Archives de Tag: Occupation

Annonay (Ardèche)- Des vieux journaux très intéressants 1-la première « visite » des Allemands en 1940 (1/2)

C’est la Gazette d’Annonay et du Haut-Vivrais en date du samedi 29 juin 1940 (cette gazette est un hebdomadaire) qui nous raconte l’histoire comme dans un livre d’Histoire. L’Allemagne a attaqué la France le 10 mai 1940 après 9 mois d’atermoiements appelés « la drôle de guerre ». Pétain vient de signer l’Armistice le 22 juin 1940 avec l’Allemagne nazie et le 24 juin avec l’Italie fasciste qui, elle, est entrée en guerre le 10 juin, quand la France était à genoux et sans réussir à enfoncer l’Armée des Alpes. C’est à Rethondes et à Rome qu’ont été signés ces traités.
La Gazette en fait sa une avec, à droite, les conditions de ces armistices, on y lit que même les postes de radio sont interdits à être possédés, et à gauche, l’analyse de cette défaite due, pour lui, au déclin intellectuel et moral de la France et à aucun moment à la hiérarchie militaire qui en était resté aux tranchées de 14-18 et qui ne croyait, à de rares exceptions près, ni aux chars, ni aux avions.

Ceci, on l’a lu dans n’importe quel livre d’histoire, même les plus révisionnistes. Par contre, ce que l’on sait moins et ce dont la Gazette nous parle, c’est ce qui s’est passé juste après l’Armistice, dans le nord de l’Ardèche et la vallée du Rhône: les combats d’Annonay et ceux d’Andance dans la vallée du Rhône pour empêcher les Allemands à continuer à avancer.

Ce sont les hommes du 4ème Spahis Marocains qui défendirent la région d’Annonay, n’empêchant pas les Allemands d’occuper la ville le 25 juin au matin et ceux du 6ème Spahis Algériens qui en firent de même au bord du Rhône. Cette même histoire est raconté plus localement dans un éphéméride tragique.

On y lit toute la détresse du rédacteur face à ces événements, l’arrivée des Allemands, l’attitude de quelques locaux très favorables au reich que ça en est choquant (que fera le journaliste dans quelques mois ?), le maire en ancien combattant qui y va de son bouquet de fleurs au monument aux morts, les traces des combats vers Roiffieux avec des chevaux morts et des maisons éventrées, le commerce en demi-teinte sauf pour les Allemands qui achètent en payant en marks…

On parle aussi des combats vers Andance et des funérailles des Spahis tués au combat.

Ils sont au nombre de sept et tous d’origine marocaine. La population leur rend un vibrant hommage comme la municipalité.

On y lit le futile côtoyant le tragique.

Les pâtisseries et les confiseries ne seront plus fabriquées par manque de sucre sur lequel la population doit s’être précipitée, un réflexe qui continua d’exister jusqu’aux années 70 à l’occasion de toutes les crises et les Spahis blessés et transportés par la Croix-Rouge vers les hôpitaux de la région.

A suivre la lecture de la Gazette du samedi suivant pour d’autres précisions sur les combats au bord du Rhône.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Une CARTE de RAVITAILLEMENT peu courante !

Pour l’époque de la seconde guerre mondiale, on a l’habitude des cartes de ravitaillement qui eurent cours de 1940 à 1947 voire 1949, jusqu’au retour d’une situation normale. Il y en avait dans toutes les maisons et on en retrouve régulièrement dans les vide-greniers.

Celles qu’on va vous présenter datent aussi de cette époque tourmentée (on peut y voir la date du 5/12/1945) mais concernent un épisode particulier. Il s’agit de cartes de textile pour le CORPS FRANÇAIS D’OCCUPATION DE L’AUTRICHE.

dsc00938

C’est peu avant la capitulation du 8 mai 1945 que les troupes alliées entrent en Autriche pour l’occuper militairement. L’Anschluss a été balayé en même temps que les Nazis et une jeune République d’Autriche a été proclamée. Toutefois, pour permettre sa mise en place et pour dénazifier le pays, les vainqueurs de la Guerre, Etats-Unis, Royaume-Uni, Union Soviétique et… France ont décidé d’occuper le pays pour… 10 ans.

Comme l’Allemagne vaincue, l’Autriche sera divisée en 4 zones:

-l’est (Niederösterreich, Burgenland) est la zone soviétique,

-le sud (Kärnten, Steiermark) la zone britannique,

-le nord-ouest (Salzburg, Oberösterreich) la zone américaine et

-l’ouest (Tyrol et Vorarlberg) la zone française, sous l’autorité du général Antoine Béthouart.

Comme pour Berlin, la capitale Vienne au beau milieu de la zone soviétique est partagée en secteurs répartis entre les 4 puissances occupantes. Les Français ont autorité dans les 6ème, 14ème, 15ème et 16ème.

Cette occupation permettra une transition démocratique en douceur et évitera la prise de contrôle d’une partie de l’Autriche par les Soviétiques comme ils le feront avec la RDA et Berlin est.

Les troupes françaises étaient comme les populations civiles allemandes et autrichiennes soumises au régime des cartes de ravitaillement. Tout manquait en France et par là même dans les zones occupées par les Français. Un état de fait aggravé par rapport aux zones administrées par les Américains et Britanniques.

Coupons de ravitaillement pour tous…

dsc00939

soldats comme civils faisaient la queue devant les économats militaires. Ici, il s’agit de la carte d’un adjudant chef de la 15ème Brigade de Chasseurs Alpins et celle de sa fille Claudie âgée de 5 ans en 1945.

dsc00940

L’occupation de l’Autriche prit fin après la promulgation de l’Etat Autrichien, le 15 mai 1955 et les troupes d’occupation étaient toutes parties le 25 octobre 1955. L’Autriche devenait un état indépendant et neutre, diplomatiquement parlant.

dsc00941

L’occupation de l’Autriche et le découpage de sa capitale Vienne en secteurs furent la toile de fond du roman de Graham Greene, Le Troisième Homme et du film éponyme de Carol Reed. Un roman noir, un thriller !

2 Commentaires

Classé dans Vieux papiers

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 16 juillet 1916

DSCN4636

(JOUR 715 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un numéro du Miroir consacré presqu’exclusivement à la grande bataille de Picardie où sont essentiellement impliquées des unités britanniques. Depuis le 1er juillet, l’attaque sur la Somme essaie de desserrer l’étau de Verdun par une attaque (certes depuis longtemps programmée). Ce sera une horrible boucherie pour les nombreuses nationalités combattant pour l’Empire Britannique.

DSCN4637

DSCN4640 DSCN4639 DSCN4638

La préparation de l’attaque avec des unités hindoues sous les ordres de Pentax Singh.

DSCN4641

DSCN4642

DSCN4643

L’artillerie est prête puis se déchaine.

DSCN4644

Une attaque et des prisonniers allemands en masse.

DSCN4645

Pour le rédacteur, de nombreux villages libérés… avec des vues de ces lieux avant guerre. Dans quel état cette libération (quand elle a eu lieu) les a laissés ?

DSCN4646

Peut-être dans la même état que ces immeubles de Verdun après les bombardements allemands.

DSCN4647

En territoires occupés (8 départements français tout de même), les Allemands réécrivent les noms de lieux dans leur langue.

DSCN4648

DSCN4649

Les élections américaines approchent et les tenants de l’intervention et de la neutralité s’affrontent aussi dans les urnes;

DSCN4650

Les émissaires du Kaiser amènent aux Espagnols un message de leur empereur.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 15 juin 1916

DSCN4024

(JOUR 684 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La crise du papier sévit aussi en Allemagne. Les Allemands coupent de gros arbres de forêts des territoires occupés en France et en Belgique pour que les troncs soient envoyés en Allemagne. Ce qui fait dire au commentateur de la photo: Ils emportent tout, même les arbres !!!

Les animaux de trait étant bien souvent réquisitionnés par l’armée, les éléphants du cirque Pinder sont occupés à tirer les charrues dans ce champ d’un village du Tarn-et-Garonne.

DSCN4025

Vraiment original !

Moins original, ces vues des champs de bataille de Champagne avec…

DSCN4026

des cimetières français, des morts allemands abandonnés et des paysages détruits ! Tout comme ces images de destructions ici et là (la seconde photo étant celle de Reims)

DSCN4041

DSCN4042

DSCN4043

D’autres tranchées mais pour l’entraînement des hommes, en Algérie, à Blida.DSCN4040

La mort de l’ancien gouverneur de la place de Paris, le général Gallieni, récemment décédé et l’affiche qui annonce  sa disparition.

DSCN4027

Pour terminer, La Guerre Photographiée revient sur les soldats russes arrivés il y a peu à Marseille pour retracer leur périple de Moscou jusqu’à leur destination. Quel voyage !

DSCN4028

Départ de Moscou le 03 février 1916

DSCN4029

Les hommes ont pris le transsibérien. Une halte en Sibérie.

DSCN4034

Sur le lac Baïkal gelé.

DSCN4035

En Mandchourie, toujours sur le transsibérien, le 20 février.

DSCN4030

Fraternisation des Russes et des Japonais, bien loin de Moscou… et de Marseille !

DSCN4031

Après le train, le bateau: escale à Saïgon.

DSCN4036

Escale à Singapour.

DSCN4037

Et à Ceylan avec un petit défilé pour se dégourdir les jambes !

DSCN4032

Le passage du canal de Suez.

DSCN4033

Au large de la Corse, méfiance ! Les sous-marins allemands rodent ! Tout le monde enfile son gilet de sauvetage.

DSCN4038

Gros temps en Méditerranée !

DSCN4039

Et enfin, 3 mois plus tard, débarquement à Marseille avec pour comité d’accueil des prisonniers allemands lançant les passerelles.

Quelle aventure pour ces jeunes Russes dont certains ne devaient pas être sorti de leur village !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 27 janvier 1916

DSCN0001

(JOUR 542 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Sur la première couverture, on nous montre une scène de gare en hiver, avec un train de marchandises à quai et pas mal de militaires allemands en activité. Le texte nous explique que ce train va partir vers l’Allemagne avec les produits des vols des troupes occupant la Belgique. Rien ne permet d’infirmer ou de confirmer les dires, un homme porte des colis au premier plan au milieu, c’est tout.
Quant à la quatrième de couverture, c’est aussi de la propagande anti-allemande…

DSCN0008

et elle concerne aussi la Belgique. Comme on peut le lire, il s’agit d’une menace contre les habitants de Liège de la part de l’occupant allemand, menace pour éviter toute action contre eux. Mais ce papier date du 22 août 1914 ! La guerre était vieille de 19 jours et nous en sommes au 542ème jour de conflit, ce 27 janvier 1916 ! Un peu ancien tout de même !

DSCN0002

DSCN0003

Double page centrale avec des vues d’Alsace, pas des vues de guerre, des images bien paisibles de villages et de paysages. Pas pour montrer des coins d’Alsace libérés mais tout simplement pour rappeler aux lecteurs le pourquoi de cette boucherie qui se déroule depuis le temps qu’on sait !

 Des tranchées à Notre-Dame de Lorette…

DSCN0004

et des abris…

DSCN0005

dans un décor lunaire. En effet, pendant un an, d’octobre 1914 à octobre 1915, de violents combats s’y déroulèrent pour tenir cette colline qui domine la plaine d’Arras et le bassin minier. 188 000 hommes y tombèrent pendant cette période et on y trouve aujourd’hui l’un des plus grands lieux de mémoire de la Grande Guerre.

Pour terminer quelques vues plus anecdotiques:

DSCN0006 - Version 2

Des installations au col du Bonhomme dans les Vosges.

 DSCN0006

Une cheminée d’une sucrerie à Rosières-en-Santerre (près d’Amiens) qui ne s’est pas écroulée malgré le fait qu’elle ait été perforée par plusieurs obus.

DSCN0007

La construction en Allemagne d’une statue géante en l’honneur de l’amiral Von Tripitz, considéré par La Guerre Photographiée comme un assassin mais qui fut un grand marin et un grand homme politique allemand.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

RÉSISTANCE 1942 (16-17/23): 2 TRACTS du FRONT NATIONAL pour appeler les CHRÉTIENS à défendre les JUIFS

Le Front National de Lutte pour l’Indépendance de la France, bien entendu, mouvement de Résistance proche du Parti Communiste qui n’a bien sûr rien à voir avec l’actuel mouvement politique xénophobe qui pollue la vie politique française et le vivre-ensemble depuis une trentaine d’année.

Ces 2 tracts s’adressent aux Chrétiens pour qu’ils n’acceptent pas le sort que les Nazis et le pouvoir de Vichy font subir aux Juifs.

DSCN0192

Pour cela, le tract reproduit la Lettre Pastorale de l’Archevêque de Toulouse. On y lit: Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes, les étranges sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes et ces femmes, ces pères et mères de famille. Un chrétien ne peut l’oublier.

DSCN0193
Il est fait état des camps de Noé et de Résébedon (plus exactement Récébédou). Ce sont 2 camps de concentration mis en place en 1941 au sud de Toulouse (Récébédou sur la commune de Portet-sur-Garonne), accueillant des réfugiés espagnols puis des Juifs dont un certain nombre furent déportés vers Drancy puis Auschwitz. Jules Gérard Saliège, l’Archevêque de Toulouse mena une lutte de tous les instants contre ces camps honteux et parvint à ce que le camp de Récébédou ferme rapidement.

La reproduction de la lettre pastorale de l’Evêque de Montauban est tout aussi engagée pour dénoncer les violences faites aux Juifs.

DSCN0194

DSCN0195

Il est fait référence en début du texte à la rafle du Vel d’Hiv avec ces mots: Des scènes douloureuses et parfois horribles se déroulent en France sans que la France en soit responsable. A Paris, par des dizaines de milliers, des juifs ont été traités avec la plus brutale sauvagerie…puis aux déportations dans le sud-ouest dont parle l’Archevêque de Toulouse… Et voici que dans nos régions on assiste à un spectacle navrant: des familles sont disloquées, des hommes, des femmes sont traitées comme un vil troupeau et envoyés vers une destination inconnue avec la perspective des plus graves dangers. Avec cette conclusion: Je fais entendre la protestation indignée de la conscience chrétienne et je proclame que tous les aryens et non-aryens sont frères parce que créées par le même Dieu…

C’est le Front National qui fait la conclusion de cet écrit:

DSCN0196

 Catholiques Français, soyez au premier rang de la lutte contre le fascisme oppresseur aux côtés de tous les patriotes français sans aucune exception; menez le bon combat contre les persécutions raciales dont sons victimes des hommes, des femmes et des enfants juifs; dénoncez l’odieuse attitude du gouvernement de Vichy qui sert les ennemis de la France et trahit l’intérêt de la Patrie.

Plus loin, on y reproduit la lettre de Paul Claudel, écrivain catholique au grand Rabbin…

DSCN0197

pourtant assez proche du régime de Vichy en 1941. Il changea d’avis en 1942 d’où ce texte ci-dessus.

Ce texte est suivi de brèves montrant l’implication des Chrétiens dans la lutte contre l’oppression dont sont victimes des Juifs.

DSCN0198

Pour cette conclusion:

DSCN0199

Français, Françaises,

Ecoutez la voix de la conscience chrétienne contre les horribles persécutions des Juifs !

Dressez-vous contre cette barbarie ! Secourez les victimes !

Agissez par tous les moyens ! Donnez asile aux victimes des Nazis !

Formes des groupes d’entraide et de défense de l’enfant persécuté !

DSCN0200

Le second tract semble plus construit que le premier commence sous ce titre: Recueil des protestations catholiques contre la barbarie antisémite en France. On va trouver des textes dénonçant la chasse aux Juifs de Vichy et des Nazis en France provenant de la hiérarchie catholique française. Bien entendu, on retrouve le même passage de la lettre pastorale écrite par l’Archevêque de Toulouse que l’on a lu ci-dessus:

DSCN0202

DSCN0203

La lettre date du 6 septembre 1942.

On retrouve aussi la lettre pastorale de l’Evêque de Montauban Pierre Maris, lue et commentée à toutes les messes, dans toutes les églises du Diocèse le 30 août 1942, un mois et demi après la rafle du Vel d’Hiv.

DSCN0205

Le tract y ajoute un extrait du communiqué lu en chaire le dimanche 6 septembre 1942 par l’Archevêque de Lyon Jean-Marie Grelier.

DSCN0204

L’exécution des mesures de déportation qui se poursuivent actuellement contre les Juifs, donne lieu sur tout le territoire à des scènes si douloureuses que nous avons l’impérieux et pénible devoir d’élever la protestation de notre conscience. Nous assistons à une dispersion cruelle des familles où rien n’est épargné, ni l’âge, ni la faiblesse, ni la maladie…

Une description très précise de ce que furent les déportations subies par les Juifs de France, français ou étrangers, malgré ce que des « penseurs » modernes essaient de minimiser.
Ces rafles furent si nombreuses que les cardinaux et archevêques de la zone occupée adressèrent une supplique à Pétain pour que cela cesse:

DSCN0201

Profondément émue par ce qu’on nous rapporte, des arrestations massives d’israélistes opérées la semaine dernière et des durs traitements qui leur ont été infligés, notamment au Vélodrome d’Hiver, nous ne pouvons étouffer le cri de notre conscience.
C’est au nom  de l’humanité et des principes chrétiens que notre voix s’élève pour une protestation en faveur ds droits imprescriptibles de la personne humaine. C’est aussi un appel angoissé à la pitié pour ces immenses souffrances, pour celles surtout qui atteignent tant de mères et d’enfants.
Nous vous demandons, Monsieur le Maréchal, qu’il vous plaise d’en tenir compte afin que soient respectées les exigences de la justice et les droits de la charité.

Un texte clair qui ne laisse aucun doute sur ce qui se passait alors dans les France de la zone libre comme celle de la zone occupée.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 20 janvier 1916

DSCN2836

(JOUR 535 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Sur la couverture, une photographie de l’imprimerie Livoir à Lille occupée (comme la ville et une partie du Nord de la France) par un journal allemand dont on lit le titre sur l’enseigne Der Landsturm. La Guerre Photographiée se moque de ce peu sympathique confrère qui annonçait il y a peu l’occupation de Dijon et Lyon mais pas de Marseille pour cause de choléra ! Rien que cela ! Cette imprimerie Livoir ne semble plus exister. Quant à Der Landsturm, c’est un titre que l’on peut traduire par « La terre ventée » et il est destiné aux troupes d’occupation allemande en France. Les unités d’infanterie allemandes semblent s’appeler « Landstrum ».

La page centrale du journal présente 3 vues de Salonique. Deux photos de troupes britanniques (les Tommies) débarquant d’un grand paquebot français:

DSCN2838 DSCN2837

La troisième vue est celle d’un canon géant installé par les Allemands sur les Dardanelles et qui a été détruit par son équivalent britannique embarqué sur le Queen-Elisabeth.

DSCN2839

Ailleurs, on voit une ambulance emportant un blessé devant une cathédrale.

DSCN2840

Comme on peut le lire dans le titre, on essaie de trouver des signes de cette mitraille qui s’abat sur le secteur de cette ambulance. Les hommes semblent tranquilles et même un badaud (à gauche) regarde la scène d’évacuation du blessé, les mains dans les poches !

Une dernière vue d’un groupe d’hommes présentant les masques destinés à lutter contre les gaz asphyxiants:

DSCN2841

un tampon d’ouate sur le nez et la bouche, enduit certainement du liquide que doit distribuer le chef de groupe, pas de lunettes pour protéger les yeux… une protection plus que rudimentaire !

3 Commentaires

Classé dans Revues