Archives de Tag: 1915

118 POILUS de CADEROUSSE, 118 DESTINS… Marius Cyprien MILLET

118 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 118 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dix-huitième nom de la liste: Marius Cyprien MILLET.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

« Trois Millet inscrits sur le Monument aux Morts de Caderousse, dans l’ordre alphabétique Félix Marius, Maurice Marie Joseph et Paul Joseph Marie…  » C’est ainsi que je commençais l’article sur les Millet du Monument aux Morts il y a quelque temps. Sauf qu’il y a bien quatre Millet inscrits sur le Monument dont deux Millet Maurice.

C’est la lecture de la plaque mémorielle posée dans l’église de Caderousse qui m’a interpelée.

Il y a bien quatre Millet. C’est Marius Millet qui a échappé à ma vigilance, un Marius devenu Maurice (bis) sur le Monument aux Morts du cimetière alors qu’à l’église cette erreur n’est pas commise.

Extrait de la troisième face du Monument aux Morts.

Marius Millet est né à Mornas le 12 mai 1884, de parents tout deux originaires de cette ville. Mais Casimir Toussaint Millet et Marie Antoinette Goumare sont aussi les parents de Félix Millet dont le nom figure sur le monument et dont on a déjà raconté sa courte vie. Car Marius est le grand frère de Félix. Il s’agit donc là de la neuvième fratrie de Caderousse qui vit au moins deux enfants emportés par la guerre. Pas la dernière !

La similitude des parcours de Marius et Félix ne s’arrête pas là. En effet, les deux frères arrivent à Caderousse en épousant deux filles du village, qui plus est, deux soeurs. Marius Cyprien épouse le 25 septembre 1909 Rose Augustine Baptistine Cuer et deux ans après, Félix se marie avec Marie Louise Marguerite Cuer.

Le 10 novembre 1910 naît une petite fille, Marguerite Rose Cyprienne à Mornas. Il semble que le couple Marius-Rose se soit installé à Mornas après leur mariage, pour continuer de travailler les terres familiales. Le rapport entre lui et Caderousse n’existe que par son mariage avec une fille du village, ce qui pourrait expliquer son oubli lors de l’érection du monument aux morts et de son ajout hors ordre alphabétique et la petite erreur de son prénom.

Marius Millet n’a pas fait de service militaire car il a été réformé en 1905 pour des problèmes oculaires, une dacryocystite chronique qui lui fait pleurer un oeil en permanence. Toutefois, neuf ans plus tard, cette infirmité ne pose plus problème à l’armée et Marius est appelé sous les drapeaux le 30 octobre 1914. Après une période de classes au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon, il est envoyé au front au 132ème R.I. le 14 mars 1915. Il ne lui reste alors que trois semaines à vivre !

Il est plongé immédiatement dans l’enfer de la bataille des Eparges, au sud-est de Verdun. Pour l’Etat-Major français, il faut déloger les Allemands des crêtes des Hauts de Meuse auxquelles ils s’accrochent. S’en suit une série d’attaques entre 17 février et le mois d’avril 1915.

Un rappel de l’ordre d’attaque dans le Journal de Marche du 132ème R.I. en date du 5 avril 1915.

Le 05 avril, l’attaque française est hachée par les défenses allemandes pas assez éprouvées par la préparation d’artillerie. Le territoire gagné ce jour est presque totalement perdu le lendemain. Le 7 avril, l’attaque programmée du 25ème Bataillon de Chasseurs à Pied est remise, faute de combattants valides et frais, l’unité étant arrivée en retard avec des hommes exténués. Toutefois des combats sporadiques se déroulent toute la journée avec bombardements des deux côtés. Le bilan de cette journée est tout de même sanglant: 15 tués, 102 blessés et 20 disparus.

Parmi les 15 tués de ce 7 avril 1915 au bois des Eparges figure Marius Millet. Il était âgé de 30 ans et 11 mois. Le lendemain, non loin de là mais derrière les lignes allemandes à Fresnes-sur-Woëvre, suite à un bombardement français sur une ambulance allemande où il était soigné après avoir été fait prisonnier, était tué l’écrivain Louis Pergaud, prix Goncourt 1910 et auteur de La Guerre des Boutons. Une victime célèbre de la bataille des Eparges.

La fiche matricule de Marius Cyprien Millet de Mémoire des Hommes.

Marius Cyprien Millet, matricule 288 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Millet est assez répandu en Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Marius un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: les plaques mémorielles de l’église de Caderousse.

Le bois des Eparges de nos jours porte toujours les stigmates de la guerre.

Photo de Roman Karpinski sur Google maps. 

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Paul Marius VATON.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-seizième Poilu: Paul Marius Pascal VATON.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Le second Vaton du Monument aux Morts de Caderousse, Paul, second par l’ordre alphabétique du prénom principal, était né six mois avant Gustave, le 10 janvier 1888, à Caderousse. Ses parents étaient bien plus jeunes que ceux de Gustave si bien qu’il fut l’aîné de la fratrie au lieu d’être le petit dernier comme ce fut le cas de Gustave.
Marius Pascal Vaton était né à Caderousse en 1860, de parents caderoussiens. Il prit pour épouse Marie Avenin, domiciliée au village mais originaire de Murat dans le Cantal où elle avait vu le jour en 1864. Les noces furent célébrées le 25 octobre 1884 et les mariés s’installèrent quartier de l’Espinet dans la ferme familiale.

Paul vint donc au monde quatre ans plus tard, suivi d’une fille Marie Virginie Laurence Marguerite en 1892.

Voici donc la famille au recensement de 1901.

C’est en Corse que Paul fit son service militaire, au 163ème Régiment d’infanterie. Comme d’autres Caderoussiens, ce sont deux années au centre de l’île de Beauté, à Corte du 05 octobre 1909 au 22 septembre 1911 qu’il passa.

Au retour à la vie civile, il assista au mariage de sa soeur Virginie avec Claude Victor Pelin le 20 novembre 1912. Il s’agit-là d’un grand frère de Joseph Pelin, copain de classe de Paul et frère « d’infortune » de ce dernier pendant la Grande Guerre. C’est au 44ème R.I. de Lons-le-Saunier que Joseph fit ses classes mais Paul et Joseph se retrouvèrent ensembles au 8ème Régiment d’Infanterie Coloniale le 04 août 1914.

C’est dans les Vosges qu’ils reçurent le même jour leur baptême du feu, du côté de Saint-Vincent puis de Neufchâteau. Ensuite, ce fut la Marne en septembre 1914 et les combats de Matignicourt-Goncourt, une région d’étangs et de marécages. Suite des combats en Champagne en décembre 1914 puis à la fameuse Main-de-Massiges en février 1915.

La Main-de-Massiges, à l’est de Suippes, fut ainsi appelé par les dessins que faisaient les courbes de niveau sur les cartes, courbes délimitant le plateau occupé par les Allemands après leur défaite de la Marne. C’est là que l’Etat-Major décida qu’une attaque aurait lieu en septembre 1915 pour soulager le front russe en train de craquer. Les troupes coloniales devaient attaquer dans le secteur de la Main-de-Massiges, le 8ème R.I.C. au niveau de l’Annulaire. Joseph allait s’y distinguer et reçut une citation pour sa bravoure, dans un combat inutile puisque les Allemands ne quittèrent ce plateau qu’en octobre 1918. De son coté, Paul Vaton fut grièvement blessé le 26 septembre 1915 et évacué à l’ambulance 7/16 à Hans dans la Marne. Il y décéda le lendemain, le 27 septembre 1915. Il était âgé de 27 ans et 9 mois.

Joseph après avoir vu tomber son copain allait connaître le même sort un peu moins d’un an plus tard, le 02 juillet 1916  dans la Somme à Herbécourt. Virginie, en l’espace de dix mois allait perdre son frère et son beau-frère. Elle portera ce double deuil de nombreuses années encore puisqu’elle devint presque centenaire !

Fiche matricule de Paul Marius Pascal Vaton de Mémoire des Hommes.

Paul Marius Pascal Vaton  matricule 270 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Vaton est un patronyme encore présent à Caderousse, dans le Vaucluse et un peu dans le Gard. Si un descendant direct ou indirect de Paul Marius  reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Gabriel Vivet.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Emile SAUVAGE.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-neuvième Poilu: Emile Laurent Sauvage.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Emile Sauvage est indiscutablement le Poilu caderoussien le plus connu et celui dont je n’ai guère eu à faire de recherche pour raconter sa fin dramatique. D’une part, la correspondance qu’il adressa à son épouse fut publiée en 2008 par les éditions Elan Sud d’Orange, d’autre part, appartenant au même 118ème RTI ou RIT d’Avignon que mon arrière-grand-père Adrien Guérin, il est décédé le même jour que lui, au même endroit et de la même cause.

Emile Sauvage est un Poilu de Caderousse de part sa naissance le 6 mai 1878 et sa jeunesse passée au bord du Rhône. Mais c’est aussi un Poilu sorguais de part son mariage et son installation dans cette commune industrielle du Vaucluse.  Il est donc inscrit sur deux monuments aux morts, à Caderousse et à Sorgues. Malgré son départ comme d’autres l’ont fait, il n’a pas été oublié dans sa commune de naissance en 1937 lors de l’érection du monument du cimetière.

Son père Marius Jean-Baptiste, Caderoussien de naissance, avait pris pour épouse Anne Coye, fille d’un boulanger  d’Orange. Les noces avaient été célébrées à Nîmes aux alentours du 14 juillet 1877 où cette dernière résidait auprès de son frère. Les mariés s’installèrent à Caderousse, rue Saint-Louis où Marius était maréchal-ferrant. Par la suite, il ouvrira une boutique de quincaillerie. Rapidement, Emile arriva dans le couple de Marius et Anne. Ce devait être leur seul enfant. Un fils unique, c’était chose exceptionnelle à l’époque.

 

La famille Sauvage en 1891.

La mère d’Emile allait d’ailleurs décéder assez jeune, en 1897, à l’âge de 44 ans. A cette date, son époux n’était autre que le Maire de Caderousse. Ce fut d’ailleurs son adjoint qui enregistra ce décès sur le registre de l’Etat-Civil. Marius Sauvage fit deux mandats à la tête de la commune, de mai 1888 à mai 1900. Comme de nos jours les conseils municipaux étaient élus pour une durée de six ans.

En parallèle à son mandat local, Marius Sauvage fut élu Conseiller Général du Canton d’Orange-ouest et obtint le grade symbolique d’Officier d’Académie, tout cela à un âge relativement jeune, avant la cinquantaine. Il se remaria en 1900 avec la directrice de l’école de Caderousse, Reine Marie Boumias, originaire de l’Isle-sur-Sorgue. Le 25 mars 1902 naissait le petit frère d’Emile, Charles Marie Jean.

Emile connut une scolarité brillante. Bien que considéré comme étant d’un niveau d’instruction 3 lors de sa conscription, il aurait pu sans problème bénéficier d’un niveau supérieur de 4, étant titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome obtenu à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Montpellier.

Après s’être engagé le 31 octobre 1898 en devançant l’appel, Emile n’allait effectuer qu’une année de service seulement, au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon.

C’est après son armée, en 1907 qu’Emile allait se déplacer dans son cadre professionnel. On le retrouve en Algérie, à Philippeville  comme jardinier à la ferme Barrot. De son séjour au Maghreb, il ramènera en métropole des essences d’arbres nouvelles qu’il fera pousser dans sa nouvelle entreprise agricole, à la ferme Sainte-Catherine à Montfavet, en 1908.  Puis ce sera Sorgues et la ferme des Ayraux au quartier des Garrigues. C’est dans cette ville qu’il rencontrera sa future épouse, Claire Henriette Jambon, celle qu’il appellera Clairette dans ses nombreuses lettres. Ils se marieront le 5 juillet 1913 et s’installeront quartier de Jouve de cette ville.

Le couple n’allait vivre ensemble qu’une seule année puisque dès le 3 août 1914, Emile était rappelé sous les drapeaux. Il était alors âgé de trente six ans et c’est tout à fait naturellement qu’il allait rejoindre le 118ème RIT d’Avignon en tant qu’adjudant. C’est là que le parcours d’Emile et celui de mon bisaïeul Adrien Guérin se conjuguent bien qu’ils n’aient pas servi dans la même compagnie.

Beaulieu-sur-Mer, Nice, pour défendre la frontière face aux Italiens alors alliés des empires centraux et à l’engagement incertain. Puis direction l’est de la France devant Dijon pour défendre la ville face à la déferlante allemande d’août 14. Le destin de nombre d’hommes du 118ème Territorial allait basculer quand quelques compagnies du régiment furent envoyés au front, en Champagne, devant Reims. Pendant ce temps, Claire s’occupait seule de la ferme et allait mettre au monde le premier et unique enfant du couple, Albert, le 9 janvier 1915. Alors que le couple s’attendait à avoir une fille, Emile ne verra son garçon que quelques jours de septembre, les permissions étant distribuées avec parcimonie par la hiérarchie militaire et la naissance d’un enfant n’étant pas un motif de cause majeure.

Une explosion d’une grosse mine allemande à proximité du fort de la Pompelle fin 1914 eut pour conséquence le détachement d’hommes du 118ème en renfort aux sapeurs du Génie. Leur mission: creuser une série de puits anti-mine à distance du fort pour contrecarrer le travail des sapeurs allemands, puits conséquents puisque profonds de dix-huit à vingt mètres. Voilà les Avignonnais transformés en taupes !

La situation dégénéra les 19 et 20 octobre 1915 avec un violent bombardement allemand préparant une attaque de l’infanterie. Aux obus conventionnels étaient mêlées des armes chimiques. C’est ce nuage de gaz moutarde qui décima les Territoriaux d’Avignon. Gravement intoxiqués, Emile comme Adrien allaient décéder à l’ambulance, le 21 octobre 1915, à Ludes pour Emile, à Damery pour Adrien. Ce jour-là, le 118ème RIT perdit 50 hommes. Si l’on enlève cinq décès causés par une maladie contractée au service, on peut penser que les quarante-cinq autres morts le furent à cause des gaz, sur le champ de bataille mais aussi à Epernay, Ludes, Damery et Bourgault où ils furent évacués. Emile Sauvage était âgée de 37 ans et 5 mois.

Après-guerre, Claire allait se remarier le 30 août 1919 avec Christian Constant. Il fallait bien un homme pour s’occuper de la ferme et élever le petit Albert.

Fiche matricule d’Emile Laurent Sauvage de Mémoire des Hommes.

Emile Laurent Sauvage matricule 233 de la classe 1898, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Peut-être les descendants ayant donné l’autorisation de publier la correspondance d’Emile auront à rectifier cette biographie si elle parvient à leur connaissance.

A suivre… Lucien Sauvage.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Alphonse Ruat.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-sixième Poilu: Alphonse Auguste Ruat.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Une recherche pas des plus compliquée pour écrire la biographie d’Alphonse Ruat, premier des trois Ruat inscrits sur le monument aux morts de Caderousse. Pas de lien de parenté proche (frères ou cousins) entre eux.

Alphonse est né à Caderousse le 09 janvier 1882, fils d’un couple de Caderoussiens. Son père Jules Alphonse Ruat est baletier. Il est né en 1848 de parents cultivateurs. Sa mère, Marguerite Rose Valon exerce le même métier. Né en 1856, elle est la fille d’un cordonnier. Jules et Rose se sont mariés le 19 décembre 1875. Ils s’installent à l’abri des digues, rue Pied Gaillard.

Rapidement, la famille va s’agrandir avec la naissance de Julie Joséphine Rose, le 14 novembre 1876. Puis viendra Alphonse six ans après, porte Castellan.

Voici donc la famille au grand complet sur la liste nominative du recensement de 1896. Car Jules et Rose en resteront à deux enfants, une fille et un garçon qui vivront jusqu’à l’âge adulte, un choix, si choix il y a, vraiment moderne.

En 1906, comme on le voit, ils sont à nouveau seuls, rue Vénasque. Les enfants volent de leurs propres ailes, ou presque. En effet, le 28 octobre 1896, Julie s’est mariée avec un maréchal-ferrant du village, Martin Lucien Ribière, de six ans son aîné, originaire de Bollène.

Le 16 novembre 1903, c’est au tour d’Alphonse de quitter le foyer pour répondre à ses obligations militaires. Il est incorporé à Aix-en-Provence, au 55ème Régiment d’Infanterie où il passera trois années. Rendu à la vie civile, il retrouve Caderousse et ses parents le 18 septembre 1906. Il reprend le travail aux champs qu’il avait abandonné trois ans auparavant.

Alphonse se marie à Caderousse le 12 octobre 1909 avec une fille née à Orange mais résidant au village, Denise Thérèse Rosalie Gromelle. C’est la fille du boulanger ! Ils s’installent dans une ferme, quartier Saint-Trophime.  Rapidement, deux enfants vont naître, deux filles, Rose Juliette le 16 janvier 1910 puis Marie Rose Denise, le 18 février 1911….

 

…juste avant que ne passe l’agent recenseur. Un vrai bouquet de Rose cette famille, prénom venant de la grand-mère maternelle d’Alphonse, Marie Rose Loche. Un garçon a-t-il eu le temps d’être conçu avant la déclaration de guerre ? On ne le saura pas pour l’instant, les Archives numérisées de Caderousse s’arrêtant en 1912.

Alphonse est rappelé au 55ème R.I. le 11 août 1914. Ce petit retard lui sauvera la vie en août 14. Mais un destin cruel le rattrapera en 1915.
Dans un premier temps, il est muté au 114ème Régiment d’Infanterie de Parthenay le 17 mars 1915. Ce régiment est envoyé combattre les Allemands dans le bassin minier du Pas-de-Calais en mai 1915. Le 114ème rejoint des tranchées françaises dans ce front tenu plutôt par les Britanniques, en face de Loos, le 06 mai. L’Etat-major a programmé une attaque pour les jours qui suivent. Pour l’heure, ce sont des tirs d’artillerie que s’échangent les belligérants.

L’offensive débute le 09 et les combats s’étaleront sur deux jours.

Comme bien souvent, la préparation d’artillerie est insuffisante, le terme « nul » est même employé par le rédacteur du Journal de Marche du 114ème.

 

Rapidement, alors que les fantassins abordent les tranchées allemandes, le lieutenant-colonel conduisant l’assaut est tué.

 

Ce fait créera quelques désordres. Mais les hommes prennent assez facilement les tranchées allemandes de première et même de seconde ligne.

 

Tout paraît même trop facile. Il faut dire que les Allemands, peu touchés par les tirs d’artillerie n’ont pas opposé une résistance farouche. Normal, c’était leur plan ! Toujours est-il que les objectifs fixés par les chefs sont atteints comme cela est dessiné ci-dessous.

Mais bientôt, tout se gâte. En seconde partie de journée, les Allemands se mettent en tête de reconquérir le terrain perdu. Affaiblis et fatigués par l’attaque, les Français doivent résister tant bien que mal.

La nuit venue, des échanges de grenades continuent puis au petit matin du 10 mai, la contrattaque allemande prend de l’ampleur, plus violente que jamais.

 

C’est difficile de résister sans hommes frais et alors que les munitions s’épuisent. Les nids de résistance français sont peu à peu nettoyés…. si bien qu’au 10 au soir…

…on est dans la même situation qu’au 09 au matin !

Petite nuance mais de taille ! Le bilan humain:

22 officiers et 1 409 hommes du rang mis hors-de-combat en 48 heures. C’est plus de la moitié du régiment qui est absent à l’appel. Parmi les tués, ce 10 mai 1915, Alphonse Ruat de Caderousse. Il était âgé de 33 ans et 4 mois.

Fiche matricule de Alphonse Auguste Ruat de Mémoire des Hommes.

Alphonse Auguste Ruat matricule 613 de la classe 1902, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Ruat est encore présent dans le Vaucluse et dans le Gard. Si quelqu’un reconnaît en Alphonse Auguste un ascendant  direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Louis Ruat.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Une chanson de LA ROULANTE: LE BOIS LE PRÊTRE (Paul COLON dit PAULUS)

A chanter sur l’air de « La Valse brune ».

Les combats du 369ème R.I. dans le secteur du Bois le Prêtre, un lieu de promenade de Pont-à-Mousson, avant-guerre.

On y apprend, c’est bon pour paraître en société, que les habitants de Pont-à-Mousson sont les Mussipontains et les Mussipontaines !

On a parlé de fraternisations à la fontaine du Père-Hilarion au bois-le-Prêtre sans que cela ne soit confirmé ni infirmé.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Marius Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-unième Poilu: Marius Léopold Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Avec Marius Roche, on a encore affaire à un jeune Poilu qui ne fut appelé qu’après la déclaration de guerre, en septembre 1914 seulement. Marius est en effet né à Caderousse le 17 octobre 1894, la classe 1914 donc.

A l’Hôtel de Ville de Caderousse, ses parents sont passés devant non pas Monsieur le Maire, Officier de l’Etat-civil, mais son premier adjoint, Claude Roche, un proche du marié, pour se dire « oui » le 14 octobre 1891. Anthime Antoine Roche né en 1865 est l’un des boulangers du village tandis que Marie Elisabeth Carles, née en 1870, est la fille d’un couple de cultivateurs. Les jeunes mariés  vont s’installer rue de l’Escurier.

Rapidement deux enfants vont venir agrandir la famille d’Antoine et de Marie. Une fille tout d’abord, Joséphine Antoinette Rose le 19 juillet 1892 . Cette dernière se mariera le 20 juin 1914 avec un certain Sauveur André Georges Berbiguier. Deux ans après un garçon, Marius, le futur Poilu pointe le bout de son nez. Entre ces deux heureux évènements, le père a abandonné la farine pour la paille en devenant ouvrier en balais et la famille vit rue Saint-Joseph.

Au recensement de 1896, on retrouve les parents et les deux enfants, rue Saint-Michel.

La famille au complet en 1901…

…puis en 1906…

…quartier du Brout ou des Cabannes, où le père se déclare à nouveau « ouvrier en balais » chez Bourret. On peut penser qu’après avoir quitté la boulangerie, Antoine travaillera quelques terres et fera en parallèle quelques heures chez un patron d’une fabrique de balais. Ce que confirme le recensement de 1911:

Antoine est à nouveau ouvrier en balais.

Marius travaille donc à le ferme du Brout avec son père et attend que son service militaire soit passé pour choisir sa vie future. Comme tous les jeunes nés en 1894, il est appelé à la guerre en anticipation le 06 septembre 1914 au 2ème Régiment d’Artillerie de Montagne. C’est dans ce régiment d’artilleurs alpins que servira le frère de mon grand-père, mon grand-oncle Séraphin Guérin à partir du 25 août 1916. Il ne croisera pas Marius Roche puisque ce dernier  a été tué au combat onze mois plus tôt, le 25 septembre 1915.

Après les classes à Nice, entre Méditerranée et contreforts des Alpes, du côté de Luceran, voilà Marius qui rejoint la 50ème Batterie créée en avril 1915. Fin juillet 1915, direction les Vosges pour les 190 hommes, les 16 sous-officiers, les 4 officiers, les 19 chevaux et 91 mulets de la 50ème Batterie du 2ème R.A.M. Gérardmer puis la ligne de feu: le Reichakerkoff dont on a déjà parlé ici, le Kilbel, le Mittelberg, autant de sommets tenus par les Allemands que les artilleurs alpins pilonnent. Le 19 septembre, le train à nouveau pour la 50ème Batterie pour rejoindre Troyes et la Champagne. Un secteur connu, celui de Suippes, Perthes-les-Hurlus… L’unité doit y appuyer le 2ème Corps d’Armée Colonial.

Le 25 septembre, une demi-batterie, celle de Marius, est installée sur la route de Souain au Bois Carré et l’autre au sud de ce Bois Carré. Les artilleurs doivent appuyer l’attaque des fantassins mais comme celle-ci réussit à prendre une première tranchée allemande plus facilement que prévu, la batterie doit avancer pour se repositionner plus haut sur le front. Pendant son déplacement, elle est violemment prise à partie par l’artillerie allemande.

Plus loin, ce sont des mitrailleuses allemandes qui déciment artilleurs et animaux. Les hommes et les mulets tombent comme des mouches.

Les survivants doivet se replier en désordre. Bilan de cette journée…

2 morts, 19 blessés et 12 mulets tués ou blessés. Les deux morts…

…le Caderoussien Marius Roche et le Gardois de Montfrin Cyprien Biot. Ce 25 septembre 1915, Marius Roche était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Marius Léopold Roche de Mémoire des Hommes.

Marius Léopold Roche, matricule 430 de la classe 1914, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Marius Léopold un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Raoul Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Joseph ROBERT.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt douzième de la liste: Joseph Victor ROBERT.

La quatrième face du Monument aux Morts.

Claude Victor Robert cultivateur au quartier des Cabannes épousa le 23 septembre 1880 Thérèse Appy en Avignon. Il était âgé de 28 ans et elle, bientôt 25 ans. C’était un Caderoussien de souche tandis que Thérèse était la fille naturelle d’Angélique Appy, née à Ménerbes et domestique en Avignon quand elle se maria.

Le couple s’installa aux Cabanes bien entendu et un an après les noces vint au monde une fille, Joséphine Baptistine le 24 juin 1881. Elle vivra jusqu’en 1969.

Joseph Victor, le futur Poilu inscrit sur sur la quatrième face du Monument aux Morts de Caderousse naquit le 17 mars 1883, toujours à la ferme des Cabanes.

Le couple eut un troisième enfant, un garçon, Louis Théophile le 06 juin 1886 qui lui aussi vivra jusqu’à un âge avancé. Il décèdera à Orange en 1972. Par contre, il semble qu’aucun membre de cette fratrie ne se soit marié.

La famille du couple Robert-Appy au complet en 1896.

En 1904, Joseph Victor aurait dû faire son service militaire. Mais, voilà, il fut ajourné une première fois pour faiblesse  puis définitivement exempté l’année suivante. Louis Théophile, son petit frère, faillit suivre la même voie mais après une exemption en 1907, il fut convoqué en 1908 au 3ème Régiment d’Infanterie de Marseille où il resta deux ans.

Une originalité dans le recensement en 1911, Joseph Victor y apparaît en deux endroits. Dans sa famille tout d’abord…

…alors qu’on constate que Joséphine est allée louer ses services ailleurs puis plus loin,…

…comme domestique chez Marie Martin qui a perdu son mari.

Exempté en 1905, Joseph Victor devient brutalement « bon pour le service » en décembre 1914. C’est le conseil de révision d’Orange qui rend cette décision. Le voilà donc incorporé au 158ème Régiment d’Infanterie d’Avignon en février 1915 avant d’être muté au 1er Bataillon de Chasseurs à Pied le 21 juin 1915. Cette unité combat sur le front du Pas-de-Calais, au milieu de troupes britanniques. Le 158ème R.I. est lui aussi dans ce coin et c’est pour renforcer une unité décimée que certains hommes du 158ème dont Joseph sont passés de l’Infanterie aux Chasseurs.

Début juillet 1915, les Français subissent les assauts allemands dans le secteur de Ruitz, à l’ouest de Lens. Le registre matricule cite Angres mais le Journal de Marche du Bataillon de Chasseurs à pied est formel: ils sont plus à l’ouest. Le 8 juillet 1915, c’est une attaque allemande qui est décrite…

…menée par des fantassins qui attaquent les tranchées françaises à la grenade. Certains arrivent jusqu’à la tranchée et s’y installent mais une mitrailleuse française va les en déloger.

Bilan de la journée de violents combats chez les Chasseurs à Pied,…

…vingt-cinq hommes tués et cinquante blessés et parmi eux, Joseph Victor Robert.

Il est évacué vers l’arrière l’ambulance 7 d’Hersin Coupigny, toujours dans le Pas-de-Calais. Très grièvement blessé, il y décède le 10 juillet 1915.  Il était âgé de 32 ans et 4 mois.

Il recevra la Médaille Militaire à titre posthume, le 22 février 1920 pour son courage.

Quelques mots sur le parcours de son jeune frère. Il est rappelé le 03 août 1914, au 258ème Régiment d’Infanterie d’Avignon, oui au 258ème… celui des sept Caderoussiens morts autour de Saint-Mihiel entre le 20 septembre et le 04 octobre 1914. Lui aura un peu plus de chance en étant seulement capturé par les Allemands. Le voilà prisonnier de guerre à partir du 27 septembre 1914. Il sera détenu à Landshut puis à Puccheim et enfin à Grafenvohr où il retrouvera la liberté le 28 décembre 1918 après cinquante et un mois de détention.

 

Fiche matricule de Joseph Victor Robert de Mémoire des Hommes.

Joseph Victor Robert, matricule 160 de la classe 1903, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Robert est encore bien présent en Vaucluse comme dans le Gard, si quelqu’un reconnaît en Albert Joseph son ascendant, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre… Paul Robert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE