Archives de Catégorie: Livres

Quand l’ABBÉ MAGNAT d’ANCONE inventait la méthode PLAIN-CHANT…

Décidément un géo-trouve-tout, cet abbé Antonin Magnat qui officia à Ancone au XIXème siècle ! Non seulement inventeur d’une mixture médicinale miraculeuse, il avait commencé par créer une méthode pour faciliter l’apprentissage du chant par les enfants !!! Le solfège sans le solfège… avec presque du solfège !!!

Le hasard nous a permis de nous procurer cet ouvrage révolutionnaire…

 dsc01430

MÉTHODE ET EXERCICES NOUVEAUX À L’USAGE DES ENFANTS POUR LEUR RENDRE FACILE L’ÉTUDE DU

PLAIN-CHANT

PETIT ESSAI OFFERT AU CLERGÉ PAROISSIAL AINSI QU’AUX INSTITUTEURS PRIMAIRES POUR LEUR EN FACILITER L’ENSEIGNEMENT.

Le livre est bien signé par l’Abbé ANTONIN MAGNAT, Prêtre et publié chez Bajat fils , imprimeur à Lyon. Il est daté de 1857.

Le curé a écrit une triple introduction à son ouvrage à destination du lectorat.
Première introduction générale commencée  par cette question: Pourquoi cette méthode de plain-chant ? suivi de cette réponse pleine de bon sens: Je répondrai tout simplement: Parce qu’il n’y en a pas !

dsc01431

Certes ! Il fallait l’oser !

Magnat se plaint que le chant profane bénéfice de méthodes facilitant son apprentissage alors que le chant religieux qui pourtant est indispensable à une bonne prière (Oui, le prêtre prie mieux, le fidèle aussi prie mieux dans une église où l’on chante bien.) n’a aucune aide d’où son invention… originale.
Seconde introduction destinée aux enfants…

dsc01432

terminée par cette prière plutôt amusante…

dsc01434

Charité bien ordonnée commence… par soi-même !

Puis troisième introduction destinée aux personnels qui se serviront du guide…

dsc01435

les Ecclésiastiques et les Instituteurs chargés des leçons de chant… religieux.

Après cela, la méthode peut commencer en parlant d’abord de tons et de demi-tons…

dsc01436

L’originalité, ce ne sont pas tellement les textes explicatifs mais les dessins les accompagnant qui méritent qu’on y regarde de plus près. On y découvre…

dsc01437

…des escaliers ou des échelles…

dsc01438

…des portées sur lesquelles les notes sont des carrés avec une lettre au centre … et quelquefois…

dsc01439

…les deux.

Peut-être révolutionnaire mais finalement guère moins simple que de véritables partitions !

De plus, l’Abbé propose toute une série de chants accompagnés de textes inspirés des… fables de Jean de la Fontaine.

dsc01440

Là, il fallait l’oser. Des plagiats de fables mises en musiques… pour être chantées par des enfants.

Réellement original cet Abbé Antonin Magnat ! Mais pédagogue… ???!!!

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Connaissez-vous le PRIEURÉ d’ALEYRAC ?

Texte écrit dans le blog d’Ancône Culture et Patrimoine et paru le 8 février dernier. Voici un re-blog personnalisé.

Prochaine sortie pédestre patrimoniale d’Ancône Culture et Patrimoine à la découverte du Prieuré d’Aleyrac, à la limite entre la plaine de la Valdaine et du pays de Grignan, non loin d’un petit col qu’empruntèrent jadis, en 1987 entre autre,  les Géants du Tour de France après un détour chronométré sur le Géant de Provence.

L’affichette de la sortie signée Paule.

Jeudi 22 février 2018, à partir de Salles-sous-Bois jusqu’au Prieuré puis retour en descente vers la vallée. 15 kilomètres, 400 mètres de dénivelé. Départ à 8h.30 d’Ancône, devant l’Agence postale de Denise.

Mais qu’est-ce qu’un Prieuré ? C’est un monastère dépendant d’une Abbaye plus importante. Le Prieuré est placé sous l’autorité d’un prieur, lui-même dépendant d’un abbé… de l’Abbaye. Elémentaire mon cher Watson !

Sauf qu’à Aleyrac, ce n’était pas un prieur qui dirigeait le Prieuré mais une religieuse-prieur (une prieuse ?). Car Aleyrac était un monastère bénédictin qu’occupaient treize nonnes. Nous sommes là au XIIème siècle, c’est-à-dire vers 1100. Ce Prieuré dépend de la prospère abbaye de l’Ile-Barbe à Lyon, cette île jetée au milieu de la Saône au nord de la Croix Rousse.

Ainsi vivait cette communauté de femmes murée dans le silence pour suivre les règles fixées par Saint-Benoît. Mais en 1358, des pillards vinrent ruiner ce petit paradis et les religieuses migrèrent vers Valréas où elles reçurent l’autorisation de s’installer.

A partir de ce moment le Prieuré était voué à disparaître. Les bâtiments furent détruits sans que l’on sache vraiment à quelle époque cela se passa et seule subsiste de nos jours la carcasse de l’église prieurale dont nombre de pierres servirent aux autochtones pour construire la chapelle paroissiale. Pratique courante ! Après tout, les grands monuments romains ne furent-ils pas des carrières pour leurs voisins jusqu’à ce que Prosper Mérimée, ministre de la Culture de Napoléon III, ne comprenne qu’il fallait défendre ces patrimoines.

Vue aérienne que l’on doit à Google Maps.

Les voisins du Prieuré avaient aussi compris que ces sources qui coulaient en abondance dans l’église, certains parlent de deux, d’autres de sept comme les sept piliers de l’église, ces sources pouvaient les soigner de maux divers. On dit qu’elles guérissaient la tête, qu’elles soignaient les problèmes des yeux de ceux de la peau. Alors, longtemps des Pèlerinages se déroulèrent et ils attiraient beaucoup de pèlerins. Mais pas seulement que des croyants ! Des bandits de grand chemin, eux, préféraient les espèces sonnantes et trébuchantes des bourses des visiteurs à la pureté supposée des eaux miraculeuses. Si bien que peu à peu, sans voisins vigilants, cette insécurité fit fuir les pèlerins et les Pèlerinage disparut. Si un miracle survient chez un marcheur d’ACP qui aura goûté l’eau qui continue de couler dans les ruines de l’église, si ça marche pour les oreilles par exemple, notre Président ne manquera pas de proposer la relance de cette manifestation festive… qui pourrait alors aider au  financement de la rénovation de la « Chapelle du cimetière » ! Hé ! Hé!

Quant aux brigands, ils prirent une autre forme, raconte Roland Brolles….

…dans son livre « Dans l’ombre des soutanes » paru en mars 2003. Peu avant la Révolution, arriva au village un curé nommé Jean Joseph Reymond, originaire du Comtat Venaissin. Il visitait les paroissiens, les confessait, leur tirait les vers du nez avant de leur soutirer leurs magots de famille et autres économies à l’aide de quelques comparses. Un curé ripoux en somme ! Irréprochable vis à vis de l’Etat, il avait même prêté serment à la Constitution civile du Clergé. Le meilleur moyen d’être tranquille de ce côté-là ! Par contre, un différent avec un ancien acolyte, un certain Joseph Pancrace Jardin, se termina par un coup de kalachnikov pistolet qui mit fin à l’équipée de Reymond en même temps qu’à sa vie. Longtemps on raconta dans les veillées à La Bégude ou à Taulignan, les méfaits du curé d’Aleyrac puis on oublia, une nouvelle horreur chassant l’autre.

Il ne manquait plus qu’à quelques agents voyers du département (les ingénieurs de la DDE) de prélever de nouvelles pierres de l’église prieurale au début du XXème siècle pour arranger et restaurer les routes entre Salles et le pays de Mazenc. Le holà fut vite mis par l’Etat qui classa les restes du Prieuré d’Aleyrac monument historique, le 06 mai 1905. Mais sans sou de l’Etat, il fut figé… en l’état.

Reste à venir découvrir ou re-découvrir ces ruines (presque) millénaires le 22 février prochain, avec les marcheurs d’Ancône Culture et Patrimoine.

Première de couverture du livre de Roland Brolles « Dans l’ombre des soutanes » paru en 2003  chez Albanox-Archives et Terroir. Vous y découvrirez 36 autres  histoires aussi invraisemblables mais réelles que celle du curé d’Aleyrac…

Poster un commentaire

Classé dans Livres

À l’hôtel du département, la PRÉSENTATION du dernier livre de CLAUDE DIDIER: LES GRANDS ÉVÉNEMENTS DE LA DRÔME.

DSCN2760

Il s’agit donc d’un livre de Claude Didier, un ami de Michel Marmus, publié aux Editions Labourée de Clermont-Ferrand: Les Grands Evénements de la Drôme, premier tome couvrant la période 1900-1950. Journaliste dans sa vie antérieure, c’est dans la presse locale et départementale que l’auteur trouva la matière à l’écriture de ses articles. Il raconte donc les événements importants inscrits dans l’Histoire comme…

DSCN2744

l’arrivée des Arméniens dans le département dans les années ayant suivi le Génocide ou…

DSCN2745

l’assassinat de l’ancien ministre du Front Populaire, en résidence surveillée à Montélimar pendant l’Occupation. Mais il aborde aussi des événements qui firent certainement parler à leur époque mais sur lesquels l’oubli est passé comme…

DSCN2747

cet accident d’avion.

Bien sûr, l’achèvement d’une des Merveilles de la Drôme, le Palais Idéal du facteur Cheval d’Hauterives…

DSCN2746

est bien présent…. d’autant plus que l’auteur a écrit, il y a quelques années, un autre ouvrage sur ce fleuron drômois célèbre dans le monde entier (Lecture ésotérique et symbolique du Palais Idéale du facteur Cheval).

C’est à l’Hôtel du Département que Claude Didier avait convié mercredi 6 avril, ses amis pour la présentation officielle de cet ouvrage en présence du vice-président du Conseil Départemental dévoué à la Culture, M. Limonta.

DSCN2733

Il y eut les discours, les petits fours et bien entendu, la séance de dédicace…

DSCN2736

Voici les quelques mots que Claude Didier nous a écrit sur l’exemplaire qu’il nous donna:

DSCN2742

Car nous avions très modestement participé à la réalisation de cet ouvrage en prêtant deux documents de nos collections…

DSCN2751

la carte de marinier dont une portion illustre l’article ayant trait à la création de la C.N.R. dans les années 20, prélude à la domestication du Rhône qui sera certainement abordée dans le second tome en cours d’écriture, et…

DSCN2749

la lettre de cette jeune valentinoise racontant les derniers jours de l’Occupation et la Libération de la Drôme et de sa ville-Préfecture. Une modeste contribution apportée avec plaisir.

On y voit aussi, entr’autre, une carte postale de la collection de Michel Marmus.

DSCN2750

Un dernier mot avec cette originale mais combien juste pensée de l’auteur qui dédie son ouvrage aux enseignants qui firent ce qu’il est devenu:

DSCN2743

Si la grande et la petite histoire de la Drôme vous intéressent, voilà un bel ouvrage à lire puis mettre dans votre bibliothèque:

DSCN2761

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Des COUVERTURES FICTIVES de TINTIN dans le livre NOUS TINTIN- 1987

En l’occasion de ce dernier jour du Festival de la Bande Dessinée d’Angoulème…

DSCN0566

ce livre édité en 1987  qui rassemble des unes imaginaires d’albums de Tintin par des artistes venus de divers univers. Au premier rang, sur la couverture ouverte, une grande oeuvre de Keith Haring qui décèdera 3 ans après:

DSCN0587

TINTIN EN HARINGLAND.

Bonne promenade à travers les unes imaginaires:

DSCN0568

LA PYRAMIDE DU SOMMEIL (GILLES BACHELET)

DSCN0569

LA VALISE TRIANGULAIRE (ENKI BILAL)

DSCN0570

TINTIN ET LE REINE DU TANGO (ALBERTO BRECCIA)

DSCN0571

TINTIN SE SOUVIENT (MAX CABANES)

DSCN0572

TINTIN ET LA FACE CACHÉE DE LA LUNE (SILVIO CADELO)

DSCN0573

TINTIN CHOMEUR EN CHINE AVEC TCHANG (F’MURRR)

DSCN0574

TINTIN ET LA LOCOMOTIVE (ANDRÉ GEERTS)

DSCN0575

SUR LES TRACES DE TINTIN (DANIEL GOOSSENS)

DSCN0576

ON A R’MONTÉ LE TEMPS (VINCENT HARDY)

DSCN0577

LE COMPLEXE DE LA HOUPPE (JAN)

DSCN0578

TINTIN AUTOUR DU MONDE (FRANK LE GALL)

DSCN0579

LES ARCHIVES DU FERRAILLEUR (SILVER LEMON & BODE BODART)

DSCN0589

EMBROUILLE À MOULINSART (JACQUES DE LOUSTAL)

DSCN0582

LA REVANCHE DU PROFESSEUR WOLFF (FRANCIS MASSE)

DSCN0583

ULTIME HARIESSE (PASCAL NOTTET)

DSCN0584

LA DERNIÈRE AVENTURE (MARIE-FRANÇOISE PLISSART)

DSCN0585

TINTIN EN BIRMANIE (ALEC SEVERIN)

DSCN0586

TINTIN PASSE LE MUR (ALEX VARENNE)

On aurait envie d’ouvrir ces livres… imaginaires !

Poster un commentaire

Classé dans Album, BD, Livres

EPILOGUE de l’histoire d’EULALIO FERRER: le MEXIQUE

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’éditin de Limonest, en 1993. Suite…

L’Epilogue.

Eulalio Ferrer a écrit en octobre 1988 l’épilogue de son livre Entre Alambradas titre original de son oeuvre.

Le travail au camp de La Ferté-Imbault était très dur. A l’humiliation des camps avait succédé l’esclavage de la Compagnie. Travail de 7 heures du matin à 19 heures, à creuser des tranchées et des chemins dans un froid glacial jusque là inconnu par la plupart des hommes. Ils allumaient des feux pour réchauffer leurs mains martyrisées par les outils, la pelle et la pioche. Pour Eulalio, il n’était plus possible d’écrire son journal. Par contre, le soir venu, il écrivait tard dans la nuit, des lettres pour lui et pour les autres.

La nourriture était devenue plus correcte. C’était la ration des soldats, abondante mais mauvaise. Face à toutes les difficultés connues par les travailleurs forcés,  l’amitié et la solidarité sans faille du groupe des 5 (6 avant la mort de Gustavo) étaient la chose la plus importante. Les hommes gagnaient 1 franc par jour soit l’équivalent du prix d’un affranchissement d’une lettre en France !

Le séjour à La Ferté-Imbault ne dura pas longtemps puisque la Compagnie déménagea au début de l’année 1940 à la Ferme de la Morillère près de Cerdon, non loin d’Orléans. Le froid était encore plus terrible et Eulalio se rappelle que l’encre et le vin gelaient les nuits. Pour tout vêtement supplémentaire, les hommes avaient reçu une nouvelle paire de chaussettes. La neige s’ajoutant au froid, les pneumonies atteignaient de plus en plus de détenus. Quant à la nourriture, elle n’avait pas changé de goût mais elle était à nouveau moins abondante. Les problèmes intestinaux avaient repris.

Le travail à Cerdon consistait à élargir un chemin menant à une centrale cachée au milieu des bois, une usine de poudre. Au côté des Espagnols travaillaient des Indochinois comme maçons et manoeuvres. C’est en poussant un wagonnet sur une voie qu’Eulalio le fit dérailler. Comme dans le même temps, l’interprête venait de décéder, on le nomma à sa place, vu son peu d’aptitude à la chose manuelle. Mais la solidarité était toujours sans faille entre les amis.
Un dimanche, il fut demandé des volontaires pour aller décharger des wagons de charbon. Les amis y allèrent par solidarité avec le chef de section. Cela leur ferait aussi gagner 10 francs. Le travail dura la journée et Eulalio ne s’aperçut pas que la rugosité des morceaux avaient râpé ses mains au sang. Devant son état, il resta dans une pension de Cerdon pour se guérir, la logeuse Mme Reynié lui offrant même l’hospitalité au bout de quelques jours. Devant cette attitude proche d’une désertion, il dut rentrer au camp en promettant à Mme Reynié de venir la voir quand il sera marié. Ce qu’il fit 15 ans plus tard, en septembre 1955 avec son épouse, moment d’une grande émotion.

La vie continua ainsi jusqu’en avril 1940. Son père avait pu rejoindre sa femme et ses filles et avait obtenu le droit d’émigrer pour Saint-Domingue. Le bateau était prévu pour le 30 avril au départ du Havre. Eulalio quitta donc ses amis et la Compagnie de Travail après 15 mois de captivité. A l’émotion de la séparation succéda la joie des retrouvailles familiales sur le quai de la gare Saint-Lazare à Paris.

Tout semblait bien se passer quand un incident arriva au moment d’embarquer sur le « Lassalle ». La petite désertion d’Eulalio à Cerdon l’empêcha de pouvoir monter à bord. Toute la famille, solidaire, décida de ne pas partir. Retour de tous à l’hôtel rue de Budapest à Paris.

Le père obtient une nouvelle place dans un bateau pour un nouveau départ pour les Amériques, toujours pour Saint-Domingue, départ prévu à Bordeaux à la mi-juin. La famille attendit donc cette date à Paris.

On comprend que, par malchance, le jour du départ pour Bordeaux correspondait à la débâcle et à l’exode de la population française. Il y avait foule sur les quais de la gare d’Austerlitz où ils resteront pendant 2 jours, le train était bondé de civils fuyant les Nazis et de soldats en retraite. A Bordeaux, il fallut attendre encore plusieurs jours, le « Cuba » étant retardé par les mines posées par les Allemands dans l’estuaire de la Gironde.

Enfin, la famille put embarquer pour un voyage vers les Amériques. Non sans danger car le bateau étant sous les ordres de Pétain, il était sous la menace des sous-marins britanniques… D’autres navires de ce convoi furent d’ailleurs coulé. Le « Cuba » naviguait sans arrêt en faisant des zig-zags. 800 passagers s’entassaient dans tous les recoins du paquebot avec du beau monde et beaucoup de dignitaires de la défunte République Espagnole.

Nouveau contretemps en arrivant aux Antilles. Le dictateur Trujillo de Saint-Domingue, admirateur d’Hitler, refusa l’accueil des migrants. Le bateau se dirigea alors vers la Guyane Française. On frôla la mutinerie et la prise de contrôle du bateau par les passagers, il y avait à bord la présence de l’ancien amiral de la flotte républicaine. Il fallut que le négociateur des Républicains obtienne du Mexique l’autorisation d’accepter les nouveaux arrivants. Ils changèrent de bateau à la Martinique et débarquèrent quelques temps après dans l’isthme de Tehuantepec au Mexique, à Coatzacoalcos, après 41 jours de mer. On était le 26 juillet 1940.

La famille s’installa à Oaxaca et fut très bien accueillie par la population locale. Pour les remercier, Eulalio leur lisait des poésies de Lorca et Machado.

Eulalio Ferrer passa sa vie au Mexique et rendit par son oeuvre de designer l’accueil que le pays lui avait réservé. Il fit ouvrir un musée Don Quichotte à Guanajuato.

Quant à ses amis laissés à la 168 ème Compagnie de Travail, certains ont survécu, d’autres sont morts dans la Résistance française ou au camp de concentration de Mathausen.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

7 décembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP de SAINT-CYPRIEN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’éditin de Limonest, en 1993. Suite…

7 décembre 1939.

Le jour tant attendu pour Eulalio et ses amis est arrivé: celui du départ du camp pour une Compagnie de Travail. Il va mieux bien qu’un peu affaibli.Il se lève dans la joie malgré la fatigue. Ses amis l’ont aidé à faire sa valise et à la porter.
L’ambiance est bizarre dans le camp. Ceux qui ne partent pas sont venus saluer les partants. Les adieux sont émouvants et les larmes ne sont pas loin. L’un d’eux adresse un encouragement à Eulalio pour qu’il continue à écrire.

Ce sont des camions militaires qui emmènent la Compagnie jusqu’à Elne pour rejoindre d’autres compagnies et c’est là qu’un train les attend. Il lit sur la pancarte de celui-ci le fameux: 40 hommes-8 chevaux. C’est bien à 40 qu’ils sont entassés dans des wagons à bestiaux. Ainsi serrés, le froid les atteint moins mais le confort n’existe pas. Le train part et passe à Perpignan, Rivesaltes. Premier arrêt à Narbonne, second arrêt à Carcassonne pour manger de la viande en conserve. Puis Baziège et enfin Toulouse où ils peuvent se dégourdir les jambes. Un groupe de réfugiées espagnoles les salue de loin.

Suite du voyage par Montauban, dernière gare reconnue puis la nuit tombe et chacun essaie de s’installer au mieux pour dormir. C’est une véritable lutte de pieds pour se faire une place comme dans un match de football.

La nuit passe puis une nouvelle journée commence par un café en gare de Châteauroux. Vient ensuite Vierzon puis Selbris pour prendre une correspondance jusqu’à La Ferté-Imbault.

Les hommes y découvrent un paysage militaire au coeur d’une forêt qui cache des bâtiments. A côté des militaires se trouvent des ingénieurs espagnols, réfugiés comme eux. L’un d’eux leur explique leur présence en ce lieu. Ils vont participer à un travail important pour que la France rattrape son retard technologique sur l’Allemagne. Ils n’en sauront pas plus.

On les conduit à leur logement, une grange dans laquelle on leur a réservé les écuries, remplies de paille. Pour eux, c’est comme s’ils se retrouvaient dans un hôtel de première catégorie tant le lieu est plus confortable que les baraques des  camps du Roussillon. Le petit déjeuner est abondant. Le froid est vif mais ils peuvent réchauffer de l’eau.

Le 9 décembre est leur premier jour de travail à La Ferté-Imbault: une pelle, une pioche et creusement de tranchées.

C’est cette nuit-là que finit le journal d’Eulalio. Il représente 2 grands cahiers et 5 petits carnets qu’il aimerait conserver malgré l’encombrement qu’ils représentent.

Il ne peut continuer à écrire tant le travail physique demandé à tous mais particulièrement à lui, l’intellectuel, est rude. Bien qu’aidé par les autres, sa main qui écrit est déchirée par le maniement de la pelle et n’est qu’une plaie.

Par dessus tout, il espère en un avenir radieux pour atteindre un monde meilleur.

 A suivre l’Epilogue…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

5 décembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP de SAINT-CYPRIEN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’éditin de Limonest, en 1993. Suite…

5 décembre 1939.

Le temps s’est amélioré mais Eulalio est tombé malade. Il souffre d’un rhume pris à la pompe où a continué de se laver à l’eau froide doublé d’une diarrhée qui le fait courir à tout moment de la baraque aux WC. Ses voisins lui ont dit qu’il avait déliré dans la nuit et tous s’occupent beaucoup de lui.

Il essaie de lire « L’année terrible » de Victor Hugo mais s’assoupit. Il entend dans son demi-sommeil les autres parler du départ de Balsa pour l’Espagne rejoindre sa femme qui le réclame et de l’accident de camion qui s’est produit ce matin qui a coûté la vie à quelques hommes du camp qui allaient travailler à Perpignan.

On a appris la mort d’un militant Miguel Pacheco à Santander, exécuté au garrot. D’ailleurs, en ce moment, la Phalange terrorise l’Espagne à l’occasion du transfert des cendres de Primo de Rivera. De son côté, à Rome, Alfonso XIII se dit prêt à retourner en Espagne si le peuple le lui demande. Ce sera plutôt Franco qui le fera !

Les hommes ont aussi appris que l’URSS vient d’attaquer la Finlande. Où s’arrêtera l’impérialisme soviétique ?

Le correspondant très au fait des décisions de l’Autorité Française annonce à Eulalio que sa Compagnie de Travail va partir dans 2 jours. L’information est sûre et la destination connue: le Loiret pour construire une usine d’armes chimiques. Le camp de Saint-Cyprien va devenir un camp pour prisonniers de guerre.

Pour Eulalio, c’est la moment de vite se soigner pour partir avec les autres. Il espère sur sa jeunesse pour se rétablir.

 A suivre le 5 décembre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres