Archives de Tag: Empire

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 8/15 lettre du 8 février 1858

Une autre lettre amusante, la réponse faite par Général commandant l’Armée d’Afrique à une proposition d’Alexandre Dumon. Ce général et Alexandre s’étaient rencontrés chez Monsieur Laurent et c’est là que l’ancien vice-consul de France à Trinidad avait fait la promesse d’envoyer quelques truffes à son interlocuteur, militaire en Algérie.

Le 8 février 1858, le général de division Pierre Hippolyte Publius Renault, alors exerçant la fonction de gouverneur général en Algérie, accepte bien volontiers les quelques truffes mais à la condition que vous vous maintiendrez dans des limites modestes. Ici comme à Paris, précise-t-il, les gourmets ont en haute estime de ce précieux tubercule qu’ils dégusteront avec grand plaisir. 

Puis il donne quelques précisons en ce qui concerne les transports du courrier par la poste et donc des colis à destination des militaires en fonction au Maghreb, les courriers partant de Marseille le mardi, jeudi et samedi de chaque semaine.

A cette époque, Alexandre Dumon vit à Agen, cours Saint-Antoine, capitale du pruneau mais le Périgord et ses truffes noires ne sont pas si éloignés que cela !

Quelques mots sur le général Renault qui signa cette lettre

même s’il semble qu’il ne l’ait pas toute écrite. Né en 1807, il embrasse rapidement la carrière militaire qui l’emmènera longtemps en Algérie. Il y résidera d’août 1833 à avril 1848 puis y retournera de juillet 1851 à août 1859. C’était un militaire proche de ses hommes comme en attestent pas moins de cinq blessures contractées sur les fronts, deux en Espagne en 1835 à la tête de la Légion Etrangère lors de la Première Guerre Carliste et trois en Algérie, une balle dans la tête le 15 octobre 1840 en Oranie, une balle au genou droit le 19 octobre 1840  et une autre dans les reins le 29 octobre 1843, dans des combats contre des rebellions indigènes.

Revenu en France en 1859, l’Empereur le nommera sénateur mais c’est au combat contre les Prussiens et pour la défense de Paris qu’il trouvera la mort. Blessé le 30 novembre 1870 à la bataille de Champigny, il n’est relevé du champ de bataille que le lendemain. Blessé à la jambe, il est amputé le 2 décembre mais il décède le 6 du même mois. Il est enterré aux Invalides le 9 décembre 1870.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 9/25 GLUN

Le bac de Glun est également un très ancien point de passage entre Drôme et Rhône, entre Empire et Royaume puisqu’il est attesté officiellement en 1151 par un droit de percevoir les droits de passage accordé à un seigneur local . Il devient un bac à traille au milieu du XVIème siècle, certainement même auparavant. Mais on sait en lisant la thèse d’Henri Cogoluènhe sur les bacs du Rhône que l’armée de Louis XIII construisit un pont de bateaux parallèle à ce bac à traille pour traverser le Rhône, en 1642. Ce passage temporaire officia quelques semaines.

Sur le cadastre napoléonien, la traille est bien mentionnée entre Glun (Ardèche) et La Roche de Glun (Drôme).

Sur ce document extrait du cadastre napoléonien, on le constate mais il faut penser à obliger son esprit à comprendre que, contrairement à notre habitude de lecture de cartes, le nord est plutôt vers en bas et le Rhône « coule » vers le haut !

Ainsi tournée la carte est plus conforme à ce que l’on connaît.

Rapporté sur une carte actuelle, on peut situer le bac en cet endroit.

A noter la présence d’une rue de la traille à La Roche de Glun et une rue du quai à Glun. Mais aucun vertige de ce bac à traille ne demeure visible.

Cette carte postale ancienne prouve toutefois que la traille existait encore au début du XXème siècle.

Elle doit avoir disparu vers 1950 quand l’automobile a permis de faire rapidement un détour vers les ponts voisins. L’aménagement du Rhône par la CNR en cet endroit a été inauguré en 1968. Il s’agit de la chute de Bourg-les-Valence.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie, Recherche

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 25 février 1917

dsc01380

(JOUR 930 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Pour commencer, une vue d’Italie où on plutôt l’habitude de paysage montagnard. Rien de cela aujourd’hui avec ce bateau en golfe de Trieste où le prince héritier vient remonter le moral des troupes et des marins italiens.

Un numéro sans grande idée directrice mais qui va être particulièrement international.
Hommage aux Alsaciens-Lorrains, sujets allemands qui s’engagent dans l’Armée française.

dsc01382

Ici, l’Armée rend hommage au maire de Dannemarie, M. Beck, dont le fils engagé volontaire vient d’être tuyau champ d’honneur. Habituellement les Alsaciens-Lorrains étaient recrutés dans la Légion Etrangère.

Horreur ! les Barbares !

dsc01383

Une double page de portraits de prisonniers allemands, se voulant certainement horribles (Quelques physionomies particulièrement typiques et pittoresques de soldats allemands… dit la légende). Plutôt bien tenus pour des prisonniers de guerre et bien moins « poilus » que nos Poilus !

En Grèce, l’armée favorable au roi (et aux Allemands) se retire en Péloponnèse en traversant le canal de Corinthe.

dsc01384

La vue la plus classique de ce passage aérien au dessus du canal.

Instruction de nouvelles recrues en Russie.

dsc01386

Dans la neige et le froid. On nous présente cela comme des scènes de guerre… mais cela ne « fait » pas très vrai !

Ces soldats britanniques , eux, c’est de la chaleur qu’ils doivent se prémunir. Nous sommes en Irak et les troupes anglaises reprennent leur marche en avant face aux Turcs, le long du Tigre. Après la chute de leur camp retranché à Kut-el-Amara (160 km au sud-est de Bagdad), le 19 avril 1916, les Britanniques se sont réorganisés et leur puissante attaque des 22 et 23 février 1917 leur permettra de reprendre définitivement la ville.

dsc01387

On n’en est pas encore là avec la lenteur des informations dans la presse française mais les Turcs subissent des revers sur ce terrain d’opération.

Par contre, apparition d’un taube survolant un ring improvisé de boxe crée une belle panique chez les acteurs et spectateurs !

dsc01388

Une manifestation patriotique à Londres avec fanfare, certainement pour recruter des volontaires pour le front français.

dsc01390

Pour terminer, les Etats-Unis en plusieurs dossiers:

1- la découverte d’un puissant émetteur radio dan une île du New Jersey, l’île Hickory,…

dsc01381

… un émetteur capable de communiquer des informations jusqu’en Allemagne ! Une belle réalisation des espions allemands soutenus par les émigrés américains venant d’Allemagne et représentant une forte diaspora.

2-les rescapés du paquebot SS California coulé par un sous-marin U-boat allemand lors de sa liaison commerciale entre Glasgow et New York, le 7 février 1917.

dsc01385

De retour en Ecosse, les survivants sont pris en charge et les marins rescapés touchent leur paie aux bureaux de la compagnie Anchor Line. Cette acte de piraterie coutera la vie à 5 personnes lors de l’explosion des 2 torpilles envoyés par le sous-marin, puis celle de 36 autres voyageurs et membres de l’équipage lors d l’évacuation du bateau. Le paquebot avait été lancé en 1907.
3-le lancement en grande pompe du chantier du futur super-cuirassé « California » (lui aussi) dans les chantiers navals de Mare Island en Californie.

dsc01389

Commandé le 28 décembre 1915, il verra sa quille posée le 25 octobre 1916. Il ne connaîtra pas le feu pendant la Première Guerre Mondiale puisqu’il sera lancé le 20 novembre 1919. Par contre, il sera coulé sans pouvoir se défende lors de la première bataille à laquelle il assistera, l’agression japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, entraînant les Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale. Renfloué, il sera tout de même actif dans la bataille du Pacifique en 1944.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 15 février 1917

dsc01319

(JOUR 927 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A noter que ce numéro est aussi daté du 8 février 1917, comme celui de la semaine dernière. Une erreur de numérotation.

A la une, un ballon captif d’observation. Une image impressionnante et du matériel qui a évolué depuis le début du conflit. On distingue bien la nacelle de l’observateur. Les hommes étaient munis de parachute pour survivre en cas d’attaque de ses masses sans défense propre par les avions ennemis.

Pour une fois, pas des images en vrac mais des images classées par thèmes:

LES TROUPES BRITANNIQUES.

Uu défilé certainement à Paris ou en banlieue de troupes britanniques. Quelques hommes portent des drapeaux tricolores ce qui fait dire que la scène se passe sur le continent.

Au début, la fanfare:

dsc01321

Les troupes de l’Empire avec cette unité de cavalerie hindoue:

dsc01320

Une autre troupe de l’Empire, les volontaires canadiens (Canada)

dsc01322

C’est à l’occasion de cette guerre que le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande commencèrent de s’émanciper  de la tutelle anglaise.

dsc01323

Les montagnards écossais ne défilent pas mais attendent de montrer ce dont ils sont capables au front.

SALONIQUE.

Exercice de débarquement pour les troupes du camp retranché de Salonique.

dsc01324

Ici les fusiliers marins en action.

dsc01325

Concentrations de troupes dans le camp retranché pour être prêt à résister à une attaque des Empires du centre.

Ci-dessous, des barbelés pour protéger un terrain marécageux et en faire une défense infranchissable:

dsc01327

TROUPES MAROCAINES.

Double page centrale avec 5 vues rendant hommage aux troupes coloniales marocaines.

dsc01328

Des vues africaines puis européennes. Des textes peu adaptés qui insistent sur le folklore entourant ces hommes plus que pour leurs valeurs guerrières avérées.

RAVITAILLEMENT.

dsc01329

Une gare de distribution près du front (pas sûr).

dsc01330

Réserves de munitions.
dsc01331

Réfection des routes après les intempéries (pluie, neige, gel et dégel) qui ont mis à mal le réseau routier.

ALPINS.

Trois vues de troupes alpines (chasseurs alpins) dans les Vosges:

dsc01332

Retour des troupes revenant du front.

dsc01333

Artillerie de 80mm à l’embranchement de routes dans les Vosges.

dsc01334

Les tranchées alpines dans le secteur de la vallée de la Béchine (Vosges).

DIVERS.

dsc01335

Convoi d’ambulances dans un secteur boisé, peut-être vosgien.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- Le SACRE de NAPOLÉON.

Un tableau MDI sur le sacre de Napoléon le 4 décembre 1804. La République a vécu, place au Premier Empire.

DSCN3907

C’est Jacques-Louis David, le peintre officiel du régime qui avait été chargé de laisser pour la postérité une scène de cette cérémonie, le moment où Napoléon couronne comme impératrice Joséphine de Beauharnais. le fait qu’il ait représenté le sacre de l’Impératrice et non celui de l’Empereur valurent quelques critiques à David de la part de tenants de l’Empire.

sacre-napoleon

Ci-dessus, le tableau de David, actuellement exposé au Louvre pour la première oeuvre qu’il rendit en 1808, une copie également réalisée par David se trouve à Versailles. On voit que le dessinateur MDI s’est contenté d’épurer le tableau de David pour les écoliers français des années 50-60. Le Pape « invité » par Napoléon y est un peu plus visible bien que son rôle ne soit pas plus important que lors de la cérémonie, Napoléon se sacrant Empereur tout seul…

320px-David_-_L'Empereur_Napoleon_se_couronnant_lui-meme

comme on le voit sur cet autre travail de David et sacrant lui seul l’Impératrice Joséphine. On retrouve les frères et soeurs de Bonaparte derrière Joséphine, Murat son beau-frère portant le coussin sur lequel reposant la couronne. Les deux consuls Lebrun et Cambacérès qui cachent un peu le Pape ont disparu, pas la famille de Napoléon, au balcon.

Cette oeuvre de David faisait partie d’une commande de 4 toiles sur les cérémonies du sacre. On connaît celle qui représente le serment de fidélité prêté par l’Armée à l’Empereur, La Distribution des Aigles exposée également au Louvre.

Jacques_Louis_David_-_Serment_de_l'armée_fait_à_l'Empereur_après_la_distribution_des_aigles,_5_décembre_1804_-_Google_Art_Project

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- Un DÉFILÉ sour l’EMPIRE

Encore un tableau MDI montrant une scène du Premier Empire: Un défilé devant Napoléon.

DSCN3909

Et ce ne sera pas le dernier qui traite de cette époque glorieuse. Pourquoi une telle image alors que, ni Austerlitz, ni Waterloo ne sont montrés au jeune public des enfants des écoles ?

A gauche, on voit l’Empereur sur son cheval regardant défiler ses troupes, les fameux grognards précédés par la musique et passant sous l’Arc-de-Triomphe du Carrousel à Paris, au coeur du Louvre. On peut s’imaginer que c’est la toute première fois qu’une telle prise d’armes s’effectue dans ce lieu. Cet arc-de-triomphe a été érigé par l’Empire de 1806 à 1808 et inauguré en 1809 pour célébrer la fastueuse année 1905 qui vit l’éclatante victoire napoléonienne d’Austerlitz, le 2 décembre, un an pour jour après le sacre à Notre-Dame.

Arc_de_Triomphe_du_Carrousel_2006 (1)

Au second plan du dessin, on voit le palais de Tuileries qui fermait le château du Louvre et qui sera détruit lors des combats de la Semaine Sanglante marquant la chute de la Commune de Paris, en 1871.

Digital Foxing

Peut-être le dessinateur du tableau MDI s’est-il inspiré de cette eau-forte d’Auguste Boulard intitulée défilé des troupes à l’arc-de-triomphe du Carrousel en 1810 ?

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été- La CAMPAGNE de RUSSIE- Le PASSAGE de la BÉRÉZINA 1812

Un sujet se rapportant à l’Empire dans ce tableau MDI: la campagne de Russie: le passage de la Bérézina 1812.

DSCN3910

Fin novembre 1812, la Grande Armée se replie après avoir été aux portes de Moscou. Cette retraite est d’autant plus pénible que l’hiver russe commence à sévir sur des hommes épuisés et pour beaucoup démoralisés. Viens le moment de franchir la Bérézina, au niveau de Borisov, actuellement située en Biélorussie, à mi-chemin entre Moscou et Varsovie. La légende veut que le fleuve soit gelé. Il n’en est rien puisque les pontonniers d’Eblé durent se jeter à l’eau (certes glacée) pour construire les 2 ponts dont avait besoin la Grande Armée.

Car contrairement à la croyance populaire et à l’expression « subir une Bérézina » que cette bataille engendra, ce fut loin d’être une défaite cinglante mais au contraire une victoire. Victoire à la Pyrus car beaucoup d’hommes périrent et bien autant furent fait prisonniers, mais victoire tout de même car les Russes ne parvinrent pas à détruire l’Armée française totalement comme ils l’espéraient.

2 ponts furent construits au nord de Borisov, la grande armée put les emprunter pour continuer sa retraite. Mais bon nombre de trainards, avec femmes et enfants, n’eurent le courage de traverser et furent pris par les Russes après que les ponts soient détruits. Ce sont ces scènes que les peintures ont essayé de reproduire mais il ne faut pas oublier que le gros de la troupe passa sans encombre cet obstacle naturel, pas si impressionnant que cela: 20 mètres de large et au maximum 2 mètres de profondeur à l’endroit où furent construits les ponts.

Berezyna Myrbach-Crossing_of_the_Berezina

Poster un commentaire

Classé dans Affiche