Archives mensuelles : février 2018

112 POILUS de CADEROUSSE, 112 DESTINS… Isidore MARQUION

112 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 112 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cinquante-septième nom de la liste: Isidore Louis MARQUION, un autre poilu oublié sur le monument aux morts.

Difficile de comprendre pourquoi Isidore Marquion a été oublié lors de l’édification du Monument aux Morts en 1937. Il est bien né à Caderousse le 29 novembre 1892 au quartier des Prés, d’un père lui-même né au village le 04 février 1858, Isidore Laurent Marquion.

Isidore Laurent s’était marié en 1891 à Orange avec Victorine Sève, une orangeoise de neuf ans plus jeune que son époux puis le jeune couple s’était installé à Caderousse où sont nés leurs deux enfants: Isidore, un an après le mariage et sa petite soeur Marie Anne Léonce venue au monde quatorze ans après son frère, le 31 mars 1904.

Isidore semble avoir fait sa jeunesse à Caderousse. On le retrouve avec ses parents sur le recensement de 1901, chemin d’Orange.

C’est certes un peu éloigné du centre du village mais Isidore devait tout de même se rendre aux Ecoles de Caderousse pour sa scolarité obligatoire, à moins qu’il ne soit allé à celles d’Orange, plus proche, ceci expliquant cela !

On le retrouve en 1906, toujours à Caderousse, aux Cairannes, malgré une erreur de l’agent recenseur qui a oublié un petit 1 devant le 3 de son âge. 13 ans au lieu de 3 ans !

Bizarrement, la petite soeur pourtant âgée de 2 ans n’est pas recensée. Elle est peut-être momentanément placée chez ses grands-parents. Elle se mariera en 1934 à Orange à un certain Louis Auguste Besson.

Pour Isidore, quand sonne l’heure de faire ses trois ans de service militaire, il habite Orange. Il ne semble pas s’être marié. Il est appelé au 141ème Régiment d’Infanterie de Marseille le 10 octobre 1913. La guerre éclate le 03 août et, déjà présent à l’armée, il se retrouve rapidement sur le front.

Le régiment quitte la caserne Saint-Charles pour la gare voisine et éponyme, le 6 août 1914. Il ne faut pas moins de trois convois pour emmener les 2 300 hommes jusqu’au front, dans l’est de la France. La troupe débarque à Vézelise, terminus des unités venant du Midi, le 8, à trente kilomètres au sud de Nancy pour se rendre aux devants des Allemands. Elle recevra le baptême du feu à Coincourt, un village à l’est de Nancy dont on a déjà évoqué le nom dans d’autres biographies. Le régiment perdra 38 hommes, tués, pour 172 blessés et 27 disparus. 237 gars mis sur le flanc dès le premier affrontement soit 10% de l’effectif, considérable !

Le second combat contre les Allemands se déroulera une petite semaine plus tard, le 19 août et sera appelé la bataille de  Dieuze, un autre lieu évoqué dans le passé. Nous sommes là à une dizaine de kilomètres au nord de Coincourt, en territoire lorrain allemand. Toujours cet esprit offensif de l’Etat-Major français ! L’artillerie allemande n’hésitera pas à détruire le village de Bidestroff, un village allemand, dans lequel s’était mis à l’abri l’un des trois bataillons du 141ème Régiment. Le bataillon comme le village seront complètement anéantis. Bilan des trois jours d’affrontements: 24 officiers et 1 438 hommes mis hors de combat, soit plus de la moitié de la troupe ! Nous sommes là autour du 22 août 1914, le jour le plus meurtrier de l’armée française. On comprend mieux la chose avec de tels chiffres pour une seule unité.

Repli stratégique des Français et avancée considérable des Allemands. Nouveaux combats du côté de d’Hérimenil, toujours à l’est de Nancy, le 1er septembre et 104 nouveaux hommes tués, blessés ou disparus. Trop affaibli, le régiment est retiré du front pour recevoir des troupes fraiches. On le retrouve à la fin septembre du côté de Verdun, à l’ouest de la ville. Le Journal de Marche du régiment, étrangement tapuscrit malgré les conditions de campagne raconte que le 141ème RI tient des tranchées de première ligne dans le secteur d’Avocourt quand il est pris à parti par l’artillerie allemande qui « endommage » quelques boyaux. Doux euphémisme pour dire que les tranchées sont bouleversées et que des hommes sont tués. Un poste téléphonique déplore d’ailleurs 5 morts et 8 blessés.

C’est ce bombardement allemand qui mettra fin à l’existence d’Isidore Marquion, le 28 septembre 1914. Il avait, à un jour près, 22 ans et 10 mois.

 

La fiche matricule de Isidore Louis Marquion de Mémoire des Hommes.

Isidore Louis Marquion, matricule 916 de la classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Les patronymes Marquion et Besson semblent encore vivants sur Orange-Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Isidore un ascendant forcément indirect,  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Auguste Martin.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Tout savoir sur la FORMATION DE LA TERRE, une conférence d’Alain CHAPON proposée par ACP.

Ceci est la copie d’un article paru dans le blog d’Ancône Culture et Patrimoine.

Il parle beaucoup Alain Chapon. Il parle beaucoup de sa passion pour les planètes, les étoiles, les galaxies. La tête au-dessus des nuages et le coeur auprès de ses auditeurs.

Astronome amateur, conférencier averti, il intervient auprès d’un large public, dans notre région de Montélimar, aux clubs d’astronomie d’Alba-la-Romaine et du Teil. Plus loin de chez nous, c’est un membre éminent de Jalle Astronomie, structure associative de Martigans-en-Jalle, dans le grand Bordeaux.

Il sera présent à Ancône, le vendredi 2 mars, en soirée à l’initiative d’Ancône Culture et Patrimoine. Il abordera le thème de la formation de la Terre. Vaste et passionnant sujet qui permettra à tout un chacun de comprendre pourquoi il est là et comment cela aurait pu ne pas se produire.

A l’aide d’un diaporama, il en a réalisé des dizaines sur nombre de sujets traitant de l’Univers, Alain Chapon nous fera découvrir les belles vues de la planète bleue, de notre système solaire et au delà. Poussières d’étoiles !

En après-midi, toujours à l’initiative d’ACP, se tiendront des séance scolaires sur le système solaire avec diaporama et maquettes à l’appui, aux échelles. Si l’on est suffisamment sages, le soir, peut-être pourrons-nous les voir ?

Ci-dessus, le télescope géant du club de Jalle Astronomie, le 4CS640 qui, comme son nom l’indique, possède un miroir de 640 mm de diamètre, en faisant un des plus grands d’Aquitaine. De plus, il peut être déplacé malgré son poids dépassant les 250 kg sur une remorque pour s’installer loin des nuisances lumineuses. Alain Chapon a participé à son élaboration.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

T.I.M.E. Stories- ESTRELLA DRIVE chez Daniel et Marie pour retourner au 9 août 1969 ce coup-ci (mercredi 21 février)

Pas de Janis pour la suite de cette quête à Bakersfield sur les traces de ce crime sordide commis par des adeptes de la « famille » de Charles Manson. Bien sûr, en ouvrant ce second paquet de cartes, nous n’avons pas le droit de changer le cours de l’histoire mais nous devons partir à la recherche d’objets pour éviter que se déroule un rite chamanisme à la suite de ce crime.

Nous sommes donc quelques  années en amont par rapport à la dernière fois (mais nous avons ce pouvoir de naviguer dans le temps), le 9 août 1969, date de ce crime et nous avons 20 UT pour arriver à nos fins.

Que dire de cette soirée… un bon petit fiasco !

En effet, dans cette villa bien plus belle et vivante (enfin au début de l’histoire) qu’en 1982, nous nous sommes un peu attardés lors du premier run et nous avons terminé par un échec. Seulement à la seconde tentative, plus que 15 UT ! Et à partir de là, il s’avère que la quête des objets devient impossible tant le temps est réduit. Même en changeant de personnages…

…impossible d’y arriver. Très frustrant…!

Que faire dans ce cas ?… Se promettre de reprendre tout cela dans peu de temps pour que nos mémoires ne gomment pas tout, à partir du début en 1982 pour vaincre ce second défi si particulier !

A revoir donc… !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

111 POILUS de CADEROUSSE, 111 DESTINS… Raphaël MARCELLIN

111 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 111 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cinquante-sixième nom de la liste: Raphaël MARCELLIN.

La seconde face du monument aux morts.

Raphaël Marcellin est né à Caderousse le 25 juillet 1877. Ce sera donc un soldat déjà relativement âgé quand la Première Guerre Mondiale éclatera. Ayant été longtemps militaire de carrière, il deviendra automatiquement sous-lieutenant en 1914 et sera en première ligne pour entraîner ses hommes quand une balle le frappera. Sort commun à pas mal d’officiers !

Le père de Raphaël, cultivateur à Caderousse et né au village en 1849 avait traversé le Rhône pour prendre pour épouse Marie Virginie Devèze, une jeune femme de Saint-Laurent-des-Arbres, de deux ans plus jeune que lui. Le mariage avait eu lieu à la fin de 1876 et l’année suivante Raphaël venait au monde, rue plan de lamourier, du mûrier en traduisant en français.

Un petit frère François Abel allait suivre le 21 octobre 1881 mais il décédait huit mois plus tard exactement. Un autre garçon naîtra le 18 juillet 1884. Simon Julien Marcellin fera une belle carrière dans les Postes et Télégraphes. Bizarrement, il n’apparaît pas au recensement de  1901.

Peut-être une erreur de transcription de l’agent recenseur. En effet, il est noté que Raphaël est âgé de 17 ans alors qu’il s’agit là de l’âge de Simon, lequel Raphaël a alors 24 ans et se trouve plutôt à la caserne de Pont-Saint-Esprit qu’à Caderousse.

Toujours est-il en effet que les deux frères Marcellin vont rapidement quitter le village.

Cultivateur avant son incorporation au 157ème Régiment d’Infanterie le 31 octobre 1895, Raphaël a devancé l’appel et s’est engagé pour quatre ans. D’engagement en réengagements, il restera à l’armée jusqu’au 16 juillet 1911, c’est-à-dire pas moins de 16 ans. Il en sortira adjudant et se verra nommer sous-lieutenant le 21 novembre 1914 après les hécatombes des premiers mois de guerre. A sa libération en 1911, Raphaël trouve un emploi pour quelques années comme employé municipal à Lyon. Peut-être alors s’est-il marié ? Possible mais si cela s’est produit, ce ne peut être qu’entre 1913 et la déclaration de guerre.

De son côté, Simon, le petit frère, a fait une brillante scolarité puisque mentionné 4 pour son niveau d’instruction, c’est-à-dire détenteur d’un diplôme sanctionnant des études supérieures. Il ne fera que deux années de service dans l’artillerie puis entrera dans les Postes comme contrôleur des téléphones à Saint-Etienne. Il servira pendant la guerre au 8ème Régiment du Génie de Jarnac, une unité spécialisée dans les transmissions. Après la guerre, il poursuivra sa carrière loin de Caderousse en retrouvant son poste dans la Loire avant de partir au Maroc pacifié à partir de 1928, Meknès, Rabat puis Casablanca.

Le 3 août 1914, Raphaël retrouve donc une caserne, celle du 72ème Régiment d’Infanterie à Amiens. A la fin de l’hiver 1915, son régiment combat dans le secteur du Mesnil-les-Hurlus. Tout est dit quand ce nom est cité ! Comme nombre de villages dans ce coin de Champagne, non loin du camp de Suippes, le village sera rasé et sera déclaré « Mort pour la France » après la guerre pour ne plus être reconstruit.

En témoignent ces zones vert foncé correspondant de nos jours à des lieux où plus rien de pourra pousser pour longtemps encore sinon des broussailles et des forêts dangereuses. Le camp militaire de Suippes s’est installé sur la zone en bas à gauche.

La bataille fait rage et le régiment monte en ligne pour quelques jours, perd de nombreux soldats dans des attaques aussi inutiles que meurtrières comme entre les 22 et 23 février où tombent plusieurs officiers et pas moins de 885 hommes de rang, tués, blessés et disparus ! Puis la troupe se retire pour prendre quelques jours de « repos » avant de remonter en ligne. Les hommes sont épuisés par ce rythme comme le note le rédacteur du Journal de Marche du régiment qui parle d’un « état sanitaire laissant à désirer ». Ainsi, 21 hommes sont évacués le 28 février, 44 le 1er mars, 23 le 2 et 26 le 3 juste avant le retour difficile, de nuit, en tranchées de première ligne du 72ème RI pour attaquer tout de suite à nouveau, le 5 mars. Car est ainsi pensée la stratégie militaire française.

Voici un schéma sommaire des lieux.

Le régiment est positionné dans les tranchées situées entre A et C, si près des tranchées allemandes que le pointeur d’artillerie venu visiter les lieux a estimé qu’une préparation était impossible car les lignes étaient trop rapprochées. Alors, on attaque de nuit, à deux heures du matin !

Mais les Allemands ne dorment pas plus que les Français. Comme on peut le lire entre les lignes, c’est à l’instant  où il sort de la tranchée que Raphaël Marcellin est fauché puisque commandant d’une Compagnie en tant que sous-lieutenant de carrière. On est à l’aube du 6 mars 1915. La suite de la narration du Journal de Marche nous le confirme, en date du 9 mars quand est fait le bilan des combats des 5-6 et 7 mars 1915. Son nom apparaît dans la liste des neuf officiers tués.

Il avait alors 37 ans et 6 mois. A ses côtés sont tombés 450 soldats et caporaux, tués, blessés et disparus.

 

La fiche matricule de Raphaël Marcellin de Mémoire des Hommes.

Raphaël Marcellin, matricule 771 de la classe 1897, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Marcellin semble très vivant en Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Raphaël un ascendant direct ou indirect,  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Louis Isidore Marquion.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 24 février 1918

(JOUR 1302 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, on croirait voir Guynemer mais ce dernier est décédé en 1917. On nous présente son successeur, Madon, Georges Madon, qui vient de remporter sa vingt-troisième victoire. Il réussira à survivre à quatre années de guerre mais se scratchera le 11 novembre 1924 à Bizerte en Tunisie lors d’un meeting aérien en mémoire à Roland-Garros.

Un échange de prisonniers anglais et allemands par l’entremise de la Hollande.

En gare de Venloo, les blessés et malades arrivent. On y retrouve e commandant de l’Emden, navire de guerre allemand qui bombarda Madras en 1914;

On a déjà parlé en plusieurs occasions de la relance de la construction de bateaux aux Etats-Unis. Après l’ouverture de nouveaux chantiers navals, voici les coupes de bois dans le but de construire des navires marchands.

Les pins coupés et l’assemblage des radeaux pour descendre les pièces.

Des vues aériennes de bombardement par l’aviation française sur des positions autrichiennes.

Des images étonnamment modernes comme celle du bombardement des installations portuaires de Trieste.

Les Sammies partant au combat en Europe sont baptisés militairement sur la place publique en présence d’un général.

Deux vues du camp de prisonniers de Holzminden.

Ci-dessus, lors de la promenade quotidienne, les fameuses infirmières religieuses belges qui faillirent être condamnées à mort et sont internées pour le reste du conflit.

Une visite de médecin suisse de la Croix-Rouge venant vérifier si les installations sont conformes aux traités internationaux.

Hippisme civil à Bagdad.

Les Britanniques tiennent à leurs traditions et les courses de chevaux dans Bagdad libérée des Turcs attirent de nombreux militaires.

Ces autres Britanniques rejoignent les premières lignes en péniches…

…dans un secteur indéterminé. Mais on peut penser que c’est dans la région encore libre de Belgique.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

La RETIRADA en CARTES POSTALES- CAMP DU BARCARÈS 5/18

Cinquième carte postale: Le Barcarès- Vue partielle du camp de concentration (Le Barcarès- Vista partial del campo de concentracion).

Il s’agit d’un camp secondaire du grand camp d’Argelès. Francisco Ferrer y sera déplacé après plusieurs mois passés à Argelès. On voit cette mer de tentes en toile comme protection pour les réfugiés contre le vent, le froid et la pluie. N’oublions pas que nous sommes en février et que même au bord de la mer dans le sud de la France, il fait très froid quand la Tramontane souffle après avoir léché les neiges du Canigou.

Des baraques en bois furent rapidement montées par les autorités françaises mais semble-t-il après cette photo. Cela ne changeait pas grand chose au sort des réfugiés car tout manquait, les commodités, la nourriture, l’intimité… Ce camp du Barcarès connut d’ailleurs de nombreuses épidémies qui emportèrent bien des occupants.

On y interna les membres des Brigades Internationales avant qu’ils ne soient transférés à Gurs, puis après l’Armistice du 22 juin 1940, des Tziganes expulsés d’Alsace-Lorraine annexée au Reich, des Juifs.

Il semble que le camp du Barcarès ait été fermé définitivement en juillet 1942 mais sans certitude. Ce sont les chiffres catastrophiques de mortalité due aux épidémies qui entraînèrent cette décision. Les consignés d’alors furent transférés à Rivesaltes.

Le Mémorial des Trois Colonnes.

 

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 22 février 1938.

Une vue du match de football disputé à Lille entre le Nord et la Pologne de l’Ouest et du Sud. Le gardien polonais s’empare ici du ballon mais il est allé tout de même le chercher quatre fois au fond de ses filets lors de cette rencontre. Il s’agit là de la « journée des Ligues ». Les autres matchs: Paris-Budapest à Paris (1-1), Nord-Est – Cologne (à Reims) 2-1, Lorraine-Hesse (à Metz) 5-2, Alsace – Wurtemberg-Bade (à Strasbourg) 3-4 et Franche-Comté -Victoria Zizkov (à Dijon) 3-1. Les prémices des Coupes d’Europe dix-huit ans avant les débuts officiels de la compétition.

Au programme du dimanche, les résultats de championnats de France de ski. En images:

Emile Allais, second du combiné.

James Couttet, vainqueur de la descente, ici dans le slalom.

Louis Agnel, un espoir qui descend dans le style d’Emile Allais.

Le Suisse Von Allmen, vainqueur du grand combiné (saut, fond, descente, slalom).

Le vainqueur du combiné (descente-slalom) Rudolph Rominger.

En rugby, retour au championnat de France avec la fin des poules de cinq. Les huit poules ont livré leurs lauréats: Montferrand, Carcassonne, Biarritz, Racing, Carbone, Pau, Brive et le L.OU. Ils seront rejoints par les huit qualifiés des barrages.

Une vue de Racing-Stade à Jean-Bouin (18-5).

Pour compléter l’actualité de ce dimanche, les cross à Saint-Cloud.

Un résumé des évènements en quatrième de couverture…

…le football, le cross et un cyclo-cross à Monthléry remporté le cycliste pris en photo: Peuziat.

1 commentaire

Classé dans Revues