Archives de Tag: Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 13/15 la lettre du 23 juin 1871

Dans cette lettre reçu par Alexandre Dumon, on apprend qu’il a un fils qui vient de faire la guerre contre les Prussiens et qui a été fait prisonniers lors de ce conflit. C’est donc avant tout le père impatient de voir rentrer son fils qui a écrit au député de Haute-Garonne Paul de Rémusat. Ce dernier lui répond pour expliquer le retard pris pour le rapatriement des prisonniers de guerre, pour cause d’encombrement des voies de chemin de fer.

…le gouvernement se préoccupe très vivement de cette question (le retour des prisonniers) et chaque jour, des centaines, des milliers de prisonniers reviennent. Cela ne peut pas se faire aussi vite que chacun le désirerait car les chemins de fer sont encombrés et ne peuvent transporter chaque jour qu’un nombre limité de voyageurs. 

Il faut dire que le désastre français fut tel que pas moins de 371 981 hommes du rang et 11 810 officiers furent capturés par les Allemands auxquels on se doit d’ajouter 80 000 hommes de l’armée de l’Est ayant fui en Suisse et y étant retenus. Ce sont des chiffres considérables car environ 30% des hommes mobilisés dont beaucoup ne combattirent pas, furent fait prisonniers ! Pour mémoire, pour la Grande Guerre, le chiffre est de 7%.

A l’inverse, il n’y eut que 40 000 Allemands capturés par l’Armée française.

Cet afflux inattendu d’hommes en Allemagne causa bon nombre de problèmes aux Allemands. Pas moins de 242 villes durent accueillir des camps de prisonniers. Le statut des officiers était différent puisqu’il était semblable à une assignation à résidence.

18 000 hommes moururent en captivité. N’oublions pas qu’à l’impréparation allemande, à l’épidémie de variole qui ravagea les deux armées, cette crise se déroula par un hiver assez rigoureux. Les hommes commencèrent à rentrer à partir de la fin de la guerre, le 15 février 1871 et ces opérations de rapatriement durèrent jusqu’au 16 août 1871. Alexandre Dumon a donc encore quelques semaines à attendre le retour de son fils !

Dans sa lettre enfin, Paul de Rémusat termine en remerciant Alexandre Dumon pour les excellentes idées qu’il lui a envoyées sur les économies qui peuvent être réalisées. On en saura pas dans quel domaine mais cet Alexandre Dumon semble être une personne aimant donner des conseils à tous ses correspondants !

Paul de Rémusat (1831-1897) fut journaliste, collaborateur à la Revue des Deux-Mondes, député puis sénateur avant d’entrer à l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 11/15 la lettre du 02 juin 1870

Voilà donc Alexandre Dumon et son livre sur Napoléon IV à la recherche de quelques subsides pour pouvoir le publier et surtout l’aval officiel de l’Empereur pour que la presse et le grand public lui accordent un accueil favorable. Alors, fin mai 1870, il doit avoir pris sa plus belle plume pour solliciter cette aide impériale.

La réponse de l’Empereur n’est pas tout à fait celle à laquelle il s’attendait. C’est la Maréchal Vaillant, Ministre de la Maison de l’Empereur au Palais des Tuileries qui vient doucher l’enthousiasme d’Alexandre Dumon.

Certes, lorsqu’il s’agit d’encourager à l’avance un ouvrage touchant la Dynastie, l’Empereur ne saurait apporter trop de réserve. Mais ici, il s’agit d’un livre non encore paru et un encouragement accordé par Sa Majesté à un ouvrage avant sa publication semble en effet impliquer aux yeux du public, l’approbation des idées et appréciations de l’auteur….et ce brave Alexandre Dumon a un passé de bon républicain !

Alors, le Ministre de la Maison de l’Empereur ne croit donc pas pouvoir proposer à Sa Majesté d’accueillir le voeu exprimé dans la supplique du Tarnais. Mais quand la brochure aura paru, il en prendra connaissance et examinera dans quelle mesure l’Administration de la Liste Civile pourra en favoriser la distribution gratuite.

Sauf que le livre est loin d’être édité et que dans trois mois, l’Empire ne sera plus !

La lettre est signée de Jean-Baptiste Philibert Vaillant, un militaire et homme politique français né à Dijon en 1890.

Il va diriger l’Ecole Polytechnique et sera l’artisan de la création des fortifications de Paris. Entré en politique avec l’Empire, il occupe divers ministères dont celui de la Maison de l’Empereur de 1860 à 1870 et des Beaux Arts de 1863 à 1870. Il doit quitter ce second ministère quelque temps avant le 2 juin 1870 puisqu’on n’a pas eu le temps de changer les entêtes des lettres officielles. A la chute de l’Empire, il se réfugie en Espagne puis revient en France en juin 1871 pour décéder l’année suivante, le 4 juin 1872.

 

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 8/15 lettre du 8 février 1858

Une autre lettre amusante, la réponse faite par Général commandant l’Armée d’Afrique à une proposition d’Alexandre Dumon. Ce général et Alexandre s’étaient rencontrés chez Monsieur Laurent et c’est là que l’ancien vice-consul de France à Trinidad avait fait la promesse d’envoyer quelques truffes à son interlocuteur, militaire en Algérie.

Le 8 février 1858, le général de division Pierre Hippolyte Publius Renault, alors exerçant la fonction de gouverneur général en Algérie, accepte bien volontiers les quelques truffes mais à la condition que vous vous maintiendrez dans des limites modestes. Ici comme à Paris, précise-t-il, les gourmets ont en haute estime de ce précieux tubercule qu’ils dégusteront avec grand plaisir. 

Puis il donne quelques précisons en ce qui concerne les transports du courrier par la poste et donc des colis à destination des militaires en fonction au Maghreb, les courriers partant de Marseille le mardi, jeudi et samedi de chaque semaine.

A cette époque, Alexandre Dumon vit à Agen, cours Saint-Antoine, capitale du pruneau mais le Périgord et ses truffes noires ne sont pas si éloignés que cela !

Quelques mots sur le général Renault qui signa cette lettre

même s’il semble qu’il ne l’ait pas toute écrite. Né en 1807, il embrasse rapidement la carrière militaire qui l’emmènera longtemps en Algérie. Il y résidera d’août 1833 à avril 1848 puis y retournera de juillet 1851 à août 1859. C’était un militaire proche de ses hommes comme en attestent pas moins de cinq blessures contractées sur les fronts, deux en Espagne en 1835 à la tête de la Légion Etrangère lors de la Première Guerre Carliste et trois en Algérie, une balle dans la tête le 15 octobre 1840 en Oranie, une balle au genou droit le 19 octobre 1840  et une autre dans les reins le 29 octobre 1843, dans des combats contre des rebellions indigènes.

Revenu en France en 1859, l’Empereur le nommera sénateur mais c’est au combat contre les Prussiens et pour la défense de Paris qu’il trouvera la mort. Blessé le 30 novembre 1870 à la bataille de Champigny, il n’est relevé du champ de bataille que le lendemain. Blessé à la jambe, il est amputé le 2 décembre mais il décède le 6 du même mois. Il est enterré aux Invalides le 9 décembre 1870.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 4/15 lettres des 05 mai et 26 juillet 1848

Malgré son rôle dans les Journées de Février 1848 et les lettres de recommandations de Ledru-Rollin et Lamartine, Alexandre Dumon n’a pu obtenir le rôle de commissaire de la Seconde République dans son bon département du Tarn-et-Garonne. Ou n’a-t-il pas été très emballé par cette fonction obscure et difficile !

Toujours est-il que peu avant la fin de son ministère, le 28 avril 1848, Alphonse de Lamartine va nommer très officiellement son ami, vice-consul de la République Française à Trinidad de Cuba. Il prendra la suite de M. Delcourt, révoqué, qui devait être un peu trop anti-républicain. Cette nouvelle qualité lui rapportera tout de même une allocation de 3 000 francs par an. Une jolie somme !

C’est le contenu essentiel de la lettre envoyée depuis la direction commerciale du Ministère des Affaires Etrangères par le secrétaire général Jules Bastide, le 05 mai 1848.

Bien entendu le rédacteur y va d’un couplet républicain… Vous justifierez pleinement, j’en suis certain, Monsieur, le témoignage de confiance par l’utilité de vos services, par votre entier dévouement à la France Républicaine.

Et le départ est immédiat… Je vous invite à faire immédiatement vos préparatifs de départ.

Pas tant que cela tout de même puisque le 26 juillet, Alexandre Dumon reçoit par une nouvelle missive, la confirmation de sa nomination à Cuba.

Il faut dire que Lamartine quitte le ministère des Affaires Etrangères le 11 mai, que des troubles commencent le 15 mai et qu’une Révolution ouvrière sera balayée par l’armée et le général Cavaignac en juin 1848, après la fermeture des Ateliers Nationaux. On eut un temps d’autres chats à fouetter que nommer un vice-consul à Trinidad de Cuba !

La première lettre est donc signée par Jules Bastide,

un secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères qui deviendra… ministre au départ de Lamartine, le 11 mai et cela jusqu’à l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte comme président de la République en décembre 1848. Fervent républicain, Jules Bastide quittera peu ou prou la politique après la fin de la Seconde République pour se consacrer à l’écriture de livres historiques.

La seconde lettre est signée du Directeur du Ministère, un certain Ph. de Lesseps… Un parent de ce cher Ferdinand ?

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 3/15 lettre du Ministre des Affaires Etrangères.

Pas de date précise pour cette missive envoyée par le Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères. Ce qui est sûr, c’est qu’elle a été expédiée à Alexandre Dumon entre le 24 février et le 11 mai 1848, dates entre lesquelles le signataire de cette lettre exerça la fonction de Ministre des Affaires Etrangères.

C’est à peu près la même lettre que celle envoyée par Ledru-Rollin, une lettre de recommandation. Il faut trouver une place au bon révolutionnaire Alexandre Dumon.

Mon cher collègue.

Je vous présente un de nos meilleurs combattants , Dumont (la rédacteur a failli oublier de mentionner son nom), des Journées de Février. Il en aura les qualités, je suis son témoin. Il désire être attaché au Tarn-et-Garonne au commissaire de son département. 

La signature est prestigieuse: Lamartine.

Oui, il s’agit bien d’Alphonse de Lamartine, le grand poète, dramaturge, romancier et homme de théâtre mais aussi homme politique qui soutint la Monarchie de Juillet avant de devenir fervent républicain et l’un des principaux protagonistes de la Révolution de 1848 qui institua la Seconde République.

Son écriture est quelque peu délicate à lire mais la signature est indiscutable. Il fallait caser Alexandre Dumon dans la commission représentant l’Etat dans son département.

Exemple de signature de Lamartine selon Wikipédia. 

On ne peut pas dire que cette lettre fut couronnée de succès et Lamartine s’y prit par la suite autrement pour offrir une récompense officielle à son ami. On le verra…

 

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 2/15 lettre du 11 mars 1848

11 mars 1848. La Révolution de février 1848 a un peu plus de deux semaines d’existence . Alexandre Dumon cherche à être utile au nouveau Gouvernement Provisoire de la Seconde République et on pourrait avoir besoin de ses services dans son département d’origine, le Tarn-et-Garonne. Aussi le Ministre de l’Intérieur prend sa plus belle plume et écrit cette lettre de recommandation à destination du super-Préfet de la région Sud-Ouest nommé par le Gouvernement Provisoire.

Le Ministre de l’Intérieur recommande vivement à l’intérêt du citoyen-commissaire pour les départements de la Haute-Garonne, du Lot-et-Garonne, du Gers, du Tarn et du Tarn-et-Garonne le citoyen Alexandre Dumon qui s’est fort bravement conduit pendant notre Révolution de Février. C’est un homme de courage que le citoyen-commissaire pourra très utilement employer soit près de lui, soit près du département du Tarn-et-Garonne dont il est originaire. 

C’est Monsieur le Ministre de l’Intérieur en personne qui paraphe cette lettre… Ledru-Rollin, Alexandre Ledru-Rollin. Un tampon du Gouvernement Provisoire accompagne ce paraphe.


Ledru-Rollin, né en 1807 à Paris est un avocat devenu homme politique. Il représente l’aile gauche de la Révolution de février 1848 et sera évincé quand la bourgeoisie reprendra le pouvoir en 1849. Il est à l’origine de la campagne des Banquets qui précéda la Révolution de 1848. Il s’exilera en Angleterre en juin 1849 pour échapper aux foudres de la réaction bourgeoise et ne reviendra qu’en 1871, après la proclamation de la Troisième République. Il retrouvera un poste électif mais ne sera guère influant. Il décède peu après en 1874 à Fontenay-aux-Roses.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe, Corespondance

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 1/15 lettre du 24 février 1848

Quelques vieux papiers attendant le chaland, au sol, sur un vide-grenier glauque, un samedi non loin d’Avignon… des entêtes accrocheuses et, un petit marchandage plus tard, à la lecture des documents, un petit trésor historique que l’on va pouvoir conter.
Cette correspondance appartient à un certain Alexandre Dumon ou Dumont, originaire du Sud-Ouest, du département du Tarn-et-Garonne, ayant des liens avec la commune de Montaigu-du-Quercy, semble-t-il. Il s’agit de lettres qu’il a reçu de correspondants parfois prestigieux et qui bornent son parcours personnel.

Ainsi donc,  Alexandre reçoit le 24 février 1848 un genre de sauf-conduit signé par Ferdinand Flocon.

Le 24 février 1848, c’est tout simplement le jour de l’abdication de Louis-Philippe 1er, la chute de la Monarchie. Après ce 24 février, la France ne connaîtra plus jamais un Roi à sa tête. Par corrélation, ce 24 février 1848, un Gouvernement Provisoire va s’installer et sa première décision sera de proclamer la République, la Seconde République.

Ferdinand Flocon est l’un des membres de ce Gouvernement Provisoire, pas le plus connu certes, aux côtés d’Alphonse de Lamartine, Alexandre Ledru-Rollin, du savant François Arago ou de Louis Blanc.

Ce sauf-conduit semble demander qu’un cheval soit fourni au citoyen Dumont, sous-secrétaire des Délibérations du Gouvernement Provisoire.

Aux côtés de la signature de Ferdinand Flocon, deux sceaux de la Mairie de Paris et du Gouvernement Provisoire aux noms de la République Française.  Le nouveau Gouvernement Provisoire siège à la Mairie de Paris.

Né en 1800, Ferdinand Flocon était un journaliste et un homme politique. Il participa à la Révolution de Juillet 1830 mais devint vite un opposant à Louis-Philippe en écrivant dans la Tribune puis en étant le rédacteur en chef de la Réforme. Proche des idées de Marx, après sa participation au Gouvernement Provisoire, dans la minorité toutefois, il s’exila après l’avènement de Napoléon III et décéda sans avoir revu la France, à Lausanne, en 1866.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe