Archives de Tag: cavalerie

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 25 août 1918

(JOUR 1484 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Dans des ruines, un général américain et son adjoint étudie les plans du secteur. Des troupes US de plus en plus présentes et en masse, ce qui fera basculer le cours de la guerre.

Ci-dessus lors de la bataille pour conquérir Soissons.

Comme l’Aisne, la Somme a subi de lourdes destructions.

En haut, Morisel en ruines et une colonne de prisonniers allemands. En bas, Moreuil est dans le même état. Les hommes du Génie reconstruisent le pont détruit sur l’Avre.

Ce qu’il reste de l’église Saint-Pierre de Montdidier.

En double page centrale, sur le champ de bataille de la Somme, la rencontre de deux cavaleries.

L’ancienne, à cheval, amène les ordres de l’Etat-Major à la nouvelle, celle des blindés.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 21 avril 1918

(JOUR 1358 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On nous présente quelques hommes et on nous dit que leur attitude héroïque face aux Allemands a permis de minimiser l’avancée allemande sur la Somme et sur l’Oise, les fameuses offensives de printemps allemandes.

Le Miroir va vanter dans de nombreuses pages la collaboration franco-britannique pour repousser les Allemands, ce qui fut vrai à partir du 30 mars et la mise en place d’un commandement unique.

Les mitrailleurs français et anglais combattent ensemble et les brancardiers coopèrent également.

Sur le front, les Britanniques ont enterré la cuisine si bien que le ravitaillement peut continuer malgré les combats en surface.

Excellent pour le moral de hommes.

De l’artillerie pour repousser les divisions allemandes:

Française avec le nouveau canon de 155;

Britannique avec ces canons très efficaces.

En bas des prisonniers allemands se reposent avant de prendre le chemin de la captivité.

Le retour de la guerre en mouvement et par la même occasion de la cavalerie:

Des troupes françaises.

Et toujours ces scènes d’exode de populations sur les routes de la Somme et de l’Oise fuyant l’avancée allemande et les violents combats.

Les troupes américaines sont aussi sollicitées pour venir en aide aux britanniques et aux Français.

Ici les Sammies sont confrontés à la guerre des gaz.

Une double page pour expliquer les atermoiements des Japonais face à la situation en Russie, du côté de la Sibérie.

Interviendront-ils ou non ? Les Chambres délibèrent et hésitent. La foule attend le verdict et les hommes politiques hésitent à prendre une décision.

Autre sujet de questionnement des Occidentaux, la situation en Ukraine.

Une délégation française est allée rendre visite à la nouvelle république. Mais les conditions climatiques n’ont guère aidé les visiteurs.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 8 mars 1917

dsc01561

(JOUR 948 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Encore une tranchée « de première ligne » (nous dit-on) à la une de ce numéro de La Guerre Photographiée. On y voit une cantine dans un cagnat. Certainement vrai mais pas en première ligne !

Des prisonniers de guerre français en Allemagne

dsc01562

au camp de Landshut en Bavière. Ville située à 80 km environ au nord-est de Munich, suivant le site http://www.chtimiste.com/album/Camps%20Prisonniers/Camps%20existants/Landshut/index.html, ce camp accueillait un peu plus de 300 prisonniers français en 1916. Quant à la vue présentée, elle date de 4 mois, Toussaint 1916 !

dsc01563

camp de Ludwigsburg-Eglosheim. Plus près de la France puisque la ville de Ludwigsburg-Eglosheimest située à 15 km au nord de Stuttgart. Suivant le forum http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/photos-14-18/lieux/camp-prisonniers-sujet_1946_1.htm, ce camp était conséquent avec plus de 5 000 prisonniers français mais aussi russes, serbes, italiens et les conditions d’enfermement n’étaient pas fameuses. Les hommes travaillaient dans l’agriculture mais aussi des mines de sel, des carrières de pierres.

Double page centrale avec des vues du front d’Orient et de la campagne des armées en Macédoine.

dsc01564

On y voit des vues paisibles de paix: un camp de réfugiés, des postes d’observations, des paysages (gué, la brousse y est-il écrit !), l’entretien des routes et le ravitaillement. Rien à voir avec une vraie campagne !

Une seule page sur le front d’Italie.

dsc01565

4 vues un peu plus guerrières mais rien d’inquiétant comme on nous le montre sur le front français: un sous-marin italien appelé Médusa, des postes d’observations folkloriques, un défilé de troupes alpines italiennes.

D’autres images de prisonniers, ennemies ceux-là:

dsc01566

en haut des Bulgares pris par les troupes russo-roumaines;

en dessous des Allemands retenus dans un camp dans le Midi de la France, sans plus de précision.

En dernière page, on parle des Britanniques et sans que cela ne soit volontaire, on y voit 2 époques de l’histoire militaire:

dsc01567

en haut, des lanciers à cheval, fierté de l’Empire Britannique au XIXème siècle;

en dessous une unité motorisée équipée de mitrailleuses, certes peu utiles dans la guerre de tranchées mais qui préfigure la guerre de demain.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 21 décembre 1916

dsc00097

(JOUR 872 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Sur la Somme, un obusier anglais. Décidément, on parle beaucoup de cette bataille de la Somme, beaucoup plus que Verdun. Mais la Somme était voulue par l’Etat-Major français alors que Verdun a été subi… d’où ces choix éditoriaux dans une presse aux ordres.

Toujours sur la Somme, un impressionnant campement de cavalerie non loin du front:

dsc00098

Et pour parler artillerie comme dans la une:

dsc00103

Un énorme canon français de 320 sur rail, de la qualité comparé à…

dsc00105

la camelote à Krupp (aciéries allemandes réputées). Sans commentaires supplémentaires !

Le front d’Orient avec ces vues de la Marine franco-britannique en Grèce pour essayer d’impressionner les Grecs favorables au Roi et à l’alliance avec les Allemands.

dsc00099

Sur le front d’Italie, une rencontre entre chefs, en Maurienne.

dsc00100

Cardona et Joffre font le point d’une situation… qui va bientôt devenir critique pour les Italiens… qui auront alors besoin des Français à leurs côtés.

Un »Tricar-ambulance » dans le texte pour éloigner rapidement un blessé loin du front.

dsc00101

Quand on sait le nombre de blessés qui fit la guerre…. on aurait dû en avoir bien plus que quelques exemplaires… pour la Presse !

dsc00102

Le genre de document totalement incompréhensible car trop imprécis: le drapeau d’un régiment héroïque, des soldats de ce régiment décorés… Oui mais où ? et pourquoi ?

Enfin, tout en fin de revue, on comprend le nouveau look de celle-ci: pages plus petites donc moins nombreuses.

dsc00106

Avec la crise du papier, il est difficile au magazine lyonnais de s’approvisionner comme avant, d’où l’adaptation du format aux contingences pratiques.
Quelques mots sur les 2 vues de tranchées: à gauche, un abri souterrain qui est devenu le tombeau pour les soldats allemands qui y furent emmurés vivants; à droite, un axe de mitrailleuse allemande prise à l’ennemi.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a (presque) 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 10 décembre 1916

dsc00050

(JOUR 861 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, un général serbe vainqueur à Monastir. Pourquoi le Miroir ne rajeunit pas sa ligne éditoriale en montrant de vraies images d’actualité sur les couvertures ? Omniprésence de la censure militaire ?

Le Président de la République est en visite en Lorraine…

dsc00051

… où il rencontre le commandant Julien Viaud, plus connu sous son nom d’emprunt, Pierre Loti, tout de même âgé de 66 ans !

Des prisonniers allemands, en Meuse (en haut)…

dsc00052

et en Orient (en bas). A noter (et il faut y regarder de près), la présence d’un prisonnier allemand sur la photo du bas ayant coiffé un chapeau français pour prouver ses sentiments pro-français. Il s’agit, nous précise-t-on, d’un alsacien ou lorrain.

Dans le même ordre d’idée, l’interrogatoire de prisonniers allemands par les autorités françaises.

dsc00053

Un peu de touriste en Orient, en Grèce.

dsc00054

Profitant de se visite du front d’Orient, en Grèce, le ministre de la guerre, le général Roques en profite pour faire une petite visite de l’Acropole et du Panthéon !!! Joindre l’utile à l’agréable ! Les Poilus envoyés en Orient ne pourront en dire autant !

Les premiers chars d’assaut, les fameux « tanks » britanniques.

dsc00055

En effet, c’est sur la Somme, lors de cette attaque que les chars firent leur apparition sur le front. On nous parle de « redoutables machines qui fauchent des arbres et crèvent des murs ». La vérité historique veut que cette première tentative fut un échec plus que cuisant !

Une double page centrale pour illustrer la prise du fort de Vaux.

dsc00056

Le vallon de la Morte recouvert de fumées et de gaz de combat. Les hommes attendent dans une tranchée avant de s’élancer. Un scène de guerre terrible, prise vraiment sur le vif, semble-t-il.

Plus léger, une page est consacrée à quelques écriteaux particuliers, fruits de l’imagination débordante d’hommes attendant, la plupart du temps que quelque chose ne se produise.

dsc00057

L’ennui est aussi source de création, l’artisanat des tranchées en atteste encore de nos jours.

Pour terminer, des navires de transport transformés en hôpitaux flottants.

dsc00058

Malgré la croix qui est peinte sur la coque, ils seront eux aussi la cible de tirs des u-boat.

Poster un commentaire

Classé dans Revues