Archives de Tag: Allemagne

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 24 novembre 1918

Toujours ce retard dans les articles du Miroir avec la vie réelle. Ainsi, ce 24 novembre, alors que la guerre est finie depuis 12 jours, on voit à la une Foch amenant à la Conférence Interalliés la Convention d’Armistice… Du retard à l’allumage !

Pas de photo de signature de l’armistice ! Alors, les lecteurs du Miroir se contenteront de dessins…

…l’arrivée des plénipotentiaires allemands en voitures automobiles et les acteurs de cette scène historique dans le wagon de Rethondes.

En Allemagne, les premiers vaincus sont les Hohenzollern.

Le secrétaire du Reich annonce du haut de l’escalier du Reichstag leur déchéance.

A gauche Guillaume II l’empereur déchu, à droite son fils, le Kronprinz qui ne régnera pas.

L’étoile montante du Reich: Friedrich Ebert.

Nommé Chancelier le 9 novembre, il sera Président du Reich de la République de Weimar en février 1919.

Des vues bien réelles celles-là des scènes d’allégresse à Paris, le 11 novembre, après que la nouvelle de la signature de l’Armistice soit tombée.

La cour intérieure du Palais-Bourbon est envahie par la foule pour acclamer Clemenceau.

Mêmes scènes d’enthousiasme collectif place de la Concorde, près de la statue de Strasbourg.

Autres photos sur le même sujet prise dans les rues de Paris.

Ci-dessus, ce n’est pas Paris mais Rome qui connaît les mêmes épisodes festifs.

Quelques mots sur des découvertes faites par les troupes françaises avançant maintenant sans opposition.

Des camouflages originaux: un arbre déguisé en poste d’observation, un trou d’obus aménagé.

On a retrouvé la tombe de Roland Garros, l’aviateur, abattu en duel contre des Fokkers allemands le 5 octobre 1918. Elle est située dans le cimetière de Vouziers, dans les Ardennes, non loin du lieu du crash. Sa sépulture ne sera pas déplacée après-guerre.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 13/15 la lettre du 23 juin 1871

Dans cette lettre reçu par Alexandre Dumon, on apprend qu’il a un fils qui vient de faire la guerre contre les Prussiens et qui a été fait prisonniers lors de ce conflit. C’est donc avant tout le père impatient de voir rentrer son fils qui a écrit au député de Haute-Garonne Paul de Rémusat. Ce dernier lui répond pour expliquer le retard pris pour le rapatriement des prisonniers de guerre, pour cause d’encombrement des voies de chemin de fer.

…le gouvernement se préoccupe très vivement de cette question (le retour des prisonniers) et chaque jour, des centaines, des milliers de prisonniers reviennent. Cela ne peut pas se faire aussi vite que chacun le désirerait car les chemins de fer sont encombrés et ne peuvent transporter chaque jour qu’un nombre limité de voyageurs. 

Il faut dire que le désastre français fut tel que pas moins de 371 981 hommes du rang et 11 810 officiers furent capturés par les Allemands auxquels on se doit d’ajouter 80 000 hommes de l’armée de l’Est ayant fui en Suisse et y étant retenus. Ce sont des chiffres considérables car environ 30% des hommes mobilisés dont beaucoup ne combattirent pas, furent fait prisonniers ! Pour mémoire, pour la Grande Guerre, le chiffre est de 7%.

A l’inverse, il n’y eut que 40 000 Allemands capturés par l’Armée française.

Cet afflux inattendu d’hommes en Allemagne causa bon nombre de problèmes aux Allemands. Pas moins de 242 villes durent accueillir des camps de prisonniers. Le statut des officiers était différent puisqu’il était semblable à une assignation à résidence.

18 000 hommes moururent en captivité. N’oublions pas qu’à l’impréparation allemande, à l’épidémie de variole qui ravagea les deux armées, cette crise se déroula par un hiver assez rigoureux. Les hommes commencèrent à rentrer à partir de la fin de la guerre, le 15 février 1871 et ces opérations de rapatriement durèrent jusqu’au 16 août 1871. Alexandre Dumon a donc encore quelques semaines à attendre le retour de son fils !

Dans sa lettre enfin, Paul de Rémusat termine en remerciant Alexandre Dumon pour les excellentes idées qu’il lui a envoyées sur les économies qui peuvent être réalisées. On en saura pas dans quel domaine mais cet Alexandre Dumon semble être une personne aimant donner des conseils à tous ses correspondants !

Paul de Rémusat (1831-1897) fut journaliste, collaborateur à la Revue des Deux-Mondes, député puis sénateur avant d’entrer à l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 10 novembre 1918

(JOUR 1560 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une une macabre pour ce dernier Miroir de guerre avec un mitrailleur allemand tué par l’explosion d’un obus et recroquevillé au fond d’un trou. Terrible sort pour ce soldat faisant partie des unités sacrifiées pour défendre le repli des autres. Des mitrailleurs courageux qui firent de nombreuses victimes aux troupes avançant vers eux…

…les américains sur la Meuse…

…où ils ont construit un pont de fortune. Sur la photo du haut, des prisonniers allemands en nombre.

…des Français de Gouraud qui doivent faire face à une résistance plus soutenue des Allemands, voire à des contrattaques.

En haut, d’autres prisonniers allemands.

De partout, dans les région libérés, les populations reçoivent les visites des hommes politiques. On commence à y préparer l’après-guerre avec cette chambre à la couleur « bleu-horizon ».

Clemenceau à Douai avec les chefs britanniques.

Poincaré à Roubaix.

Le roi des Belges, Albert 1er, sur ses terres, à Bruges.

Une photo de famille en double page centrale…

…la grande famille des hommes de la 4§ème Division Britannique qui ont libéré les villes du Nord.

Pour terminer cette guerre, un petit tour en Orient, en Macédoine où les Français entrent à Sérès après la fuite des Bulgares…

…et les Britanniques à Alep, en Syrie.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 03 novembre 1918

(JOUR 1553 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un épervier dans la main d’un soldat américain… un symbole pour le Miroir qui y voit un rapace cousin de l’aigle allemand prisonnier des Alliés. Un peu tarabiscoté comme symbole !

A Lens, les Allemands (et les combats) ont détruit la fosse n°14.

 

La salle des machines comme le chevalement ne sont que ruines.

Lille a été libérée après quatre ans sous la botte allemande. On comprend les scènes de joie.

On a même célébré cette libération à Paris par un grand défilé militaire…

…place de la Concorde et devant l’Hôtel-de-Ville.

Non loin de là, Douai a connu de grandes destructions.

Dans ce secteur, les chars d’assaut britanniques ont participé à la bataille.

De l’autre côté de la frontière, en Belgique, les destructions sont les mêmes qu’en France.

Par contre, comme on le voiture ces deux vues prises avant et après la libération, le port d’Ostende n’a pas connu trop de problèmes.

Dans les Flandres, après le combats, le paysage est lunaire…

…à cause des bombardements en haut, de l’explosion d’une mine en bas.

Convois de ravitaillement sur la Meuse pour les troupes américaines.

Une contrattaque allemande a été brisée en Champagne.

Elle a laissé beaucoup de matériel détruit.

Pour terminer, à Paris, un visiteur inattendu près du pont de la Concorde.

Un sous-marin ! Il a été amené en cet endroit insolite pour participer à une animation à l’occasion d’une nouvelle souscription d’un emprunt de guerre. Original pour sûr !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er novembre 1918

(JOUR 1551 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Clemenceau, le premier ministre, le premier Poilu de France pour le titre, la légende du « père la victoire » est en route !

Une carte très intéressante pour montrer l’évolution du front depuis la fin du second trimestre 1918 et l’extrême avance de l’armée allemande (la ligne la plus à gauche et en bas- un double trait).

Le ligne foncée représente le front au 21 octobre 1918. On s’aperçoit de toute l’avancée des Alliés de la mer du Nord à Pont-à-Mousson.

On constate que le front n’a pas bougé entre Pontà-Mousson et la frontière suisse.

Les villes détruites sous le titre vengeur: « les Barbares devront payer leurs crimes ».

De gauche à droite et de bas en haut… Ham, Montdidier, Warvilliers, Saint-Quentin.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 27 octobre 1918

(JOUR 1547 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Cambrai libérée. Dans les ruines de la cathédrale, on célèbre la première messe.

Car cette fin de guerre est terrible pour les villes et les villages libérés.

Ici, il ne reste plus grand chose de Ripont (en haut) et Riencourt (en dessous).

Des ruines aussi pour Lens, La passée, Argentifères, Cambrai en flammes.

Lille a été à son tour libérée par les Britanniques.

On ne verra plus les parades allemandes sur la place centrale. Par contre, le prix de cette libération a été lourd… des destructions, toujours des destructions !

Ces mêmes Britanniques qui ont libéré Douai

De partout des prisonniers allemands.

Le canal du Nord est à sec, ce qui est plus facile pour le traverser…

…tout comme le canal de Saint-Quentin et le tunnel du Tronquey qui fut une pièce maîtresse de la ligne Hindenburg.

Toujours les Américains en Argonne…

…et les Belges.. en Belgique pour la libération de Roulers.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 20 octobre 1918

(JOUR 1540 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Wilson, le président américain, à la une de cette revue. Il faut dire qu’il reçoit des messages venant des Empires centraux pour mettre fin à ce conflit. On le voit sur cette image de la double page centrale.

On sait maintenant que ce sont les Français qui ont retardé la date de l’armistice pour que la victoire soit plus importante.

Les Allemands qui se replient comme ici vers Reims, dans la région de Monts qui ont été repris.

Mont Cornillet, Mont Haut, Mont Blond.

La ligne Hindenburg est dépassée.

On voit ici tout le système des tranchées qui se voulaient imprenables.

Les Américains en Argonne…

…les Britanniques, la cavalerie montée britannique dans le Nord.

Les villes libérées sont dévastées…

…comme Saint-Quentin ci-dessus sur cette photo prise à 100 mètres de haut.
Dans ces villes dévastées, les réfugiés commencent à rentrer chez eux.

Poster un commentaire

Classé dans Revues