Archives de Tag: Première Guerre Mondiale

Le Camp GREENE

Un banal livre ancien trouvé dans un magasin solidaire dont ce petit papillon collé sur la première de couverture avait attiré mon regard.

Un texte en anglais assez facilement traduisible:

Association des bibliothèques américaines.
Soldats et marins
Bibliothèque du camp

On peut penser que le livre a été la propriété de la Librairie d’un camp de soldats américains lors d’un des deux conflits mondiaux.

Cet ouvrage portant 1909 comme date de publication à New York et un copyright de 1908, on peut penser qu’il s’agissait de la Première Guerre Mondiale.

En intérieur, un tampon nous indique plus précisément son origine.

Le camp Greene !

De quoi s’agit-il là ?

Le camp Greene était situé à Charlotte en Caroline du Nord, sur la côte est, un de ses états dont on parla beaucoup en novembre dernier lors des élections présidentielles avec des re-comptages des voix à n’en plus finir.

Ce camp fut créé pendant le premier conflit mondial, au moment de l’entrée en guerre des Etats-Unis, pour regrouper et entraîner les troupes qui allaient traverser l’Atlantique pour venir se battre sur le nord et l’est de la France. On y compta jusqu’à 40 000 hommes alors que la ville de Charlotte où était installé le camp ne comptait que 6 000 âmes de plus.

Le nom Greene rend hommage à un grand général américain de la guerre d’indépendance, Nathanael Greene, à la fin du XVIIIème siècle.

Voilà un drôle de voyage pour ce livre qui dut traverser l’Atlantique dans le paquetage d’un des Sammies venu combattre en France.

Il est même précisé que c’était un soldat du 38ème régiment d’infanterie.

Quant au livre par lui-même, on ne peut pas dire que Christopher Hibbault, roadmaker (constructeur de routes) est entrée dans l’histoire de la littérature américaine en France de même que son auteure Marguerite Bryant qui pourtant connut un certain succès outre-Atlantique, au début du XXème siècle.

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Des sous-marins sur le Rhône… info ou intox ?

On avait demandé à notre ami artiste Chatmiole, alias Jean-Marie Mollier, de dessiner le parcours d’une randonnée pédestre dans le secteur d’Ancône, Montélimar et Rochemaure, le long du Rhône et du canal de dérivation, vers le fameux ancien pont de Rochemaure dans le but d’illustrer le panneau au départ de la balade.

Il se lâcha quelque peu et nous proposa quelques détails loufoques comme celui reproduit ci-dessus. Loufoque ? Pas tant que cela !

Certes, on a utilisé ici et là des submersibles de poche, des cloches, pour inspecter les piles des ponts, après des collisions par exemple. Mais là, sur le dessin, on a affaire à un vrai sous-marin, un navire de guerre !

Et bien, il existait depuis 1839 et jusqu‘en 1957*, des chantiers navals à Chalon-sur-Saône, propriétés de Schneider. En bord de Saône bien entendu, au Petit-Creusot, se construisaient toutes sortes de bateaux et parmi ceux-ci… des sous-marins ! On en vendait même à l’étranger.

Et que fait un sous-marin dès qu’il naît et qu’il peut flotter ? Il est irrésistiblement attiré par la mer. Pour cela, rien de plus simple, direction la Méditerranée via la Saône et… le Rhône !

Oui, aussi loufoque que cela puisse paraître, il est bien passé des sous-marins sous le pont de Rochemaure, pendant la Première Guerre Mondiale et jusqu’aux années 30, de nombreux sous-marins même !

Certes, en raison de la nature du Rhône avec ses hauts fonds et de ses bancs de graviers changeants, on évitait de les faire flotter directement dans les eaux du fleuve, de peur qu’ils ne restent bloqués et soient endommagés avant même d’avoir servi. Alors, on les embarquait sur des barges pour rejoindre Port-Saint-Louis-du-Rhône. De là, direction la rade de Toulon, à Saint-Mandrier… et le centre d’essais de… Schneider !

Un sous-marin transporté sur un porteur Schneider traversant Lyon.

Avant, pendant et après la Grande Guerre, les migrations de sous-marins du Petit-Creusot à la Méditerranée furent nombreuses mais peu de photos immortalisent cette scène, secret militaire oblige !

Pas loufoque le dessin de Chatmiole ? Très peu, juste l’interprétation par l’artiste d’une vérité avérée !

Promis, la prochaine fois, on vous parlera de la bête qui boucha le port d’Ancône !

*Une activité industrielle de constructions de ponts métalliques continua au Petit-Creusot après 1957, jusqu’en 1984.

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL !

128 POILUS DE CADEROUSSE… 128 DESTINS: Louis Fernand RAYNAUD… le « bon » ce coup-ci.

Effectivement, un article sur le Poilu Louis Raynaud avait été écrit le 31 mai 2018. Sauf que ce n’était pas lui qui est inscrit sur le Monument aux Morts ! Il y a trois ans, un gros doute existait… Aujourd’hui, le vrai Poilu a été trouvé et voici sa fiche matricule allégée de Mémoire des Hommes.

Louis Fernand Raynaud est né à Chusclan le 07 novembre 1896. Il ne fut pas concerné par la mobilisation du 03 août 1914 mais rapidement rattrapé par l’Armée. On en reparlera plus bas.

Son père Simon était aussi originaire de ce village du Gard. D’une première union avec Amandine Monjaud, était née une fille Berthe. Amandine étant décédée, il épousa par la suite Marie Louise Imbert, une fille de Chusclan, de dix-sept ans plus jeune que lui. La famille s’agrandit d’une autre fille, Louise qui ne vécut pas longtemps puis de cinq garçons: Simon ou Edmond né en 1886, Roger en 1888, Louis et son jumeau Charles en 1896 et enfin Joseph en 1904.

Entre 1911 et 1916, la famille franchit le Rhône pour s’installer à Caderousse. Simon père, fermier, vivait au bon vouloir des propriétaires à qui il louait ses bras. Un temps sur une ferme proche du Rhône, à la Tourette, domaine aujourd’hui disparu sous le Centre Atomique de Marcoule, ses grands enfants l’aidaient une fois sortis de l’école. Simon fils, Roger, Louis et Charles devinrent ouvriers agricoles avant leurs services militaires.

Louis et Charles furent appelés en 1915 et rejoignirent tous les deux le 98ème Régiment d’Infanterie de Roanne. Fait bizarre ou erreur de transcription d’un secrétaire militaire, les jumeaux ne furent pas séparés jusqu’en août 1916: 98ème RI du 10 avril 1915 à la fin de cette même année… 16ème RI 9ème bataillon jusqu’en mai 1916 puis 415ème RI jusqu’au 18 août 1916 pour Charles, jusqu’à son décès le 12 septembre 1917 pour Louis. Vraiment étonnant !

C’est dans le secteur de Verdun que Louis Fernand fut grièvement blessé par un éclat d’obus dans le dos, le 10 septembre 1917. Transporté dans un hôpital militaire à Souilly, à une quinzaine de kilomètres au sud de Verdun, il décédait deux jours plus tard, le 12 septembre. On peut penser que la gravité de ses blessures l’aurait laissé lourdement handicapé s’il avait survécu.

Son jumeau Charles sortit sans blessure de la guerre mais garda toutefois des séquelles d’une maladie pulmonaire qui le mit sur le flanc de janvier à août 1918. Il décéda relativement jeune le 02 février 1939 en Avignon alors qu’il avait quitté le travail aux champs pour celui d’ouvrier à l’usine à gaz d’Orange.

Quant au 415ème RI de Marseille dans lequel servirent les jumeaux Raynaud, on parle toujours de lui, plus de cent ans après la fin de la guerre. En effet, Augustin Trébuchon, dernier tué français de la Grande Guerre, le 11 novembre 1918 à 10 heures 55, servait dans ses rangs !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (7/7)

Dernier article sur cette censure contre la presse écrite. Laquelle censure ne sera supprimée que le 12 octobre 1919, onze mois après la fin du conflit.

Excelsior du dimanche 2 avril 1916.

C’est une brève qui va subir les foudres d’Anastasie.

Dans les bureaux du secrétariat d’état-major général de la Marine, ils sont quatre, occupés… si l’on peut dire occupés ! à…

Au moment où l’histoire devenait intéressante, on n’en saura pas plus. Que devaient faire ces quatre oisifs ? et qui étaient-ils ?

Un détail savoureux: c’est depuis le début de la guerre que ces quatre lieutenants vaisseau

C’est tout ! Frustrant !

A noter que dans l’article sur Verdun, le fort de Douaumont n’a toujours pas été pris !

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (6/7)

L’état d’urgence fut proclamé le 2 août 1914 entraînant de fait la mise entre parenthèses des libertés essentielles et l’instauration de la censure. Celle-ci fut confortée par la loi du 5 août 1914. Le pouvoir militaire avait pris le pas sur le pouvoir civil.

En 1916, on ajouta le cinéma à la liste des médias contrôlés.

Excelsoir du vendredi 31 mars 1916.

C’est encore un article sur Verdun qui a subi des coups de ciseaux. On y évoque les communications entre le front et l’arrière.

La première contre-vérité vient du chapô de cet article: Attaques allemandes repoussées au bois de Malancourt et au fort de Douaumont. Plus loin, on peut lire: Dans la journée d’hier, l’ennemi a abandonné la partie dans le secteur du fort de Vaux pour tourner toute sa rage contre celui de Douaumont, sans plus de succès: deux attaques très violentes ont été repoussées aux abords du fort par nos vaillants soldats

Voilà ce qui est dit le 31 mars sauf que le fort du Douaumont a été perdu par les Français sans combat le… 25 février 1916, un gros mois auparavant ! Ils vont être surpris les lecteurs d’Excelsior quand on leur dire fièrement fin octobre 1916 que Douaumont a été repris !

La censure proprement dite maintenant qui va sévir à trois reprises.

Le début du paragraphe évoque une des voies ferrées ravitaillant Verdun, celle de Verdun à Châlon et celle de Verdun à Lérouville qui part vers le sud pour retrouver la voie de Paris à Nancy. Là, le journaliste devient trop précis et la suite de l’article est passé au blanc. Les Allemands auraient pu tirer partie de quelques renseignements.

Plus loin, deux autres passages évoquant le même sujet sont enlevés.

L’auteur de l’article, Jean Villars s’était beaucoup trop précis pour raconter les chemins de fer approvisionnant Verdun qu’il l’avait été avec la vérité historique.

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (5/7)

Pour la presse, pire que la censure, c’est l’auto-censure ! Ne pas dire ce que l’on sait pour ne pas indisposer le Prince ou inventer carrément des histoires que les censeurs veulent entendre quand on ne sait pas. Ainsi, en septembre 1914, Le Matin annonçait que les Français approchaient de Berlin alors que c’étaient les Allemands qui étaient aux portes de Paris, sur la Marne. Pathétique !

Excelsior du lundi 27 mars 1916.

Anastasie a les ciseaux sensibles en ce mois de mars 1916. Il faut dire que l’attaque allemande sur Verdun pose problème à l’état-major.

C’est une brève sur l’action d’un sous-marin allemand qui est narrée par le journaliste.

Le comte de B…., officier de l’armée belge, qui se trouvait à bord du Sussex, fait à ce sujet, une déclaration accablante pour l’honneur allemand. On n’en saura pas plus !

On sait que le Sussex était un ferry britannique passé sous pavillon français en 1914. Lors de la traversée Folkestone- Dieppe, le 24 mars 1916, il est torpillé par un sous-main allemand sans coller et se réfugie à Boulogne-sur-Mer. Il y aura toutefois de 50 à 100 victimes suivant les sources.

Que devait être caché au lectorat d’Excelsior ? Surtout que les magazines comme Le Miroir ou Sur le Vif racontèrent cette attaque, on en a parlé à l’époque du centenaire. Que cet incident eut une certaine importance pour entraîner l’entrée en guerre des Etats-Unis !

Mystère !

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (4/7)

Anastasie… dessinée par André Gill au milieu du XIXème siècle.

Ce caricaturiste qui eut souvent affaire à elle, la connaissait bien et l’imaginait ainsi. Pendant la guerre, elle se drapa de noir, symbole de toutes ces veuves et mères de « morts pour la France ».

Au début du XXème siècle, de nombreux journaux existaient et il n’y avait pas moins de trois cents commissions de censure. Rien ne pouvait passer au travers des quelque cinq mille censeurs armés de leurs ciseaux !

Excelsior du samedi 25 mars 1916.

Alors que la une parle d’un gros canon français pour ne pas rester en reste de la Grosse Bertha, c’est encore l’article sur Verdun qui est caviardé….

…en deux endroits.

Cet article parle de l’objectif allemand qui était de prendre Verdun coûte que coûte, d’où ce déluge de feu qui dure depuis trente-quatre jours. Mais quel mal aura pu dire le rédacteur de ces lignes pour que la suite soit cachée au lectorat ?

Et qu’aura pensé le général Pédoya, de retour de Verdun, pour que son enthousiasme ne soit pas diffusible aux lecteurs ?

Bizarre cette Anastasie !

 

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (3/7)

Pendant la Grande Guerre, pour contourner les foudres de la censure, un journal choisit l’humour. Il s’agissait du Canard Enchaîné, né le 10 septembre 1915. Par ce biais, les censeurs avaient moins de possibilité d’attaquer le titre. Ce sont Maurice Maréchal, Jeanne Maréchal et Henri-Paul Delvaux-Gassier, le dessinateur, qui fondèrent le titre. En 1915, après une série de cinq numéros, le titre cessa de paraître avant de renaître le 05 juillet 1916 pour venir jusqu’à nos jours… après une interruption de quelques années sous l’Etat Français. Ce sont les propriétaires du titre qui décidèrent de cesser de paraître et non une interdiction de Vichy. Quelques collaborateurs des époux Maréchal décidèrent alors de collaborer avec un autre Maréchal !

Excelsior du vendredi 24 mars 1916.

Le titre fait sa une de la visite du prince de Serbie, le futur Alexandre 1er qui mourra sous les balles d’un nationaliste croate sur la Canebière à Marseille en 1934, un prince sans royaume puisque la Serbie est totalement occupée par les Austro-Hongrois.

Deux coups de ciseaux des censeurs.

En page 2, une brève est dépouillée de la moitié de son contenu.

On annonce une conférence du député de Gironde, Henri Labroue, à la Sorbonne sur « le service militaire des députés à la Législative », au moment de la Révolution. Peut-être la suite de l’article était peu favorable au corps législatif de 1916 qui n’était dispensé de présence sous les drapeaux !

Plus loin, en page 3, un article sur la bataille de Verdun.

Nous sommes en pleine offensive allemande et il faut tenir pour les empêcher de passer.

Jean Villars pense que l’attaque allemande n’est qu’une diversion qui cacherait une autre attaque de nos ennemis sur un autre secteur du front occidental. La suite n’a pas été du goût des censeurs qui ne redonne la parole à l’auteur de l’article qu’au moment où il parle de la résistance héroïque des Français.

A-t-il évoqué la perte de terrains, du fort de Douaumont et de quelques territoires ?

Ou évoquait-il une éventuelle attaque alliée ailleurs, sur la Somme par exemple ?

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (2/7)

Le plus grand exemple de censure de la guerre, censure présente dans tous les pays, est le nom de la fameuse grippe espagnole !

En effet, cette épidémie est originaire des Etats-Unis et elle a été diffusée mondialement par les troupes américaines. Mais elle est devenue espagnole par le fait que seule la presse d’Espagne en a parlé. La monarchie espagnole ne s’étant pas impliquée dans la guerre, la presse était libre et parlait donc de l’épidémie. Ailleurs, il ne fallait surtout pas que l’ennemi sache qu’une partie non négligeable des soldats était couchée avec 40° de fièvre. Il aurait pu attaquer… sauf que lui aussi avait le même pourcentage d’hommes sur le flanc !

Excelsior du lundi 17 janvier 1916.

A la page 3, une phrase de l’article « le Roi de Monténégro va-t-il traiter ? » n’a pas plus aux censeurs…

…et a été blanchie.

On peut lire « La situation de Nicolas Ier est évidemment délicate puisque les Alliés ne sont pas intervenus pour le sauver de l’invasion; « . On n’en saura pas plus. Peut-être était-ce une critique de l’attitude des Alliés, c’est-à-dire de la France en premier lieu ?

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

EXCELSIOR versus ANASTASIE… la CENSURE pendant la Première Guerre Mondiale (1/7)

Pas de caviardiage dans Excelsior mais des trous blancs sur la page, ici et là, qui nous dit que la censure a enlevé un bout de phrase ou un paragraphe entier.

La censure militaire a sévi pendant la Première Guerre Mondiale. La presse ne pouvait pas tout dire pour éviter que le moral de l’arrière soit affecté par ce qui était lu. Comme, en parallèle, aucun journaliste ou photo-reporter ne pouvait exercer sa profession sur le front, les nouvelles n’étant distillées que par l’Armée, le lectorat n’était au courant que ce que les pouvoirs publics avaient envie de divulguer.

Ainsi la guerre put durer plus de quatre ans !

Excelsior du samedi 29 janvier 1916…

La famille royale monténégrine vient de se réfugier en France et réside dans un grand hôtel lyonnais. Ses troupes ont été vaincues par les Autro-Hongrois qui occupent le petit royaume.

Anastasie a frappé en page 5.

Qu’a donc pu raconter ce journaliste pour que la censure ne laisse que le titre de son article « L »impossible neutralité » ? Quel pays neutre était concerné par cet article ? Difficile d’en savoir plus !

En page 7, nouveau petit article sans texte.

Même questionnement… Qui était ce « singulier fournisseur des armées » ?

A suivre

Poster un commentaire

Classé dans Journaux