Archives de Tag: 1918

ll y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 15 octobre 1918

(JOUR 1535 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de J’ai vu, un montage du Kaiser montré les bras en l’air comme s’il se rendait. Tout le monde espère la fin de cette guerre. 1535 jours de guerre aujourd’hui !

D’ailleurs, on sent presque les prémisses des préoccupations du monde de demain, de celui de l’après-guerre, les transports et les déplacements des population.

J’ai vu imagine les transports aériens de demain…

…et les transports par le rail. L’Atlantique et le Transsibérien ! Pas loin de la réalité tout cela !

La une intérieure de J’ai vu montre des scaphandriers descendant réparer des fuites à un cuirassé endommagé.

Photo sous-marine ? dessin ? montage ? Bizarre cette vue !

Les cuirassiers français traversent ici la Suippe.

Les hommes sur des radeaux, des bacs (à traille ?) et les chevaux à la nage !

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 13 octobre 1918

(JOUR 1533 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un calvaire sur lequel les Allemands ont inscrit cette phrase au moment de leur offensive de fin mars 1918. En effet, en ce lieu, on est à 140 km de Rouen. Si près, si loin… L’offensive visant à encercler Paris, comme en 1871 fit long feu et les troupes allemandes sont en plein retrait depuis fin juillet.

En Orient, la guerre est finie. Les Bulgares ont demandé un armistice. Ci-dessus, les lieux de pouvoir où le roi de Bulgarie a imaginé cette sortie de la guerre. Ci-dessous, les plénipotentiaires bulgares qui ont participé aux négociations ayant précédé le cessez-le-feu.

La guerre continue en Palestine où les Turcs refusent devant les Britanniques.

Parmi les troupes britanniques, des cavaliers venus des Indes.

Partout sur le front occidental les Allemands sont en déroute, une déroute à l’Allemande, organisée et disciplinée !

Les Belges, la vaillante armée belge comme on le disait à l’époque, libèrent leur pays, Dixmude, dans un paysage bouleversé.

Du Nord à L’Aisne, les Britanniques avancent, libérant des territoires français si longtemps occupés.

Partout des destructions comme on voit sur cette double page centrale avec pas moins de 16 villes en ruines.

Du 2 juillet au 3 octobre ont été libérées… Chatea-Thierry, Soissons, Montdidier, Albert, Roye, Bapaume, Noyon, Péronne, Chauny, Ham, Saint-Mihiel, Varennes, Dixmude, Saint-Quentin, Argentifères, Lens.

Partout des ruines…!

Dans leur avancés, les alliés des Français récupèrent du matériel comme ici des canons en nombre.

Sauf quand les Allemands arrivent à détruire leurs dépôts d’armements.

Des prisonniers allemands pour qui la guerre est finie.

Les Américains progressent en Argonne.

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Gabriel VIVET.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dix-septième Poilu: Gabriel François VIVET.

Quatrième face du Monument aux Morts.

La famille Vivet tout comme la famille Arnoux, patronyme de la mère de Gabriel est incontestablement caderoussienne. Pourtant, Gabriel François Vivet va venir au monde à Lapalud, un village au bord du Rhône à une vingtaine de kilomètres au nord de Caderousse, à la limite de la Drôme, le 11 février 1888. La raison en est économique. Le père de Gabriel, Joseph Isidore, né en 1860, alla travailler après son service militaire à Lapalud, l’autre capitale du balai. En 1885, il fut embauché par un certain Guérin, patron d’une fabrique, pour continuer d’exercer le métier qu’il avait appris à Caderousse à la sortie de l’école. Il se maria deux ans après avec Rose Marguerite Arnoux à Caderousse, le 15 février 1887 et Gabriel arriva l’année suivante.

Gabriel allait être l’aîné d’une fratrie de six enfants, quatre garçons et deux filles. Après Gabriel, vint Marie Ambrosine, né en 1890. Cette dernière et les quatre enfants qui suivirent naquirent tous à Caderousse, rue de l’hôpital, le couple Joseph Isidore-Rose Joséphine ayant regagné Caderousse avant 1891 comme l’atteste le recensement effectué cette année-là.

Marie Ambrosine ne vécut qu’un peu moins de sept ans et décéda en 1897. Entre temps, deux autres enfants étaient arrivés: Lucien Victor en 1893 et Juliette Rose Désirée en 1895. Lucien fut gravement blessé à la guerre et souffrit de paralysie des membres du côté gauche. Il faut dire, qu’en plus d’avoir subi cette grave blessure près de Sarrebourg le 18 août 14, il allait passer quatre années de captivité au camp de Grafenwökr en Bavière, jusqu’à sa libération, le 10 décembre 1918.

Puis vinrent au monde Adrien Innocent né en 1898 qui se distingua sur le front par son courage en tant qu’agent de liaison lors de l’offensive finale de novembre 1918 au point de recevoir une citation et Clovis Léon, né en 1902 qui échappa donc à la grande boucherie.

La famille en 1901, Clovis n’est pas encore arrivé.

Il semblerait que Gabriel n’ait pas suivi les traces de son père et de ses frères comme ouvrier baletier mais qu’il embrassa la profession de coiffeur. Au moment du Conseil de Révision qu’il effectua toutefois en Avignon, en 1908, il travaillait à Paris et résidait dans le quartier de la Goutte d’Or, au pied de la colline de Montmartre.

Son service militaire, Gabriel l’effectua au 44ème Régiment d’Infanterie d’Epinal du 07 octobre 1909 au 24 septembre 1911. Muni de son Certificat de Bonne Conduite, il retourna à la Goutte d’Or avant un bref séjour à Accueil puis Cachan, chez Robichon. Retour à Caderousse en 1912… deux ans avant le début de la Grande Guerre.

Gabriel fut rappelé au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il réussit à passer sans dommage à travers les balles et les éclats d’obus jusqu’à ce terrible lundi 15 juillet 1918, premier jour de la dernière attaque allemande de la Grande Guerre, sur la Marne. Depuis le 18 juin 1918, Gabriel sert au 273ème Régiment d’Infanterie après avoir été soldat durant cinq mois au 3ème Régiment d’Infanterie Coloniale.

Le 15 juillet 1918, ce régiment est aux premières loges pour subir le bombardement de préparation allemand. Terrible moment dans les tranchées sous ce tir de barrage et sous le contre tir de l’artillerie française.

Le journal de marche du 273ème R.I. raconte en détail ces terribles heures passées par les hommes dans la nuit chaude de juillet.

A minuit 5, le début du bombardement d’artillerie allemand.

Un bombardement d’une grande violence.

Baisse du bombardement sur les arrières mais toujours violent sur les premières lignes. L’enfer !

Plus aucunes liaisons téléphoniques….

…on envoie des coureurs à pied, des missions très périlleuses.

Le début de l’attaque terrestre.

Le lieutenant-colonel Boizard, commandant du 273ème R.I. est tué sur le coup par un éclat d’obus. Ce ne sera pas le seul gradé mis hors-de-combat car lors du décompte humain de cette journée du 15 juillet, le régiment perdit trente-huit officiers: trois tués, cinq blessés et trente disparus !

Des « débris » (terme officiel pour dire qu’une unité  perdu la majorité de ses hommes) du 273ème RI continuent ici et là !

Ce jour-là, le 273ème de ligne perdit 1 213 hommes dont seulement neuf tués. Mais on peut penser que nombre des 1 165 disparus devinrent des MPF. Gabriel Vivet en faisait partie, tué à l’ennemi à Soilly, Marne. Ce 15 juillet 1918, il était âgé de 30 ans et 5 mois.

Fiche matricule de Gabriel François Vivet de Mémoire des Hommes.

Gabriel François Vivet matricule 1519 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Vivet est un patronyme encore présent dans le Vaucluse et principalement à Orange. Si un descendant indirect de Gabriel François reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Marius Millet.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 06 octobre 1918

(JOUR 1526 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Des marcassins prisonniers de guerre. Il s’agit là des mascottes d’un régiment allemand qui s’est retiré, du côté de Saint-Mihiel. Il est bien possible que ces paisibles cochons sauvages viennent améliorer l’ordinaire de quelques Poilus !

Toujours à Saint-Mihiel, un régiment d’infanterie américain traverse la ville dévastée.

Sur le front d’Orient, le déroulé de la guerre est symétrique à celui de l’ouest. De partout les troupes bulgares refluent.

En haut des troupes françaises s’apprêtent à traverser le Vardar. En dessous, artilleurs serbes dans des abris.

L’effondrement du front bulgare est spectaculaire et les prisonniers se comptent par milliers.

Même schéma en Palestine pour les troupes britanniques du général D’Allendy…

…ici à Jérusalem.

40 000 prisonniers de guerre turcs, 265 canons saisis soit la totalité de l’artillerie turque. On peut ici aussi parler d’effondrement du front turc.

Revenons au font occidental.

C’est au tour aux villages de Lorraine de connaître les destructions.

Plus au nord, les Britanniques ont atteint la ligne Hindenburg…

…mais les destructions sont considérables du côté de Lens et du bassin minier.

Encore plus au nord, ce sont des troupes belges qui libèrent leur pays…

…du côté de Dixmude. Là également, le front allemand ne va pas tarder à céder totalement.

Un mot pour finir pour présenter des chenils britanniques…

…dan lesquels on entraîne des chiens dévoués à plusieurs missions: assister les forces sanitaires, transporter les messages à travers les lignes, garder les positions pour prévenir des intrusions ennemies.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er octobre 1918

(JOUR 1521 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, l’Alsace attend le retour de la France. On nous ressort une histoire rabâchée depuis presque 50 ans alors que l’Alsace attend bien autre chose: un statut particulier dans la France, puisque la défaite allemande se précise.

Sur la une intérieure, on voit l’aviateur Bonneton.

Avec son aéroplane, il a traversé de part en part un ballon d’observation allemand. Les restes de l’enveloppe de ce dernier sont visibles à gauche.

La défaite allemande qui se profile est synonyme de milliers de prisonniers de guerre…

… et de montagnes de ruines.

Les premiers parachutistes…

..avec leurs parachutes en soie… on l’a vu avec le parachute-jouet de Mme Devin, à Ancône, confectionné dans l’entre-deux-guerres.

Double page centrale pour célébrer les Sammies qui viennent de libérer Saint-Mihiel après quatre années d’occupation allemande.

Tout avait commencé en septembre 1914 et le martyre du 258ème RI d’Avignon et ses nombreux Caderoussiers qui y fut laminé lors de l’arrivée des Allemands. Quatre ans se sont écoulés.

Les troupes françaises suivent dans les fourgons de l’US Army et les curés profitent de l’occasion pour servir la messe de la délivrance !

Les Britanniques occupent le château de Coucy dans l’Aisne.

Le château a été occupé trois ans par les Allemands avant d’être miné et mis en ruines au moment du repli sur la ligne Hindenburg en 1917.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 29 septembre 1918

(JOUR 1519 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un soldat des renseignements américains interroge des soldats allemands prisonniers.

Ces autres prisonniers allemands sont de corvée de moisson. Ils ne sont guère dépaysés puisque, comme les gars d’en face, ils viennent eux aussi du monde paysan.

L’armée américaine intervient maintenant en masse sur le front occidental.

Les deux photos de gauche sont celles de Sammies sur la colline de Montsec.

A droite, à l’arrière et dans un abri réservé à une ambulance.

Nouvelle vue des Britanniques ayant atteint la ligne Hindenburg.

Une photo de Saint-Mihiel en ruines faisant partie d’une collection de négatifs trouvés sur un prisonnier allemand.

Clémence en visite dans une ville française reprise et détruite.

Le chars pour terminer.

Des chars américains à l’attaque nous dit-on… Plutôt lors de manoeuvres !

Enfin une dernière vue qui mêle modernisme et tradition.

Le char d’assaut, engin de guerre super-moderne communique avec l’arrière par des pigeons voyageurs. Un oiseau s’apprête à quitter le char pour se porter un message.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Maurice SIBOUR.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-onzième Poilu: Maurice Joseph Martin SIBOUR.

Voilà donc un nouveau Poilu né à Caderousse et dont le nom a été oublié sur le monument aux morts ! Assez logiquement s’il en est, puisque Maurice et ses parents semblent avoir quitté le village assez rapidement après la naissance de leur premier enfant, Maurice. Reprenons par le début !

Les Sibour sont originaires de Caderousse, Joseph Cyprien, le père du Poilu, y étant né le 10 septembre 1847. Il exerce le métier de perruquier mais aussi de fermier. A son retour de son service militaire, il se marie avec Marie Antoinette Hubert d’Orange le 6 août 1873. Cette dernière décède treize mois plus tard.

Quelques mois après, il épouse en secondes noces Emilie Praxède Marquier le 26 mai 1875, native de Violès mais résidant à Camaret. Le mariage est enregistré dans ce village mais le couple vient vivre à Caderousse, dans la Grande Rue, quartier de l’Escurier. Un an exactement après naît Maurice, le 10 mai 1876.

La famille apparaît dans le recensement de 1876, Maurice étant alors âgé d’un mois et se prénommant Marius pour l’agent recenseur. C’est la seule fois où les Sibour apparaîtront dans les listes nominatives de la commune. Où sont -ils allés ? Pas à Camaret pays d’origine de la mère du Poilu.

On retrouve les Sibour dans la Drôme au moment du service militaire de Maurice, à Bourg-de-Péage, dans l’agglomération romanaise, sur la rive gauche de l’Isère. A partir de ce moment, la vie de Maurice va être bien remplie.

Employé de commerce à Bourg-de-Péage, il devance dans un premier temps l’appel  en signant un engagement de trois ans en mairie de Romans. Le voilà donc soldat quelques jours après son dix-huitième anniversaire ! Le 21 mai 1894, il rejoint le 15ème régiment d’infanterie de Castelnaudary. Il le quittera en 1897 avec le grade de sergent.

Rendu à la vie civile, Maurice est alors embauché aux tramways de Marseille, ville dans laquelle il réside, 10 rue Labry, dans le quartier de la Belle de Mai. Mais la vie militaire lui manque et quelques mois plus tard, il signe un nouvel engagement de trois ans, ce coup-ci dans les troupes d’infanterie de marine, les Marsouins, cantonnés à Toulon. Il rejoint le 4ème RIMa le 22 novembre 1898. Cette seconde période militaire va lui faire connaître du pays. En effet, du 03 février 1899 au 21 octobre 1901, il va partir au Tonkin, en Indochine colonisée, où une présence militaire française est indispensable.

Il quitte donc définitivement l’armée fin 1901, du moins le croyait-il et réside toujours à Marseille. Il va s’y marier le 11 novembre 1912. L’heureuse élue est Hortense Marie Cauvin. Il habite alors rue François Brion, non loin de la Bonne Mère. Il s’est même lancé dans des affaires commerciales sans succès puisque son entreprise a été déclarée en faillite par le Tribunal.

C’est alors qu’éclate la Grande Guerre et qu’il doit reprendre du service. C’est alors un « vieux » soldat qui va sur sa quarantaine ! Il est versé dans un régiment territorial, le 110 ème R.I T. avec le grade de caporal. C’est le régiment de Romans puisque c’est là qu’il avait été recensé, vingt ans auparavant. Deux mois à Briançon pour garder la frontière , l’Italie étant proche des Empires centraux en début de conflit puis le front du nord-est de la France pour creuser des tranchées. Était le lot des unités territoriales de soutenir les troupes plus jeunes dans des tâches secondaires.

Le 27 avril 1915, Maurice Sibour rejoint le 275ème Régiment d’Infanterie. Il est alors beaucoup plus exposé et est blessé le 03 septembre suivant. Après deux mois d’hôpital et quelques mois en caserne, il retrouve le front en septembre 1916.

Le 20 décembre 1917, il retrouve la Territoriale au 34ème Régiment d’Infanterie. Mal en point, Maurice devra être évacué  des premières lignes le 25 janvier 1918 et va être hospitalisé à Limoges, sa santé mentale étant atteinte. Le 16 août 1918, la Commission de Réforme Spéciale de Limoges lui rend sa liberté. C’est par pour autant qu’il retourne à Marseille. Le 1er octobre 1918, Maurice Sibour décède à l’asile d’aliénés de Limoges. Il avait 42 ans et 5 mois. Comme de nombreux Poilus, son esprit n’avait pas résisté aux horreurs qu’il avait pu voir et au stress qu’il avait connu sur le front. Il faisait partie des blessés psychiques de la guerre mais lui n’y a pas survécu.

Fiche matricule de Maurice Joseph Martin Sibour de Mémoire des Hommes.

Maurice Joseph Martin Sibour matricule 1132 de la classe 1896, bureau de recrutement de Romans-sur-Isère, Drôme, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Maurice a-t-il eu une descendance ? Actuellement, ce patronyme est toujours porté en Vaucluse.  Si une personne reconnaît en Maurice un lointain ascendant, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… Albert Soumille.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche