Archives de Tag: Douaumont

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Raoul Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-deuxième Poilu: Raoul Auguste Louis Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Pas évidente la biographie de ce Raoul Roche, l’Armée ayant placé un double obstacle.

Premier erreur, sur la fiche matricule de Mémoire des Hommes, un numéro de registre et une classe fantaisistes, 1908 pour un garçon né en 1891… 1 728 alors que le nombre de fiches s’arrête autour de 1 600 !

Seconde erreur, sur le registre matricule lui-même, Raoul est devenu Paul ! Ce n’est corrigé sur la table analytique de 1911… Heureusement ses second et troisième prénoms m’ont remis dans le droit chemin !

Ainsi donc Raoul Auguste Louis est né le 04 février 1891 à Caderousse, au Boulegon. Ses parents Adrien Henri Roche et Françoise Augustine Guérin sont tous deux du village. Le père Henri pour beaucoup, né en 1864 est menuisier puis  deviendra négociant, en bois et matériaux certainement. La mère Augustine est de 1867 et n’est pas directement de ma famille, celle d’Adrien Guérin, le Poilu MPLF. Henri et Augustine ont donc uni leurs destinées le 17 décembre 1889 à Caderousse et un peu plus d’un an après, Raoul, leur premier enfant est venu au monde.

En 1896, le jeune couple et leur enfant vivent sous le même toit que les parents d’Henri, Mathieu (Frédéric) Roche et (Marie) Louise (Amandine) Paget, toujours au Boulegon.

Un second enfant va venir compléter et terminer la fratrie, Auguste Frédéric né le 23 février 1901. C’est un bébé de 2 mois qui est enregistré au recensement de 1901.

Le père est donc devenu négociant et il s’est installé sur la Grand Place, qui deviendra Place Jean-Jaurès après guerre.

Après cette date, il semble que la famille ait quitté Caderousse pour Orange. On la retrouve en 1911 rue de la Fabrique, à quelques pas de Pourtoules.

Ayant perdu sa femme, le père d’Henri est venu rejoindre son fils à Orange. Raoul, de son côté, n’est plus là depuis quelque temps. En effet, il a devancé l’appel et s’est engagé pour trois ans dans l’Armée le 15 février 1909… d’où le 1908 de la fiche matricule…! Il a rejoint dans un premier temps le 17ème Régiment de Dragons de Vienne. Puis il est passé au 16ème Escadron du Train des Equipages Militaires en février 1911. Brigadier fourrier il sera rendu à la vie civile un an plus tard, le 15 février 1912.

Pas pour très longtemps puisque deux ans et demi après, la mobilisation générale le ramène dans cette unité du Train le 03 août 1914. Promu Maréchal des Logis, il passe ensuite dans l’artillerie lourde, au 55ème R.A.L. d’Orange le 07 février 1916 puis au 83ème R.A.L. un mois plus tard et enfin au 86ème R.A.L. de Lyon le 11 avril 1916. C’est dans le secteur de Verdun que son destin va basculer, fin août 1917.

La grande bataille de 1916 est bien sûr finie depuis longtemps mais Pétain imagine une seconde bataille, déclenchée le 20 août 1917 et qui durera jusqu’au 18 septembre. Bilan, quelques kilomètres gagnés aux Allemands avec l’Artillerie énormément sollicitée. En effet, 120 000 tonnes obus seront tirées ce qui représente environ 6 tonnes au mètre-carré ! Pas étonnant que cette terre de Verdun soit devenue inculte à tout jamais ! Quant au coût d’une telle offensive, elle aurait tout simplement mis en faillite les finances de l’Etat si elle avait été reproduite ailleurs, ce déluge de feu ayant coûté la bagatelle de 700 000 francs de l’époque !

C’est dans le Bois des Hospices…

…sur le territoire de la commune disparue de Fleury-devant-Douaumont (aujourd’hui commune d’Eix)  que la 8ème batterie dans laquelle sert Raoul Roche est installée. C’est l’Historique du 86ème Régiment d’Artillerie Lourde

…qui nous raconte les faits qui se sont déroulés le 25 août 1917.

Une bombe allemande est tombée sur les cuisines à l’heure de la soupe et a tué sur le coup le Maréchal des Logis Raoul Roche et a blessé quatre autres hommes dont deux ne survivront pas à leurs blessures.

Le 25 août 1917, Raoul Roche était âgé de 26 ans et 7 mois. Il venait de se marier à Hortense Andréa Marie Ayel d’Orange depuis moins d’un mois !

La publication des noces de Raoul et Hortense à Orange, le 24 juillet 1917.

Fiche matricule de Raoul Auguste Louis Roche de Mémoire des Hommes.

Raoul Auguste Louis, matricule 794 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Raoul Auguste Louis un ascendant  direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Jean Désiré Roumieux.

Le paysage lunaire de Verdun en août 1917.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 22 mars 1917

dsc01661

(JOUR 962 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La une de La Guerre Photographiée du 22 mars 1917 montre un conciliabule des chefs: Lyautey, général mais ici ministre de la guerre s’entretient avec un autre général Nivelle. La légende indique cela est précise en ce qui concerne Nivelle le héros de Verdun. Pourtant, en 2017, si on demande d’associer un nom de général à verdun, ce sera le nom de Pétain qui ressortira. Cela vient du fait que pour faire acceptera collaboration de 1940 à 1944, on rabâcha Pétain le héros de Verdun alors que la reconquête et la « victoire » de Verdun furent effectivement le fait de Nivelle plus que de Pétain qui fut relevé de son commandement mi-avril 1916 !

La dure vie dans les tranchées avec les intempéries:

 dsc01665

La pluie ou la fonte des neiges qui emplit les boyaux.

dsc01666

Le gel des dernières semaines a été terrible pour tous, comme pour ce Tommy.

Un gel qui permet de belles photos comme celle de cette fontaine, en Argonne.

dsc01667

Difficile de prendre quelques gouttes d’eau !

Dans le fort de Douaumont, on nous essaie de nous montrer que la vie est redevenue tranquille pour les hommes désignés pour l’occuper.

dsc01664

Difficile d’y croire !

Une vue d’offensive en dernière page, une vue panoramique…

dsc01669

d’une vraie offensive ou d’une manœuvre pour nouveaux conscrits ?

Belle image du départ d’une torpille allemande quittant la navire qui vient de la tirer.

dsc01663

Un instantané réussi !

Un sourire pour les Poilus avec ces camions-bazars en Alsace où les hommes peuvent acheter ce qui leur manque ou ce que les leurs ne leur ont pas envoyé.

dsc01668

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 01er février 1917

dsc01226

(JOUR 913 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Mangin à la une de ce numéro du 1er février 1913. On l’honore pour la reprise des forts de Vaux et Douaumont fin 2016. Si la reprise de Douaumont fut difficile, celle de Vaux se fit sans combat.

En mer, toujours la guerre même pour la marine civile:

dsc01231

A New York les bateaux de commerce allemands restent à quai pour éviter d’être arraisonnés en mer par les Américains.

dsc01233

Ce cargo allié a heurté une mine et il est évacué de son équipage avant qu’il ne sombre.

Téléphonie. Des portables un peu particuliers.

dsc01232

Un poste télégraphiste dans un paysage bouleversé par les combats.

dsc01234

Des troupes britanniques auscultent la terre pour percevoir d’éventuelles sapes allemandes. La guerre des mines continue. La photo semble dater de l’été dernier.

Les troupes coloniales. Des Annamites et des Malgaches à l’instruction en métropole.dsc01237

Soldats venant du Tonkin (Indochine)…

dsc01227

Homme enrôlé à Madagascar…

dsc01236

…dans une caserne française ressemblant à n’importe laquelle !

Un de nos camps de concentration. dans le texte. Un camp de prisonniers allemands mais le terme camp de concentration n’est pas inexact, n’ayant pas la résonance péjorative que lui a donné le IIIème Reich.

Pas de localisation mais des hommes semblent-ils contents globalement de leur sort… et de n’être plus dans les tranchées. N’oublions pas que ce sont des images de propagande, tout de même !

dsc01228

Travaux de prisonniers (scierie, menuiserie)

dsc01229

L’orchestre du camp dans le sens non péjoratif là-aussi !

dsc01230

L’enthousiasme un tantinet forcé ici !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 21 janvier 1917

dsc00399

(JOUR 902 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On l’avait presque oublié mais le vieux roi Pierre 1er de Serbie est toujours en vie même s’il a quitté son trône pour laisser régner son fils Alexandre 1er. Ici, il vient visiter le camp retranché de Salonique où les troupes serbes combattent au côté des Français et des Britanniques. Deux rois sans royaume.

On a renfloué le croiseur allemand Emden dont la carcasse rouillait dans le Pacifique, près des Îles Cocos, on en avait parlé il y a quelques mois.

dsc00400

C’est dans le Miroir du 27 décembre 1914 que ce naufrage avait été relaté et ce sont les Australiens qui ont décédé de récupérer toute cette ferraille.

La bataille de Verdun est terminée depuis quelques semaines. c’est l’occasion de montrer les lieux alors que la canonnade s’est arrêtée. C’est le fort de Douaumont, repris en octobre, symbole de la « victoire » française qui fait la une avec 4 photos:

-les environs

dsc00401

dsc00402

un décor lunaire… en plus dangereux.

-L’intérieur

dsc00403

dsc00404

bien édulcoré avec la vie n’était pas aussi idyllique !

Un instantané comique:

dsc00405

Des observateurs allemands ont été surpris par la présence d’un appareil photo et se sont découverts devant la petite chambre noire. Entre les 2 lignes, un canal, nombreux dans le Nord de la France.

Ces hommes vont être passés par les armes:

dsc00406

On nous les présente comme des espions autrichiens pris près des lignes russes. Après un dernier entretien avec un prêtre…

dsc00407

le jugement est exécuté !

dsc00408

En vrac, des images moins lourdes d’une guerre faite de tout:

dsc00409

Une barricade bien inutile à Verdun, hier comme aujourd’hui.

dsc00410

Un Poilu français en Grèce se prenant pour Diogène dans ce cagna original, un énorme panier à grains.

dsc00411

Les Japonais fabriquent ces canons gigantesques pour les Russes.

dsc00412

La prière d’un Poilu musulman.

dsc00413

L’héroïque personnel des Postes de Soissons, les P.T.T., pour leur conduite pendant la bataille.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 27 août 1916

DSCN5392

(JOUR 756 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Retour sur la bataille de l’Isonzo en Italie et les succès (ou supposés tels) italiens. Des gradés et le duc d’Aoste dans une ville récemment conquise…. peut-être Gorizia…

DSCN5400

comme ci-dessus où l’on voit les photographes de la propagande en pleine action avec leurs gros appareils. Ce sont d’ailleurs les personnes de la première page qui posent à un autre endroit !

Des vues « gentillettes » pour illustrer une guerre destructrice. Cette offensive italienne avec 4 photos beaucoup plus proches de la réalité.

DSCN5395

Batteries de 149 à Polazzo.

DSCN5396

Tranchée couverte à Castelnuovo.

DSCN5397

Un pont métallique sur l’Isonzo détruit par les Autrichiens au niveau de Sagrado.

DSCN5398

Une ligne autrichienne conquise au sommet du Sei Busi… avec des tombes récemment refermées.

Loin des gradés, on est dans la vraie guerre. La même qu’aux environs de Verdun:

DSCN5393

Un chemin devant les côtes de Belleville et…

DSCN5394

près du fort de Souville avec cette ferme dont il ne reste pas grand chose.

Quant au paysage dans le secteur de Douaumont, ces 2 vues montrant les lieux avant et après les bombardements sont édifiantes !

DSCN5401

DSCN5402

Le fort a quasiment disparu sous les impacts des milliers de bombes envoyées… par les Français depuis la prise du fort presque « par erreur » par les Allemands. A la date de parution du journal, le fort était toujours tenu par les Allemands, pour presque deux mois encore.

 Une locomotive au milieu d’un bois:

DSCN5403

Les Allemands construisaient des voies pour amener le chemin de fer (et donc le ravitaillement et les renforts) au plus près du front.

Pour terminer, des troupes venant de l’autre côté du Monde, l’Océanie, combattre dans les tranchées du Nord et de l’Est de la France:

DSCN5399

Sur la Somme, les troupes de L’ANZAC, Australiens et Néo-Zélandais encore qui, grâce à cette guerre, commenceront à s’émanciper de la tutelle britannique.

DSCN5404

DSCN5405

En Nouvelle-Calédonie, à Nouméa, l’embarquement de troupes du Pacifique pour l’Europe. Un long voyage dont beaucoup ne reviendront pas.

Poster un commentaire

Classé dans Revues