Archives de Tag: Ardennes

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 24 novembre 1918

Toujours ce retard dans les articles du Miroir avec la vie réelle. Ainsi, ce 24 novembre, alors que la guerre est finie depuis 12 jours, on voit à la une Foch amenant à la Conférence Interalliés la Convention d’Armistice… Du retard à l’allumage !

Pas de photo de signature de l’armistice ! Alors, les lecteurs du Miroir se contenteront de dessins…

…l’arrivée des plénipotentiaires allemands en voitures automobiles et les acteurs de cette scène historique dans le wagon de Rethondes.

En Allemagne, les premiers vaincus sont les Hohenzollern.

Le secrétaire du Reich annonce du haut de l’escalier du Reichstag leur déchéance.

A gauche Guillaume II l’empereur déchu, à droite son fils, le Kronprinz qui ne régnera pas.

L’étoile montante du Reich: Friedrich Ebert.

Nommé Chancelier le 9 novembre, il sera Président du Reich de la République de Weimar en février 1919.

Des vues bien réelles celles-là des scènes d’allégresse à Paris, le 11 novembre, après que la nouvelle de la signature de l’Armistice soit tombée.

La cour intérieure du Palais-Bourbon est envahie par la foule pour acclamer Clemenceau.

Mêmes scènes d’enthousiasme collectif place de la Concorde, près de la statue de Strasbourg.

Autres photos sur le même sujet prise dans les rues de Paris.

Ci-dessus, ce n’est pas Paris mais Rome qui connaît les mêmes épisodes festifs.

Quelques mots sur des découvertes faites par les troupes françaises avançant maintenant sans opposition.

Des camouflages originaux: un arbre déguisé en poste d’observation, un trou d’obus aménagé.

On a retrouvé la tombe de Roland Garros, l’aviateur, abattu en duel contre des Fokkers allemands le 5 octobre 1918. Elle est située dans le cimetière de Vouziers, dans les Ardennes, non loin du lieu du crash. Sa sépulture ne sera pas déplacée après-guerre.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Marcel Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Centième Poilu: Marcel Adrien Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Marcel Adrien Roche est né à Caderousse le 16 janvier 1895. Ses parents, Adrien Frédéric Roche et Augustine Félicie Dortindeguey se sont mariés au village dix mois plus tôt, le 11 avril 1894.  Ce sont deux enfants de Caderousse, nés en 1871 pour Adrien et en 1874 pour Félicie.

Adrien, fils de paysan, semble avoir suivi dans un premier temps les pas de son père puis est devenu boucher en reprenant le commerce de ses beaux-parents, eux-mêmes bouchers. Félicie met la main à la patte dans la boulangerie en servant les clients. Marcel, une fois sa scolarité terminée, suivra la même voie que ses parents ce qui faillit lui sauver la vie pendant la Grande Guerre. Faillit… seulement !

La boucherie est installée dans la Grand Rue.

En 1896, la famille compte trois personnes: Adrien, Félicie et leur premier enfant Adrien (Marcel) âgé de quatorze mois.

Une petite fille va venir au monde le 02 avril 1899. Prénommée Augusta Henriette Félicie, elle vivra longtemps, jusqu’en 1985, date à laquelle elle s’éteindra à Saint-Privat-des-Vieux, dans la banlieue d’Alès.

En 1909, le 12 février, Lucienne Marcelle complètera la fratrie.

La famille au grand complet, en 1911.

Il faudra attendre le 17 décembre 1914 pour que Marcel soit appelé par anticipation sous les drapeaux comme toute la classe 14. Son métier de boucher l’envoie dans la 15ème section des Commis et Ouvriers de d’Administration Militaire. Il faut bien nourrir tous ces hommes incorporés. Il s’agit d’un poste relativement à l’abri, éloigné du front.

Mais la guerre avance, les pertes humaines s’accumulent et le besoin de hommes se fait sentir. Marcel est alors affecté dans une unité combattante, le 16 janvier 1917, le 151ème Régiment d’Infanterie. Quatre mois après, il est versé « en renfort » au 265ème Régiment d’Infanterie. Le voilà bien loin du ravitaillement ! C’est dans les dunes des plages de la Mer du Nord que Marcel connaîtra son baptême du feu, vers Nieuport. Puis ce sera les Flandres et à nouveau la Mer du Nord en 1917, La Somme en 1918 puis Craonne.

On retrouve le 265ème R.I. en Champagne en octobre 1918. Les Allemands reculent mais offrent une résistance farouche.

 

On reconnaît en bas de la carte, le secteur de Suippes, Perthes-les-Hurlus… Sommepy…

où l’on s’est tellement battu de 1915 à 1918 que des villages détruits ne se seront pas reconstruits, que les terres ne seront plus jamais cultivées. Le front s’est certes un peu décalé vers le nord, à Saint-Pierre-à-Arnes, dans les Ardennes mais la lutte reste très farouche.

Le 8 octobre 1918, le Journal de Marche du 265ème raconte une attaque française, des tranchées ennemies conquises difficilement, des nids de mitrailleuses allemandes détruits grâce à l’intervention des blindés… puis une contrattaque allemande et le territoire gagné presque tout perdu…

 

Le texte est implacable: En résumé, en fin de journée, sur le front du régiment, la situation est sensiblement la même que la veille au soir.  En conclusion, une journée pour pas grand chose qui coûte tout de même…

…34 tués, 150 blessés et 34 disparus au régiment. Parmi les 34 morts, Marcel Roche, l’apprenti-boucher de Caderousse. Il était âgé de 22 ans et 9 mois.

Fiche matricule de Marcel Adrien Roche de Mémoire des Hommes.

Marcel Adrien Roche, matricule 883 de la classe 1915, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Marcel Adrien un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Marius Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 03 juillet 1937: Le TOUR 1937.

Les deux premières étapes du Tour de France 1937 dans ce numéro du samedi 3 juillet. La une montre les échappés: Archambaud de l’Equipe de France et l’individuel Robert Godard en route, sous la pluie pour Charleville, terme de la seconde étape.

Le Tour était donc parti la veille de Paris en saluant l’Exposition Universelle symbolisée par ces 4 pylônes place de la Concorde…

et comme de nos jours (pour les arrivées), l’Arc-de-Triomphe.

Et c’est parti pour un Paris-Lille (263 km tout de même).

L’occasion pour faire de belles photos sur les routes pavées en direction du Nord pas encore Hauts-de-France !

Les bords d’Oise vers Pontoise.

Traversée de Beauvais.

Une cote pavée à la sortie d’Arras.

Dans les rues de Lens.

Des foules considérables… et un hommage au passé industriel du Nord de la France avec cette grande photo en double page centrale.

Le classement de cette première étape remportée par le Luxembourgeois Jean Majérus.

Le lendemain, seconde étape de 192 km entre Lille et Charleville. la pluie a fait son apparition, rendant glissant le pavé des routes (voir photo de la couverture).

Godard et Archambaud couverts de boue noire montent une cote à 5km de l’arrivée à Charleville.

Archambaud vainqueur sur le vélodrome de la ville.

Le classement de l’étape et le classement général après ces 2 premières étapes:

C’est Majérus en jaune à Charleville.

 

 

1 commentaire

Classé dans Revues