Archives mensuelles : mai 2015

JEU: SOIRÉE ADL du vendredi 29 maI… DAEMONIBUS… un bus, pas un TGV !

DAEMONIBUS

DAEMONIBUS

Soirée à 5 pour cette fin de mois de mai à Ancone.
Lionel sort DAEMONIBUS, un jeu de baston au premier abord intéressant qui consiste à collecter des cartes pour aller affronter Mortimer, le monstre central avec quelques chances de la battre. A part que les 5 candidats à la lutte finale ne coopèrent pas du tout et doivent se battre entre eux pour de dépouiller, piller et se donner le plus de moyens possibles pour cette bataille finale…

DAEMONIBUS

DAEMONIBUS

et c’est long, long pour y arriver. Plus de 3 heures pour y parvenir. Le jeu est une longue succession de jets de dés… quand on croit y parvenir, patatra, on repart presque à zéro suite à un jet de dés malheureux.

A la ramasse longtemps, je pus me refaire doucement la cerise pour affronter le monstre final victorieusement. Ouf! il était temps !

Le 2/10 de Tric Trac tout à fait justifié !

Après le départ de Guillaume, SEASONS à 4, connu par Lionel (beaucoup) et Sylvain (un peu). Beaucoup plus vif et intéressant que le précédent.

SEASONS

SEASONS

Une mécanique simple, des multitudes possibilités lors du choix des dés, un résultat logique pour une première fois… (mais le choix du deck de cartes initial est primordial… Quand on ne sait pas trop où l’on va, difficile d’être pertinent.) Lionel qui se balade toute la partie mais c’est logique sur un tel jeu. Agréable et à réessayer. Ce sera forcément mieux.

Seasons le retirage pareil mais différent

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Une CARTE NATIONALE D’IDENTITÉ datant de l’ETAT FRANÇAIS

C’est-à-dire de l’époque de Vichy, de la Collaboration. Certaines cartes au début, ont été produites avec du matériel ancien datant de la République et au second semestre 1940, en 1941, on pouvait lire encore sur le tampon RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ici, pas de doute, en août 1944, le régime a changé et la République a disparu… pas pour longtemps puisque dans l’Eure, les Libérateurs approchent.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le tampon officiel avec la francisque.

Pour le reste, le document est assez proche de ce que l’on connaît de nos jours, les références raciales et religieuses n’étant pas mentionnées ici, les citoyens de confession israélite ne pouvant avoir la nationalité française.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A noter que le numéro de Sécurité Sociale semble avoir été rajouté en bas de la première page au moment où le gouvernement issu de la Libération a appliqué le programme du Conseil National de la Résistance avec la création de la Sécu.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

30 mai 1939: EULALIO FERRER raconte la vie au CAMP d’ARGELÈS

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

30 mai 1939.

Quand l’autorité française pose la question, pas mal de prisonniers décident de retourner en Espagne et maintenant ces départs ne sont pas ponctués par les insultes de ceux qui restent mais par des émouvants adieux qui étonnent les gendarmes français.

Eulalio fait le bilan de la population des camps d’Argelès qui a tendance à diminuer: fermeture de secteurs du camp, départs pour l’Espagne, pour les commandos de travail en France et dans les colonies. Il estime à 30 000 le nombre de présents dans son camp militaire, plus ceux du camp civil, ceux du camp des punis et des « indésirables » et ceux des hôpitaux. L’Indépendant de Perpignan estime à 350 000 le nombre de réfugiés espagnols restant encore en France.

A intervalles réguliers revient l’espoir d’un départ pour le Mexique. Alors les hauts-parleurs égrainent les noms des heureux élus, les autres restant avec leur tristesse.

Eulalio a reçu un colis d’aide d’une quakeresse britannique. Dans celui-ci, il trouve une serviette de bain, du savon, de l’aspirine, un produit laxatif, une pommade contre la gale, un liquide contre les poux, du bicarbonate et des pastilles de chlorate de sodium. Il le partage avec son père et un ami.

Pas de nourriture dans le colis qui serait pourtant la bienvenue avec cette cuisine collective dont la qualité et la quantité des aliments diminuent considérablement. Par chance, la cuisine parallèle des baraques reste de bonne qualité.

Aujourd’hui, les prisonniers se rendent sur le terrain de football pour assister à un match opposant deux équipes d’unités militaires. Y figurent quelques anciens footballeurs professionnels exilés. Le match joué en sandales est acharné et après le premier et unique but de match les coups pleuvent et une bagarre générale intervient. Néanmoins, les spectateurs sont contents de ce spectacle qui rompt la monotonie de la vie quotidienne.

Des rumeurs circulent comme quoi la France et l’Angleterre seraient sur le point de forcer Franco à décréter une amnistie générale. Les prisonniers s’enthousiasment oubliant que ce n’est qu’une des innombrables rumeurs sans fondement qui circulent sans arrêt dans le camp.

Au retour à la baraque, Eulalio et un ami mettent dehors une prostituée traînant dans celle-ci. Ils sont la visée des sarcasmes des autres. Pour fuir ces bruits, Eulalio se réfugie dans la rêverie et fait le point de son courte vie sentimentale à l’époque de la guerre civile. Il passe rapidement sur les prostituées des Ramblas qu’il n’a pas cotoyées et préfère se souvenir de cette idylle platonique qu’il vécut près d’Almatret avec une jeune fille qui était restée avec sa soeur atteinte de tuberculose à un stade avancé près de la ligne du font et qui s’en occupait  attentionnément.

A suivre le 02 juin…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 30 mai 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 300 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Vous vous souvenez de la carte du dernier La Guerre Photographiée avec la presqu’île de Gallipoli. Au sud de la carte, les plages de Sidil-Bahr

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le débarquement a eu lieu le 25 avril et un mois plus tard, des images sont dans Le Miroir. Sur la plage, le général d’Amade supervise les opérations après les combats. Ici Sidil-Bahr est devenu

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 mais c’est bien du même lieu  dont il parle. Une page intérieure montre des vues du débarquement:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un débarquement qui ne s’est pas fait la fleur aux fusils !

Les fusiliers marins tiennent bon dans l’Yser, en Belgique…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec l’aide de terrains inondés qui renforcent la défense de cette zone mais empêchent dans le même temps toute action vers l’avant.

La bataille de Carency ou de l’Artois, on en a déjà parlé. Le Miroir y revient avec deux pages:

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y parle d’une « maison de 1870 », certainement lieu historique de la guerre qui passa par là 45 ans plus tôt. Elle ne semble pas exister de nos jours, non reconstruite après sa destruction de 1915.

Plus loin, en double page centrale, d’autres vues de Carency avec des destructions, des prisonniers, des tombes fleuries, la visite du ministre Millerand:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le drame du Lusitania avec la photo du principal responsable de cette catastrophe au large de l’Irlande, suivant Le Miroir de la semaine dernière:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le comte de Bernstorff dans les jardins de l’ambassade d’Allemagne à Washington, puisque l’Allemagne et les Etats-Unis ont toujours des relations diplomatiques normales même si elles sont plus tendus après la noyade des 200 passagers américains du Lusitania.

Les bombardements d’Ypres ont grandement endommagé cette ville belge des Flandres occidentales comme on le voit sur cette page…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et en 1918, elle sera totalement ruinée après encore 3 ans de combats. Les troupes britanniques connaîtront la mort de 250 000 hommes sur les 300 000 qui tombèrent du côté allié. Les civils victimes de ces bombardements…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

sont souvent des enfants, à Ypres (haut droit), à Furnes (gauche) et Coxyde (bas droit). des villes de ces mêmes Flandres occidentales martyres.

Dans l’est, en Lorraine, on revient sur le secteur de Bois-le-Prêtre où des combats ont permis au Français d’avoir repoussé les Allemands de quelques hectomètres…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avancée qui sera gommée peu de temps après, en juillet 1915, par une contre-attaque allemande appuyée par les gaz et les lance-flammes.

Des combattants des colonies françaises venus donner leur vie dans le Nord et l’Est de la France et que les Allemands incitent à la désertion. D’où cette photo de propagande:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Comme on l’a vu la semaine précédente, les nouvelles tenues expérimentales pour lutter contre les gaz.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Impressionnantes certes mais efficaces ? Et combien d’hommes en étaient dotés ?

Enfin, le 30 mai, 7 jours après l’entrée en guerre des Italiens, Le Miroir montre toujours les manifestations ayant précédé cette déclaration…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec des pancartes sur leurs nouveaux ennemis, la triplette des assassins.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 29 mai 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 299 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une visite de Poincaré le Président de la République, Millerand le ministre de la guerre et Joffre sur le front:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De gauche à droite: Millerand, Joffre et Poincaré.

Une inondation dans un village près du front sans autre précision

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La difficile besogne du ramassage des morts après un combat…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

morts allemands pour la presse bien que ce ne soit pas évident au premier coup d’oeil !

Les canaux très utiles pour le transport de l’artillerie lourde sur les péniches…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

artillerie que lon retrouve sur le front, dans un moment de calme:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une double page (centrale) est consacrée à des manifestations

SAMSUNG CAMERA PICTURES

hostiles aux Allemands en Angleterre avec…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

saccage de maisons appartenant à des ressortissants ennemis,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

allant même jusqu’à l’incendie et

SAMSUNG CAMERA PICTURES

panonceaux annonçant que de la viande ne sera plus vendue aux résidents allemands.

Comme il en a fait sa spécialité, la page des prisonniers de guerre français en Allemagne…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

se recueillant dans une église ou…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

chantant en choeur dans un camp de Saxe.

Une page sur le transport des blessés…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

où l’on en voit bien peu !

La bataille de Carency ou bataille de l’Artois est en train de se dérouler et la revue en fait une page entière.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y voit des paysages de désolation et des champs de cadavres

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une photo bien floue fait état d’un avion allemand tombé mais ce n’est pas clair du tout:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Cette bataille se déroulera du 9 mai au 25 juin 1915, la revue colle assez à l’actualité ici , et le village de Carency en aura particulièrement souffert !

Enfin pour terminer, la guerre des gaz:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec des masques plus ou moins rudimentaires pour lutter

 

 SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

allant jusqu’à la tenue complète:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Tout cela n’était pas très sûr face à la toxicité redoutable des gaz. Même chose pour lutter contre la guerre sur mer avec ce collier britannique anti-noyade…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dont on se demande s’il pouvait bien supporter le poids d’un homme et s’il y arrivait combien de temps aurait-il pu survivre dans les eaux plutôt fraîches de la mer du Nord ou de l’Atlantique !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

CADEROUSSE: le CHÂTEAU de la PIBOULETTE hier et aujourd’hui.

Entre le Grand Rhône baignant la rive droite ardoise de la commune de L’Ardoise et le Petit Rhône proche de Caderousse, existait jadis l’île de la Piboulette, avant que les aménagements par la CNR de la chute de Caderousse la coupe en deux et ne fasse disparaître son caractère ilien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On en voit une partie sur cette carte issue du rouleau de marinier déjà évoqué. Au coeur de l’île, le château de la Piboulette où Paul Puliet, le père de ma mère exerça son métier de garde-forestier  et amena  avec lui sa famille Ménard dans le Vaucluse après avoir séjourné au château de Barbentane dans les Bouches-du-Rhône.

Cette photo montre le château tel qu’il était juste après le Seconde Guerre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une bien belle résidence, pas forcément un château contrairement à son nom, mais un pavillon de chasse assez vaste pour accueillir les convives invités par son bâtisseur, Monsieur de Lafarge. L’île de la Piboulette était alors fortement boisée et très giboyeuse. Ce n’est qu’après la Grande Guerre qu’elle devint agricole. Il existait même une chapelle où étaient célébrés quelques offices par le curé de Caderousse (1).Malheureusement ce château connut un incendie, il y a quelques années qui ravagea son corps principal. Le propriétaire des lieux n’a pas encore entrepris  la restauration attendue. Vous pouvez essayer de comparer la vue ancienne avec les photos récentes.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Photos prises en mars 2014. Par rapport à la vue ancienne, la toiture ayant disparu, on peut faire correspondre les fenêtres, les squelettes des cheminées, le corps de bâtiment avancé, le balcon à droite de l’avancée, la tour semi-circulaire de gauche…

Actuellement les bâtiments restants sont occupés par un Groupement Forestier qui exploite les bois de l’île.

Beaucoup plus intéressante cette vue d’inondations et de ravitaillement en barque:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y reconnaît Paulette Santiago née Ménard, la soeur aînée de ma mère assise à côté de celle-ci sur la barque, mon père avec un sac de provisions (ou un sac postal, car facteur à Caderousse à cette époque, il devait porter le courrier, même en barque quand le Rhône se fâchait) et le mari de Paulette, Maxime (Moreno) Santiago.

Maxime et Paulette étaient aussi employés au château comme ouvrier agricole et cuisinière du régisseur. Ils devaient vivre dans ses bâtiments annexes qui existent toujours. Voici une vue actuelle de cette aile du domaine, prise au même endroit que le photographe de l’époque, les pieds au sec cette fois.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On constate qu’il ne devait y avoir qu’une trentaine de centimètres d’eau, de quoi devoir se déplacer en barque ou se mouiller les pieds tout de même et rendre inhabitable pendant quelques temps les pièces au rez-de-chaussée. De quoi aussi vivre quelques émotions quand il s’agissait de rejoindre la berge vauclusienne, même s’il ne s’agissait que de  ne traverser que le Petit Rhône. Quant à aller vers la berge gardoise à travers le Grand Rhône, c’était bien plus périlleux !

Une vue de ces bâtiments annexes en 2014…

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

et des repères de crue du Rhône, souvenir des crues exceptionnelles…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

celle du printemps 1856 (31 mai 1856) qui vit Avignon et Caderousse sous les eaux et incita le pouvoir impérial à pousser à la construction de digues après la visite de Napoléon-le-Petit dans la vallée du Rhône puis de la Loire aussi touchée, et celle de 1994, moins connue mais également impressionnante.

Une autre vue ancienne…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

celle de l’oncle Maxime s’essayant à l’équitation sur un petit équidé, avec semble-t-il sa petite belle-soeur Jacqueline dans les bras, certainement dans la cour des dépendances du château de la Piboulette, peut-être le bâtiment le plus clair, à gauche.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une cour dans laquelle se trouvait aussi la fontaine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ces deux vues anciennes de la même collection familiale posent problème .

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Au dos: « Parc du château »

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Au dos « Derrière du château ».

Elles sont liées entre elle par le même numéro de série et par la même écriture. Ce ne peut être le château de la Piboulette pris d’un angle de vue original. Barbentane ? ou un autre lieu où le grand-père inconnu Paul Puliet posa ses valises et sa famille? ou un domaine où Paulette et Maxime furent employés dans leur jeunesse? Ils ne sont plus là pour donner des informations !

Mais si une personne reconnaît ce lieu, qu’il ne se gène pas à fournir des indications pour compléter cet article.

(1) d’après Paul Marquion dans le  Bulletin des Amis d’orange  du second trimestre 1971.

2 Commentaires

Classé dans Photographie

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 27 mai 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 297 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un concert pour les troupes allemandes à l’arrière… pas si barbare que cela en cette occasion.

Plusieurs vues de la vie dans les tranchées en période calme, comme c’était le cas assez souvent. On constate les aménagements réalisés pour faciliter la vie des hommes dans ces images…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une ambulance souterraine pour accueillir blessés et malades avant leur évacuation.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un campement de lyonnais avec cette vue communiquée au titre par des « pays ».

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Et que dire de ce couchage dans un cagna d’officiers… le grand luxe !

Des alpins dans les Vosges…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans un coin bien plus calme que l’Harmanwillerkoft.

Une carte des Dardanelles avec la presqu’île de Gallipoli…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la pointe la plus au sud où les troupes vont débarquer… surtout les Australiens et Néo-Zélandais…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et au nord de celle-ci la forteresse de Gallipoli, objectif final !

Poster un commentaire

Classé dans Revues