Archives de Tag: Orange

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… Jean GROMELLE.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quarante-huitième nom de la liste: Jean Constantin GROMELLE.

La seconde face du monument.

Deux Ferragut inscrits sur le monument aux morts de Caderousse sans lien de parenté proche, deux Gromelle à la suite qui ne sont pas parents eux-aussi. Jean Constantin Gromelle est le premier de la liste et le plus jeune. Il est né le 21 mai 1884 à Caderousse où ses parents viennent de s’installer peu de temps auparavant après avoir vécu à Orange. Son père François est d’ailleurs originaire du chef-lieu du canton où son nom est orthographié Groumelle. C’est en arrivant à Caderousse qu’il perdra son U. Il a pris pour épouse une fille de Caderousse, Rose Anaïs Barre de quatre ans sa cadette. Ils se sont mariés à Orange le 27 novembre 1867 alors qu’ils étaient majeurs et âgés respectivement de 27 et 23 ans.

François et Anaïs, çar c’est ce prénom qui semble désigner la mère de Jean Constantin, sont un couple de paysans vivant quartier de Meyne à Orange. Quatre enfants vont naître, quatre filles… Rose Françoise en 1870, Léonine Rose en 1872, Marie Marthe en 1875 et Marie Antoinette en 1879, toutes des Orangeoises. C’est donc l’air de Caderousse et plus particulièrement celui du quartier du Brout qui offrira un héritier mâle au couple de François et Anaïs: Jean Constantin que la France leur prendra trente ans plus tard.

Jean Constantin va faire son service militaire au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon du 10 octobre 1905 au 22 septembre 1907. Il vit toujours chez ses parents à cette époque comme en atteste le recensement de 1906.

Extrait du recensement de 1906.

Au retour de l’armée, il va se marier avec une fille de Caderousse, Marie Valentine Bouchet, une couturière née en 1890. Le jour des noces, le 22 janvier 1910, Valentine n’a pas encore 20 ans.

Extrait du recensement de 1911.

Le couple s’installe tout près des parents de Jean, quartier du Brout. Auront-ils des enfants ? Peut-être en 1913 ou début 1914 ? Car dès le 3 août 1914, l’armée va le rappeler. En juin 1915, il va compléter les effectifs du 55ème Régiment d’Infanterie décimé par les combats. La troupe va prendre position du côté de Berry-au-Bac, à Pontavert, près de Craonne qui deviendra célèbre deux ans plus tard. Nous sommes en septembre 1915. Le régiment doit renforcer le système défensif français dans le secteur du Bois de Beau Marais, mis à mal par les bombardements et les mines. Le travail ne peut se faire que de nuit pour échapper aux tireurs allemands et aux bombardements incessants des deux camps. Sur le Journal de Marche de l’unité…

on peut lire que la situation est relativement calme. Cela n’empêche pas les hommes de tomber quand la malchance leur tombe dessus. C’est le cas de Jean Constantin Gromelle, tué à l’ennemi le 23 septembre 1915 au Bois de Beau Marais à Pontavert.

Il avait 31 ans et 4 mois. Il repose depuis dans la Nécropole Nationale de Pontavert dans l’Aisne, tombe individuelle 3928.

 

Le rédacteur du Journal de Marche du 55ème R.I. a agrémenté son propos de photos qu’il devait prendre et developper sur place. En voici une prise dans ce secteur quelques jours avant le 23 septembre. Paysage dévasté.

La fiche matricule de Jean Constantin Gromelle de Mémoire des Hommes.

Jean Constantin Gromelle, matricule 184 classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Gromelle est toujours vivant à Caderousse et près d’Orange. Si une personne reconnaît en ce Poilu, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Joseph Gromelle.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Le VAUCLUSE dans l’ANNUAIRE de juillet 1928

L’annuaire 1928 du Vaucluse ne compte pas plus de 22 pages soit moins que la Drôme.

A Caderousse, on ne compte que quatre lignes reliées au réseau.

La Mairie, Chabrol un marchand de grains, Roche qui tient un hôtel et café du Cheval-Blanc et Le châtelain de l’île de la Piboulette, un certain Joseph de Lafarge (de la famille des cimentiers ?).

Aucune fabrique de balais (et Dieu sait s’il y en avait à Caderousse !) n’est connectée au réseau téléphonique comme on pourrait dire de nos jours. C’est peut-être la raison pour laquelle on trouve autant de lettres émanant de celles-ci sur le marché du vieux papier et des factures.

Un petit tour à Orange et Avignon pour voir les unités militaires présentes après les restructurations de l’après-Grande Guerre.

A Orange, ville de garnison s’il en est, on trouve le 7ème Régiment de Spahis, le 15ème Régiment du Train des équipages et le 39ème Régiment d’artillerie de Campagne. L’artillerie était présente en 1914 mais pas les autres unités.

A Avignon, on retrouve le 7ème Régiment du Génie de la caserne Hautpoul par contre à la caserne Chabran, ce n’était plus  le 58ème Régiment d’Infanterie mais le 141ème R.I.

Un petit tour dans l’annuaire m’a fait m’arrêter du côté d’Oppède, au pied du Luberon.

Trois seuls abonnés mais l’un d’eux laissa son nom à la postérité: le docteur Roumagoux. Pas dans le monde de la médecine mais dans celui du football amateur vauclusien. En effet, une coupe réservée aux clubs des séries inférieures du district Rhône-Durance porte son nom et la finale se joue traditionnellement à Oppède. Roumagoux était, il me semble, un généreux donateur pour le football départemental.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Un Tour du VAUCLUSE pour lancer la saison cycliste en 1924.

C’est Le Miroir des Sports du 3 avril 1924 qui nous raconte le début de la saison cycliste, loin des Emirats comme cela se fait de nos jours.

dsc00247

Tout d’abord, ce début de saison se situe en avril et non en janvier et c’est dans le Vaucluse que quelques cyclistes professionnels vont se mélanger à un peloton de coureurs régionaux, tout contents de se mesurer à l’élite. Et c’est les échappées devant l’Arc-de-Triomphe romain d’Orange que le magazine sportif a choisi pour illustrer sa une.

dsc00248

Les échappées ne sont pas des coureurs qui ont laissé leur nom dans la mémoire collective du sport cycliste mondial, loin de là: Ducerisier, Ville et Hillarion. Il faut dire que bien des pros ont pris la tangente depuis le premier tiers de la course suite à un incident:

dsc00250

une erreur d’aiguillage de la part des occupants d’une voiture suiveuse qui rejeta les frères Pelissier, Suter, Alavoine, Jacquinot dans la nature avec un débours de 30 minutes sur les premiers quand ils retrouvèrent la route de la course, comme nous le raconte ce passage de l’article:

dsc00253

Des pros peut-être pas si mécontents que cela de rentrer à l’hôtel plus tôt que prévu, à une semaine du grand Paris-Roubaix qui est leur premier objectif de 1924 !

Surtout que le départ de la randonnée autour du Vaucluse s’était passé dans une ambiance du Nord de la France…

dsc00254

humidité, brouillard, froid… Mais cela allait rentrer dans l’ordre dès l’apparition des premiers rayons du soleil provençal.

La course est en effet un véritable Tour du Vaucluse, partie d’Avignon pour rentrer au même endroit en passant par le pied du Luberon, les monts du Vaucluse (on ne monte pas au Ventoux tout de même), le grand nord vauclusien en fin de parcours, vers Bollène, comme on le voit ici…

dsc00257

avant une descente le long du Rhône sur la Nationale 7 comme ici à Mondragon…

dsc00256

avec un paysage connu de la route de Bollène, Orange(on l’a vu), Courthézon…

dsc00258

pour une arrivée sur le vélodrome de Bagatelle en Avignon, un stade-vélodrome situé à proximité du pont suspendu d’alors (pont Saladier de nos jours), dans l’île de la Barthelasse, un stade qui existe toujours même s’il a perdu son vélodrome… que l’on perçoit tout de même encore un peu:

dsc00251

 Une belle victoire de Maurice Ville devant Hillarion et Ducerisier comme on peut le lire sur ce classement final de la course:

dsc00252

Une belle balade en Vaucluse de 283 bornes (!) parcourues à presque 30 km/h de moyenne. Une preuve que les absents qui se sont esquissés le matin eurent tort: Maurice Ville fit second de la « Pascale », sur le vélodrome de Roubaix, le dimanche suivant !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BRESSET Joseph.

107 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 107 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Dix-huitième nom de la liste: Bresset Joseph Marius.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

Joseph Bresset était le petit dernier d’une famille de Caderousse; son père Joseph Bresset comme sa mère Augustine Fusat étaient nés au village au milieu du XIXème siècle. Son père était fabricant de balais, semble-t-il à son compte et sa mère aidait son mari dans l’entreprise. D’ailleurs, son grand frère Julien (Adrien de son premier nom officiel) travailla même dans la fabrique une fois terminée sa scolarité. Quant à sa soeur Augusta, elle n’eut guère de chance quand elle quitta la maison.

En 1896, Joseph n’a que 3 ans. Il est né 09 décembre 1892 au domicile familial, rue Saint-Michel à Caderousse. Julien et Augusta, ses aînés, sont déjà des adolescents, nés respectivement en 1881 et 1883.

Cinq ans plus tard, en 1901, la situation n’a guère changé.

Julien travaille dans l’entreprise familiale, Augusta fait de la couture pour préparer sa vie de future épouse, Joseph continue sa scolarité de laquelle il sortira avec un niveau d’instruction très correct.

Le 03 septembre 1902, Augusta se marie avec Fernand Mathon. Ce mariage ne durera pas bien longtemps, le mari décédant rapidement. Si bien qu’au recensement de 1906, la situation familiale n’a pas changé. Rue Saint-Michel, la famille est toujours au complet.

Le 21 avril 1906, Augusta se remarie avec Louis Florent Chassenet. De cette union naîtra une petite Blanche, en 1907. C’est l’année où le grand frère Julien se marie à son tour, à Nice avec Pauline Bonnety. Ils déménageront à Nevers le 27 janvier 1908, rue de la Porte du Croux. Il est fort possible que Julien ait été employé aux chemins de fer du PLM.
Tous ses changements font que les parents Bresset sont alors seuls à vivre rue Saint-Michel en 1911.

Clin d’oeil humoristique, des parents ont rajeuni d’un an entre 1906 et 1911. Marqués comme étant nés en 1855 et 1857 en 1906, cela devient 1856 et 1858 en 1911. Renseignements pris de sources sûres, c’est l’agent recenseur de 1906 qui était le plus sérieux.

Si Julien est loin de Caderousse à cette date, Joseph, âgé de 19 ans, a accompagné sa soeur et est devenu ouvrier boulanger à la Boulangerie Chassanet !

Mais une petite abréviation Vve à la dernière case ci-dessus, nous apprend qu’Augusta est à nouveau veuve. C’est elle qui tient toute seul la boutique, avec l’aide de son frère. Vraiment, pas de chance avec ses maris !

Une boulangerie située à 2 maisons de celle des Boissel, la famille de ma grand-mère paternelle, dans la rue (maintenant) Jean-Jaurés appelée par l’éditeur de cartes postales Prévost d’Avignon, route d’Orange. 

 En agrandissant les lieux,…

on voit bien la devanture d’un magasin, à l’emplacement actuel de la pharmacie Mouton. Finalement, quand ils s’installèrent juste en face, les Testud qui tiennent l’actuelle boulangerie sur l’autre trottoir, ne firent de réinventer un commerce qui existait un siècle auparavant.

Qu’allait devenir cette boulangerie quand le 31 mars 1913, Joseph était incorporé au 55ème Régiment d’Artillerie de Campagne, à Orange ? Surtout que le petit avait des envies de changer de vie puisqu’il signa immédiatement à la mairie d’Orange un engagement de 3 ans.

Quand la guerre éclata, le 3 août 1914, Joseph était sur place et c’est lui qui accueillait les réservistes, des hommes rassemblés dans les villages voisins, Jonquières, Camaret, Courthézon. Ici, le parcours du canonnier Joseph ressemble beaucoup à celui du fantassin Auguste Aubert, du 58ème R.I. d’Avignon. Dès le 7, les batteries sont embarquées sur le PLM à Orange et sont presque à pied d’oeuvre à Vézelise, terminus des trains pour les unités appelés à s’opposer aux Allemands sur la frontière lorraine créée après la défaite de 1871. C’est lors d’un combat d’artillerie en terre lorraine ennemie que Joseph Bresset fut gravement blessé le 19 août 1914 près de Lindre-Haute, à 50 kilomètres à l’est de Nancy. C’était un peu plus à l’ouest de Lagarde où succomba Auguste Aubert le 11 août 1914. Il faut dire que les artilleurs allemands étaient d’une redoutable précision. Ils étaient sur leurs terrains de manoeuvre depuis longtemps et des taubes tournant dans les airs les renseignaient efficacement. L’Allemagne avait préparé la guerre en détail, elle !

L’avancée rapide des Allemands empêcha que le blessé Joseph soit emmené vers l’arrière. Il fut donc fait prisonnier et évacué vers l’est, à Schwäbisch-Gmünd, à 50 kilomètres à l’est de Stuttgart. Son état de santé ne supporta certainement pas ce voyage terriblement long pour un grand blessé et il décéda  le  25 août 1914, en Bade-Wurtemberg.

Comme on peut le voir sur cette saisie d’écran de Google Maps, il fut inhumé primitivement par les Allemands sur son lieu de décès puis, après la guerre, transporté dans le Nécropole Nationale des Prisonniers de Guerre de Sarrebourg, en Moselle, où il repose dans la tombe individuelle 11 213.

Le jour de son décès, il n’avait pas encore 22 ans !

La fiche de Joseph Marius Bresset de Mémoire des Hommes.

Joseph Marius Bresset, matricule 717 classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Même si ce patronyme Bresset n’apparaît guère dans le Sud-Est de la France, si un descendant indirect reconnaît cet ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède quelques photos ou documents.

Et pour (Adrien) Julien Bresset, le grand frère de Joseph, né en 1881, donc potentiellement mobilisable en août 1914, comment se passa sa Grande Guerre ? Pas très bien, pour lui aussi ! Il avait fait une longue période militaire du 16 novembre 1902 au 23 septembre 1905 au 40ème Régiment d’Infanterie d’Allais (aujourd’hui Alès au pied des Cévennes). Il en était sorti sergent. Nivernais quand éclata la guerre, l’Armée le dispensa d’un long voyage vers le sud pour aller combattre dans le nord et il se contenta de rejoindre le 13ème R.I. de Nevers. Aux Armées (c’est-à-dire au front) le 09 février 1915 seulement, il fut assez gravement blessé par un shrapnel (obus rempli de billes qui en explosant, les projette tout autour) le 19 mars 1916, à Fresnes-sur-Woëvre, à l’est de Verdun, au moment de la grande offensive allemande. Il fut blessé au niveau du genou de la jambe gauche et le service des réformes constata une impotence fonctionnelle de la jambe gauche, raideur et extension de la jambe. Il fut donc renvoyé dans son foyer, rue Saint-Augustin à Nice, le 03 février 1917. Il décéda le 03 novembre 1924 à Ville-sur-Illon dans les Vosges. Il avait 43 ans.

A suivre: Norbert Brichet.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, CARTES POSTALES, Recherche

107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BRÉMOND Isidore.

107 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre… et 16 oubliés: 122 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Dix-septième nom de la liste: Brémond Isidore Marius Sylvestre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

Isidore Brémond, c’est pour moi ce fier Cuirassier posant pour la postérité en tenue d’apparat sur cette magnifique photo de la tombe familiale, à côté de la chapelle, au cimetière de Caderousse.

Pour la postérité puisque si Isidore n’était pas mort à la guerre, la photo dormirait au fond d’un placard ou d’une boîte à chaussures et aurait fini sur un vide-grenier comme tant d’autres ou… plus tristement dans une déchetterie ou une cheminée et la mémoire de son inspirateur avec. La revanche d’une mort précoce sur les vivants.

Elle a été prise entre le 1er octobre 1910 et le 24 septembre 1911, dates prenant lesquelles Isidore Brémond fit ses classes, au 10ème Régiment de Cuirassiers à Lyon. Une photo de studio que l’on doit à un photographe lyonnais ou orangeois… peut-être Lang de Montélimar qui avait une succursale en Vaucluse ? Jamais exposée au soleil puisque la tombe est orientée vers le nord, elle ne fait ces 100 ans !

Isidore avait alors un peu plus de 20 ans. Né le 31 décembre 1888 à Caderousse (d’où son troisième prénom Sylvestre !), il était le fils de Gabriel Marius Brémond et de Marie Claire Roche, nés tout deux à Caderousse en 1857. Un fermier à Gabin puis à l’île du Colombier, certainement plus aisé que la moyenne des paysans du coin, comme vont nous le prouver les extraits des recensements suivants.

Le recensement de 1891.

Le premier enfant des jeunes mariés Gabriel et Marie-Claire sera Gabriel François, venu au monde en 1881, 16 mois après les noces, le 21 janvier 1880. Malheureusement le bébé ne vivra que 7 mois. Avant la naissance d’Isidore, le seul garçon de la fratrie, 2 filles le précèderont Clarisse née en 1882 prénommée comme sa mère sur quelques pièces officielles et Marie-Jeanne née en 1885. Suivront Isidore puis Gabrielle en 1901, encore une fille !

On voit que le père emploie 2 domestiques dans la ferme de l’île,  les jeunes Paul Revire et Auguste Durand, loin d’être majeurs.

En 1906, Isidore apparaît bien sur le recensement avec ses soeurs. L’aînée doit avoir quitté le foyer, certainement mariée. Par contre le nombre de domestiques a enflé pour seconder le père dans la gestion du domaine de l’île du Colombier. Pas moins de 4: Jean Pécoul âgé de 45 ans, François Coste, un gardois de Bagnols-sur-Cèze âgé de 26 ans et 2 jeunes frères, Joseph et Louis Mondan respectivement âgés de 18 et 14 ans. Ce devait donner une belle tablée, le soir venu, après une journée aux champs !

On reparlera de Joseph et Louis Mondan quand on évoquera la mémoire du Poilu André Paul Mondan, leur frère, lui aussi Mort pour la France.  L’un et l’autre feront la Grande Guerre.

En 1911, Isidore n’est pas recensée à Caderousse. Pour cause, il était sous les drapeaux du côté de Lyon. Trois domestiques travaillent pour le père: Jean Revire, un berger venu de Mornas, Louis Mondan dont on a déjà parlé et Gabriel Gromelle âgé de 18 ans.

Parti de l’armée fin 1911, Isidore sera donc rappelé comme bon nombre de jeunes et moins jeunes, en août 1914. Mais pas chez les Cuirassiers à Lyon mais chez les artilleurs à Orange.

On le retrouve donc second canonnier conducteur au 55 ème Régiment d’Artillerie, conducteur puisqu’il a une certaine connaissance des chevaux. Ce régiment combat sur la Marne puis sur le front de Verdun, à l’automne 1914. Les batteries soutiennent l’infanterie dans le secteur d’Avocourt, non loin de la butte de Vauquois. C’est dans ce secteur que décédera Ernest Aubépart en mars 1915.

Pour Isidore, ce sera un peu plus au sud, à l’hôpital de Neufchâteau, le 29 novembre 1914. Il y avait été évacué, atteint d’une maladie grave imputable au service, sans qu’on en sache plus. On n’est pas encore à l’époque de la grippe espagnole mais des infections pulmonaires, la tuberculose commençaient à faire des ravages, aggravées par la promiscuité et l’hygiène très relative des hommes.

Isidore Marius Sylvestre Bromont avait 26 ans et encore toute la vie devant lui.

Fiche Matricule de Mémoire des Hommes.

Isidore Marius Sylvestre Brémond, matricule 341 classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Même si le patronyme Brémond n’apparaît plus à Caderousse, la présence d’une tombe entretenue dans le cimetière de Caderousse et celle de ce patronyme dans le Vaucluse laissent à penser qu’un descendant, petit neveu ou petite nièce pourrait nous parler de son ancêtre. Si cela est le cas, qu’il (ou elle) ne se gène pas pour réagir, surtout s’il (u elle) possède quelques photos ou documents.

La plaque complète sur ce caveau au cimetière de Caderousse.

A suivre: Joseph Bresset.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BOUCHET Augustin

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre… et 16 oubliés: 122 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quinzième nom de la liste: Bouchet Augustin Joseph.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument

Commençons par la fin de l’histoire. Pour ceux qui ont parcouru les 14 premières biographies, il vous semblera avoir déjà lu la même chose, avoir déjà vu cette carte.

carte-front-francais-vers-1915

Il s’agit de la carte du front où est indiquée la commune de Barleux, dans la Somme. C’est pour conquérir ce coin de campagne picarde que Julien Aubert laissa sa vie le 04 septembre 1916 en même temps que plusieurs centaines de fantassins du 97ème Régiment d’Infanterie de Chambéry.

Mais moins de deux mois auparavant, la mort faucha un autre jeune de Caderousse, Augustin Bouchet, dans une même attaque contre les mêmes positions allemandes de Barleux avec les mêmes conséquences humaines mais sans remise en cause de la stratégie mise en place. Il s’agissait là du 34ème Régiment d’Infanterie Coloniale, une troupe africaine dans laquelle on reversait aussi de jeunes métropolitains pour combler les pertes occasionnées par les combats. C’est devant Barleux qu’Augustin Bouchet disparut le 20 juillet 1916. Il était âgé de 33 ans.

Dans l’Histoire du 34ème R.I.C. publié après-guerre, voici quelques lignes racontant l’assaut sur Barleux du 20 juillet 1916. C’est édifiant !

Le 20 juillet, à 7 heures, le Régiment attaque devant son front: objectif groupe Centre, l’ouvrage de Barleux.

La première vague sort dans un ordre parfait et à la faveur d’un léger brouillard parcourt rapidement le glacis large de 400 mètres en moyenne, séparant nos parallèles de départ des lignes allemandes, malgré le barrage qui prend une intensité inouïe puis l’ennemi déclenche un violent tir de mousqueterie et de …

…mitrailleuses quand notre vague arrive à 50 mètres de ses positions. A gauche, un peloton prend pied dans la tranchée ennemie et engage le combat à la grenade, de même au centre où la vague arrive à son objectif, malgré des pertes très dures, à droite, c’est à moitié décimée que la vague arrive à son but.

A 7h15, la plupart des éléments de la première vague sont dans la tranchée ennemie; la deuxième vague suit, mais ne peut arriver à la première ligne qu’elle renforce qu’en certains points…

des groupements de gauche et du centre. La progression est arrêtée partout, sauf au centre où nos unités tentent jusqu’à 10 heures de se rapprocher du village de Barleux et font 30 prisonniers.

A la gauche le groupe Nicol décimé, doit sous la masse de conte-attaques, revenir à 9H30 , occuper la parallèle de départ.

A la droite le groupe Hugon compte encore une centaine d’hommes et s’accroche au terrain.

Une nouvelle attaque est ordonnée pour 11 heures; seul le groupe de gauche reçoit l’ordre à temps et fait sortir un peloton décimé.
L’attaque est reprise à 13 heures; un bataillon du 44ème Colonial est mis à la disposition du Colonel Commandant le 34ème mais ce bataillon arrive trop tard pour participer à l’attaque.

A gauche les éléments restant de deux compagnies occupent la première ligne allemande qu’elles avaient dû évacuer à 9h30; mais elles ne peuvent s’y maintenir et une contre-attaque les force à rejoindre nos lignes.
Au centre, toute progression est impossible; et les unités sont trop faibles pour tenir la position, elles se replient sur la parallèle de départ: même situation où les compagnies…

… du 43ème n’arrivent qu’à 13h30 pour occuper la position et remplacer les éléments du bataillon Hugon qui ont dû aussi se reporter à la parallèle de départ. A 18 heures, le régiment occupe donc ses position du matin avec l’appui de deux bataillons du 44ème Colonial. Le colonel Veron, commandant le 44ème Colonial prend à 20 heures le Commandement du secteur.

La seule journée du 20 juillet coûte au 34ème Colonial et au 20ème bataillon Sénégalais : 14 officiers et 1 027 hommes tués, blessés ou disparus.

Tout ça pour ça serait-on tenté de dire s’il ne s’agissait pas des vies de plus d’un millier d’hommes parmi lesquels se trouvait Bouchet Augustin. Toujours la même histoire: après une préparation d’artillerie plus ou moins efficace, les hommes chargeaient, se faisaient hacher par la riposte ennemie, arrivaient quelquefois à prendre pied dans la tranchée adverse mais devaient la quitter devant la force des contrattaques et les survivants rentraient tant bien que mal à leur point de départ !

Augustin Bouchet était cultivateur et fils de cultivateur. Il était né le 02 juin 1883 à Caderousse d’un père Ferdinand Auguste Bouchet, d’Orange, né en 1859 et d’une mère caderoussienne, Marie-Françoise Marcellin née en 1861. Lors du recensement de 1906, la famille occupe une grange au quartier des Négades sur le territoire de Caderousse.

Trois filles sont nées après Augustin: Valentine, Joséphine et Baptistine. Mais pas d’Augustin à la ferme ! Normal . A cette date, il effectue sa période militaire depuis le 16 novembre 1904 en Avignon, au 58ème Régiment d’Infanterie comme nombre de Vauclusiens. La France n’a pas encore connu l’épisode de la Grande Révolte des vignerons du Midi et l’Armée, celui de la fraternisation du 17ème de Ligne de Béziers avec les manifestants et la mutinerie de cette unité composée de gars du coin. Après 1907, on envoya les conscrits plutôt loin de chez eux !

Augustin Bouchet, contrairement à nombre de ses amis caderoussiers effectua bien 3 ans sous les drapeaux, libéré qu’il fut le 27 juillet 1907. Il rentra alors chez ses parents qui, entre temps, avait franchi la ligne de démarcation entre Caderousse et Orange. Ainsi, au recensement de 1911, on retrouve (presque) toute la famille au  quartier Passadoire d’Orange.

Valentine a quitté le foyer, surement pour se marier. Quant à Joséphine, elle est devenue Julienne… en fait officiellement son premier prénom pour l’Etat-Civil !

Incorporé lors de la déclaration de guerre le 4 août 1914, Augustin rejoignit son unité en Avignon où il connut certainement le baptême du feu du côté de Lagarde, village lorrain qui fut fatal à un autre Augustin Aubert, on l’a évoqué précédemment.

Augustin rejoignit la Coloniale le 15 décembre 1914, le 4ème R.I.C. dans un premier temps puis le 34ème R.I.C. par la suite pour combler des pertes.

La fiche matricule de « Mémoire des Hommes ».

Augustin Joseph Bouchet, matricule 174 classe 1903, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Bouchet étant toujours vivant en pays de Vaucluse, si un descendant indirect reconnaît son ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède d’autres photos ou documents.

A suivre: Rémi Bouschet.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

106 POILUS de CADEROUSSE, 106 destins… ALLAN Abel Marius.

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Commençons par la premier de la liste… dans l’ordre alphabétique : ALLAN Abel Marius.

allan-abel-marius

Il naquit le 02 février 1889 à Caderousse. Son père Pierre Ferdinand Allan était relativement âgé à sa naissance puisqu’il avait 52 ans. Il exerçait la profession de maçon. Sa mère, Marie Antoinette Lucie Vallon était bien plus jeune, âgée de 35 ans. On notera sa profession de fruitière sur l’acte de naissance d’Abel. Un emploi saisonnier certainement. Le père n’était plus là quand Abel fut appelé sous les drapeaux en 1910. Sa situation de soutien de famille lui permit tout de même d’échapper à 2 mois de classe, certainement pour pouvoir rentrer les blés, étant lui même devenu cultivateur… comme nombre de jeunes caderoussiers au début du XXème siècle.

Abel Marius, de la classe 1909 fut donc appelé le 05 octobre 1910, à l’âge de 21 ans comme c’était la loi à cette époque, avant que l’âge ne soit abaissé à 20 ans peu de temps après puis à 19 ans après la grande saignée de l’été 1914. Il fit ses classes au 19ème Régiment d’Artillerie de Campagne à Nîmes avant de revenir à Orange au 55ème R.A.C. le 1er novembre 1911. Pas de longs voyages pour ce jeune Caderoussier qui était cantonné à Camaret ou Jonquières ou Courthézon suivant le groupe auquel il appartenait. Il exerçait la fonction de Maître Pointeur dans sa batterie, fonction importante pour la justesse e l’efficacité des tirs.

Libéré le 25 septembre 1912 avec en poche un Certificat de Bonne Conduite, il se maria peu de temps après, le 23 juin 1913 avec une jeune fille de Montfaucon, Henriette Louise Capeau. Ils s’installèrent alors dans le Gard, sur la rive droite du Rhône, juste en face de Caderousse, en février 1914. Abel n’eut pas trop le temps de s’habituer à cette nouvelle vie puisqu’il dut rejoindre son unité d’artillerie le 3 août 1914. Un enfant était-il né entre temps ? Les Archives du Gard ayant oublié de prendre le tournant numérique celles du reste de la France, on n’a pas pu vérifier cela. Toujours est-il que, si un enfant était né de cette union, c’était certainement une fille car le patronyme Allan a disparu de Montfaucon de nos jours.

Le 55ème R.A.C. participa à la guerre en Lorraine puis à la bataille de la Marne avant de se retrouver sur le front de Verdun quand celui-ci fut stabilisé. Il était encore sur un secteur à l’ouest de Verdun quand la grande offensive allemande fut déclenchée, le 21 février 1916. Les artilleurs étaient les plus sollicités pour répondre au déluge de feu allemand et Abel et ses compagnons ne chaumèrent guère de février à avril 1916, date à laquelle l’unité fut relevée pour prendre quelques semaines de repos du côté de Nieuport, coin du front plus calme puisque les belligérants étaient séparés là-bas par des grandes zones inondées empêchant tout espoir de franchissement. Sur les plages de la mer du Nord, c’étaient presque des vacances pour les artilleurs.

Cela ne dura que quelque temps puisque le 55ème R.A.C. s’en retourna à nouveau près de Verdun en juin 1916. Le 1er juillet 1916, Abel Marius Allan était tué d’un éclat d’obus lors d’un duel d’artillerie sur le territoire de la commune de Fromereville (-les-Vallons de nos jours) située à 5 km à l’ouest de Verdun. L’offensive allemande avait été brisée et les Français commençaient la longue et sanglante reconquête des quelques kilomètres perdus.

La transcription du décès a été notée à Montfaucon et non à Caderousse. Abel Allan repose dans la Nécropole Nationale « Glorieux » de Verdun, tombe individuelle 112.

carte-front-francais-vers-1916-1

Le cercle rouge représente le secteur de Verdun; le front noir est celui de décembre 1915… le trait rouge montre la ligne extrême de l’avancée allemande et la flèche rouge indique la commune de Fromereville où Abel Allan perdit la vie.

Abel Marius Allan matricule 413 classe 1909, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Bien que le patronyme Allan n’apparaisse plus à Caderousse ni à Montfaucon, si un descendant direct ou indirect reconnaît son ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède et veut faire partager d’autres photos ou documents.

A suivre: Julien Arnoux.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche