Archives de Tag: réfugiés

La RETIRADA en CARTES POSTALES- LE PERTHUS 2/18

Seconde vue: Le Perthus- Sur le Pont International (El Perthus- en el Puente Internacional). 

 

Une autre vue de la foule de réfugiés au Perthus, sur le Pont International. Difficile de reconnaître les lieux avec ce supermarché géant qu’est devenu le Perthus. Quel était ce pont ? Certainement pas celui situé dans le descente vers Le Boulou à la sortie du Perthus, près du cimetière.

Peut-être à l’intérieur du village à l’endroit où le frontière franchit la route ?

Cette vue a surement été prise très près de la précédente, l’objectif tourné en direction de l’Espagne. On voit les piétons à gauche attendant que la frontière s’ouvre et des véhicules à droite.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

La RETIRADA en CARTES POSTALES- LE PERTHUS 1/18

Après l’arrivée d’environ 500 000 réfugiés en février 1939 fuyant le Franquisme triomphant, le photographe Chauvin de Perpignan eut l’idée de sortir deux « albums souvenir » de cet événement, deux blocs de dix-huit cartes postales. 

La Retirada comme on l’appelle maintenant dans les livres d’histoire eut un retentissement considérable dans les régions frontalières comme les Pyrénées Orientales. L’Etat n’avait pas anticipé cet exode massif ou plutôt l’avait sous-estimé. 30 000 personnes étaient attendues… il en arriva presque 20 fois plus.

Voici donc, au fil des jours des mois prochains, soixante-dix-neuf ans plus tard, les vues de ce carnet de cartes postales.

Première image, celle de la foule qui se presse au poste frontière du Perthus.

Le Perthus- Les premiers jours de l’exode.

El Perthus-Los  primeros días del exodo.

Un temps la frontière fut fermée ce qui entraîna ces scènes de foule en attente de leur salut. On y voit des militaires à gauche mais surtout une majorité de femmes avec des enfants. Des véhicules encombrent la chaussée au fond et bon nombre de personnes portent des baluchons dans lesquels ils ont mis leurs biens indispensables.

Au Perthus, le milieu de la rue principale du village délimite la frontière entre la France et l’Espagne. Quand on se rend vers le sud, à gauche se trouvent l’Espagne et les commerces regorgeant de chalands et à droite, la France et des maisons d’habitation. Difficile de dire où a été prise la photo. En haut du village près du col géographique et donc presqu’en France? Ou près de la frontière actuelle si tant est qu’elle se situait alors au même endroit où elle se trouve de nos jours ?

La pente de végétation au fond de la carte postale pourrait indiquer que la seconde solution est la plus vraisemblable avec ces bâtiments à droite pouvant être les mêmes  hier et aujourd’hui.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

Il y a (presque) 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 05 octobre 1916

DSCN6112

(JOUR 795 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une fois n’est pas coutume, la première de couverture de la revue fait dans la science fiction !

DSCN6113

Un dessin issu d’une revue londonienne La Sphère montrant les chars d’assaut qu’on teste depuis quelque temps, ou plutôt imaginant ces engins de guerre. Un dessin très moderniste qui pourrait se trouver dans une revue de nos jours.

La Somme, encore la Somme, toujours la Somme malgré les échecs relatifs alliés.

DSCN6114

Des tranchées allemandes labourées.

DSCN6115

Dans une tranchée allemande détruite, les restes d’un canon de 105.

DSCN6116

Visite de gradés dans ces lignes allemandes détruites.

DSCN6117

Des canons de 240 de marine arrivent vers le front.

DSCN6118

Les Britanniques ont capturé ces montagnes d’obus allemands.

DSCN6119

Ce que l’on voit dans la Somme. 

Quelque part à Verdun, une église visée a été quasiment détruite…

DSCN6120

mais ce Christ est resté accroché au mur.

Des réfugiés arrivent des nouveaux villages détruits près de Verdun à Paris.

DSCN6121

Un mot d’aviation,…

DSCN6122

Paulien s’est mis au service de la Serbie et a déjà fait de nombreux raids sur les lignes bulgares.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 36: L’ILLUSTRATION du 26 septembre 1936

Deux revues hebdomadaires du samedi.

DSCN5827

Le Monde Illustré qui fait sa une de la visite du Négus Haïlé Selassie, empereur d’Ethiopie à la S.D.N. à Genève. un empereur sans empire car occupé par l’Italie Fasciste depuis le 5 mai dernier. Une S.D.N. totalement désarmée face à cette agression colonialiste.

DSCN5832

Par contre L’illustration fait sa une intérieure de la disparition récente du Pourquoi pas ? et son équipage dont le professeur Charcot, au large de l’Islande.

Un drame qui ouvre cette revue, avant la situation en Espagne et qui fait 2 pages avec 4 photos dans Le Monde Illustré, bien avant la guerre civile en Espagne.

DSCN5829

DSCN5830

On y voit Charcot captivant la jeunesse par la narration de ses explorations, à Paris, le Pourquoi Pas? ancré dans la baie de Scoresby-Sund, sur la côte est du Groenland lors d’une expédition polaire, le même navire dans une grosse mer sur les côtes d’Islande, un peu comme le jour de la catastrophe et le navire prisonnier des glaces lors d’un hivernage polaire. Rappelons que cette disparition se passa le 16 septembre 1936 et ne fit qu’un seul survivant.

Dans L »illustration, on nous indique, carte à l’appui…

DSCN5833

le lieu exact du naufrage. Le corps du professeur Charcot fut rendu par la mer et inhumé au cimetière Montparnasse.

Peu d’image de la guerre d’Espagne dans Le Monde Illustré sinon cette vue du pont d’Orio non loin de Bilbao, pont détruit par les forces républicaines pour freiner l’avance des fascistes…

DSCN5828

et un article s’interrogeant sur le devenir des oeuvres du Greco dans la cité de Tolède particulièrement martyrisée par les combats autour de l’ Alcazar.

DSCN5831

Il semblerait que ces oeuvres aient été épargnées par la guerre.

Deux articles dans L’Illustration sur la guerre civile, l’un explicatif, l’autre narratif.

Explicatif sur l’une des composantes des mouvements soutenant la rébellion: les Carlistes. Un mouvement qui ne date pas du 17 juillet 1936 puisque cette vue représente Don Carlos, au milieu de son état-major lors de la deuxième guerre carliste en 1872.

DSCN5834

Un mouvement soutenant le roi dont on comprend mieux les rapports familiaux avec ce tableau généalogique:

DSCN5835

A priori, ce devrait être Alfonso Carlos né en 1849 et pas très jeune en 1936 !

Des combattants carlistes qui portent le béret rouge traditionnel et dont on voit ci-dessous, 2 combattants…

DSCN5836

le plus âgé (82 ans) et le plus jeune (15 ans).

Narratif avec la situation en Espagne et particulièrement dans le nord où se joue une partie de l’avenir de l’Espagne.
Une carte pour commencer:

DSCN5839

Celle des lieux sans qu’un front puisse être tracé tant les positions des 2 camps sont peu claires. Une chose est sûre, la chute de San Sebastian qui coupe les Républicains de l’aide venant de France et une conséquence, l’arrivée massive de réfugiés en France, une première retirada.

L’entrée des vainqueurs nationalistes à San Sebastian:

DSCN5837

DSCN5838

acclamé par une foule qui a bien compris que la mode serait au salut avec le bras tendu.

Les réfugiés arrivent par la mer à Hendaye….

DSCN5840

réfugiés observant le côte espagnole,

DSCN5841

à Saint-Jean-de-Luz devant la mairie, attendant d’être vaccinés,

DSCN5842

devant l’école d’Hendaye où sont servis les repas,

DSCN5843

sur la plage où les enfants jouent,

DSCN5843

DSCN5845

dans les bateaux dans la baie de Chongondy à Hendaye où les bateaux de pêche sont transformés en logis.

L’Illustration consacre aussi de nombreuses pages à la situation en Palestine où les occupants britanniques doivent essayer de séparer colons juifs et autochtones arabes ou chrétiens.

Plusieurs vues d’une situation de guerre larvée…

DSCN5846

DSCN5847

DSCN5848

DSCN5849

DSCN5850

qui perdure de nos jours !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

POSTER MDI en fil rouge de l’été- L’EXODE en 1940.

Ce tableau MDI montre la fuite des populations du Nord de la France, de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg devant l’avancée éclair de la Wehrmacht en mai et juin 1940 après la percée de Sedan. C’est un important épisode de ce conflit qui a toute sa place dans l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, au même titre que le débarquement du 6 juin dont ont déjà parlé ou la Libération de Paris (ou de Strasbourg).

DSCN3898

Exode massive de population par tous les moyens vers une destination non définie, le seul souci de tous ces malheureux étant de mettre le plus de distance entre eux et les troupes allemandes, avançant elles à une vitesse bien supérieure, pas prise dans les énormes bouchons routiers.

On parle de 8 à 10 millions de « fuyards » comme les appela Pétain dont beaucoup ne retournèrent pas chez eux après l’armistice du 22 juin 1940, augmentant notoirement la population des grandes villes du sud de la France.

L’autre image (qui n’a rien d’Epinal) de cette exode, ce sont les attaques des Junkers allemands sur ces colonnes de réfugiés totalement inoffensives pour l’armée allemande, semant la terreur et la mort. Les avions munis de mitrailleuses étaient également dotés de  sirènes hurlant lors des piqués qu’on surnomma « les trompettes de Jericho » et qui avaient pour objectif de terrifier les populations.

Quelques photos prises sur le net de cette exode de mai-juin 40:

Die Fl¸chtlingswagen sind hoch beladen mit den wenigen Habseligkeiten. Frankreich, bei Gien. 19.6.1940

80031531_o

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de l’été 36: le 30 juillet 1936

Un 30 juillet bien chargé avec 2 vieux journaux:

DSCN4917

Le Miroir des Sports 

DSCN4938

L’Intransigeant.

C’est la grande étape pyrénéenne qui nous est raconté dans le Miroir des Sports. Luchon-Pau avec les 4 géants des Pyrénées: Peyresourde, Aspin, Tourmalet et Aubisque avant de rejoindre la capitale du Béarn et du bon Roi Henri pour une journée de repos bien méritée.
Pour corser la sauce, ce sera une journée pluvieuse comme bien souvent dans les Pyrénées en juillet. Une journée qui sacrera le vainqueur du Tour: Sylvére Maes.

Une étape dantesque commencée dans les brumes de Peyresourde:..

DSCN4918

qui verra rapidement se détacher un trio dans le col d’Aspin:

DSCN4937

les Belges Sylvère Maes et Vervaecke et le Français Yvan Marie qui ne s’attendait pas à être à pareille fête.

Le grand absent, Antonin Magne avait déjà connu la crevaison dès Peyresourde,…

DSCN4931

DSCN4932

malgré l’aide que lui avait apporté Lecteur. En haut d’Aspin, la fatigue était là et comme disait le commentateur des photos,…

DSCN4921

Magne avait la lèvre inférieure pendante, ce qui est chez lui le signe de la contrariété et de la fatigue.

Tandis que Marie était passé en tête à ce col, quelques secondes avant son leader.

DSCN4922

Le trio de tête allait connaître une accalmie météorologique dans le Tourmalet…

DSCN4930

ce qui vaudra à cette image l’honneur d’occuper la double page centrale du Miroir des Sports.

Au sommet du géant des Pyrénées, Marie comptait rééditer son exploit d’Aspin…

DSCN4935

mais Maes qui n’oublie pas que son estaminet des Flandres porte l’enseigne « Au Tourmalet » se chargea de passer en tête…

DSCN4923

image que faillit voler au photo-reporter son collègue peu attentif.

Pendant ce temps, Magne ne s’avouait pas vaincu et passait devant l’auberge du Tourmalet à seulement 2′ 49″ du trio de tête.

DSCN4933

La course allait se jouer dans le dernier col de la journée: l’Aubisque précédé de son marche-pied, le Soulor.

Dans ce dernier, Yvan Marie allait payer sa belle journée à l’avant en laissant partir les 2 Belges…

DSCN4920

au point de compter 8 minutes de retard quelques kilomètres plus loin au sommet de l’Aubisque.

DSCN4936

A cette époque, sans dérailleur et avec un seul pignon à l’arrière, toute baisse de forme se payait cash !

Second drame un peu plus loin, Vervaecke brisait son cadre et voyait s’envoler tous ces espoirs de victoire finale à Paris.

DSCN4919

DSCN4929

Pas de vélo de remplacement immédiat, un vélo d’emprunt pour le début de la descente avant de trouver un vélo réglementaire sur le plat mais un détour de 20 minutes sur le vainqueur à Pau !

Le vainqueur, Sylvère Maes, le dernier à rester debout, en tête à l’Aubisque sous la pluie battante…

DSCN4924

encore suffisamment frais pour voltiger lors du retournement de la roue…

DSCN4925

en tête à Pau sur la ligne d’arrivée…

DSCN4926

en triomphateur romain pour se faire acclamer par le public:

DSCN4927

alors que son second au classement général, Antonin Magne,  se trouvait alors à 26’13 » de lui:

DSCN4934

Le Tour était joué dans les Pyrénées !

 L’Intransigeant du jeudi 30 juillet est déjà à Bordeaux avec les coureurs du Tour de France.

DSCN4948

Encore une fois, victoire au sprint de Le Grévès, une cinquième  pour le Champion de France. Une étape de transition qui ne change pas grand chose à l’ordre établi.

Une image aérienne de la course tout de même:

DSCN4954

C’est la guerre d’Espagne qui en est à son 12ème jour qui focalise toute l’attention dans ce numéro.

DSCN4939

Franco reçoit ses premiers avions allemands (belle réactivité des Nazis… ou tout était déjà programmé ?), un sous-marin gouvernemental coulé au large de Gibraltar et des succès pour ces mêmes gouvernementaux dans le Pays Basque.

3 vues en première page:

DSCN4940

Des sous-marins républicains se ravitaillant au Protectorat, à Taner. Ils causent bien des soucis aux franquistes car ils menacent la noria des bateaux transportant les troupes rebelles en Andalousie.

DSCN4941

Des volontaires franquistes en patrouille en montagne.

DSCN4942

Des recrues franquistes dans la caserne de Burgos.

En page intérieure, les envoyés spéciaux de L’Intransigeant s’intéressent au bataillon communiste féminin en formation à Madrid…

DSCN4944

et plus sérieusement à la livraison d’avions de transport allemand à Franco par Hitler pour permettre le transport des troupes sur le continent, montrant par là, que tout avait été programmé en amont par les fascistes.

DSCN4946

 Dans la page L’IntranVoir, 

DSCN4949

Une colonne de miliciens républicains sur la route de Guadalajara pour bloquer la défense de Madrid.

DSCN4950

Le chargement d’un canon sur un camion à destination du front nord de la capitale.

DSCN4951

A Tanger, le salut point levé des hommes d’un sous-marin gouvernemental au ravitaillement.

DSCN4952

DSCN4953

Des réfugiés espagnols fuyant la guerre à Gibraltar.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux, Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 06 juillet 1916

DSCN4418

(JOUR 705 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

L’entretien des armes est une obligation pour tout soldat. Ici, en couverture, des hommes nettoyant leurs mitrailleuses entre deux combats.

Pour commencer des images plus légères que d’ordinaire.

DSCN4419

Du vélo-rail avant l’heure pour ces fantassins français.

DSCN4420

Le décor idyllique des cascades de la Prenzela près de Valstagna, dans les Dolomites où les Autrichiens essaient d’enfoncer le front italien. Difficile de reconnaître les lieux sur Google maps. Il semble que cette légende ne soit pas tout à fait exacte.

DSCN4421

Des tranchées très protégées dans lesquelles les hommes doivent être plus à l’abri qu’ailleurs. A noter que certains sont équipés de lunettes contre les gaz.

Mais la guerre, c’est aussi cela,…

DSCN4423

Sur le front d’Orient, un cimetière austro-bulgare visité par des soldats russes.

C’est aussi cela.

DSCN4425

Des ruines et un  bourg dévasté, celui de Saint-Dié dans les Vosges qui a subi des bombardements allemands terribles. Les édifices collectifs et les maisons individuelles sont en piteux état. Mais que dire des usines pratiquement rayées de la carte: Andrez-Brafon (4), tissage A.Lévy et Cie (5), usine Tisserand (6), immeubles Damisch (7). C’est aussi l’activité économique qui a reçu un coup terrible et où tout devra être reconstruit.

Dans la Marne, entre Soudain et Perthes, c’est la nature qui a payé un lourd tribut à la guerre:

DSCN4424

Les villages aussi puisque celui de Perthes-lès-Hurlus a été déclaré « morts pour la France » après la guerre.

En Belgique, ces marins allemands ont installé…

DSCN4426

des grosses pièces de marine sur la côte pour la protéger d’une éventuelle invasion anglaise.

Enfin, un peu plus au nord, en Hollande, de jolies cabanes ont été installées…

DSCN4422

par le Comité Américain  de Secours, pour y abriter les déplacés belges qui ont fui devant l’armée allemande. De tout temps, ces comités religieux protestants sont venus en aide aux populations civiles prises sous le feu de combats, sur tous les théâtres des opérations.

Poster un commentaire

Classé dans Revues