Archives de Tag: tennis

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du jeudi 7 juillet.

Ça y est le Tour 38 est parti et le premier drame est survenu: la chute du routier Paul Maye avant même le départ du Vésinet. Les coureurs du Tour ont roulé de Paris à la banlieue ouest avec tous leurs admirateurs, cycles, motocyclistes, journalistes. Un accrochage a eu lieu entre Paul Maye et un cyclomoteur et le cycliste s’est cassé épaule et poignet. Le Champion de France en titre souffre sur la route de Caen, terme de la première étape… sans espoir de revoir Paris dans trois semaines. Il n’était d’ailleurs pas là pour poser avec ses coéquipiers français avant le vrai départ:

11 coureurs au lieu de 12. De gauche à droite: Magne, Gallien, Fréchaut, Mallet, Laurent, Jaminet, Marcaillou, Naisse, Cosson, Speicher, Goasmard.

De son côté, Bartali attend tranquillement que les opérations du contrôle se passent avant que la course ne parte.

La procession entre Paris et Le Vésinet…

…faubourg Montmartre…

…place de l’Etoile pavoisée en l’honneur des souverains britanniques en visite officielle en France…

…sur la route de Neuilly.

Le vrai départ du Tour 1938 vient d’être donné en direction de Caen, terme de la première étape, à 215 km de là.

Il est 11h20, mardi 5 juillet.

Dans la côte de Lisieux. En cours de route, la pluie est venu arroser les coureurs….

…comme dans le côte de Saint-Aquilin près de Pacy-sur-Eure. Les deux échappés, Lusueur et Vicini se mouillent aux deux sens du terme…

 

…tout comme le peloton près de Bernay. A d’autres moments, la route est sèche…

…comme ici sous les roues du Luxembourgeois Neuens et du Français Laurent.

A l’arrivée, belle victoire d’Oberbeck devant Bini et Middelkamp.

L’actualité de ce début juillet 1938, c’est aussi un autre départ, bien plus définitif et malheureux, celui de Suzanne Lenglen, décédé le 4 juillet d’une leucémie foudroyante à l’âge de 39 ans. Elle était une immense championne, imbattable sur les courts entre 1919 et 1926.

A l’école de sa gloire, à Garros.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 28 juin 1938.

A la une de ce Miroir des Sports, l’immense boxeur, Joe Louis. Battu en 1937 par l’Allemand Max Schmeling par KO à la 12ème reprise, il prit une terrible revanche le 22 juin 1938 au Yankee Stadium de New York. Le combat dura en tout et pour tout 2′ 4″ ! Pendant ce court laps de temps, Joe Louis envoya son adversaire trois fois au tapis, la troisième fois pour de bon.

Joe Louis resta champion du monde 11 ans et 8 mois sans être battu une seule fois. Dans toute sa carrière professionnelle, sur 72 combats, Joe Louis en remporta 69 dont 57 par KO contre seulement 3 défaites.

Pourtant n’est-il pas prévenant avec ses poules, le « bombardier noir » ?

Du tennis à Wimbledon avec quelques attitudes surprenantes:

Jean Borotra, emporté par son élan, est passé dans le public et immédiatement retourne sur le court.

Miss Bundy dans un style peu académique renvoie la balle.

Miss Marble ne demande pas grâce mais a glissé lors d’un échange.

Le meilleur nageur français du moment, c’est Alfred Nakache…

…champion de Paris de 100m. crawl et 200m. brasse.

Paul Maye vient de gagner le titre de champion de France de cyclisme sur route la semaine dernière. Quelques attitudes bizarres…

…pour fêter son titre.

Du cyclisme sr piste avec cette réunion organisée l’Union Vélocipédique française à la Cipale, à Vincennes.

Un hommage au tandem tant utile pour transporter les bénéficiaires des nouveaux congés payés.

Un Paris-Roubaix pour les amateurs et indépendants:

Le Parisien Fernand Lesguillons l’emportera. Ici il traverse Beauvais.
Pour terminer, l’équipe nationale belge qui défendra les couleurs de la Belgique sur les routes du Tour de France pose…

…après avoir été reçu au siège de l’Union Vélocipédique Belge.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 28 septembre 1937.

En couverture de ce numéro de Miroir des Sports du 28 septembre 1937, une vue un peu fantastique de l’immense champion de boxe Marcel Thil, véritable monstre physique. Il vient toutefois de subir une défaite plutôt par accident que par infériorité quelconque comme l’écrit le rédacteur de la légende.

Défaite contre Apostoli dont on entrevoit une vue de ce combat sur cette image brouillée…

…parasitée lors de la transmission de la téléphotographie par radio, la méthode de transport d’images à la pointe de la modernité en 1937 !

Pendant ce temps, Alfonso Brown continue à mettre des raclées à ses adversaires en France.

Ce coup-ci, c’est Huguenin qui alla au tapis, au 3ème round.

Des épreuves de second ordre dans plusieurs sports:

  • en tennis, le Miroir des Sports est désolé de voir en finale des internationaux de Paris un Yougoslave Pencec contre un Chinois Kho Sin Kie.

Un véritable affront pour le sport français malgré la victoire de Mme Mathieu chez les Dames et de Borotra-Pétra en double messieurs !

  • Dernière course amateur de la saison à Paris avec la victoire d’inconnus qui damèrent le pion aux cracks de la discipline.

  • En athlétisme autre surprise au meeting de Jean-Bouin pendant lequel un coureur de banlieue de La Boissière-Montreuil Désiré Leriche a battu tous les étrangers au marathon en 2 heures 41 minutes et 52 secondes.

Du football pour continuer avec les résultats de la 6ème journée du Championnat de France de première division.

L’O.M. a battu Antibes dans un des derbys de la Côte 1-0. L’O.M. pointe maintint en 3ème position avec 8 points, ex-aequo avec Rouen et 1 point de Excelsior Roubaix et Strasbourg.

Une vue de cette rencontre entre Marseille et Antibes avec un bel envol de Mario Zatelli, l’avant-centre emblématique du club pour l’histoire. Le Vélodrome était loin ‘être bien garni dans le virage sud.

Pour terminer, des histoires d’envol…

Celui du plus jeune gardien de but professionnel, Barella.

Celui du bolide de John Cobb, vainqueur des 500 Miles de Brooklands, sur cette photo qui montre toute la vitesse et la puissance de l’automobile. Image que l’on ne risque pas voir dans cette course un peu particulière…

…la course de côte au ralenti de Montmartre remportée par ce engin à la vitesse de… 288,93 mètres à l’heure. Une autre performance… pour les nerfs du conducteur pilote !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 3 août 1937.

Le Tour de France est fini depuis une semaine mais on va tout de même en reparler. Toutefois la une est faite d’un meeting de natation où deux nageurs danoises se congratulent après une course. Dans l’eau, Hveger (17 ans) est félicitée par Sörensen (13 ans).

Le Tour de France et son vainqueur, Roger Lapébie, sous toutes les coutures:

avec Sylvère Maes,

pédalant en jaune et

avec son conseiller technique Jean Leulliot.

Mais le magazine insiste sur la performance d’un jeune premier…

…dont on reparlera…

Gino Bartali.

Le cyclisme a repris avec des courses mineures en attendant les futurs championnats du monde en fin de mois.

Le Tour des Villes d’Eaux d’Auvergne a vu la victoire de l’Italien Guiponne. Un tour en 2 étapes:

Classements du Tour des Villes d’Eaux.

Autres sports:

La Coupe Davis de tennis est partie aux Etats-Unis… pour longtemps pronostique le rédacteur de l’article.

Un stade rempli en URSS, celui du Lokomotiv Moscou. Cela permet au Miroir des Sports pour regretter qu’en France, on ne construise pas de stade de plus de 50 000 places comme c’est le cas pour la Coupe du Monde de football 1938. Un regret qui perdurera dans les années 1970, 1980 jusqu’à l’inauguration du Stade de France pour le Mondial 1998.

Une belle attitude du joueur de pelote basque Jean Urruty, champion complet de ce sport qui s’est éteint le 16 août 2002 à l’âge de 90 ans.

Une vue traditionnelle de saison: du plongeon à Los Angeles.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 6 juillet 1937: Le TOUR 1937.

Le Miroir des Sports du mardi 6 juillet 1937. Le Tour continue sa descente vers le sud. La revue va nous raconter 3 étapes: Charleville-Metz (161 km) remportée par Generati.

Archambaud a perdu son maillot jaune au profit de Kint. Peu d’images de cette étape de transition. Par contre la quatrième étape Metz-Belfort va donner lieu à de nombreuses photos surtout avec le franchissement  du premier grand col de ce Tour de France: le Ballon d’Alsace dans les Vosges.

Première bagarre qui va permettre à l’Allemand Erich Bautz, le coureur au premier plan de la une refaire coup triple en passant en tête au Ballon, en remportant l’étape à Belfort et en s’emparant du Maillot Jaune.

Dans la traversée d’Epinal, c’est un peloton groupé qui passe sous la conduite des Français Marcaillou et Lapébie. Puis tout va exploser dans les Vosges.

Bautz dans le clair-obscur vient de partir.

Bautz à l’approche du sommet…

…suivi à distance de l’immense champion italien Gino Bartali qui fait ces premiers kilomètres dans le Tour de France où il écrira sa légende.

Un Ballon d’Alsace chaud bouillant avec une foule considérable…

…dans une chaleur estivale.

Les classements de la 4ème étape:

Et ceux de la 5ème étape Belfort-Genève coupée en 3 tiers d’étapes, rien que cela !

Belfort-Lons-le-Saunier (175 km) vainqueur Pippo

Lons-le-Saunier-Champagnole (34 km contre-la-montre par équipes): l’Equipe Nationale Belge vainqueur.

Champagne-Genève (93 km) Ambéry vainqueur.
Le Maillot Jaune reste sur les épaules d’Erich Bautz.

Une vue du peloton dans la vallée du Doubs, peloton emmené par Choque et Lapébie.

Un autre ancien vainqueur du Tour, le Français Georges Speicher semble en forme (au milieu de la route). Au premier plan Fabien Galateau, un indépendant venant d’Avignon qui connut une très honnête carrière pro et dont le fils Yves joua à l’O.A. dans les années 70.

Autres titres de l’actualité sportive:

Louis Chiron vainqueur du Grand Prix de l’A.C.F. à Monthléry.

L’Américain Budge vainqueur sur le gazon de Wimbledon.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 1er juin 1937

Du cyclisme à la une, Bordeaux-Paris plus précisément. Il s’agit d’une course aujourd’hui disparue des calendriers. Un course inhumaine disaient certains coureurs. De Bordeaux à Paris, c’est tout de même un rallye de plus de 550 km ! En une seule traite ! Les coureurs partaient de nuit de Bordeaux. Ils prenaient les entraîneurs vers le tiers de la course, une petite motocyclette qui leur permettaient d’être abrités. Le reste, c’était à celui qui tiendrait le plus longtemps possible. En 1937, ce fut un Belge totalement inconnu, Joseph Somers.

De grands noms (Lapébie en 1937) participaient à cette course, ce qui n’était plus la cas avant sa disparition en 1988.

D’autres vues:

Le plus grand exploit de cette course fut réalisé en 1965 par Jacques Anquetil, vainqueur le samedi du Critérium du Dauphiné Libéré. Il prit l’avion (de De Gaulle) à Nîmes qui l’emmena à Bordeaux. Quelques heures après, il prenait le départ de Bordeaux et remportait la course une dizaine d’heures plus tard, à la Cipale.

Suite du tennis à Roland-Garros pour les Internationaux de France. On avait laissé les sportifs aux 1/8èmes de finales des Tournois. On les retrouve au niveau des 1/2 finales et finales.
Chez les hommes, les finalistes entre dans le court:

Entrée des finalistes: l’Allemand Henner Henkel et l’Anglais Henry Austin pour une victoire…

…l’Allemand Henkel.

Chez les femmes, voici les finalistes:

Mme Simone Mathieu, la Française et sa concurrente Danoise, Mme Hilde Krahwinkel Sperling.

C’est cette dernière qui reporta la rencontre à l’issue d’un match lénifiant entre 2 joueuses très fortes pour se renvoyer la balle du fond du court.

La grande révélation de ces quinze jours parisiens fut le longiligne français Yvon Pétra, âgé de 21 ans, qui remporta le double l’année suivante et inscrivait son nom à Wimbledon en 1946.

Encore un peu de football avant les grandes vacances et la coupe de l’Exposition (Universelle 1937 s’entend).  C’est l’occasion de voir les 2 meilleurs clubs français affronter des grands d’Europe: les Italiens de Bologne, les Anglais de Chelsea. Sont également de la fête:  les Allemands du V.F.B. Leipzig, les Autrichiens de l’Austria de Vienne, les Hongrois du Phoebus de Bucarest et les Tchèques du Slavia de Prague.

Les résultats:

Quelques vues  de la rencontre OM-Chelsea à Antibes.

La poignée de mains des capitaines.

Le but égalisateur des Anglais.

Les compositions des 2 équipes.

Le nul entre l’OM et Chelsea entraîna un tirage au sort pour désigner le qualifié pour les 1/2 finales et le sort désigna… Chelsea pour jouer le jeudi suivant. On y reviendra.

Pour terminer, une belle photo prise autour du bassin de plongeon de la piscine parisienne des Tourelles avec une entrée dans l’eau parfaite de ce concurrent, le Français Lemaître.

La saison nautique est aussi lancée.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 25 mai 1937

A la une de Miroir des Sports du 25 mai 1937, du cyclisme sur piste et le match de vitesse entre Louis (Toto) Gérardin à gauche et Louis Caillot à droite, son challenger, sur la piste du Parc des Princes. Au printemps, le Vel d’Hiv est fermé et ce championnat de France sur piste de vitesse se court sur une piste en plein air. De la vitesse oui alors qu’on est en pleine séance de sur-place sur la belle de la finale. Une tactique pour forcer l’adversaire à y aller en premier, ce que Gérardin fera et ce qui permettra à Caillot de devenir Champion de France. Physique et tactique la vitesse !

Les Internationaux de France de tennis et le compte-rendu de la première semaine, au stade Roland-Garros à Paris.

A gauche et au centre en haut, la finale du double messieurs: ce sont les Allemands Henkel-Von Cramm

qui l’emporteront sur la paire sud-africaine Kirby-Farquharson.

Au centre, en bas, l’entrée des finalistes du double dames, Mme Mathieu et Miss Yorke (1 et 3 à partir de la gauche) contre Mrs Andrus et Mme Henrotin (2 et 4).

A droite, une phase de la double mixte Borotra- Mme Boegner vaincu par la paire Mme Mathieu-Pétra.

A suivre pour les résultats des simples, la semaine prochaine.

Les derniers soubresauts du football pour cette saison 1936-37.

Le dernier match du Championnat de France de Première Division: O.M.-Sochaux.

Un tir puissant de Weisskopf qui ne fera pas mouche, les Marseillais étant battu pour leur dernière sortie à l’Huveaune 0-1. L’O.M. champion termine par 2 défaites d’affilée face à Lille et Sochaux. Pas très sérieux mais un titre de champion à la clé au bénéfice du règlement, le goal-average plus important de l’O.M. sur le co-leader Sochaux avec 38 points.
Football encore avec le match international à Colombes entre l’Equipe de France et son homologue d’Irlande. Malgré toutes les occasions françaises comme ici…

…ou là où on est persuadé que le ballon va franchir la ligne…

…les Irlandais l’emporteront 0-2. Une autre fin de saison ratée !

Poster un commentaire

Classé dans Revues