Archives mensuelles : février 2017

106 POILUS de CADEROUSSE, 106 destins… ARNOUX Julien André Bertin.

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Second nom de la liste: Arnoux Julien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument

Julien Arnoux fait partie des malchanceux qui furent tués au moment où le sort de la guerre était réglé et où la victoire n’était plus qu’une question de jours.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En effet, le front allemand rompait de partout, de la Mer du Nord au sud des Vosges et les plénipotentiaires allemands essayaient par tous les moyens d’arracher une fin des hostilités la moins défavorable possible pour le Reich. Wilson avait été contacté mais les pays de l’Entente et en premier lieu la France ne souhaitaient pas d’une victoire tronquée au regard des sacrifices des 4 dernières années. Ils voulaient une victoire totale et la guerre allait durer jusqu’au 11 novembre 1918. Julien Arnoux allait décéder moins un mois avant cette date, le 20 octobre 1918.

Il appartenait au 159ème Régiment d’Infanterie (Alpine même si le nom n’est pas cité sur les registres matricules) de Briançon. Ce régiment était engagé sur le front belge, non loin de la côte. Il venait de libérer Roulers le 16 octobre et allait franchir la Lys entre Courtrai et Gand et libérer la ville le 22 octobre. Gravement blessé dans la plat pays, Julien Arnoux allait décéder à l’Hôpital d’évacuation 16/2, proche du front, un de ces lieux terribles de tri des blessés qu’on a pu découvrir récemment à travers le cinéma de fiction capable de montrer en quelques scènes les horreurs de ce conflit.

capture-decran-2017-02-13-a-22-43-48

1-16/10/1918 libération de Roulers.

2-22/10/1918 franchissement de la Lys.

3-Cimetière Militaire Français d’Haringe où Julien Arnoux fut initialement inhumé.

C’est en Belgique, au cimetière militaire français d’Haringe (Poperinge) que fut mis en terre le Caderoussier avant d’être rapatrié au bord du Rhône.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Comme on peut le lire, Julien Arnoux était âgé de 32 ans en 1918. Né le 05 septembre 1886, Julien était le fils de 2 enfants du pays, Ambroise Arnoux et Perrin Eulalie, de jeunes gens de, respectivement, 27 et 24 ans à cette date, vivant dans une grange au quartier du Moulin. Lui aussi allait devenir cultivateur une fois entré dans la vie active. Pour les militaires, les paysans étaient de la chair à canon sauf en période de moissons pendant lesquelles quelques uns étaient libérés par participer à l’approvisionnement du pays.

C’est bien entendu dans l’Infanterie que Julien Arnoux allait faire ses classes du 07 octobre 1907 au 25 septembre 1909, au 97ème R.I. à Chambéry.

Rappelé à la déclaration de guerre, le 04 août 1914  au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon, il allait participer à toute la guerre. Il passa en juin 1915 au 170ème de ligne pour connaître l’enfer de Verdun puis, en août 1917 au 40ème R.I. de Nîmes pour aller faire un tour à Salonique, sur le front d’Orient. De retour, il intégra finalement le 158 ème R.I.A. le 07 août 1918 pour connaître le sort tragique dont on a parlé ci-dessus.

Ce régiment accueillit dans ses rangs l’écrivain provençal Jean Giono que Julien croisa peut-être. Lui revint mais profondément affecté par ce qu’il y vécut. Il écrivit en 1917 ces lignes: « Nous avons fait les Eparges, Verdun, la prise de Noyon, le siège de Saint-Quentin, la Somme avec les Anglais, c’est-à-dire sans les Anglais, et la boucherie en plein soleil des attaques de Nivelle et du Chemin des Dames. J’ai 22 ans et j’ai peur » à travers lesquelles on comprend son pacifisme convaincu.

L’armée, elle, écrivit aussi quelques lignes pour honorer la mémoire de Julien Arnoux, dans cette citation numéro 3439 du 02 juillet 1919: « Excellent soldat sous tous les rapports, ponctuel, consciencieux, dévoué, conduite admirable au front. A été blessé mortellement comme agent de liaison en portant un ordre sous un feu violent des mitrailleuses. » Elle lui avait accordé la Croix de Guerre, étoile de bronze, à titre posthume.

arnoux-julien

Julien André Bertin Arnoux, matricule 315 classe 1906, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Arnoux étant toujours vivant à Caderousse, si un descendant direct ou indirect reconnaît son ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède d’autres photos ou documents.

A suivre: Marius Aubépart.

Poster un commentaire

Classé dans Recherche

Une ORDONNANCE de LOUIS-PHILIPPE pour autoriser la CONSTRUCTION d’un PONT sur le RHôNE à LYON.

Dans le Bulletin des Lois n°480, on lit en première page une ordonnance royale signée par Louis-Philippe et par N. Matin, ministre secrétaire d’état au département des travaux publics, de l’agriculture et du commerce rendant son avis quant à la construction d’un pont suspendu (une passerelle suspendue) à Lyon entre les ponts Lafayette et celui de la Guillotière. Et cet avis est bien entendu positif.

dsc00207

Cet avis date du 9 janvier 1837, signé alors au Palais des Tuileries qui disparaîtra en même temps que les rêves de la Commune en 1871.

Après un certain nombre de considérations, le Roi ordonne la construction de cet ouvrage d’art par la compagnie Morand qui possède déjà les ponts Lafayette et de la Guillotière. Voici la teneur de la décision:

dsc00210

dsc00211

Intérêt évident pour l’Etat, traverser le pont sera possible si l’on verse un petit péage et une partie de cette somme ira certainement dans les caisses de l’Etat.

Ce pont suspendu sera donc construit de 1837 à 1839. Comme nombre de ponts suspendus de la vallée du Rhône, le pont commencera à montrer des signes de fatigue en 1887 où son état sera jugé alarmant. Il faudra néanmoins 1/4 de siècle pour que le projet d’un nouveau pont débouche sur une nouvelle construction. Il s’agit du pont Wilson qui sera inauguré le 14 juillet 1918.

Deux vues de l’actuel pont Wilson (quel était son nom d’origine de 1839 à 1918? Louis-Philippe ? Nouveau pont ?) prises en capture d’écran de google maps.

capture-decran-2016-11-23-a-21-51-02

Sur la Rhône, de haut en bas, le pont Lafayette, le pont  Wilson et le pont de la Guillotière.

capture-decran-2016-11-23-a-21-50-08

De plus près, le pont Wilson qui n’est plus un pont suspendu.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

A ANCONE, jadis, le RHÔNE amenait des bois, des graviers, des alluvions… mais pas que !

Le Rhône a toujours été un fleuve charriant énormément de sédiments ou de bois arrachés aux berges, aux montagnes. Pour preuve, le problème des toueurs, obligés la nuit d’être garés sur leur port d’attache sous peine de voir le cable recouvert et inutilisable. Pour preuve également, ce long procès qui opposa sur la fin dans les années 1860-70, un propriétaire autoproclamé d’un morceau de lône avec la commune, qui vit l’avocat Emile Loubet défendre la ville… sans succès, on en parlera un jour. Non, nous allons voir d’un autre sujet, bien moins gai (quoique le procès n’ait pas amusé ni élus ni population d’Ancone) suite à une recherche sur les avis de décès entre 1855 et 1924.

En effet, sur cette période, pas moins de 4 fois le Rhône déposa sur la berge proche du village, non loin du pont de Rochemaure, des corps de noyés, bien souvent inconnus. Et ces décès constatés sur la commune sont forcément inscrits (et décrits) sur les pièces officielles de l’Etat-Civil.

Car ici, comme il s’agit d’inconnus, l’officier rédacteur des registres, le Maire du village, se doit de décrire les victimes avec le plus précisément possible en vue d’une éventuelle identification du disparu.

Ainsi, le 27 mai 1857, c’est un jeune agriculteur de 15 ans, Eugène Olivier…

capture-decran-2016-12-06-a-23-31-34

qui fit cette macabre découverte à la plage d’Ancone située au quartier du Clos. Il s’agissait d’un homme défiguré par un long séjour dans l’eau, ne portant qu’un tricot de laine pour tout vêtement. Le décès fut reconnu par l’appariteur de police Venante Siretas qui constata que la victime n’avait pas subi de sévices et le malheureux fut immédiatement inhumé dans le cimetière du village. L’acte avait été rédigé par le Maire Félicien Coste.

Un peu plus de 20 ans après, le 18 août 1879, sous la mandature d’un autre Félicien, Durand, l’Officier d’Etat-Civil recueillait les témoignages du vieux garde champêtre Louis Gras (60 ans) et du jeune instituteur François Régis Faucher (27 ans) qui avaient constaté la mort par noyade d’un autre inconnu.

capture-decran-2016-12-06-a-23-36-52

Là aussi, pour les témoins, le corps semblait avoir séjourné quelques semaines dans les eaux du Rhône avant d’être déposé en amont du pont de Rochemaure, tout près du village. Ce malheureux paraissait être âgé d’un cinquantaine d’année.

A la veille de la Grande Guerre, le 21 mars 1913, troisième drame survenu sur la berge du Rhône au niveau du pont de Rochemaure. C’est Raymond Tournigand le Maire en activité qui décrit avec nombres détails le signalement de l’individu que la Rhône a déposé sur le berge près du village.

dsc00471

On apprend même que le disparu portait deux pantalons et la présence d’un ticket de tramway lyonnais permet de déduire qu’il devait être tombé à l’eau dans le Rhône ou la Saône dans la capitale des Gaules. Il paraissait être âgé de cinquante à soixante ans. Un âge respectable !

Le médecin Francou a rédigé un rapport joint à l’acte de décès que vous pouvez lire ci-dessous.

dsc00475

Mais c’est indiscutablement l’acte établi par le même Raymond Tournigand, le 23 avril 1919 qui est le plus émouvant. Dans l’île de la Conférence, en aval du pont de Rochemaure, une lavandière Marie Bouvier fut guidée par son chien auprès du cadavre d’un jeune garçon d’une douzaine d’année dont le corps semblait avoir longtemps séjourné dans l’eau. Le garde champêtre Paul Brunel vint constater le décès.

dsc00548dsc00549

Des tristes épisodes qui ébranlaient à chaque fois la vie du village.

Poster un commentaire

Classé dans Recherche

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 25 février 1917

dsc01380

(JOUR 930 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Pour commencer, une vue d’Italie où on plutôt l’habitude de paysage montagnard. Rien de cela aujourd’hui avec ce bateau en golfe de Trieste où le prince héritier vient remonter le moral des troupes et des marins italiens.

Un numéro sans grande idée directrice mais qui va être particulièrement international.
Hommage aux Alsaciens-Lorrains, sujets allemands qui s’engagent dans l’Armée française.

dsc01382

Ici, l’Armée rend hommage au maire de Dannemarie, M. Beck, dont le fils engagé volontaire vient d’être tuyau champ d’honneur. Habituellement les Alsaciens-Lorrains étaient recrutés dans la Légion Etrangère.

Horreur ! les Barbares !

dsc01383

Une double page de portraits de prisonniers allemands, se voulant certainement horribles (Quelques physionomies particulièrement typiques et pittoresques de soldats allemands… dit la légende). Plutôt bien tenus pour des prisonniers de guerre et bien moins « poilus » que nos Poilus !

En Grèce, l’armée favorable au roi (et aux Allemands) se retire en Péloponnèse en traversant le canal de Corinthe.

dsc01384

La vue la plus classique de ce passage aérien au dessus du canal.

Instruction de nouvelles recrues en Russie.

dsc01386

Dans la neige et le froid. On nous présente cela comme des scènes de guerre… mais cela ne « fait » pas très vrai !

Ces soldats britanniques , eux, c’est de la chaleur qu’ils doivent se prémunir. Nous sommes en Irak et les troupes anglaises reprennent leur marche en avant face aux Turcs, le long du Tigre. Après la chute de leur camp retranché à Kut-el-Amara (160 km au sud-est de Bagdad), le 19 avril 1916, les Britanniques se sont réorganisés et leur puissante attaque des 22 et 23 février 1917 leur permettra de reprendre définitivement la ville.

dsc01387

On n’en est pas encore là avec la lenteur des informations dans la presse française mais les Turcs subissent des revers sur ce terrain d’opération.

Par contre, apparition d’un taube survolant un ring improvisé de boxe crée une belle panique chez les acteurs et spectateurs !

dsc01388

Une manifestation patriotique à Londres avec fanfare, certainement pour recruter des volontaires pour le front français.

dsc01390

Pour terminer, les Etats-Unis en plusieurs dossiers:

1- la découverte d’un puissant émetteur radio dan une île du New Jersey, l’île Hickory,…

dsc01381

… un émetteur capable de communiquer des informations jusqu’en Allemagne ! Une belle réalisation des espions allemands soutenus par les émigrés américains venant d’Allemagne et représentant une forte diaspora.

2-les rescapés du paquebot SS California coulé par un sous-marin U-boat allemand lors de sa liaison commerciale entre Glasgow et New York, le 7 février 1917.

dsc01385

De retour en Ecosse, les survivants sont pris en charge et les marins rescapés touchent leur paie aux bureaux de la compagnie Anchor Line. Cette acte de piraterie coutera la vie à 5 personnes lors de l’explosion des 2 torpilles envoyés par le sous-marin, puis celle de 36 autres voyageurs et membres de l’équipage lors d l’évacuation du bateau. Le paquebot avait été lancé en 1907.
3-le lancement en grande pompe du chantier du futur super-cuirassé « California » (lui aussi) dans les chantiers navals de Mare Island en Californie.

dsc01389

Commandé le 28 décembre 1915, il verra sa quille posée le 25 octobre 1916. Il ne connaîtra pas le feu pendant la Première Guerre Mondiale puisqu’il sera lancé le 20 novembre 1919. Par contre, il sera coulé sans pouvoir se défende lors de la première bataille à laquelle il assistera, l’agression japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, entraînant les Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale. Renfloué, il sera tout de même actif dans la bataille du Pacifique en 1944.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

JEUX: SOIRÉE V.I.P. chez JEUX JUBIL’ autour de JEUX d’ENQUÊTE (mercredi 22 février 2017)

Une invitation de Jeux Jubil’ pour ses adhérents volontaires appelés VIP pour l’occasion pour une soirée intitulée « Intrigue », fleurant bon les enquêtes policières, dans les locaux de l’association au centre commercial Mistral 7.

Nous nous sommes inscrits avec Elisabeth. 4 jeux proposés aux partants de cette soirée + en fil rouge, une KILLER PARTY.

dsc01845

Les jeux que nous avons évités: MR JACK et PETITS MEURTRES ET FAITS DIVERS, peu compatible avec un public que nous ne connaissons pas.

Début de soirée à 6 autour d’un jeu qui va faire parler de lui puisqu’il a reçu le lendemain le Sept d’Or, jeu de l’année 2017 à Cannes:

8f67dbf741494e8fa209378858d7807b76b7.jpe

UNLOCK !

Une petite boîte avec trois intrigues basées sur le principe des Escape Rooms. Un jeu en temps réel puisque nous sommes assistés d’une application chargée sur tablette, application qui égraine le temps et participe au jeu en collectant nos réponses et en les jugeant. Et pas moyen de tricher avec cet « allié ». Le temps file comme le fait un chronomètre et les mauvaises réponses font descendre le compteur de 3 minutes.

Nous arrivons assez près de la sortie mais le gong final retentit trop vite. Agréable certes mais 1-cartes trop petites et surtout, 2-le jeu, une fois joué ne peut plus l’être par les mêmes personnes. A voir comment il sera accueilli par le grand public ?

Seconde partie de soirée qui sera la dernière, vue la longueur de la partie: WATSON & HOLMES.

On l’a compris, on est dans l’univers des enquêtes de Sherlock Holmes remises à la mode par les jeux et le cinéma.

dsc01846

On retrouve l’ambiance de SHERLOCK HOLMES, DÉTECTIVE CONSEIL. Sauf que ce n’est pas coopératif mais chacun fait son enquête (on est 7 autour de la table) et qu’il est possible de mettre des entraves aux travaux et réflexions des autres. Il ne manque pas grand chose à ce jeu pour être intéressant mais la partie traîne un peu trop en longueur pour finalement  devenir lassante. Cela n’empêche pas Elisabeth de répondre exactement aux 3 questions posées et remporter ainsi la partie.

dsc01847

Ici aussi les parties ne peuvent être reprises mais la boîte contient beaucoup plus de scénarii qu’UNLOCK !

En ce qui concerne la KILLER PARTY, j’occis en cours de soirée mon adversaire sans être attaqué réellement. Il fallait l’inviter à s’asseoir puis poser mes mains sur ses genoux pour lui faire passer un fluide mortel. Cela n’ira pas plus loin puisque nous nous retirons un peu avant minuit.

Soirée sympa…

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 23 février 1937

Football: pas de division nationale 1 ou de Coupe de France le dimanche 21 février 1937 mais tout de même une rencontre internationale entre la Belgique et la France au stade du Heysel à Bruxelles. Ce match fait la une de ce numéro du Miroir des Sports malgré…

dsc01369

la défaite des Français sur le score de 3-1. En page intérieure, le titre fait comprendre que les Tricolores n’ont pas fait le poids face aux Diables Rouges.

dsc01374-1

A la lecture du titre, on comprend que les Bleus (disait-on cela à l’époque- je ne le pense pas), se sont fait « bouffer » par des Belges plus agressifs, les Français étant trop amorphes et trop peu motivés par ce match.

Quelques images prises depuis le but belge où l’on voit les attaquants tricolores totalement étouffés par des défenseurs rouges en surnombre et plus agressifs:

Version 2

dsc01375

dsc01376

Comme quoi, le talent ne fait pas tout. Les Belges actuels en savent quelque chose !

 Le rugby en était à une phase de barrage pour déterminer le tableau final des 1/8ème de finale du Championnat de France.

dsc01371

Que voilà !

Une phase d’un match de barrage à Brive (! pas à Paris!?) entre le L.O.U. et Racing 11-3. On avait compris au fil des semaines que les Parisiens du Racing n’étaient guère performants en 1937 !

La saison routière cycliste est en train de reprendre sur la Côte d’Azur où il fait meilleur pour rouler que dans la région lilloise.

dsc01377

Ainsi Martano remporte le Grand Prix de Cannes avec ce détour dans l’arrière pays. Manches courtes pour le cycliste, spectateur en chemise… ça sent le printemps !

Au cross-country populaire du la Courneuve (c’est-à-dire une course ouverte à tout le monde, amateurs comme cracks), il y a foule, les organisateurs sont débordés sur la ligne d’arrivée.

dsc01378

Deux belles photos pour terminer. Le grand boxeur français Marcel Thil a décidé de terminer sa carrière. Ce sera sur une victoire à la 6ème reprise par disqualification de son adversaire, le Canadien Lou Brouillard qui lui mit, comme cela semble être souvent le cas pour ce boxeur, un coup bas. Plié par la douleur, le Français qui fut pendant 5 ans champion du monde sans discontinuer, essaie de récupérer.

dsc01379

C’est pourtant sur cette victoire que Marcel Thil va quitter la boxe et Le Miroir des Sports va offrir à son lectorat ce poster pour placé dans les salles de boxe, les garage ou les chambres des amateurs du noble art:

dsc01372

En tout cas, c’est ce qu’annonce la revue mais Marcel continuera encore sa carrière quelque temps.
Autre très belle photo (on l’avait promise la semaine dernière)…

dsc01373

Emile Allais en peine action dans sa course victorieuse lors des derniers championnats du monde à Chamonix où il remportera la descente et le slalom. Un immense champion !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 22 février 1917

dsc01360

(JOUR 934 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Couverture pour montrer un gros canon à la lisière d’un bois (intact) sur la Somme. Un canon qui tire sur les Allemands mais aussi… sur des villages, des maisons, des églises… français !

Pas de ligne directrice à ce numéro. Voici donc les vues jugées les plus intéressantes….

dsc01361

Les hommes se précipitent à l’arrivée de la Poste aux colis ! Pas en cette saison, vu l’état de la végétation !

dsc01362

L’accoutrement original d’un vaillant défenseur… Vraiment original ! Et peu crédible !

De nouvelles versions de camionnette blindée spécialisées:

dsc01363

L’auto-canon qui viendra auto-mitrailleuse.

dsc01364

L’auto-caissons pour le ravitaillement en munitions.

Des prisonniers allemands en captivité.

dsc01365

Sur les photos du haut, des séances d’interrogatoire plutôt tranquilles.

dsc01366

Double page centrale pour célébrer les troupes marocaines de France. C’est vraiment en France que ces scènes ont été photographiées. Mais pas en cette saison !

dsc01367

Des hommes retournant du front, plutôt content que l’enfer soit momentanément laissé derrière eux.

Pour terminer, la page des corsaires allemands qui commencent à faire autant  de mal que les U-boat sur les navires marchands de l’Entente et des pays neutres.

dsc01368

On voit en haut des naufragés d’un bateau atteint près de Salonique. En dessous, des navires touchés par les attaques de ses corsaires allemands.

Poster un commentaire

Classé dans Revues