Archives de Catégorie: ORIGINAL !

Des sous-marins sur le Rhône… info ou intox ?

On avait demandé à notre ami artiste Chatmiole, alias Jean-Marie Mollier, de dessiner le parcours d’une randonnée pédestre dans le secteur d’Ancône, Montélimar et Rochemaure, le long du Rhône et du canal de dérivation, vers le fameux ancien pont de Rochemaure dans le but d’illustrer le panneau au départ de la balade.

Il se lâcha quelque peu et nous proposa quelques détails loufoques comme celui reproduit ci-dessus. Loufoque ? Pas tant que cela !

Certes, on a utilisé ici et là des submersibles de poche, des cloches, pour inspecter les piles des ponts, après des collisions par exemple. Mais là, sur le dessin, on a affaire à un vrai sous-marin, un navire de guerre !

Et bien, il existait depuis 1839 et jusqu‘en 1957*, des chantiers navals à Chalon-sur-Saône, propriétés de Schneider. En bord de Saône bien entendu, au Petit-Creusot, se construisaient toutes sortes de bateaux et parmi ceux-ci… des sous-marins ! On en vendait même à l’étranger.

Et que fait un sous-marin dès qu’il naît et qu’il peut flotter ? Il est irrésistiblement attiré par la mer. Pour cela, rien de plus simple, direction la Méditerranée via la Saône et… le Rhône !

Oui, aussi loufoque que cela puisse paraître, il est bien passé des sous-marins sous le pont de Rochemaure, pendant la Première Guerre Mondiale et jusqu’aux années 30, de nombreux sous-marins même !

Certes, en raison de la nature du Rhône avec ses hauts fonds et de ses bancs de graviers changeants, on évitait de les faire flotter directement dans les eaux du fleuve, de peur qu’ils ne restent bloqués et soient endommagés avant même d’avoir servi. Alors, on les embarquait sur des barges pour rejoindre Port-Saint-Louis-du-Rhône. De là, direction la rade de Toulon, à Saint-Mandrier… et le centre d’essais de… Schneider !

Un sous-marin transporté sur un porteur Schneider traversant Lyon.

Avant, pendant et après la Grande Guerre, les migrations de sous-marins du Petit-Creusot à la Méditerranée furent nombreuses mais peu de photos immortalisent cette scène, secret militaire oblige !

Pas loufoque le dessin de Chatmiole ? Très peu, juste l’interprétation par l’artiste d’une vérité avérée !

Promis, la prochaine fois, on vous parlera de la bête qui boucha le port d’Ancône !

*Une activité industrielle de constructions de ponts métalliques continua au Petit-Creusot après 1957, jusqu’en 1984.

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL !

Donc le plus long fleuve de France s’appelle AIGUE-NÈGRE, prend sa source dans la forêt de Bonnefoy au-dessous du Mont Mézenc et se jette dans l’Atlantique… (Ouf ! voilà quelque chose qui ne change pas !)

C’est un nombre considérable de livres de géographie qui d’un seul coup, sont bons pour le pilon après cet article du Dauphiné et la logique implacable du raisonnement des inspirateurs de la journaliste Hélène Jaffiol, Samuel Debard, dentiste de métier et Jean Huppert, neurochirurgien, tout deux passionnés par ce sujet… et très pointus.

En donnant un coup d’oeil à la carte ci-dessous, on s’aperçoit que la première des cinq conditions pour que la Loire devienne le premier affluent d’Aigue-Nègre est bien visible….

…le trait noir, celui d’Aigue-Nègre est plus long que n’importe lequel des traits bleus, ceux des sources de la Loire… 4,6km contre 2,5km. Y a pas photo !

Les autres quatre conditions… la source de l’Aigue-Nègre (que le correcteur orthographique n’arrive pas à assimiler depuis le début de l’article- Il faudra qu’il s’y fasse dorénavant !), la source donc est plus haute que celles de la Loire (1 450 mètres contre 1414), le débit est plus important (300 litres/seconde contre 155), le bassin-versant (la surface drainée) plus importante (7,1km 2 contre 3,8) et la pente est la plus douce.

Une démonstration implacable, à croire que les géographes d’antan, ceux qui ont inventé la Loire, avaient reçu quelques pots-de-vin de l’Office de Tourisme ardéchois. Par chance, la source de l’Aigue-Nègre est aussi ardéchoise même si son décor est moins sexy !

Et que ferait-on de toutes les sources « authentique », véritable », « officielle »… de la Loire ? Sans compter sur les associations anti-racistes qui verraient d’un très mauvais oeil arriver un tel nom, stigmatisant une partie de la population ! On pourrait garder le nom original Aïguenaïre mais ce serait les académiciens qui mourraient de crises d’apoplexie, imaginez, un nom Occitan pour le plus long fleuve Français ! Impossible depuis François 1er !

Bon, dommage pour Aïguenaïre, j’ai l’impression qu’on gardera la Loire ! Mais cette histoire était intéressante à conter ne serait-ce que pour prévoir deux visites lors du prochain passage au Gerbier, celle classique aux sources de la Loire et celle crapahutante à la source du plus long fleuve (officieux) de France… ! Ce sera moins dur que de monter en haut du Gerbier !

Article dans le Dauphiné du 23 avril 2021.

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL !

A CADEROUSSE, quand il pleut des chats et des chiens, les cailloux suivent !

Et quand une voiture a la mauvaise idée de se mettre dessous, ceci donne cela….

Caderousse, rue Vénasque, à côté du puits banal… après deux épisodes pluvieux très abondants, dimanche 25 novembre 2018.

2 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE, ORIGINAL !