Archives de Tag: guerre de mouvement

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 21 avril 1918

(JOUR 1358 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On nous présente quelques hommes et on nous dit que leur attitude héroïque face aux Allemands a permis de minimiser l’avancée allemande sur la Somme et sur l’Oise, les fameuses offensives de printemps allemandes.

Le Miroir va vanter dans de nombreuses pages la collaboration franco-britannique pour repousser les Allemands, ce qui fut vrai à partir du 30 mars et la mise en place d’un commandement unique.

Les mitrailleurs français et anglais combattent ensemble et les brancardiers coopèrent également.

Sur le front, les Britanniques ont enterré la cuisine si bien que le ravitaillement peut continuer malgré les combats en surface.

Excellent pour le moral de hommes.

De l’artillerie pour repousser les divisions allemandes:

Française avec le nouveau canon de 155;

Britannique avec ces canons très efficaces.

En bas des prisonniers allemands se reposent avant de prendre le chemin de la captivité.

Le retour de la guerre en mouvement et par la même occasion de la cavalerie:

Des troupes françaises.

Et toujours ces scènes d’exode de populations sur les routes de la Somme et de l’Oise fuyant l’avancée allemande et les violents combats.

Les troupes américaines sont aussi sollicitées pour venir en aide aux britanniques et aux Français.

Ici les Sammies sont confrontés à la guerre des gaz.

Une double page pour expliquer les atermoiements des Japonais face à la situation en Russie, du côté de la Sibérie.

Interviendront-ils ou non ? Les Chambres délibèrent et hésitent. La foule attend le verdict et les hommes politiques hésitent à prendre une décision.

Autre sujet de questionnement des Occidentaux, la situation en Ukraine.

Une délégation française est allée rendre visite à la nouvelle république. Mais les conditions climatiques n’ont guère aidé les visiteurs.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 14 avril 1918

(JOUR 1351 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de cette semaine, un capitaine US reçoit une décoration de la part d’un général de division, tout cela avant l’entrée en ligne des troupes US sur la Somme.

L’industrie de guerre américaine construit des transports et des navires de guerre. Dans les Îles Britanniques, les usines de luxe ont changé leur production:

On y construit des armes et des chars d’assaut.

La bataille de la Somme: suite.

Une contre-attaque britannique et une photo prise au moment où les hommes s’élancent et sortent de la tranchée.

Des civils fuyant devant les troupes allemandes qui avancent, pas autant qu’espéré par leur état-major mais très sensiblement tout de même, on le verra dans une prochaine revue.

Des cadavres allemands nombreux… car l’attaque de la Somme et les suivantes furent très meurtrières pour l’armée allemande.

La reprise de la guerre de mouvement. Le moindre talus va servir d’abri. Les troupes à cheval sont de retour.

Ailleurs sur le front français, une messe en plein air.

Peut-être dans les forêts vosgiennes ?

On l’avait vu dans le dernier J’ai vu présenté, le 1er avril dernier, Clémenceau avait visité les aviateurs pour les encourager face aux nouveaux Gothas allemands. En double page centrale, un nouveau as de la guerre, Charles Nungesser en discussion avec le Président du Conseil.

Les avions ont considérablement évolué depuis 1914. Dans ce domaine, la guerre a fait gagner 10 ans en 4 ans à ce moyen de transport.

Petit détour par la Mésopotamie, le Tigre et l’Euphrate où les Anglais sont en train de chasser les Turcs.

En haut la construction d’une voie de chemin de fer près d’Alep… les journalistes du Miroir n’avaient pas Google Maps pour situer Alep (!), en dessous les remparts de Hit beaucoup plus proches de l’Euphrate.

Une vue du jardin d’Eden quand la guerre s’est éloignée.

Autre moment de détente pour ces sous-mariniers allemands prenant un moment de détente en mer Adriatique.

En haut, une vue en été et à droite une vue en hiver où l’eau a gelé sur les tables. En bas, un rare moment de détente pour des hommes confinés la plupart du temps dans des espaces restreints.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… Marius HERSEN.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cinquante-deuxième nom de la liste: Marius Augustin HERSEN.

La seconde face du monument.

Marius Augustin Hersen est né à Caderousse le 27 juin 1893. Il est le fils de Joseph Hersen, cultivateur au Pont d’Adam, une ferme au nord-ouest du centre-bourg. Né en 1868, il a épousé le 12 octobre 1892 Marie-Rose Roche de trois ans sa cadette. Dix mois plus tard nait leur premier enfant, Marius. Une petite soeur va compléter la fratrie, venue au monde en  1897. Rose Joséphine Augustine Hersen se mariera après-guerre avec un certain Abel Roche et vivra jusqu’en 1988.

Au recensement de 1896, Marius n’a que 30 mois.

En 1911, la famille est au complet.

Le 05 novembre 1913, Marius est appelé par l’armée pour satisfaire ses obligations militaires. Il a pris le PLM à Orange pour rejoindre le 52ème Régiment d’Infanterie cantonné à la caserne Saint-Martin de Montélimar, dans la Drôme. Avant d’arriver dans les murs de celle-ci, il a fait un détour par la Mairie de la ville pour signer un engagement de trois ans. C’est donc en militaire de carrière qu’il aborde le premier conflit mondial.

Le soldat Marius Hersen photographié au studio Lang.

En avril 1916, le 52ème R.I. est du côté de Verdun, l’enfer de Verdun face à la grande attaque allemande. Il est grièvement blessé devant Verdun le 28 avril 1916. Cela lui vaudra un repos bien mérité et une citation vantant son courage et son esprit de discipline.

Remis sur pied, il rejoint le 99ème Régiment d’Infanterie le 31 mai 1917, un régiment cruellement amoindri après la bataille du Chemin des Dames. Marius allait connaître la bataille de la Malmaison juste avant la Toussaint 1917. Puis direction, l’Alsace pour trois mois de combat de position autour de Belfort. Mi-avril 1917, le régiment part pour un grand voyage en train de trois jours, une diagonale pour rejoindre Bergues, dans le Nord où le régiment doit soutenir les Britanniques en Belgique pour la bataille des Flandres. Le 1er mai, nouveau voyage en train, dans l’autre sens à partir de Bergues pour rejoindre Coolus, une banlieue de Châlons-en-Champagne. C’est là que l’histoire s’accélère puisque les Allemands préparent une attaque du côté de Reims. Les hommes du 99ème RI sont sollicités pour aller renforcer ce front ce qui signifie qu’ils devront faire de 60 à 70 km à pied en deux jours pour se retrouver du côté de Reims, aux pieds des Monts de Champagne, à Vrigny.

Le 31 mai les Allemands préparent l’attaque du lendemain par une violente préparation d’artillerie. C’est durant celle-ci que le caporal Marius Hersen disparaîtra corps et âme. C’est ce qui était écrit sur une tombe au cimetière de Caderousse.

La photo a été prise en 2014. Quatre ans plus tard, la tombe est introuvable et la plaque mémorielle a totalement disparu. Bizarre et très dommage en ces périodes de célébration du Centenaire de la Grande Guerre !

La fiche matricule de Marius Augustin Hersen de Mémoire des Hommes.

Marius Augustin Hersen, matricule 1160 classe 1913, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Bien que le patronyme Hersen ne soit plus guère présent dans la région, si une personne reconnaît en ce Poilu, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Paul Julien.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

106 + 1 POILUS de CADEROUSSE, 106 + 1 destins… BONNEFOI Jules

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018….

…sauf que pas moins de 16 hommes nés à Caderousse et morts pendant la Grande Guerre ont été simplement oubliés sur le Monument aux Morts ! Pourquoi donc ? Quand celui-ci fut érigé en 1937, internet ne facilitait pas les recherches comme de nos jours. Jules Edouard Bonnefoi est donc le premier Poilu oublié dont nous allons évoquer le destin. Certes, on aurait dû évoquer les parcours de Charles Aubert, Clovis Aubert, Félix Beaumet et autre Marcel Bérard plus tôt mais les Archives du Gard n’ayant pas pris le virage du numérique et celles de Haute-Garonne étant si difficiles d’utilisation que… nous parlerons  d’eux plus tard !

On peut même se demander pourquoi Jules a été oublié. Il semble que les Bonnefoi n’aient pas quitté le village. En tout cas, Jules Edouard Bonnefoi, né le 04 mai 1896 à Caderousse est bien présent à Caderousse lors du recensement de 1911. Agé de 15 ans, il est alors domestique chez la famille de Bénoni Doux, cultivateur dans le quartier de l’Espinet, Salarié ou Saint-Trophime, les agents recenseurs regroupant ces 3 lieux.

La famille Bonnefoi, elle, habitait intra-muros, rue de l’Hardy, au couchant dans le village. C’était le foyer de la belle-famille Robert de (Michel) Marius Bonnefoi, père du Poilu.

Comme on peut le lire ci-dessus sur le recensement de 1896, Marius était ouvrier dans une fabrique de balais et Augustine couturière. Jules n’est pas encore né et le couple n’a que 2 enfants: Fernande (3 ans) et Louis (2 ans).

En 1906, le père n’est plus là et la famille compte 5 enfants: Fernande, Louis (dont on a déjà parlé), Jules le futur Poilu, Juliette (née en 1898) et Odette (née en 1905).

La mère se remariera cette même année avec Grégoire Désiré Emile Jamet, le 11 octobre.

Jules Bonnefoi sera appelé en anticipation le 10 avril 1915. En effet après les pertes considérables en 1914, les hommes furent incorporés à l’âge de 19 ans au lieu de 20 ans. C’est au 2ème Régiment de Zouaves que Jules quitta ses vêtements civils. Pas en Algérie mais au dépôt de Sathonay, dans l’est de Lyon où ce régiment colonial tenait ses quartiers métropolitains.

Après un passage au 3ème Zouaves du 23 novembre 1915 au 25 juin 1916, Jules retrouva son unité d’origine pour connaître le baptême du feu… et ses premiers ennuis.

Il fut tout d’abord blessé à l’avant-bras droit et on dut lui poser un séton. C’est manifestement lors d’une contrattaque du 2ème Zouaves dans les ruines du village disparu de Fleury-devant-Douaumont, lors des combats de Verdun que Jules prit cette blessure, le 16 juillet 1916.

Second problème, quelques mois plus tard, à peu près au même endroit. Le 19 décembre 1916, Jules dut être évacué vers l’arrière pour cause de pieds gelés. Les conditions météorologiques étaient exécrables et le froid doublé d’une boue omniprésente faisait beaucoup souffrir les hommes. Et ce ne sont pas les modestes revenus de ses parents qui auraient pu lui fournir des brodequins plus adaptés !

Par la suite, fait du hasard, Jules se retrouva le 16 avril 1917 dans l’offensive du secteur de Sapigneul, au Godat, autre hameau disparu de Cormicy, le jour-même où disparaissait le Caderoussier Léopold Blachier dont on a récemment parlé. Par chance, Jules ne faisait pas partie des 690 hommes du 2ème Zouaves mis hors de combat ce 16 avril.

Il eut moins de chance lors de la reprise de la guerre de mouvement pendant l’été 1918. Les Allemands étaient alors considérablement affaiblis et sans ressources nouvelles alors que les Américains intervenaient en masse du côté de l’Entente et que les chars devenaient une arme redoutable en appui des fantassins. Mais la guerre de mouvement fait sortir les hommes des tranchées et les rend des cibles fragiles, comme en 1914. C’est du côté d’Amiens que Jules fut grièvement blessé le 08 août 1918.

Voici les déplacements du 2ème Zouaves à ce moment, suivant le livre rappelant la campagne de 14-18 du régiment…

et ce à quoi cela peut ressembler sur une carte actuelle proposée par Google.

Jules Bonnefoi fut donc touché au Bois Moreuil par une balle qui pénétra dans son abdomen. Terrible blessure ne laissant guère d’espoir de survie ! Il fut évacué sur l’Ambulance implantée dans la banlieue d’Amiens, à Dury (Somme). Il y décéda le lendemain, le 09 août 1918. Il avait seulement 22 ans.

« Zouave plein d’entrain ayant toujours fait son devoir. Est tombé mortellement blessé en se portant avec ardeur à la poursuite de l’ennemi le 9 août 1918 » dit la citation accompagnant son acte de décès.

Pourquoi oublia-t-on de graver son nom sur le monument ? Honnêtement, je n’ai pas de réponse à cette question.

La fiche matricule de Jules Bonnefoi de « Mémoire des Hommes ». 

Jules Edouard Bonnefoi, matricule 1026 classe 1916, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule complète sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Bonnefoi (ou Bonnefoy) étant toujours vivant dans le Vaucluse, si un descendant indirect reconnaît un membre se sa famille, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède quelques photos ou documents.

A suivre: Augustin Bouchet.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche