit ! Mais il faut ajouter que la guerre avait commencé en 1911 et qu’elle allait durer jusqu’en 1937.Cette guerre de trente ans allait faire officiellement environ 9 000 morts du côté français auxquels il faut ajouter 15 000 blessés, sans oublier 12 000 supplétifs indigènes tués. En face, on estime à 100 000 le nombre de rebelles tués sans oublier les souffrances des populations civiles.

La Révolution Russe.

Une photo des dirigeants bolcheviks. Avec le numéro 1 marqué par la revue, on reconnaît Trotsky. Pour le Miroir, ces hommes, achetés par les Allemands, ont oeuvré à désorganiser l’armée russe. Un peu loin de la réalité.

Par contre, dans les grandes viles, la population s’habitue à faire la queue pour tout.

De gauche à droite et de bas en haut: pour des jeux de cartes (!), du sucre, de cigarettes, du lait, du pétrole et de la farine. Et ce n’est pas prêt de cesser !

En Italie, chassé-croisé des Italiens quittant le front…

…remplacés par les Français dont les généraux inspectent les lieux, dans les tranchées le long du Piave…

… la ligne infranchissable comme l’a décidé l’Etat-Major.

On découvre dans ce secteur, la présence de Peppino Garibaldi petit-fils de Guiseppe Garibaldi, l’apôtre du Risagiomento italien.

Il a combattu déjà dans les tranchées françaises avant la déclaration de guerre de son pays et il est normal qu’on le retrouve sur le Piave alors que « la Patrie est en danger ».

A Cambrai, les soldats canadiens votent…

…pour une consultation électorale comme le reste des sujets de ce Dominion, au Canada.

Les troupes britanniques de D’Allendy entrent à Jérusalem d’où ont été chassés les Turcs.

Un avion survole les Lieux Saints. Quelques Français sont de la fête dont un Caderoussier,  Marius Isidore Bernard, mort à Ludd (ou Lod) huit mois plus tard, le 27 août 1918.

Une photo exceptionnelle à l’époque, devenue beaucoup plus banale de nos jours…

…le survol des Alpes par un avion volant à 5 000 mètres d’altitude. Il devait falloir être très attentif dans le secteur du Mont-Blanc ! Mais que de progrès par l’aviation après quatre années de guerre !

Original mais bien réel, des Chinois en France.

Ce sont de formidables travailleurs dit la légende de la photo, surtout des coolies pour décharger les bateaux.

Pour terminer, les récentes fêtes du Nouvel An et le réveillon.

Ici des civils d’Epernay ont fêté la nouvelle année dans un abri souterrain semble-t-il glacial, pour éviter les bombes allemandes. Un drôle de feu d’artifice !

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… les frères Marius et Paul DOUX.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quarante-troisième et quarante-quatrième noms de la liste: Doux Clair Marius et Doux Paul Victor.

La seconde face du monument.

Cruel destin que celui de la fratrie des enfants issus du mariage de Jean Victor Doux et Marthe Elisabeth Arnaud. Quand ils s’unirent pour le meilleur et pour le pire le 22 juillet 1880 à Caderousse, ils n’imaginaient pas qu’ils allaient avoir cinq enfants et qu’aucun d’eux ne connaîtrait l’après-guerre. Cela pour deux raisons: la mortalité infantile très importante dans les campagnes à cette époque et la Grande Guerre dévoreuse d’hommes ! Le drame ne s’arrêta pas d’ailleurs là puisque Marthe Elisabeth, la mère, décéda quelques jours après avoir mis au monde son cinquième enfant, le 15 septembre 1888.

Cinq enfants donc, quatre garçons et une fille. C’est Paul Victor, l’aîné de la fratrie, né le 30 juin 1881, rue Pied Gaillard donc voisin de mes ancêtres Guérin, à deux pas de l’hospice devenu de nos jours EHPAD. Puis naquit la fille, Claire Marguerite en 1883 qui ne vécut qu’une semaine. Le 04 mars 1885 vint ensuite Clair Marius, prénommé ainsi pour  rendre hommage à la fille très tôt disparue. Les deux derniers garçons moururent très jeune; Pierre Elisée né en 1887 à l’âge de 14 mois et Emile Gabriel né en 1888 à l’âge de 17 mois.

Lors du recensement de 1886, le père et la mère et les deux futurs Poilus alors enfants.

Cinq ans plus tard, en 1891, c’est la grand-mère paternelle, Marguerite Clair, veuve elle-aussi, qui vient aider son fils pour élever ses enfants, rue Pied Gaillard. 

Après la disparition de sa femme puis de sa mère, Jean Victor Doux ne restera pas seul et ira chercher une autre femme. Pas très loin de chez lui, une voisine comme on le voit dans la page élargie du recensement de 1886….

…la fille de la bouchère, elle-même bouchère, Célestine Dortindeguey, de presque 20 ans sa cadette. L’union se fera le 11 avril 1894, le même jour que  Félicie, la soeur de Célestine, épousera Adrien Roche. Rapidement naîtra une petite Marie Marguerite, demi-soeur des Paul et Marius, qui, elle aura la chance de vivre une existence normale, tout comme son petit frère Etienne Théophile venu au monde en 1899.

La nouvelle famille en 1896, les deux frères et la petite Marguerite.

En 1901, Paul Victor a quitté le foyer, remplacé par le petit Théophile. La famille habite alors à la campagne, quartier Fazende appelé aussi Bayard.

Comme on l’a dit ci-dessus, l’aîné Paul Victor loue ses bras en travaillant dans des fermes. On le retrouve domestique chez Roche Théophile en 1901…

… puis chez, certainement, un oncle, Benoni Doux et son épouse Elisa Bouchet.

Recensement de 1906.

Il faut dire que Paul Victor ne va pas quitter le village pendant deux ou trois ans autour de ses 21 ans, comme la plupart des jeunes gens de son âge, puisque l’Armée n’en voudra pas, malheureusement pour lui momentanément, à cause d’un problème assez invalidant aux testicules.

Son cadet Marius, lui, va s’éloigner de Caderousse quelque temps, du 07 octobre 1907 au 04 août 1909 pour la grande ville et Marseille, son 141ème Régiment d’Infanterie. Il reviendra à Caderousse muni d’un Certificat de Bonne Conduite qui s’avèrera bien inutile face à la mitraille allemande après le 03 août 1914.

De retour de son armée, Marius se marie avec Noémie Françoise Aubert en 1909 et un petit Gabriel Doux naît l’année suivante comme en atteste la liste nominative de 1911.

Recensement de 1911.

Le jeune couple vit à la campagne, non loin de la ferme de son père, sa belle-mère et ses deux demi-frère et soeur.

Recensement de 1911.

Le tocsin de la déclaration de guerre n’a pas fini de sonner le 03 août 1914 que Marius se retrouve en pantalon rouge et veste bleu, le lendemain, au 258ème Régiment d’Infanterie en Avignon, une unité de réserve dont on a déjà parlé. Ce sera l’embarquement à Pont d’Avignon, la Lorraine, la bataille de Lagarde fatale à un autre Caderoussier. On retrouve le régiment 80 kilomètres plus au nord-ouest, le 25 août 1914, à Buzy-Darmont, à mi-chemin entre Verdun et Metz.

Malgré l’hécatombe, la stratégie de l’Etat-Major français n’a pas changé d’un iota… on attaque !

A la sortie du village, les fantassins français se retrouvent en face d’un déluge de feu venant des tranchées allemandes. Les Allemands, eux, ont pensé de se mettre à l’abri !

Le rédacteur du Journal de Marche du 258ème n’hésite pas à pointer du doigt l’insuffisance de la préparation d’artillerie pour expliquer la violence de la réaction allemande. La suite le met encore plus dans l’embarras pour expliquer ce qui va se passer.

C’est une véritable panique qui s’empare des survivants qui se précipitent en désordre vers l’arrière, se bousculent pour franchir un pont et se mettre à l’abri du feu meurtrier adverse. Pendant ce temps, les gradés de l’Etat-Major continuent de demander aux chefs d’unités encore en vie d’y retourner… chose totalement impossible tant la pagaille est grande. Pour Marius, ces préoccupations ne le concernent plus. Il a été fauché par une balle allemande et est décédé ce 25 août 1914 à l’âge de 29 ans et demi, laissant un jeune orphelin de guerre de 4 ans.

Pour Paul Victor, le chemin est un peu différent. Déclaré inapte pour le service en 1901, il n’est pas concerné par la mobilisation du 03 août. Par contre, il est toujours dans les radars de l’armée et après la saignée du début de la guerre, son cas est reconsidéré différemment et il devient par miracle un soldat tout à fait capable pour la chose militaire en décembre 14, après une réunion de la commission de réforme d’Orange. Il se retrouve donc au 140ème R. I. de Grenoble en février 1915 puis au 359ème R.I. le 20 juillet suivant.

La bataille de Champagne, grande dévoreuse de vies, est commencée depuis quelques jours. Des hommes frais viennent renforcer des régiments décimés pour que l’Etat-Major puisse continuer à programmer de nouvelles attaques plus irréalistes les unes que les autres. C’est vers Soudain, au Bois Raquette, que le 359ème se voit confier la réalisation de la percée prétendument décisive. Le Journal de Marche raconte cette  journée qui commence par le bombardement des lignes allemandes.

La 27ème compagnie dans laquelle sert Marius, est arrêtée sur des barbelés que les obus n’ont pas ouvert. De plus, les Allemands ripostent par des tirs d’armes chimiques.

Des hommes parviennent à prendre la tranchée mais des grenades jetées par les Allemands tuent un grand nombre d’entre eux au point que « les morts sont si nombreux que la tranchée en est remplie ». Les positions conquises sont intenables et les survivants doivent se replier sur la ligne de départ.

Le rédacteur du Journal de Marche va alors remplir consciencieusement l’état des troupes en consignant les noms de tous les hommes mis hors de combat. Il va écrire pas moins de 25 pages semblables à celles-ci, soit environ 1 000 noms.

Au milieu de cette liste apparaît celui de Victor Doux…

…disparu le 06 octobre 1915 à Bois Raquette. Il avait 34 ans et 3 mois.

La fiche de Paul Victor Doux de Mémoire des Hommes

…et celle de Clair Marius Doux.

Paul Victor Doux, matricule 260 classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, et Clair Marius Doux, matricule 420 classe 1905, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter leurs fiches matricules sur le site des Archives du Vaucluse. Il semble que le patronyme Doux soit encore très présent à Caderousse et dans les environs. Si une personne reconnaît en ces Poilus, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger ces deux petites biographies rassemblées.

A suivre: Célestin Henri Durand.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Il y a 100 ans (presque) jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 29 juillet 1917

(JOUR 1092 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le roi d’Angleterre George V visite ses troupes sur le front. Avec le roi des Belges Albert il passe en revue sa garde d’honneur.

De la possibilité des chars d’assaut de tout détruire sur leur passage.

Les arbres de cette forêt n’y résistent pas.

L’institutrice Mme Pellequer de Quesmy, en territoire occupé par les Allemands a continué à faire la classe à ses élèves.

Une fois le village libéré, elle reçoit une médaille pour cet acte de résistance.

La ligne Hindenburg et une tranchée dévastée.

Pour faire comprendre à l’opinion publique que cette ligne de défense a été atteinte par les Alliés.

Le camp d’I… en Champagne.

Jadis occupé par des prisonniers allemands, il est maintenant envahi par des ânes venus d’Algérie employés au ravitaillement.

Quelques vues des festivités du 14 juillet 1917, à Paris…

Faubourg Saint-Antoine

A la Bastille et au boulevard Saint-Michel.

…et dans les territoires libérés:

A Ham (Ardennes) et à Nesle (Somme).

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 22 juillet 1917

(JOUR 1085 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

L’As de l’aviation, Georges Guynemer montre au général Franchet d’Esperay l’avion sur lequel il a remporté tant de victoires ! Un avion orné de la fameuse cigogne. Au moment de la parution du magazine, Georges Guynemer n’a plus que 50 jours à vivre.

Un seule page sur l’entée en guerre des Américains.

Les Américains arrivent avec des hydravions. Les aviateurs posent après un entrainement.

La guerre est vraiment mondiale.

Ci-dessus, on voit un char d’assaut anglais observant les lignes turques du côté de Gaza, en Palestine. Nous sommes au pays de Lawrence d’Arabie. Il y a peu, nous avons raconté l’histoire de ce Poilu de Caderousse mort à Lodd en 1918.

Un autre Poilu caderoussier y est mort le 21 octobre 1915, devant ce fort de La Pompelle défendant Reims. Il s’agit de mon arrière-grand-père Adrien Guérin. Il ne fut pas le seul puisque un Sauvage connu le même sort, le même jour, victime des gaz allemands !


Trois vues de ce qu’il reste de ce qui fut un imposant ouvrage militaire défensif !

D’ailleurs, on se sert toujours des gaz asphyxiants comme sur cette grande photo en double page centrale.

Le nuage de gaz se répand sur la tranchée allemande et les Poilus allemands se rendent aux Français. Car pour les armes chimiques, les Barbares (on appelait ainsi les Allemands alors) ont été rejoints par les Civilisés !

Le Chemin des Dames et les grandes offensives de printemps, si meurtrières qu’elles entraînèrent des mutineries et la mise à la retraite de Nivelle.

 Ici, une borne de cette route s’est retrouvée dans une tranchée française, celle qui indiquait la commune de Cerny à 600 mètres.

Sur le front d’Orient, des troupes grecques combattent aux côtés des franco-britanniques et des Serbes contre les Bulgares appuyés par des Austro-Hongrois et des Allemands.

Ici, en Macédoine, des gradés grecs interrogent des soldats bulgares faits prisonniers.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 8 juillet 1917

(JOUR 1071 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Face au scepticisme ambiant sur les chances de cessation du conflit rapidement, on maintient le moral de l’arrière et des troupes en montrant des images de l’arrivée des soldats yankee en France.

Des paquebots appareillent à New York à destination de la France…

On estime que le 15 août prochain, 500 000 soldats américains seront en France, prêt à combattre.

Les voilà débarquant…

 

et s’installant dans de vastes camps de regroupement comme celui de D… dans l’Aisne… où ils s’essaient au port des très gênants masques à gaz.

A Salonique, sur le front d’Orient, ces soldats bulgares ont terminés leur guerre.

Les voilà sur le chemin du camp retranché d’où ils seront transférés dans le sud de la France, à Nîmes, Montpellier comme au domaine du Ministre qui accueillit de nombreux prisonniers bulgares.

D’autres photos de la bataille de Messines, près d’Ypres, en Belgique, combats qui datent tout de même d’un mois (7 juin 1917). Les lignes britanniques de ce secteur.

 

Autres combats en Champagne, au Mont-Cornillet où les attaques françaises ont échoué les 17 et 30 avril et le 4 mai avant de réussir grâce aux hommes du 1er Zouaves le 20 mai 1917.

La tombe du lieutenant aviateur de Rochefort, tué lors d’un combat aérien après avoir enregistré tout de même 8 victoires officielles reconnues.

Poster un commentaire

Classé dans Revues