Archives de Tag: Ancone

La CHARTREUSE de VALBONNE- Un havre de paix à deux pas de la vallée du Rhône pour les marcheurs d’Ancône Culture et Patrimoine.

S’il est un coin où les Israélites et autres proscrits recherchés par les Allemands pendant la Seconde Guerre étaient à l’abri, c’est bien derrière les murs de la Chartreuse de Valbonne. Pas seulement à cause de la densité de la forêt entourant l’ancien monastère, mais surtout parce que les occupants ne s’approchaient pas de ce lieu. Quelque malédiction ? Une superstition ? Non ! La présence d’une léproserie installée là en 1929 par le Pasteur Philadelphie Delord ! Pour la garnison de Pont-Saint-Esprit, la peur de la contagion était plus forte que la recherche des ennemis du Reich millénaire !

Car le monastère construit là par les Chartreux au XIIIème siècle (vers 1200) connut bien des vicissitudes. Les moines avaient défriché et asséché ce vallon humide pour le rendre cultivable et lui donner son nom… la Vallée Bonne.

Les Guerres de Religion, la Révolution, les lois laïques de la IIIème République lui firent changer de fonction régulièrement. Ce fut une verrerie vers 1802 avant de devenir léproserie dans laquelle furent soignés quatre cents malades pendant trois quarts de siècle. Le dernier lépreux quitta les lieux pour l’hôpital de Pont-Saint-Esprit en 2003. Pas de risques donc pour les marcheurs anconais.

Aujourd’hui, on peut visiter les lieux, s’y restaurer et y être hébergé. Une cave produit le vin du vignoble local. Ces activités permettent la réinsertion d’adultes souffrant d’handicaps psychologiques stabilisés. Un ESAT après la léproserie, un CAT en quelque sorte.

Bonne balade dans la forêt de la Vallée Bonne.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Balade au pays de La CÈZE, aux CASCADES du SAUTADET.

20180520_120035

è pericoloso sporgesi.

C’est ce que les accompagnateurs de la randonnée ne manqueront pas de dire aux marcheurs, dans la langue de Molière, en s’approchant, non pas d’un tunnel mais des cascades du Sautadet.

En effet, par temps humide, le caillou lisse glisse et le bain engendré pas bien chaud ! Il faudrait pourtant que le caillou soit humide même sous un ciel bleu, pour qu’un orage tombé la veille rende les eaux de la Cèze, dans les cascades, en furie.

PA-11-0036

La Cèze… un petit affluent du Rhône qu’il rejoint au nord de l’Ardoise, lieu-dit industriel de Laudun que nous avons visité en mai dernier, du côté du camp de César.

Petite sœur de l’Ardèche et du Gard, ses colères n’en sont pas moins autant dévastatrices quand les eaux déferlent des Cévennes et s’étalent dans la plaine de Bagnols. En 2002, un supermarché et quelques magasins modernes furent rayés de la carte en aval du pont de la nationale, après un très violent épisode cévenol.

La peur engendrée par ce pourtant paisible ruisseau a poussé la municipalité de Codolet, en dessous de Marcoule, à rehausser ses digues en 2015, ce qui donne au village, pour peu qu’on le voit d’en-haut, des faux airs de kibboutz ou de camp… sans miradors. Pourtant ce village ne craint plus rien des caprices du Rhône aménagé par la CNR.

Pas de souci de cet ordre pour La Roque-sur-Cèze construite à hauteur suffisante pour ne pas souffrir des colères de la Cèze. Même chose pour le pont qui enjambe la rivière avec des piles disproportionnées par rapport au peu d’eau qui y passe dessous la plupart du temps. Mais les anciens étaient prévoyants !

En cette saison d’étiage, quelques bancs de sable apparaissent ici et là. Alors, si un-e conjoint-e, un-e ami-e souhaite vous accompagner, voir les cascades sans marcher sur les dix-neuf kilomètres du circuit concocté par nos organisateurs-accompagnateurs…

Tracé

 

…qu’il-elle amène sa pelle et son seau ! Non pas pour retourner en enfance, non ! Qui sait, en fouillant un peu les sédiments descendus des Cévennes, avec un peu de chance, il-elle trouvera peut-être un petit caillou jaune et brillant…  le début de la fortune… pour réparer le toit de la « chapelle »!

affichette acp

Article paru dans le blog d’Ancône Culture et Patrimoine

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Le second numéro des CAHIERS d’ANCÔNE arrive….

une cahier 2

Vous avez été nombreux à acheter et à aimer le premier numéro des Cahiers d’Ancône, à l’automne 2017…

…voici que s’annonce le n°2 des Cahiers qui est attendu pour la rentrée 2018.

Après la soie pour le premier numéro, notre grand dossier sera la Grande Guerre à Ancône, présentation articulée autour des travaux des élèves de l’école élémentaire ayant écrit les biographies de Poilus du village Morts pour la France. On vous parlera aussi du Livre d’Or du Buffet de l’Aérodrome, ce restaurant qui offrit le couvert et quelquefois le gîte aux pilotes et aux rampants dans l’Entre-deux-guerres. Autre grand thème: l’ancienne base nautique de Rhodia-Plage, sur la Lône, ce bras-mort du fleuve qui voyait le Tout-Montélimar venir se rafraîchir et montrer ses muscles ou ses formes de mai à septembre. La Neige de 70, les plus jeunes n’en ont bien souvent jamais entendu parler… une lacune sera comblée grâce aux témoignages des acteurs de cet épisode climatique exceptionnel qui transforma la plaine d’Ancône en petite Sibérie ! Bien d’autres sujets encore vous attendent dans les 44 pages de ce second tome du Livre d’Ancône !

Dès maintenant, retenez ce numéro 2 des Cahiers… en imprimant ce coupon ou en le recopiant sur papier libre et en le revoyant à

  • Claude Froment 5 rue Delpech 26200 ANCôNE
  • ou Georges Ruiz 8 rue Georges Brassens 26200 ANCôNE.

Les Cahiers d’Ancône sont au prix de 6 euros jusqu’au 14 septembre. Après ce sera 7 euros !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Quand l’ABBÉ MAGNAT d’ANCONE inventait la méthode PLAIN-CHANT…

Décidément un géo-trouve-tout, cet abbé Antonin Magnat qui officia à Ancone au XIXème siècle ! Non seulement inventeur d’une mixture médicinale miraculeuse, il avait commencé par créer une méthode pour faciliter l’apprentissage du chant par les enfants !!! Le solfège sans le solfège… avec presque du solfège !!!

Le hasard nous a permis de nous procurer cet ouvrage révolutionnaire…

 dsc01430

MÉTHODE ET EXERCICES NOUVEAUX À L’USAGE DES ENFANTS POUR LEUR RENDRE FACILE L’ÉTUDE DU

PLAIN-CHANT

PETIT ESSAI OFFERT AU CLERGÉ PAROISSIAL AINSI QU’AUX INSTITUTEURS PRIMAIRES POUR LEUR EN FACILITER L’ENSEIGNEMENT.

Le livre est bien signé par l’Abbé ANTONIN MAGNAT, Prêtre et publié chez Bajat fils , imprimeur à Lyon. Il est daté de 1857.

Le curé a écrit une triple introduction à son ouvrage à destination du lectorat.
Première introduction générale commencée  par cette question: Pourquoi cette méthode de plain-chant ? suivi de cette réponse pleine de bon sens: Je répondrai tout simplement: Parce qu’il n’y en a pas !

dsc01431

Certes ! Il fallait l’oser !

Magnat se plaint que le chant profane bénéfice de méthodes facilitant son apprentissage alors que le chant religieux qui pourtant est indispensable à une bonne prière (Oui, le prêtre prie mieux, le fidèle aussi prie mieux dans une église où l’on chante bien.) n’a aucune aide d’où son invention… originale.
Seconde introduction destinée aux enfants…

dsc01432

terminée par cette prière plutôt amusante…

dsc01434

Charité bien ordonnée commence… par soi-même !

Puis troisième introduction destinée aux personnels qui se serviront du guide…

dsc01435

les Ecclésiastiques et les Instituteurs chargés des leçons de chant… religieux.

Après cela, la méthode peut commencer en parlant d’abord de tons et de demi-tons…

dsc01436

L’originalité, ce ne sont pas tellement les textes explicatifs mais les dessins les accompagnant qui méritent qu’on y regarde de plus près. On y découvre…

dsc01437

…des escaliers ou des échelles…

dsc01438

…des portées sur lesquelles les notes sont des carrés avec une lettre au centre … et quelquefois…

dsc01439

…les deux.

Peut-être révolutionnaire mais finalement guère moins simple que de véritables partitions !

De plus, l’Abbé propose toute une série de chants accompagnés de textes inspirés des… fables de Jean de la Fontaine.

dsc01440

Là, il fallait l’oser. Des plagiats de fables mises en musiques… pour être chantées par des enfants.

Réellement original cet Abbé Antonin Magnat ! Mais pédagogue… ???!!!

Poster un commentaire

Classé dans Livres

RENDEZ-VOUS samedi 17 septembre 2022…

…pour les premières vendanges des Coteaux de l’Ovalie.

Rappelez-vous c’était le samedi 3 mars 2018, à la fin d’une brève mais violente vague de froid que Claude, le président d’Ancône Culture et Patrimoine de l’époque qui a pris du galon depuis, avait donné rendez-vous à quelques courageux membres pour planter vingt-cinq pieds de vigne sur le rond-point d’entrée du village. Le correspondant du Dauphiné d’alors avait immortalisé le groupe de vignerons conseillé techniquement par Clément et mené d’une main de maître par Lionel.

Les pieds poussèrent sans problème ces quatre dernières années sauf deux qui durent être changés en novembre de la même année. Depuis, le reg qu’était ce lieu avant la plantation est devenu un îlot de verdure bien agréable à côtoyer lors des canicules des derniers étés. Puis vinrent les premières grappes. Clément l’avait prédit, la nature l’a fait !

Voici donc le temps des premières vendanges ! L’an dernier, ACP vous avait convié lors des Journées Européennes du Patrimoine 2021 à l’inauguration de sa nouvelle salle d’exposition que ses membres avaient restauré dans un délai record de trois ans. Cette année, la population est donc conviée, aux premières vendanges de la vigne du rond-point d’entrée du village. Citoyens, citoyennes… à vos sécateurs !

Et notez tout de suite dans votre agenda, la date de l’étape suivante, celle de la dégustation du vin nouveau des Coteaux de l’Ovalie, le jeudi 17 novembre prochain… Le Beaujolais n’a qu’à bien se tenir !

Article extrait du blog d’Ancône Culture et Patrimoine.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Tout savoir sur la FORMATION DE LA TERRE, une conférence d’Alain CHAPON proposée par ACP.

Ceci est la copie d’un article paru dans le blog d’Ancône Culture et Patrimoine.

Il parle beaucoup Alain Chapon. Il parle beaucoup de sa passion pour les planètes, les étoiles, les galaxies. La tête au-dessus des nuages et le coeur auprès de ses auditeurs.

Astronome amateur, conférencier averti, il intervient auprès d’un large public, dans notre région de Montélimar, aux clubs d’astronomie d’Alba-la-Romaine et du Teil. Plus loin de chez nous, c’est un membre éminent de Jalle Astronomie, structure associative de Martigans-en-Jalle, dans le grand Bordeaux.

Il sera présent à Ancône, le vendredi 2 mars, en soirée à l’initiative d’Ancône Culture et Patrimoine. Il abordera le thème de la formation de la Terre. Vaste et passionnant sujet qui permettra à tout un chacun de comprendre pourquoi il est là et comment cela aurait pu ne pas se produire.

A l’aide d’un diaporama, il en a réalisé des dizaines sur nombre de sujets traitant de l’Univers, Alain Chapon nous fera découvrir les belles vues de la planète bleue, de notre système solaire et au delà. Poussières d’étoiles !

En après-midi, toujours à l’initiative d’ACP, se tiendront des séance scolaires sur le système solaire avec diaporama et maquettes à l’appui, aux échelles. Si l’on est suffisamment sages, le soir, peut-être pourrons-nous les voir ?

Ci-dessus, le télescope géant du club de Jalle Astronomie, le 4CS640 qui, comme son nom l’indique, possède un miroir de 640 mm de diamètre, en faisant un des plus grands d’Aquitaine. De plus, il peut être déplacé malgré son poids dépassant les 250 kg sur une remorque pour s’installer loin des nuisances lumineuses. Alain Chapon a participé à son élaboration.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Une CARTE de la VALLÉE DU RHÔNE des années 20 (ou avant) 4/5

Quatrième volet de notre descente virtuelle du Rhône en 1920 entre Rochemaure-Ancône et Pont-Saint-Esprit. Nous allons passer en dessous de six ponts, cinq ponts suspendus et le fameux pont de pierre gardois et son arche marinière.

Juste une remarque avant de montrer des vues anciennes. Le concepteur de la carte était un peu fâché avec les noms des affluents rive droite du Rhône. Le Lavezon se retrouve affublé du nom de Davezon, l’Escoutay devient Négnie (il fallait le trouver même si un de ses affluents s’appelle la Nègue) et la Conche réputée pour ses… nudistes se transforme en Canche. Quant à l’Ardèche, si elle est bien dessinée, elle n’est pas nommée. Sur l’autre rive, pas de problème avec le Roubion et la Berre. Par contre la Riaille qui détruisit un jour de grande colère la poste de Malataverne, elle devient la Reuille.

De même, si le dessinateur fit des efforts pour bien des villes et villages en représentant les édifices principaux, manifestement il n’avait jamais vu Ancone ni de près ni de loin. C’était tout de même mieux que Meysse presqu’absent des lieux.

Le pont de Rochemaure et sa pile centrale unique est bien représenté.

Assez semblable de nos jours à ce qu’il était jadis si l’on ne considère que les infrastructures en dur. La passerelle himalayenne a remplacé de nos jours le tablier en bois.

Le pont du Teil est tout à fait conforme à ce qu’il était entre 1843 et 1931…

…avec quatre piles au milieu du fleuve. Il fut remplacé en 1931 par un pont suspendu semblable à celui que l’on connaît de nos jours… pont qui connut quelques problèmes en 1944.

Bizarre ! Le dessinateur a jeté un pont de pierre entre Viviers et Chateauneuf-du-Rhône flanqué d’un château-fort bien plus conservé que ce qu’il l’était.  Pourtant, avant le pont suspendu actuel qui date de 1954…

…son prédécesseur était tout autant suspendu…

…avec quatre piles dans le fleuve.

Second pont de Viviers, bien plus connu, celui de Robinet entre la campagne vivaroise et Donzère.

Un pont suspendu construit en 1847 et qui, sauvé à plusieurs reprises de la destruction par la mobilisation des amateurs de belles pierres (il est inscrit au patrimoine maintenant),…

n’a guère changé 170 ans plus tard.

Bourg-Saint-Andéol et son pont reliant l’Ardèche à Pierrelatte (où le dessinateur n’a jamais entendu parler du Rocher).

Un pont datant de 1847 dont il ne reste que la culée, côté rive droite.

Enfin, pour terminer cette quatrième étape, Pont-Saint-Esprit et son pont de pierre multi-centenaire…

…dont on a parlé il y a peu à l’occasion de la présentation d’une flamme philatélique.

A noter que légèrement en amont de Pont, juste avant le confluent de l’Ardèche, le dessinateur n’a pas omis de représenter l’usine du Banc Rouge sur la commune de Saint-Marcel-d’Ardèche, poudrerie qui sauta un beau jour de 1962.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES GÉOGRAPHIQUES