Archives de Tag: censure

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 30 septembre 1917

(JOUR 1155 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le vieux politique Clémenceau en déplacement dans les tranchées de Verdun, dans le secteur de Mort-Homme. Il lui est difficile de se déplacer dans ce paysage bouleversé, surtout quand il s’agit de franchir un ruisseau sur une étroite planche !

De nouveaux équipements.

Ce casque trouvé sur un prisonnier allemand. Il doit éviter les gueules cassées mais doit être terrible pour les cervicales !

La cloche des gaz dans un abri britannique.

Reste à savoir ce que va devenir cette invention si le Tommy est distrait ou le premier touché par les gaz.

Des torpilles américaines gigantesques.

Au départ et au retour, remorquée par un petit vaisseau. En expérimentation !

Une guerre presque idyllique.

Dans cette région marécageuse au nord-ouest de Monastir, en Macédoine, la presse nous présente des lieux charmants, de villégiature, plus que de mort !

Destructions d’une cité de Ginchy dans la Somme après les diverses batailles qui s’y sont déroulées.

Les vues aériennes nous montrent que tout a disparu, tout a été rasé ! La bataille s’est déroulée à partir du 6 septembre 1916, il y a un an.

Pour terminer, la photo d’un avion allemand. Vue banale mais légende originale:

Oeuvre de la censure ou coquille du magazine ?

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 03 MAI 1917

(JOUR 1005 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Sarah Bernhardt devant la cathédrale de Reims pour protester contre les destructions… sous entendue allemandes. On verra que la guerre ce mois-ci continuera de frapper durement la Champagne.

Contenu éclectique de ce numéro mais pas inintéressant:

Lancement d’un sous-marin à Cherbourg pour combattre les sous-marins allemands coupables de faire régner la terreur sur les mers et océans. Mais la censure…

…cache le nom de ce nouveau venue.

Les Barbares bombardent les églises. Les Civilisés que nous sommes fabriquent des armes terribles contre les Barbares comme ces billes glissées dans les charges explosives. Où va se nicher la Civilisation ?

Les 2 versants des ravitaillements: en haut des camions (Renault ou Berliet ?) transportent hommes et matériel vers le front… en bas, des régiments territoriaux réparent sans cesse les voies de communication. La légende de la Voie Sacrée est en marche !

Lamentation de la Guerre Photographiée devant ces forêts dévastées. Sans évoquer les legs de ces  terres devenues incultes laissées aux générations futures.

Des prisonniers allemands, des officiers, traités avec tous les égards dus à leurs rangs.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

GUERRE CIVILE ESPAGNOLE: une lettre CENSURÉE de 1936

Deux mois exactement après le début de la sédition factieuse initié par les éléments les plus conservateurs de la société espagnole des années 30, cette lettre partait de Casablanca pour Barcelone et le rédacteur en chef d’un journal « Ibérica » qui n’y était plus.

DSCN2371

Cette lettre envoyée par le

DSCN2373

contenait des imprimés comme on peut le lire sur un tampon, en bas à droite. Comme tout le courrier circulant en Espagne pendant la Guerre civile, elle subit les foudres de la censure, républicaine celle-ci. Elle fut donc ouverte, lu puis refermée (bande collante à gauche) et au recto comme au verso, le tampon de la censure:

DSCN2374 DSCN2375

La censure sévissait dans les 2 camps, autant dans celui Républicain que celui Nationaliste. On avait présenté il y a quelque temps, une lettre ayant été lue par la censure franquiste puis par la censure française. Voir:

https://unmondedepapiers.com/2014/06/17/une-lettre-despagne-qui-a-ete-beaucoup-lue

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Une CARTE d’AUDITEUR au PROTECTORAT de l’ÉTAT FRANÇAIS au MAROC

Une petite carte rose délivrée à un possesseur d’un poste de radio le 23 avril 1944.

DSCN0356

Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’une CARTE D’AUDITEUR En effet, au Maroc, à l’époque du Protectorat Français, comme en Métropole, quand  on était possesseur d’un poste de radio à la maison, il fallait le déclarer aux autorités. C’était le Ministère des Postes, des Télégraphes et des Téléphones qui s’occupait de  ce secteur d’activité.

DSCN0357

En effet depuis le 31 mai 1933, les postes de radio sont taxés. Cette redevance pour les détenteurs de postes récepteurs de radiodiffusion comme l’énonce la loi ne sera supprimée qu’en 1980.

Cette obligation de déclaration avait aussi l’avantage de contrôler qui était susceptible d’écouter la radio à une époque où la guerre se menait aussi sur les ondes. Par contre la carte a comme intitulé Protectorat de l’État Français au Maroc alors que depuis l’arrivée des Américains en 1942, Vichy n’avait plus le contrôle du territoire chérifien.

DSCN0358

En quatrième page, quelques rappels du règlement. On doit déclarer autant de fois que le nombre de postes de radio que l’on possède. On doit aussi déclarer à l’administration ses changements de domicile. C’est en présentant cette carte aux bureaux de l’Office que l’on paie la redevance. La vente ou la destruction d’un poste doit être bien sûr signalée. D’ailleurs, en bas de celle-ci, on lit que le propriétaire de cette carte a vendu son poste de radio en 1956.

 DSCN0357

En 1944, il en coûtait de 90 francs par an pour détenir un poste de seconde catégorie. Une somme loin d’être anodine !

NB: le régime de Vichy, dans sa frénésie de promulgation de lois racistes anti-juifs, décréta le 13 août 1941 celle de la confiscation des postes de TSF pour les Juifs (français ou pas, n’en déplaise à Zemmour).

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 13 novembre 1915

Nouveau titre venu s’ajouter depuis la semaine dernière à une collection bien fournie: J’ai vu, un hebdomadaire qui fait aussi dans l’image de la guerre, toujours chapeauté par la censure militaire.

DSCN1291

(JOUR 467 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Après Galliéni à la une la semaine dernière, au tour d’un autre haut-gradé d’être en haut de l’affiche: le général Maunoury. Il le mérite peut-être plus que le précédent. Il vient d’être nommé la semaine précédente Gouverneur de la place de Paris. Commandant des troupes vainqueurs de la Marne en septembre 1914, il a été gravement blessé en inspectant des tranchées le 11 mars 1915 par une balle dans les yeux alors qu’il jetait un oeil par une meurtrière. Cette blessure le rendra aveugle jusqu’à la fin de  ses jours, en 1923. Il deviendra maréchal de France à titre posthume. On comprend que cette photo à la une est bien antérieure à novembre 1915.

Une double page avec 7 photos pour illustrer les combats qui se déroulent toujours en Champagne.

DSCN1292

A noter que le port du casque Adrien semble être généralisé en ce qui concerne les troupes d’assaut. Les gradés, les Africains semblent ne pas en être doté.

La guerre fait des prisonniers. Cet Allemand victime d’un bombardement violent français semble complètement assommé quand il a été fait prisonnier.

DSCN1294

Voici d’ailleurs d’autres prisonniers allemands.

DSCN1297

La légende de la photo nous apprend que les Allemands sont couverts de vermine. Que celle-ci envahit les tranchées qui doivent être traitées quand elles sont conquises par les Alliés. Qu’on leur applique des traitements aux insecticides quand ils sont faits prisonniers pour éviter le développement des insectes diffuseurs du typhus. On peut penser que les Poilus français souffraient du même mal… même sans contact avec des Allemands !

Une page de vieux papiers…

DSCN1298

récupérés sur les champs de bataille de la Marne et de l’Artois. Des tranches de vie retrouvées sur des hommes qui ont perdu la leur.

A bord d’un navire de guerre aux Dardanelles, en dehors des combats bien entendu:

DSCN1295

DSCN1296

Une scène de combat (nous dit-on) avec une charge d’infanterie photographiée grâce à des jumelles et sur les côtés des hommes en train de couper des fils de fer barbelés. En haut à gauche, un homme a déjà été tué pendant qu’il était occupé à cette tâche.

Pour terminer, 2 écrits notables:

DSCN1293

Plutôt optimiste avec ces avancées russes guère réelles.

DSCN1300 DSCN1301

Des écrits raturés. Erreur ou censure ?

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 9 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 402 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, une photographie de la répétition d’une pièce de théâtre jouée par les Poilus, dans un village ????? détruit. Quelques enfants sont spectateurs. La Guerre Photographiée avait dans un premier temps écrit le nom de ce village et la censure militaire est passée par là, dans la légende:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une visite de Lyautey (écrit Liautey) aux troupes africaines en Alsace, toujours dans la région de Thann, très certainement:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Lyautey était gouverneur général au Maroc et réputé proche des hommes qu’il commandait.

L’Alsace encore, à Thann toujours, pour cette prise d’armes simulée de petits réfugiés alsaciens dont s’occupe Hansi, le célèbre dessinateur, propagandiste de l’Alsace-Lorraine française.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Simulée également cette charge de soldats écossais, courant face au danger avec de larges sourires:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Et celui qui a légendé la photo n’a en aucun moment parlé d’une charge d’entraînement !

Des masques à gaz vraiment très rudimentaires équipent les servants de cette pièce de 90 d’une unité d’artillerie:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pas étonnant que les gaz aient fait autant de victimes au début du conflit.

En dernière page, une carte du front de l’est sur lequel on peut voir les troupes russes sur le reculoir:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En prenant soin de regarder la légende des 3 traits,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

on s’aperçoit que le double trait fin le plus à gauche (à l’ouest) est celui donnant la position du front en octobre 1914, le gros trait foncé est celui du 12 avril 1915 et le plus à droite (à l’est) en chemin de fer, est celui du 22 août 1915. Le recul russe est plus que conséquent, presqu’un effondrement !

Pour terminer, des vieux papiers, souvenirs de la guerre de 1870,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

des documents allemands permettant à un prisonnier de guerre français de rentrer en France, en 1871. Cet homme était M. Chol, adjoint au maire de Lyon.  De remarquables documents !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

L’article qui aurait fait fermer le blog si internet avait existé en novembre 1970…

…le 16 novembre exactement, comme aujourd’hui.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce jour-là, la censure de Raymond Marcellin, le ministre gaulliste de l’intérieur avait mis à bas un journal pour impertinence dirait-on de nos jours. A part qu’à l’époque, c’était un blasphème !

Rappelez-vous cette une parlant d’un

 SAMSUNG CAMERA PICTURES,

faisant allusion au drame du Cinq-Sept à Saint-Laurent-du-Pont en Isère, l’incendie d’un dancing dans lequel 146 jeunes périrent le 1er novembre 1970, conséquence des inconséquences des gérants et de leur cupidité. La presse avait fait ses choux gras de ce drame, en versant dans le sensationnel sans fouiller plus que ça -du BFM Télé avant l’heure- !

Rappelez-vous aussi de la suite de cette une parlant de

 SAMSUNG CAMERA PICTURES,

la disparition du Général de Gaulle, le fondateur de la Vème République qui se retira de la vie publique suite à une défaite électorale et, lui, ne revint plus sur le devant de la scène. C’était le 9 novembre 1970.

Le journal satirique L’HEBDO HARI-KIRI s’empressa de rapprocher les 2 affaires pour cette une sulfureuse

SAMSUNG CAMERA PICTURES

que l’Etat UDR (devenu depuis RPR puis UMP) ne pouvait pas admettre. Ce numéro fut interdit immédiatement et dorénavant le titre ne pourrait plus être exposé dans les kiosques de presse… ce qui revenait à la mort de la publication.

Voyons un peu ce qu’on pouvait trouver dans ce numéro devenu culte grâce à Monsieur Marcellin.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’éditorial impertinent certes mais plein de tendresse de Delfeil du Ton…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

…qui faisait le pendant de cette planche de Wolinski raillant une partie de l’électorat de droite.

La planche de Reiser…

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

…où tout le monde en prend pour son grade… sauf De Gaulle finalement.

Et quelques autres dessins

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Finalement, pas grand chose qui justifiait une telle mesure, si ce n’est, comme certains le pensent, un coup prémédité du pouvoir de droite pour se débarrasser de ces trublions, faire un exemple, le n°94 de Hara-Kiri n’étant qu’un prétexte.

Ce dont ce pouvoir ne s’attendait pas, c’est la réaction des rédacteurs. Au lieu de pleurer sur leur sort, attaquer cette décision en justice ce qui aurait mis des mois à être réglé, ils décidèrent de… fonder un autre journal. Ainsi naquit

SAMSUNG CAMERA PICTURES

le 23 novembre 1970, avec la même équipe Cabu, Cavanna, le professeur Choron, Delfeil du Ton, Fournier, Gébé, Reiser, Willem, Wolinski… une dream-team de l’humour décapant et anti-conformiste.

L’éditorial de Cavanna sur 2 pages était sans équivoque

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et c’est Henri Tisot, l’imitateur officiel de de Gaulle qui en prenait pour son grade dans cette bande de dessins de Reiser.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Revues