Archives de Tag: carte

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 22/25 VALLABRÈGUES

Peu de renseignements sur ce bac de Vallébrègues avant de lire la contribution de Georges Sudres sur le site de la commune de Comps, la ville qui compte le plus de repère de crue de toute la vallée du Rhône: 49 !

Ce professeur y raconte la séparation des communes de Comps et Vallabrègues, toutes deux gardoises et qui avant 1808 n’en faisait qu’une. Voyons un peu.

Au début du XVIIIème siècle, le bras principal du Rhône passait entre la Montagnette et la commune de Vallabrègues, en suivant globalement la limite actuelle des départements du Gard et des Bouches-du-Rhône. On peut s’en rendre compte sur cette carte que l’on doit à Google Maps.

Puis la commune de Vallabrègues voulant se soustraire aux crues incessantes du Rhône demanda en 1751 à l’ingénieur des Ponts et Chaussées Henri Pitot originaire d’Aramon de détourner les eaux du Rhône vers le bras secondaire du fleuve ce qui eut pour conséquence de séparer Vallabrègues de son hameau de Comps. On doit à Henri Pitot les plans du pont routier longeant le Pont-du-Gard ou l’aqueduc des Arceaux à Montpellier aboutissant au Peyrou.

Ce détournement du fleuve entraîna l’éloignement humain des 2 communes qui n’étaient plus reliées que par un bac à traille avec une corde de chanvre, bac connu régionalement pour être particulièrement dangereux.

Voici donc une carte postale ancienne de ce bac datant du début du siècle.

La création par la CNR de l’aménagement de Vallabrègues rapprocha alors dans les années 1970 les 2 communes. Le bac disparut après la seconde guerre mondiale.

Pour lire l’étude complète et précise de Georges Sudres sur le site de Comps:

http://www.mairie-comps.fr/histoire-la-separation-de-comps-et-vallabregues/

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Recherche

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: MATCH du 29 juin 1937: Le TOUR 1937.

Match du 29 juillet 1937. Le numéro d’avant-Tour de la collection. Avec le parcours, les favoris et toutes les supputations des journalistes pour faire monter l’intérêt de ce Tour de France 1937.

Deux unes semblables de Match qui présente la particularité de faire une quatrième de couverture en forme de première de couverture.

Ci-dessus les Français de l’Equipe Nationale du Tour: de haut en bas, Speicher, Gamard, Le Grévès, Chocque, Lapébie.

Ci-dessus la une bis…

…le reste de l’Equipe de France: Cloarec, Tanneveau, Thiétard, Archambaud, Marcaillou.

Le vainqueur du Tour 1937 est-il là ? On le verra dans quelques semaines.

En double page centrale, le parcours du Tour…

avec des dessins de Pellos bien entendu…

Lequel Pellos a fait aussi l’illustration de la publicité pour des concours de pronostics du Tour.

Que la course commence !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 20/25 L’ÎLE de l’OISELET.

Après l’île du Colombier et l’île de la Piboulette au niveau de Caderousse, de grandes île se succèdent sur le Rhône: l’île de l’Oiselet en face de Sorgues-Sauveterre puis la plus grande île du fleuve: la Barthelasse au niveau d’Avignon reliée maintenant à l’île Piot.

L’aménagement de la chute d’Avignon par la CNR a fait disparaître cette île de l’Oiselet et il demeure quelques bras morts du Rhône comme on peut le voir sur cette vue aérienne que l’on doit à Google Maps.

L’Île de l’Oiselet était relié aux berges par 3 bacs à traille, un côté Gard en face de Sauveterre et 2 côté Vaucluse, le premier au niveau du château Dragonet et le second plus près de Sorgues…

…à peu près à l’emplacement de l’actuel pont-digue qui permet l’accès aux terres de l’Oiselet.

Voici ce bac tel qu’il apparaissait au début du XXème siècle.

Le photographe, Prévot d’Avignon, a pris sa photo depuis l’île de l’Oiselet et on aperçoit tout au fond le château de Châteauneuf-du-Pape.

Les habitants de l’île se regroupèrent dans les années 20 pour revendiquer qu’un pont soit construit sur le Rhône pour faciliter leurs déplacements et les échanges. Cela ne put se faire mais ils décidèrent de construire avec leurs propres deniers un pont suspendu qui prit le nom de Pont des Arméniers, du nom de la lône sur lequel il est jeté. Il fut mis en service en 1925 grâce donc aux riches propriétaires de domaine dans l’île. Tombé en désuétude après les aménagements de la CNR, il est aujourd’hui classé monument historique… en ruine !

La pile de côté Sorgues.

Le frêle tablier du pont suspendu

…fortement allégé par l’absence des poutres.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie, Recherche

GRANDE GUERRE: une CARTE d’Etat-Major allemande de VERDUN-SAINT-MIHIEL

En titre:

dsc00180

pour cette carte d’Etat-Major d’ailleurs incomplète puisque coupé en 2, le bas de celle-ci étant absent. Dommage, les Vosges ne seront pas représentées. C’est la lecture de l’échelle du document qui tout de suite interpelle:

dsc00181

Il s’agit d’une carte allemande, de l’armée allemande. Pas de date de publication puisque les dates sont habituellement en bas. Mais seconde surprise: un double trait ininterrompu, l’un bleu (en haut), l’autre rouge (en dessous et qui suit le précédent de partout) traverse la carte:

dsc00182

Pas de doute, il s’agit de la ligne de front, une fois celle-ci stabilisée, de la fin 1914 jusqu’à la reprise de la guerre de mouvement, en septembre 1918. Comme malgré les attaques des uns et les contre-attaques des autres, le front ne se modifia guère, on ne peut mettre une date exacte sur ce document.

Petite remarque…

dsc00183

dsc00184

l’écartement entre la ligne allemande (en bleue) et la ligne française (en rouge) va de 1 à 9 millimètres. Cela me paraît beaucoup quand on sait que les 2 lignes n’étaient séparées de quelques dizaines à quelques centaines de mètres !

Deux secteurs « intéressants » dans ce document, plus médiatiquement et historiquement connus que les autres:

dsc00186

celui de Verdun où tous les forts défendant la ville sont notés en rouge avec un cercle rouge autour d’eux entourant une zone hachurée délimitant l’influence de la position. Quelle drôle d’idée eut donc l’Etat-Major du Kromprinz d’attaquer dans un secteur aussi bien défendu en février 1916 !

dsc00187

celui de Saint-Mihiel et son fameux saillant, cette avancée teutonne dans le territoire français que nous n’arrivâmes pas à reconquérir, avant l’effondrement allemand de l’automne 1918.

Dernière remarque pour ce document. Un petit tour dans la région de Metz, par exemple,…

dsc00188

nous dévoile que tous les noms de lieux sont germanisés après 45 ans d’annexion allemande !

Poster un commentaire

Classé dans CARTES GÉOGRAPHIQUES, ORIGINAL!, Vieux papiers

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 16 mars 1937

dsc01610

La saison cycliste a repris non pas au Qatar mais sur Paris-Nice. c’était ainsi le cas jusque dans les années 80 jusqu’au moment où le vélo inventa la mondialisation.

Pas une belle vue de paysages printaniers mais les cyclistes les plus en vue de la course, Roger Lapébie et René le Grévès dans un coin d’un bistrot, entre 2 demi-étapes, à Toulon.

Pour compenser, voici quelques images de la « Course au Soleil » qui auraient tout aussi bien pu illustrer la couverture de ce numéro 935.

dsc01611

Le passage des coureurs sur le pont de Tournon, permettant de franchir le Rhône.

dsc01612

Entre Orléans et Nevers, le peloton en bord de Loire, vers Gien.

dsc01613

Les coureurs à La Ciotat.

dsc01614

L’arrivée victorieuse de Vervaecke à Toulon lors d’une demi-étape Marseille-Toulon.

dsc01615

Dans les côtes de l’arrière pays, l’Italien Martano retrouve le coup de pédale du grimpeur.
dsc01625

Cyclistes et moutons doivent quelquefois cohabiter sur ces routes secondaires.
dsc01617

Les lauréats posent à Nice. De gauche à droite: Marcaillou second du général, Lapébie vainqueur de Paris-Nice 1937 et Tanneveau vainqueur de la dernière étape Cannes-Nice.

Le 44ème National de Cross a pu avoir lieu après son annulation la semaine dernière.

dsc01623

Il a été remporté par le Marocain Ben Larbi.

De même, le 4ème qualifié pour les 1/2 finales de la Coupe de France de football est connu.

dsc01618

Il s’agit de Sochaux, vainqueur de Cannes 3-1. Ce qui donnera les rencontres suivantes en 1/2 finales:

Sochaux-Boulogne

Rouen-Strasbourg.

Le championnat de France de football reprenait ses droits à 13 journées du but. Voici des résultats de la journée et le classement:

dsc01622

Marseille co-leader du championnat, Le Miroir des Sports s’est vu dans l’obligation d’envoyer un reporter au stade de l’Huveaune, pour couvrir le match O.M.-Strasbourg.

dsc01621

Des Strasbourgeois qualifiés pour les 1/2 finales de la Coupe de France mais qui ont pris une belle rouste dans l’antre du parc Borély: 4-0… sans démériter dit Achille Duchenne… qui ne reconnut pas l’équipe marseillaise empêtrée dans la boue sous un petit crachin qu’il avait vu à quelques reprises dans le Nord et l’Est de la France !

Pour sûr, sous le soleil printanier de Marseille, ce fut un festival offensif ponctué d’un triplé de Weiskopf auquel s’ajouta l’habituel but de l’avant-centre Mario Zatelli.

dsc01619

Une vue de cette rencontre.

dsc01620

la composition de l’équipe de l’O.M.

Rouen ayant aussi gagné, la tête de la première Division ne changera pas après cette 23ème journée.

Pour terminer, un document qu’on nous présente déjà comme étant un vieux papier.

dsc01624

Un carnet autorisant la circulation des vélocipèdes dans Paris, papier indispensable que distribuait la Préfecture de Police en 1892. Un vieux papier très intéressant s’il était retrouvé de nos jours !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Une CARTE D’IDENTITÉ originale car double !!!

Ce n’est pas un document très ancien. Il a été délivré à un habitant de Montoison dans le Drôme en 1967. C’est en fait une double carte d’identité avec 2 feuillets.

dsc00935

La première feuille ressemble à une carte d’identité normale avec toutes les rubriques dont certaines n’ont pas été remplies. Elle a été délivrée par la mairie de Montoison, commune drômoise au centre du département, un peu au nord de la rivière Drôme dans la fin de son cours.

A noter que l’on n’a pas demandé au bénéficiaire de la carte de se décoiffer. Il a pu conserver son képi de sapeur pompier sur la tête.
Car le second volet de la carte concerne son statut de pompier.

dsc00937

Il s’agit de la carte d’identité de sapeur pompier. Comme pour l’autre feuillet, pas mal de rubrique n’ont été renseignées.

Quelle était donc le champ de validité de cette double carte d’identité ? Avait-elle une valeur légale ou simplement une valeur symbolique ? En tout état de cause, elle ne semble gère avoir servi car elle était parfaitement conservée.

1 commentaire

Classé dans Vieux papiers

Une CARTE d’IDENTITÉ pour la paiement de pensions de guerre.

Un petit article pour présenter cette ancienne carte, intitulée CARTE D’IDENTITÉ.

dsc00933

Mais une carte d’identité particulière. Il s’agit d’une carte destinée à être présentée tous les mois par son propriétaire lors du versement d’une pension. Une pension de guerre pour ce vieux monsieur qui n’a pas été appelé dans les trachées de la Grande Guerre ? Oui, en tant qu’ascendant de militaire, comme c’est écrit. Un fils de ce honorable habitant d’Allex doit avoir été tué entre 1914 et 1918.

Sur le site « Mémoires des Hommes », on trouve que ce patronyme fut porter par une vingtaine d’hommes MPLF. L’un d’eux, Eugène était Drômois mais de Bourg-les-Valence et non d’Allex. Il était mort en Algérie, à Bou Cherib, dans une unité spéciale composée de fortes têtes ayant purgé des peines d’emprisonnement dans le civil et utilisée en Afrique du Nord pour lutter contre d’éventuelles rebellions d’autochtones.
Au verso de cette carte, on voit qu’elle a été signée par le Maire d’Allex en 1923, Jourdan semble-t-il.

dsc00934

Une pièce originale.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers