Archives de Tag: Verdun

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (6/7)

L’état d’urgence fut proclamé le 2 août 1914 entraînant de fait la mise entre parenthèses des libertés essentielles et l’instauration de la censure. Celle-ci fut confortée par la loi du 5 août 1914. Le pouvoir militaire avait pris le pas sur le pouvoir civil.

En 1916, on ajouta le cinéma à la liste des médias contrôlés.

Excelsoir du vendredi 31 mars 1916.

C’est encore un article sur Verdun qui a subi des coups de ciseaux. On y évoque les communications entre le front et l’arrière.

La première contre-vérité vient du chapô de cet article: Attaques allemandes repoussées au bois de Malancourt et au fort de Douaumont. Plus loin, on peut lire: Dans la journée d’hier, l’ennemi a abandonné la partie dans le secteur du fort de Vaux pour tourner toute sa rage contre celui de Douaumont, sans plus de succès: deux attaques très violentes ont été repoussées aux abords du fort par nos vaillants soldats

Voilà ce qui est dit le 31 mars sauf que le fort du Douaumont a été perdu par les Français sans combat le… 25 février 1916, un gros mois auparavant ! Ils vont être surpris les lecteurs d’Excelsior quand on leur dire fièrement fin octobre 1916 que Douaumont a été repris !

La censure proprement dite maintenant qui va sévir à trois reprises.

Le début du paragraphe évoque une des voies ferrées ravitaillant Verdun, celle de Verdun à Châlon et celle de Verdun à Lérouville qui part vers le sud pour retrouver la voie de Paris à Nancy. Là, le journaliste devient trop précis et la suite de l’article est passé au blanc. Les Allemands auraient pu tirer partie de quelques renseignements.

Plus loin, deux autres passages évoquant le même sujet sont enlevés.

L’auteur de l’article, Jean Villars s’était beaucoup trop précis pour raconter les chemins de fer approvisionnant Verdun qu’il l’avait été avec la vérité historique.

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (4/7)

Anastasie… dessinée par André Gill au milieu du XIXème siècle.

Ce caricaturiste qui eut souvent affaire à elle, la connaissait bien et l’imaginait ainsi. Pendant la guerre, elle se drapa de noir, symbole de toutes ces veuves et mères de « morts pour la France ».

Au début du XXème siècle, de nombreux journaux existaient et il n’y avait pas moins de trois cents commissions de censure. Rien ne pouvait passer au travers des quelque cinq mille censeurs armés de leurs ciseaux !

Excelsior du samedi 25 mars 1916.

Alors que la une parle d’un gros canon français pour ne pas rester en reste de la Grosse Bertha, c’est encore l’article sur Verdun qui est caviardé….

…en deux endroits.

Cet article parle de l’objectif allemand qui était de prendre Verdun coûte que coûte, d’où ce déluge de feu qui dure depuis trente-quatre jours. Mais quel mal aura pu dire le rédacteur de ces lignes pour que la suite soit cachée au lectorat ?

Et qu’aura pensé le général Pédoya, de retour de Verdun, pour que son enthousiasme ne soit pas diffusible aux lecteurs ?

Bizarre cette Anastasie !

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (3/7)

Pendant la Grande Guerre, pour contourner les foudres de la censure, un journal choisit l’humour. Il s’agissait du Canard Enchaîné, né le 10 septembre 1915. Par ce biais, les censeurs avaient moins de possibilité d’attaquer le titre. Ce sont Maurice Maréchal, Jeanne Maréchal et Henri-Paul Delvaux-Gassier, le dessinateur, qui fondèrent le titre. En 1915, après une série de cinq numéros, le titre cessa de paraître avant de renaître le 05 juillet 1916 pour venir jusqu’à nos jours… après une interruption de quelques années sous l’Etat Français. Ce sont les propriétaires du titre qui décidèrent de cesser de paraître et non une interdiction de Vichy. Quelques collaborateurs des époux Maréchal décidèrent alors de collaborer avec un autre Maréchal !

Excelsior du vendredi 24 mars 1916.

Le titre fait sa une de la visite du prince de Serbie, le futur Alexandre 1er qui mourra sous les balles d’un nationaliste croate sur la Canebière à Marseille en 1934, un prince sans royaume puisque la Serbie est totalement occupée par les Austro-Hongrois.

Deux coups de ciseaux des censeurs.

En page 2, une brève est dépouillée de la moitié de son contenu.

On annonce une conférence du député de Gironde, Henri Labroue, à la Sorbonne sur « le service militaire des députés à la Législative », au moment de la Révolution. Peut-être la suite de l’article était peu favorable au corps législatif de 1916 qui n’était dispensé de présence sous les drapeaux !

Plus loin, en page 3, un article sur la bataille de Verdun.

Nous sommes en pleine offensive allemande et il faut tenir pour les empêcher de passer.

Jean Villars pense que l’attaque allemande n’est qu’une diversion qui cacherait une autre attaque de nos ennemis sur un autre secteur du front occidental. La suite n’a pas été du goût des censeurs qui ne redonne la parole à l’auteur de l’article qu’au moment où il parle de la résistance héroïque des Français.

A-t-il évoqué la perte de terrains, du fort de Douaumont et de quelques territoires ?

Ou évoquait-il une éventuelle attaque alliée ailleurs, sur la Somme par exemple ?

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

125 POILUS de CADEROUSSE, 125 DESTINS… Antoine Hippolyte CAPPEAU

125 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 125 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-cinquième poilu: Antoine Hippolyte Cappeau.

Antoine Cappeau père est originaire de Sauveterre dans le Gard, né en 1824. Il va arriver à Caderousse par le mariage avec une fille du village, Sophie Thérèse Laplace de trois ans plus jeune que lui. Cette union est célébrée le 07 janvier 1852 à Caderousse mais le couple n’y aménage qu’après 1856, rue Monsieur puis rapidement rue Vénasque. Antoine est cultivateur mais il travaille aussi comme ouvrier baletier.

De cette union vont naître sept enfants entre 1853 et 1868, cinq garçons et deux filles. Les trois premiers viennent au monde à Sauveterre, les suivants à Caderousse. Sur ces sept enfants, quatre décèderont avant l’âge de deux ans. L’aîné, Bernard François, lui, vivra jusqu’à l’âge de vingt-trois ans mais, à l’instar de son demi-frère Antoine Hipployte, quarante et un ans plus tard, décèdera lors de son service militaire au 4ème R.I.Ma. à l’Hôpital du Lazaret de Saint-Mandrier, dans la rade de Toulon.

La famille Cappeau lors du recensement de 1856…

…puis en 1866. Bizarrement le fils Bernard n’apparaît dans aucun recensement avec ses parents, certainement élevé par des grands-parents.

Le 12 juin 1874, Sophie Thérèse Laplace décède à l’âge de quarante-sept ans. Deux ans plus tard, le 17 mai 1876, Antoine Cappeau se remarie à l’âge de cinquante-deux ans. avec Philomène Valon, une Caderoussienne de vingt-trois ans sa cadette.

De cette seconde union vont naître au moins cinq nouveaux enfants, trois garçons et deux filles. Parmi eux, Antoine Hippolyte, le futur Poilu, venu au monde le 18 octobre 1883.

La seconde famille Cappeau en 1881, avant l’arrivée d’Antoine Hippolyte…

…et en 1886 alors qu’il est âgé de deux ans.

La trace de la famille d’Antoine Hippolyte disparaît des actes officiels de Caderousse après le décès de la petite sœur du futur Poilu Marie Antoinette, le 18 février 1887 à l’âge de huit mois. Plus de Cappeau Antoine et consort dans la liste nominative du recensement de 1891 à Caderousse. Manifestement ils sont retournés dans la Gard, à Sauveterre. C’est en tout cas dans cette ville que l’Armée domicilie les Cappeau lors du recensement militaire d’Antoine Hippolyte en 1903, pour ses vingt ans.

Un Antoine Hippolyte guère gaillard d’ailleurs puisque son incorporation est ajournée pour faiblesse 1904 puis en 1905… avant d’être reconnu « bon pour le service » en 1906. Il passe alors une petite année sous les drapeaux, au 55ème Régiment d’Infanterie de Pont-Saint-Esprit, du 06 octobre 1906 au 12 juillet 1907.

A-t-il eu le temps de prendre épouse entre cette dernière date et août 1914 ? L’absence d’archives numérisées dans le Gard nous empêche de le savoir mais c’est dans l’ordre du probable. Il vit d’ailleurs à Villeneuve-lès-Avignon à partir de 1911.

Il est rappelé à l’armée lors de la déclaration de guerre mais il évite le terrible mois d’août 14 en ne regagnant le 255ème R.I. que le 06 septembre suivant.

En juin 1915, le 255ème est sur le front, en Argonne, à l’ouest de Verdun. Il tient la route entre Binarville et Vienne-le-Château. Cette ligne est stratégique car, en cas de perte, la route ravitaillant Verdun pourrait être coupée.

Le voici dans le bois de la Grurie. A peine s’installe-t-il qu’il est jeté en pleine bataille, raconte l’Historique du 255ème Régiment d’Infanterie. Le 20 juin, en effet, il est attaqué après avoir subi un bombardement d’une intensité inouïe par torpilles et obus de gros calibres… Un instant décimé par le bombardement, le 255ème cède sous la poussée ennemie mais l’ardeur des chefs et l’élan des troupes ont rapidement reconquis le terrain perdu.

Le 20 juin 1915, Antoine Hippolyte Cappeau est tué au bois de la Grurie. Il était âgé de 31 ans et 8 mois. Il a été inhumé à la Nécropole Nationale de Saint-Thomas-en-Argonne.

Antoine Hippolyte Cappeau, matricule 1067 de la classe 1903, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule numérique des Archives du Gard. Le patronyme Cappeau est bien présent dans le Vaucluse et à un degré moindre dans le Gard, à Caderousse également. Si quelqu’un reconnaît en Antoine Hippolyte un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour corriger ou compléter ces quelques lignes. Le voici dans le bois de la Grurie. A peine s’installe-t-il qu’il est jeté en pleine bataille, raconte l’Historique du 255ème Régiment d’Infanterie.

A suivre… les frères Guéricolas, Octave et Isidore, partie généalogique.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

123 POILUS de CADEROUSSE, 123 DESTINS… Félix Xavier BEAUMET

123 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 123 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-troisième poilu: Félix Xavier Beaumet.

Félix Xavier Beaumet est né à Caderousse le 06 février 1882. Ses parents se sont mariés au village quelques mois plus tôt, le 07 avril 1881. Son père Xavier est originaire de Rochegude dans le sud de la Drôme, non loin d’Orange, né le 04 février 1859. Il a épousé Elisa Clémentine Lurion, née à Caderousse le 14 décembre 1861. Après le mariage, le couple s’est installé quelque temps à Caderousse, rue Monsieur, où le futur Poilu est venu au monde.

Félix Xavier est donc l’aîné d’une fratrie de quatre garçons, le seul à être né dans le village. Fernand, Adolphe et Séverin suivront, successivement en 1889, 1895 et 1896 et naîtront sur la rive droite du Rhône.

Félix Xavier est cultivateur et met ses bras au service de patrons locaux. A Caderousse, il sera aussi ouvrier baletier comme d’ailleurs Elisabeth son épouse, pour arrondir leurs fins de mois. La famille n’apparaît pas dans la liste nominative du recensement de 1886. A partir de là, les actes de naissance et les registres matricules racontent le pérégrination de la famille Beaumet.

1881: installation du couple à Caderousse.

Le couple Xavier-Elisa lors du recensement de 1881.

1882: naissance de Félix à Caderousse.

1886: nulle trace de la famille dans le recensement de Caderousse.

1889: naissance de Fernand à Saint-Marcel d’Ardèche (Ardèche).

1895: naissance d’Adolphe à Laudun (Gard).

1896: naissance de Séverin à Laudun (Gard).

1902: la famille vit à Laudun (Gard) suivant le registre matricule de Félix, incorporé à Pont-Saint-Esprit.

1909: la famille vit à Verquières (Bouches-du-Rhône; au sud de Noves) suivant le registre matricule de Fernand, incorporé à Marseille.

1909: Félix vit à Eygalières (Bouches-du-Rhône) au sud de Verquières.

1911: Félix s’installe à L’Isle-sur-Sorgues (Vaucluse)… comme toute la famille verra-t-on.

Les parents de Félix et ses deux jeunes frères à L’Isle-sur-Sorgues en 1911.

1912: à sa libération, Fernand vit à Vallorgues, hameau de L’Isle-sur-Sorgues (Vaucluse).

08/1914: la famille vit à L’Isle-sur-Sorgue (Vaucluse), quartier du Pointel (?) lors de l’engagement contracté par Adolphe à la déclaration de guerre.

21/09/1915: le décès de Félix est enregistré à Mollèges (Bouches-du-Rhône), entre Verquières et Eygalières.

1916: la famille habite toujours L’Isle-sur-Sorgues lors de l’incorporation de Séverin à Avignon.

Que dire de plus sur la généalogie de Félix Xavier ? Il fait ses classes au 3ème Régiment d’Infanterie de Digne du 16 novembre 1903 au 18 septembre 1906, trois ans sous les drapeaux ! Entre temps, le 31 janvier 1905, il passe au 15ème Escadron du Train des Equipages Militaires qu’il quitte muni d’un Certificat de Bonne Conduite.

Le 30 juillet 1910, il épouse en Avignon Catherine Severino. Il est fort probable qu’ils aient eu un ou plusieurs enfants même si rien n’a été pu être trouvé. Félix travaille lui aussi la terre et se met au service de propriétaires cultivateurs comme ouvrier agricole.

Le 04 août 1914, Félix rejoint le 55ème Régiment d’Infanterie de Pont-Saint-Esprit. Il passe d’ailleurs rapidement caporal. Félix va connaître la bataille de la Marne à laquelle son régiment participe, entr’autre la bataille de Revigny du 6 au 10 septembre 1914. Il en réchappera sans dommage. Cette victoire française fit rompre l’avancée allemande d’août 14.

La suite de la guerre du 55ème R.I., c’est Verdun, avant la grande bataille de 1916 mais tout de même en guerre. Après Béthincourt, fin 1914 puis début 1915, voilà le régiment du côté de l’Argonne, à l’ouest de Verdun. Le 27 juin 1915, les combats se déroulent à Vienne-le-Château. C’est un secteur situé entre Vauquois à l’est et la Main de Massiges à l’ouest. Ce jour-là, on doit attaquer les lignes allemandes après une préparation insuffisantes et un vent dominant contraire qui empêche l’usage de gaz. Alors, comme on peut s’en douter, l’attaque française est vite bloquée.

Ailleurs, les gains territoriaux sont minimes, une centaine de mètres au maximum pour un bilan humain conséquent:

130 blessée et 15 tués dont Félix Xavier Beaumet. Ce 27 juin 1915, il était âgé de 33 ans et 3 mois.

Félix Xavier Beaumet, matricule 855 de la classe 1902, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule numérique des Archives du Gard. Le patronyme Beaumet est encore présent dans le Gard et le Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Félix Xavier un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Marcel Henri Eugène Bérard.

Les travaux mis en ligne sur geneanet par amice2 alias Andrée Valentin et isard alias Alain Isard ont été utiles et ont raccourci considérablement le temps passé aux recherches. Merci !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

121 POILUS de CADEROUSSE, 121 DESTINS… Charles Félix AUBERT

121 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 121 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-unième Poilu: Charles Félix Aubert.

Lui aussi n’est pas inscrit sur le Monument aux Morts ni sur les plaques de l’église. Certes, trois Aubert dont on a déjà raconté le parcours y sont notés mais deux hommes portant ce patronyme ont été oubliés : Charles Félix et Clovis Frédéric. C’est par Mémoire des Hommes qu’ils ont été retrouvés et on peut y constater la naissance caderoussienne de Charles Félix Aubert.

 

Voici donc un autre Poilu ayant des attaches des deux côtés du Rhône, à Montfaucon et à Caderousse. A Montfaucon plus qu’à Caderousse, indéniablement ! Les archives gardoises n’étant pas accessibles au commun des mortels ne vivant pas dans le coin, je ne peux que remercier le travail de Charles Aubert alias acharles8 sur Généanet qui m’a permis de compléter les informations glanées dans le Vaucluse, plus ouvert à la modernité, entre autre et principalement, pour la fratrie des Aubert et pour la descendance du Poilu.

Charles Félix Aubert, certainement appelé Félix, est donc né à Caderousse le 05 août 1881. Ses parents sont fermiers au quartier de la Durbanne, non loin du Rhône. Clément Emmanuel Aubert né en 1840 comme sa mère Françoise Queyranne de six ans plus jeune, sont originaires de Montfaucon dans le Gard. Ils se sont mariés le 21 octobre 1868. De cette union vont naître douze enfants, de 1869 avec François Clément jusqu’à 1887 et François Marius Clovis Hugues, huit garçons et quatre filles. Quatre d’entre eux mourront en bas âge.

Les naissances auront lieu à Montfaucon au début puis à Caderousse, à la Durbanne, entre 1870 et 1883, période pendant laquelle Clément Emmanuel mène donc une ferme dans ce quartier en Vaucluse. Après cette date, le couple et ses enfants semblent être retournés vivre dans le Gard.

Charles Félix Aubert n’a donc pas vécu très longtemps à Caderousse, une poignée d’années seulement.

Il n’est âgé que de quatre mois sur le recensement de 1881 à Caderousse et la famille n’apparaîtra plus par la suite dans les listes nominatives du village, à commencer en 1886.

Le reste de sa courte vie, Charles Félix la fera donc à Montfaucon. Il est recensé par l’armée dans le Gard au bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit. Il va faire trois ans de service militaire entre le 16 novembre 1902 et le 23 septembre 1905 au 61ème Régiment d’Infanterie d’Aix-en-Provence. Quelques mois après son retour à la vie civile, il va épouser une fille de Montfaucon, Léa Marie Amédeline Guillaumont, le 27 juillet 1907. Avant son rappel sous les drapeaux, trois enfants naîtront de cette union. Les deux premiers Joséphine Clémentine et François Félix ne vivront que quelques jours. Elise Françoise Félicia née en 1911 atteindra l’âge adulte et lui donnera une descendance.

Rappelé le 03 août 1914 au 61ème R.I., Charles Félix passera le 04 septembre suivant au 58ème R.I. d’Avignon. On l’a déjà vu, ce régiment, engagé malencontreusement en Lorraine allemande dans des opérations hasardeuses a connu en août 14, une immense saignée au cours de laquelle ont d’ailleurs péri huit Caderoussiens. C’est l’explication de cette mutation. Il faut combler les pertes.

En 1915, le régiment combat en Champagne puis est cantonné à Reims. Il est envoyé sur Verdun où il arrive le 22 juin 1916 pour défendre l’Ouvrage de Froideterre à la Côte-du-Poivre sur le territoire de la commune de Louvemont, un des neuf villages rayés de la carte et jamais reconstruits, car situé au cœur de la bataille de Verdun.

Photo extraite du site Verdun-Meuse.fr

Les tranchées françaises d’ailleurs très médiocrement organisées…

…sont soumises aux bombardements allemands et aux attaques des fantassins. Sous ce déluge de feu et de fer, les ordres sont simples, il faut tenir.

Ce 05 juillet 1916, à un moment où la bataille de Verdun vacille toujours pour décider de son vainqueur, quelques hommes de la 7ème Compagnie du 58ème R.I. sont tués pour repousser des Allemands.

Parmi eux, Charles Félix Aubert de Caderousse et de Montfaucon. Il avait 34 ans et 11 mois.

Charles Félix Aubert, matricule 94 de la classe 1901, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule numérique des Archives du Gard. Le patronyme Aubert est encore bien présent dans le Gard et le Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Charles Félix un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Clovis Frédéric Aubert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

119 POILUS de CADEROUSSE, 119 DESTINS… André Louis EUSTACHE.

119 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 119 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dix-neuvième nom de la liste: André Louis EUSTACHE.

 

C’est le site Généanet qui nous a permis de nous mettre sur les traces d’André Louis Eustache. En effet, son décès a été transcrit à Caderousse le 1er septembre 1917.

André Louis Eustache est né en Ardèche à Saint-Montan, non loin de Viviers, de Bourg-Saint-Andéol et du Rhône le 03 mars 1887. D’autant plus près du Rhône que ses parents André Eustache né en 1846 et Marie Rosalie Reynier née à Montélimar en 1863 tiennent une ferme au quartier des Barraques, dans la plaine.

Au recensement de 1891 aux Barraques de Saint-Montan.

Sur ce document reproduit ci-dessus, les noms de la mère d’André et de sa grand-mère maternelle sont barrés ce qui n’est pas bon signe. En effet, elles n’apparaissent plus dans le recensement suivant de 1896.

Marie Rosalie Eustache, mère d’André Louis, est décédée à Saint-Montan le 13 octobre 1893. André père élèvera seul son fils qui deviendra naturellement paysan, un fils qui restera unique par la force des choses.

André Louis fait son service militaire du 06 octobre 1908 au 25 septembre 1910 au 35ème Régiment d’Infanterie. Ce sera son premier grand voyage puisque ce régiment est stationné à Belfort, près de la frontière allemande d’alors. Le second départ de la ferme des Barraques sera pour aller travailler à Orange chez Antoine, camionneur en 1913 puis à Caderousse pour louer ses bras dans l’île de la Piboulette, chez Louis Martin, fermier, à partir d’avril 1914.

C’est donc le tocsin de Caderousse qu’il entendra le 03 août 1914, village qu’il quittera pour le 55ème RI de de Pont-Saint-Esprit. La guerre donc et le secteur de Verdun où le régiment gardois va combattre un moment.

Le 14 octobre 1915, André Louis rejoint le 116ème Bataillon de Chasseurs Alpins. et est replongé dans l’enfer de Verdun. Un enfer que confirme cet extrait du Journal de Marche du Bataillon:

Les bombardements allemands, les tranchées gommées du côté de Douaumont, les hommes sans protection face aux déluges de feu mais aussi du ciel avec une pluie incessante, un froid glacial et des hommes qui tombent comme des mouches. Nous sommes le 25 octobre 1916.

Le lendemain, c’est un peu la répétition de la veille mais le déluge du feu fait moins de victimes.

Il y aura tout de même vingt-un morts ce jour-là, des blessés et des disparus. Parmi les premiers, André Louis Estache, le néo-Caderoussien ! Il apparaît dans la liste établie dans le Journal de marche du 116ème BCA.

Le 26 octobre 1916, André Louis Eustache était âgé de 29 ans et 10 mois.

 

La fiche matricule d’André Louis Eustache de Mémoire des Hommes.

André Louis Eustache, matricule 106 de la classe 1907, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Gard. Le patronyme Eustache est présent en Vaucluse, Drôme, Gard. Si quelqu’un reconnaît en André Louis un ascendant direct lointain, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre…. Charles Marius Arnaud.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche