Archives de Tag: biographie

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Raoul Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-deuxième Poilu: Raoul Auguste Louis Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Pas évidente la biographie de ce Raoul Roche, l’Armée ayant placé un double obstacle.

Premier erreur, sur la fiche matricule de Mémoire des Hommes, un numéro de registre et une classe fantaisistes, 1908 pour un garçon né en 1891… 1 728 alors que le nombre de fiches s’arrête autour de 1 600 !

Seconde erreur, sur le registre matricule lui-même, Raoul est devenu Paul ! Ce n’est corrigé sur la table analytique de 1911… Heureusement ses second et troisième prénoms m’ont remis dans le droit chemin !

Ainsi donc Raoul Auguste Louis est né le 04 février 1891 à Caderousse, au Boulegon. Ses parents Adrien Henri Roche et Françoise Augustine Guérin sont tous deux du village. Le père Henri pour beaucoup, né en 1864 est menuisier puis  deviendra négociant, en bois et matériaux certainement. La mère Augustine est de 1867 et n’est pas directement de ma famille, celle d’Adrien Guérin, le Poilu MPLF. Henri et Augustine ont donc uni leurs destinées le 17 décembre 1889 à Caderousse et un peu plus d’un an après, Raoul, leur premier enfant est venu au monde.

En 1896, le jeune couple et leur enfant vivent sous le même toit que les parents d’Henri, Mathieu (Frédéric) Roche et (Marie) Louise (Amandine) Paget, toujours au Boulegon.

Un second enfant va venir compléter et terminer la fratrie, Auguste Frédéric né le 23 février 1901. C’est un bébé de 2 mois qui est enregistré au recensement de 1901.

Le père est donc devenu négociant et il s’est installé sur la Grand Place, qui deviendra Place Jean-Jaurès après guerre.

Après cette date, il semble que la famille ait quitté Caderousse pour Orange. On la retrouve en 1911 rue de la Fabrique, à quelques pas de Pourtoules.

Ayant perdu sa femme, le père d’Henri est venu rejoindre son fils à Orange. Raoul, de son côté, n’est plus là depuis quelque temps. En effet, il a devancé l’appel et s’est engagé pour trois ans dans l’Armée le 15 février 1909… d’où le 1908 de la fiche matricule…! Il a rejoint dans un premier temps le 17ème Régiment de Dragons de Vienne. Puis il est passé au 16ème Escadron du Train des Equipages Militaires en février 1911. Brigadier fourrier il sera rendu à la vie civile un an plus tard, le 15 février 1912.

Pas pour très longtemps puisque deux ans et demi après, la mobilisation générale le ramène dans cette unité du Train le 03 août 1914. Promu Maréchal des Logis, il passe ensuite dans l’artillerie lourde, au 55ème R.A.L. d’Orange le 07 février 1916 puis au 83ème R.A.L. un mois plus tard et enfin au 86ème R.A.L. de Lyon le 11 avril 1916. C’est dans le secteur de Verdun que son destin va basculer, fin août 1917.

La grande bataille de 1916 est bien sûr finie depuis longtemps mais Pétain imagine une seconde bataille, déclenchée le 20 août 1917 et qui durera jusqu’au 18 septembre. Bilan, quelques kilomètres gagnés aux Allemands avec l’Artillerie énormément sollicitée. En effet, 120 000 tonnes obus seront tirées ce qui représente environ 6 tonnes au mètre-carré ! Pas étonnant que cette terre de Verdun soit devenue inculte à tout jamais ! Quant au coût d’une telle offensive, elle aurait tout simplement mis en faillite les finances de l’Etat si elle avait été reproduite ailleurs, ce déluge de feu ayant coûté la bagatelle de 700 000 francs de l’époque !

C’est dans le Bois des Hospices…

…sur le territoire de la commune disparue de Fleury-devant-Douaumont (aujourd’hui commune d’Eix)  que la 8ème batterie dans laquelle sert Raoul Roche est installée. C’est l’Historique du 86ème Régiment d’Artillerie Lourde

…qui nous raconte les faits qui se sont déroulés le 25 août 1917.

Une bombe allemande est tombée sur les cuisines à l’heure de la soupe et a tué sur le coup le Maréchal des Logis Raoul Roche et a blessé quatre autres hommes dont deux ne survivront pas à leurs blessures.

Le 25 août 1917, Raoul Roche était âgé de 26 ans et 7 mois. Il venait de se marier à Hortense Andréa Marie Ayel d’Orange depuis moins d’un mois !

La publication des noces de Raoul et Hortense à Orange, le 24 juillet 1917.

Fiche matricule de Raoul Auguste Louis Roche de Mémoire des Hommes.

Raoul Auguste Louis, matricule 794 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Raoul Auguste Louis un ascendant  direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Jean Désiré Roumieux.

Le paysage lunaire de Verdun en août 1917.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Marius Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-unième Poilu: Marius Léopold Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Avec Marius Roche, on a encore affaire à un jeune Poilu qui ne fut appelé qu’après la déclaration de guerre, en septembre 1914 seulement. Marius est en effet né à Caderousse le 17 octobre 1894, la classe 1914 donc.

A l’Hôtel de Ville de Caderousse, ses parents sont passés devant non pas Monsieur le Maire, Officier de l’Etat-civil, mais son premier adjoint, Claude Roche, un proche du marié, pour se dire « oui » le 14 octobre 1891. Anthime Antoine Roche né en 1865 est l’un des boulangers du village tandis que Marie Elisabeth Carles, née en 1870, est la fille d’un couple de cultivateurs. Les jeunes mariés  vont s’installer rue de l’Escurier.

Rapidement deux enfants vont venir agrandir la famille d’Antoine et de Marie. Une fille tout d’abord, Joséphine Antoinette Rose le 19 juillet 1892 . Cette dernière se mariera le 20 juin 1914 avec un certain Sauveur André Georges Berbiguier. Deux ans après un garçon, Marius, le futur Poilu pointe le bout de son nez. Entre ces deux heureux évènements, le père a abandonné la farine pour la paille en devenant ouvrier en balais et la famille vit rue Saint-Joseph.

Au recensement de 1896, on retrouve les parents et les deux enfants, rue Saint-Michel.

La famille au complet en 1901…

…puis en 1906…

…quartier du Brout ou des Cabannes, où le père se déclare à nouveau « ouvrier en balais » chez Bourret. On peut penser qu’après avoir quitté la boulangerie, Antoine travaillera quelques terres et fera en parallèle quelques heures chez un patron d’une fabrique de balais. Ce que confirme le recensement de 1911:

Antoine est à nouveau ouvrier en balais.

Marius travaille donc à le ferme du Brout avec son père et attend que son service militaire soit passé pour choisir sa vie future. Comme tous les jeunes nés en 1894, il est appelé à la guerre en anticipation le 06 septembre 1914 au 2ème Régiment d’Artillerie de Montagne. C’est dans ce régiment d’artilleurs alpins que servira le frère de mon grand-père, mon grand-oncle Séraphin Guérin à partir du 25 août 1916. Il ne croisera pas Marius Roche puisque ce dernier  a été tué au combat onze mois plus tôt, le 25 septembre 1915.

Après les classes à Nice, entre Méditerranée et contreforts des Alpes, du côté de Luceran, voilà Marius qui rejoint la 50ème Batterie créée en avril 1915. Fin juillet 1915, direction les Vosges pour les 190 hommes, les 16 sous-officiers, les 4 officiers, les 19 chevaux et 91 mulets de la 50ème Batterie du 2ème R.A.M. Gérardmer puis la ligne de feu: le Reichakerkoff dont on a déjà parlé ici, le Kilbel, le Mittelberg, autant de sommets tenus par les Allemands que les artilleurs alpins pilonnent. Le 19 septembre, le train à nouveau pour la 50ème Batterie pour rejoindre Troyes et la Champagne. Un secteur connu, celui de Suippes, Perthes-les-Hurlus… L’unité doit y appuyer le 2ème Corps d’Armée Colonial.

Le 25 septembre, une demi-batterie, celle de Marius, est installée sur la route de Souain au Bois Carré et l’autre au sud de ce Bois Carré. Les artilleurs doivent appuyer l’attaque des fantassins mais comme celle-ci réussit à prendre une première tranchée allemande plus facilement que prévu, la batterie doit avancer pour se repositionner plus haut sur le front. Pendant son déplacement, elle est violemment prise à partie par l’artillerie allemande.

Plus loin, ce sont des mitrailleuses allemandes qui déciment artilleurs et animaux. Les hommes et les mulets tombent comme des mouches.

Les survivants doivet se replier en désordre. Bilan de cette journée…

2 morts, 19 blessés et 12 mulets tués ou blessés. Les deux morts…

…le Caderoussien Marius Roche et le Gardois de Montfrin Cyprien Biot. Ce 25 septembre 1915, Marius Roche était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Marius Léopold Roche de Mémoire des Hommes.

Marius Léopold Roche, matricule 430 de la classe 1914, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Marius Léopold un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Raoul Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Marcel Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Centième Poilu: Marcel Adrien Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Marcel Adrien Roche est né à Caderousse le 16 janvier 1895. Ses parents, Adrien Frédéric Roche et Augustine Félicie Dortindeguey se sont mariés au village dix mois plus tôt, le 11 avril 1894.  Ce sont deux enfants de Caderousse, nés en 1871 pour Adrien et en 1874 pour Félicie.

Adrien, fils de paysan, semble avoir suivi dans un premier temps les pas de son père puis est devenu boucher en reprenant le commerce de ses beaux-parents, eux-mêmes bouchers. Félicie met la main à la patte dans la boulangerie en servant les clients. Marcel, une fois sa scolarité terminée, suivra la même voie que ses parents ce qui faillit lui sauver la vie pendant la Grande Guerre. Faillit… seulement !

La boucherie est installée dans la Grand Rue.

En 1896, la famille compte trois personnes: Adrien, Félicie et leur premier enfant Adrien (Marcel) âgé de quatorze mois.

Une petite fille va venir au monde le 02 avril 1899. Prénommée Augusta Henriette Félicie, elle vivra longtemps, jusqu’en 1985, date à laquelle elle s’éteindra à Saint-Privat-des-Vieux, dans la banlieue d’Alès.

En 1909, le 12 février, Lucienne Marcelle complètera la fratrie.

La famille au grand complet, en 1911.

Il faudra attendre le 17 décembre 1914 pour que Marcel soit appelé par anticipation sous les drapeaux comme toute la classe 14. Son métier de boucher l’envoie dans la 15ème section des Commis et Ouvriers de d’Administration Militaire. Il faut bien nourrir tous ces hommes incorporés. Il s’agit d’un poste relativement à l’abri, éloigné du front.

Mais la guerre avance, les pertes humaines s’accumulent et le besoin de hommes se fait sentir. Marcel est alors affecté dans une unité combattante, le 16 janvier 1917, le 151ème Régiment d’Infanterie. Quatre mois après, il est versé « en renfort » au 265ème Régiment d’Infanterie. Le voilà bien loin du ravitaillement ! C’est dans les dunes des plages de la Mer du Nord que Marcel connaîtra son baptême du feu, vers Nieuport. Puis ce sera les Flandres et à nouveau la Mer du Nord en 1917, La Somme en 1918 puis Craonne.

On retrouve le 265ème R.I. en Champagne en octobre 1918. Les Allemands reculent mais offrent une résistance farouche.

 

On reconnaît en bas de la carte, le secteur de Suippes, Perthes-les-Hurlus… Sommepy…

où l’on s’est tellement battu de 1915 à 1918 que des villages détruits ne se seront pas reconstruits, que les terres ne seront plus jamais cultivées. Le front s’est certes un peu décalé vers le nord, à Saint-Pierre-à-Arnes, dans les Ardennes mais la lutte reste très farouche.

Le 8 octobre 1918, le Journal de Marche du 265ème raconte une attaque française, des tranchées ennemies conquises difficilement, des nids de mitrailleuses allemandes détruits grâce à l’intervention des blindés… puis une contrattaque allemande et le territoire gagné presque tout perdu…

 

Le texte est implacable: En résumé, en fin de journée, sur le front du régiment, la situation est sensiblement la même que la veille au soir.  En conclusion, une journée pour pas grand chose qui coûte tout de même…

…34 tués, 150 blessés et 34 disparus au régiment. Parmi les 34 morts, Marcel Roche, l’apprenti-boucher de Caderousse. Il était âgé de 22 ans et 9 mois.

Fiche matricule de Marcel Adrien Roche de Mémoire des Hommes.

Marcel Adrien Roche, matricule 883 de la classe 1915, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Marcel Adrien un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Marius Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Ludovic Roche

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-neuvième Poilu: Ludovic Albert Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Ludovic est né à Caderousse, à l’île du Colombier, entre Rhône et Aigues, le 01 juillet 1896. C’est le petit dernier d’une grande fratrie de six enfants… six garçons.

Joseph Pierre Roche épouse le 16 octobre 1873 Françoise Antoinette Maurin. Ce sont tous deux enfants du village. Le jour des noces, Joseph va vers ses vingt-neuf ans alors que sa promise a un peu moins de dix-sept ans. Une importante différence d’âge entre l’homme et la femme, une mariée très jeune mais ce sont des choses assez courantes à l’époque.

Ils s’installent quartier Fazende, à la Grand’Grange. C’est au début des années 1890 que les parents prendront une ferme plus près du Rhône pour travailler les riches terres agricoles de l’île du Colombier.

Rapidement un premier enfant paraît, Pierre Marius Louis né le 29 décembre 1874. Cinq autres garçons suivront jusqu’en 1896 et la naissance de Ludovic, au prénom étrangement moderne. Vingt-deux ans d’écart entre Pierre et Ludovic… nous ne pourrons vous présenter la fratrie au grand complet lors d’un recensement, les aînés étant partis quand les plus jeunes arriveront.

En 1886, quatre enfants sont là. Quelques repères sur leurs existences.

Pierre va se marier en 1899 avec une certaine Augustine Françoise Joséphine Roche de Caderousse, des Roche qui ne connaîtront pas de deuil par la guerre.

Jean-Paul Abel né le 07 février 1876 disparaîtra à l’âge de 9 ans et 10 mois, en 1895.

Marius Napoléon Hippolyte viendra au monde le 18 décembre 1877. Il prendra pour épouse Emilie Marie Millet en 1900, une nièce d’un de ses parents qui s’installa un temps à la ferme comme on peut le lire sur le recensement de 1896.

Marius Napoléon, on peut en déduire à la lecture ce prénom que Joseph ou Françoise étaient certainement Bonapartistes !

Julien Martial enfin est né le 12 avril 1882. Le 02 février 1907, il unira son destin à celui de Julienne Paulia Sophie Perrin.

Céleste Jacques Jules est né le 14 avril 1887.

1901. Voici donc Ludovic Albert déjà âgé de 5 ans qui apparaît sur le premier recensement du XXème siècle. A noter que les recensements étaient systématiquement effectués lors du premier semestre.

En 1906, les trois aînés étant partis sous d’autres cieux, les parents ont pris des domestiques pour les aider dans leurs travaux quotidiens, à la ferme et aux champs, Fernand Garnier et Fernande Goudet, de très jeunes gens en âge de travailler, venus du Gard voisin. Dès quatorze ans, on était en âge de gagner sa vie.

En 1911, la famille s’est agrandie avec le retour de Julien et son épouse Paulia. Célestin s’est marié  à une fille de Codolet qu’il devait rejoindre en empruntant le bac à traille de l’Ardoise, juste à côté du fameux téléphérique des betteraves sucrières, témoin d’une modernité insoupçonnée. Il s’agit de Marguerite Marie Baptistine Arnaud qui a rejoint la ferme du Colombier et a mis au monde deux enfants, Gaston en 1907 et César en 1910. L’année suivante, le couple s’installera d’ailleurs à Codolet et après-guerre à Piolenc puis à Mornas.

Quand la guerre éclate en 1914, les quatre aînés Roche de l’île vont rejoindre l’armée, Pierre chez les Chasseurs à Pied, Marius un peu tard, fin septembre 1914, au 58ème R.I. d’Avignon ce qui lui sauvera la vie, Julien au 52ème R.I. de Montélimar et Célestin, l’ancien clairon au 163ème R.I. Il sera d’ailleurs rapidement blessé au col du Bonhomme le 15 août 1914 d’une balle dans le mollet gauche.

Ludovic encore éloigné des radars des recruteurs de l’armée attendra le 10 avril 1915 pour rejoindre le 98ème R.I. et faire son apprentissage militaire. A cette date, son frère Célestin a déjà subi une seconde blessure. Remis de celle au mollet et de retour au front, il repart à l’hôpital après avoir pris un éclat d’obus sur le côté gauche le 31 octobre 1914 à Lihons.

Ludovic se retrouve au 44ème R.I. 1er Bataillon, 3ème Compagne, le 05 octobre 1916. Il s’agit d’un régiment venu du Doubs, de Lons-le-Saunier et Montbéliard. Cette unité tient le front en Champagne, du côté de la Main de Massiges…

…dont on voit toujours les doigts sur les vues aériennes de 2018. Bien que le secteur soit relativement calme, un mois plus tard, le Journal de Marche du 44ème de Ligne nous apprend que Ludovic est le seul tué de son régiment le 09 novembre 1916.

Une balle perdue ou un éclat d’obus ? Le 09 novembre 1916, Ludovic était tout juste âgé de 20 ans et 4 mois.

La guerre n’en est pas pour autant finie pour ses frères. Julien partira pour le front d’Orient le 17 janvier 1917 et y restera dix-sept mois, jusqu’au 09 juin 1918, un lointain voyage pour le petit paysan de l’île du Colombier. Célestin connaîtra une troisième blessure, le 28 mai 1918. Puis comme bien des Poilus, il contractera la grippe espagnole doublée de complications pulmonaires le 09 octobre 1918, ce qui l’enverra à l’hôpital jusqu’au 25 novembre 1918, deux semaines après l’Armistice. Pour ces trois blessures, deux maladies, il recevra deux citations et la Médaille Militaire.

Fiche matricule de Ludovic Albert Roche de Mémoire des Hommes.

Ludovic Albert Roche, matricule 1092 de la classe 1916, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Ludovic Albert un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Marcel Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Auguste et Louis Roche (historique).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-septième et quatre-vingt-dix-huitième Poilus: Auguste Roger et Louis Joseph Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Auguste et Joseph rejoignent tous deux leurs unités respectives, le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon pour le plus jeune et le 38ème Régiment d’Artillerie de Campagne pour l’aîné. Il est certain que le cadet était de loin le plus exposé  non pas que les artilleurs aient été des planqués mais statistiquement, l’Infanterie connut le plus de pertes.

Auguste donc fut tué suivant ses papiers officiels le 30 octobre 1914 à Saint-Benoît, dans la Meuse, à l’ambulance, suite à des blessures reçues sur le front. Nous sommes, vous l’avez deviné car cela fait plusieurs fois qu’on le répète, dans ce secteur de Saint-Mihiel où tant de Vauclusiens et de Caderoussiens tombèrent les premiers mois de la guerre. Sauf que pour Auguste Roche, la date de cet écrit du Registre Matricule pose réellement problème.

Nous avons bien trouvé un Saint-Benoît dans la Meuse, Saint-Benoît-en-Woëvre, village proche de la commune de Vigneulles-les-Hattonchâtel, à l’est de Saint-Mihiel. Mais le 30 octobre 1914, ce secteur est totalement dans le camp allemand, le front s’étant stabilisé une grosse dizaine de kilomètres au sud de Vigneulles.

Le site Carto1418.fr nous positionne ainsi le front du 30 octobre 1914 et les lieux cités, Saint-Mihiel, Vigneulles et Saint-Benoît se situent au-dessus du niveau des chiffres des unités allemandes (rouges) le plus basse sur la carte !

Par contre, le 30 août 1914, Saint-Benoît est placé en arrière du front tenu par les troupes françaises, un front pas encore stabilisé.

De plus, la lecture du Journal de Marche du 58ème place cette unité dans le secteur du front le 30 août alors que le 30 octobre, il est positionné plus à l’ouest.

De deux choses l’une…
soit il existe un hameau, un quartier Saint-Benoît à l’ouest de Villette, Pierrefitte, Courouvre où étaient déployés les bataillons du 58ème R.I. le 30 octobre 1914, et il est très étonnant qu’on ne l’ait pas trouvé…

soit une erreur de transcription s’est glissée dans la copie de la date de décès d’Auguste. A l’époque, on écrivait 7bre, 8bre, 9bre, 10bre pour dire septembre, octobre, novembre et décembre en lieu et place de 9, 10, 11, 12 comme on le disait aussi et comme il est convenu de le noter maintenant. Cette erreur de transcription aurait offert 2 mois supplémentaires de vie fictive à Auguste. C’est plutôt cette hypothèse que je trouve la plus plausible.

Toujours est-il qu’Auguste décéda officiellement à l’âge de 30 ans et 7 mois ou 30 mois et 5 mois plus vraisemblablement.

Fiche matricule d’Auguste Roger Roche de Mémoire des Hommes.

Auguste Roger Roche, matricule 243 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Tout est plus simple pour raconter la fin de l’histoire personnelle de Louis Joseph. Artilleur au 38ème R.A.C. (C. comme Campagne),  il va apprendre la décès de son frère, au front, du côté de Mort-Homme, non loin de Verdun (si le décès a eu lieu en octobre; s’il est survenu en août, il était en pleine retraite du côté de Nancy, de retour de Lagarde).

1916. Pour le régiment nîmois d’artillerie, c’est l’enfer de Verdun que les artilleurs vont connaître. Il faut pilonner les positions allemandes, les batteries allemandes, fournir une protection par des tirs de barrage lors des attaques des fantassins français ou de l’avancée de soldats allemands.

Fin mai 1916, la 2ème batterie tire sur les tranchées d’Avocourt, un peu à l’est de Vauquois.

Louis est brancardier. Il fait équipe avec Pierre Albert Chiron de Carpentras, de la classe 1909, pour ramasser les blessés et les malades et les ramener vers l’ambulance. Le 31 mai, ils vont être grièvement blessé dans leur mission sanitaire par l’explosion d’un obus près d’eux. L’infirmier les accompagnant sera également touché. Le Journal de Marche du 38ème R.A.C. en fait état.

Si l’infirmier va y survivre, Pierre Chiron décèdera à l’ambulance 1/1 de Froidos, là même où ils ramenaient leurs copains,  le 1er juin 1916. Louis résistera une journée de plus puis mourra à son tour le 02 juin 1916. Il était âgé de 35 ans et 1 mois.

Fiche matricule de Louis Joseph Roche de Mémoire des Hommes.

Louis Joseph Roche, matricule 250 de la classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Auguste Roger et Louis Joseph un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Ludovic Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Auguste et Louis Roche (généalogie).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-septième et quatre-vingt-dix-huitième Poilus: Auguste Roger et Louis Joseph Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Les familles recomposées ne datent pas de notre modernité, vous allez le constater à travers ces quelques lignes biographiques sur les frères Auguste et Louis  Roche ! En effet, quand Pierre Roche, cultivateur né à Caderousse en 1845 et père des futurs Poilus épouse Marie Violon née à Sabran dans le Gard en 1846 et mère d’Auguste et Louis, il en est à ses troisièmes noces et son épouse à ses secondes ! Une différence toutefois par rapport à nos jours, ce sont des décès qui provoquaient des remariages.

Pierre Roche se marie donc une première fois avec Marguerite Marthe Arnaud en 1869 à Caderousse. Cette dernière lui donne un enfant Joseph Marius le 12 février 1870 mais elle décède cinq mois plus tard. Comble de malchance, l’enfant décède à son tour fin octobre de la même année 70.

Cinq années passent et Pierre Roche épouse en secondes noces une fille de Lapalud, Marie Elisabeth Bruguier. La cérémonie se déroule dans l’autre capitale des balais le 22 novembre 1875. Une petite Marie Rose vient au monde début septembre 1877 ce qui sera fatal pour sa mère. Marie Elisabeth décède le 30 septembre. Voilà donc Pierre Roche une seconde fois veuf !

A peu près à la même époque, Marie Miolon, la future Mme Roche, se marie avec un dénommé Pierre Marius Reynaud, originaire de Bagnols et cordier de son métier. Les noces ont lieu à Sabran. En 1875 nait un garçon prénommé  Marius. La famille vient s’installer à Caderousse où le père de famille décèdera en octobre 1878.

C’est le 05 avril 1880 que Pierre Roche prend pour épouse en troisième noce Marie Miolon. Un premier enfant, Louis Joseph, arrive rapidement le 19 avril 1881. Va suivre une petite fille, Marie Léonie en 1883 qui ne vivra qu’un peu plus de huit mois. Puis voici Auguste Roger, le second Poilu né le 23 novembre 1884.

Voici donc la famille recomposée en 1886, rue de l’hôpital côté gauche. Autour du couple des parents Roche-Miolon, on voit le fils de Marie, Marius Reynaud, les deux enfants du couple Auguste et Joseph et une invitée surprise, Rose Triat, âgée de 15 ans qui travaille aux balais comme son oncle et sa tante.

Dix ans plus tard, une petite Florentine Olympe nait en 1888 pour compléter la fratrie.

Louis loue ses bras comme manoeuvre. Il ne va pas tarder à être appelé par l’armée pour son service militaire. Du 16 novembre 1902 au 03 octobre 1905, il sera canonnier au 38 Régiment d’Artillerie de Campagne de Nîmes.

De son côté, son petit frère Auguste sera plus verni en ne restant qu’une année sous les drapeaux, en bénéficiant du fait d’avoir un frère à l’armée. Lui, ce sera l’infanterie à Arles au 58ème R.I. caserné en Camargue et en Avignon. Il n’y restera qu’une seule année, du 08 octobre 1905 au 18 septembre 1906.

Leurs obligations militaires passées, les deux frères vont prendre épouses à leur tour.

Tout d’abord Auguste va unir sa destinée à celle de Louise Mondan, une ouvrière des balais âgée de 22 ans le jour des noces, le 23 novembre 1907. Cette dernière aura la douleur de perdre son mari pendant la Grande Guerre, on y reviendra, mais aussi son petit frère, André Paul mort à l’âge de 21 ans à Oisy, dans l’Aisne, on en a parlé. De cette union vont naître deux enfants (au moins): Raoul Auguste Pierre le 05 mars 1909, rue de la Masse puis Andréa le 02 mars 1911, rue de l’Hôpital. Tous deux seront déclarés Pupilles de la Nation le 29 janvier 1919.

La famille d’Auguste Roche en 1911.

A cette date de 1911, les parents vivent seuls à Caderousse, leurs trois enfants s’étant mariés.

Florentine a pris pour époux Marius Frédéric Lazard à Caderousse le 04 avril 1908 juste avant Louis qui s’est marié avec Marie Léonine Bernard de Codolet. Après le mariage, le 1er août 1908, le couple s’est installé dans le Gard puis a déménagé à Chateauneuf-du-Pape en 1913 pour se mettre au service d’un domaine viticole. Il entraînera d’ailleurs son petit frère Auguste qui lui aussi quittera Caderousse pour Chateauneuf quelques jours après.

Dans moins d’un an, tout ce bel ordonnancement sera mis à bas avec la déclaration de guerre !

A suivre: Auguste et Louis Roche (historique)

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Henri Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt seizième Poilu: Henri Fernand Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Henri Roche est né le 14 novembre 1888 à Caderousse au quartier du Panier autrement appelé la Grand Grange. C’est seulement après le décès de son père que la famille nombreuse migrera dans l’île de la Piboulette.

Louis Ignace Roche, le père en question est un Caderoussien de souche né en 1854. Il se marie à Rasteau avec une fille de cette commune viticole, le 09 août 1882. Marie Thérèse Brès, la mariée, est un peu plus jeune que son époux, née en 1859. Le couple va s’installer dans une ferme à Caderousse et la famille va s’agrandir !

Au recensement de 1886, deux garçons sont arrivés: Marius Louis en 1884 qui vivra jusqu’à l’âge de 71 ans sans quitter le village et Adrien Pierre en 1886 qui prendra pour épouse Marie Pavier en 1920 mais décèdera avant son aîné, en 1947. On reparlera plus tard des parcours de Poilus des frères d’Henri.

Dix ans plus tard, en 1896, trois autres petits sont arrivés. Deux autres garçons, Henri à qui cet article est consacré et Albert Etienne né en 1891 qui vivra jusqu’en 1972, puis une première fille, en 1896, Valentine Marie Louise qui prendra pour époux un certain Fernand Emile Leyraud de retour de la guerre.  A noter que la mère de Thérèse, Rose Vainsin ou Vaintin est venue finir ses jours à Caderousse auprès de sa fille après le décès de son mari à Rasteau.

Dix ans de plus sont passés et la famille est au complet en 1906. Après quatre garçons, le couple a donc eu,  trois filles Valentine Marie dont on a déjà parlé puis Claire Paulia et Adrienne Anne. Paulia est née en 1900 et se mariera en 1921 avec Louis Justin Aubert. Elle vivra suffisamment longtemps pour connaître les deux premiers mois de la présidence de François Mitterrand ! Quant à la petite dernière, Adrienne née en 1902, elle vivra quinze mois de plus que Paulia. Mon propos ressemble à un énoncé de problème en mathématiques !

Faits remarquables, tous les enfants du couple Roche-Brès vivront jusqu’à l’âge adulte et la mortalité infantile ne touchera pas cette famille. Ce sera la Grande Guerre qui amènera le premier deuil dans la fratrie avec le décès d’Henri en 1914. Auparavant, le père de famille Louis Ignace aura quitté les siens, le 17 avril 1908 à l’âge relativement jeune de cinquante-quatre ans.

Marius n’est pas mentionné dans le recensement de 1906 car à cette date, il termine un service militaire réduit à une seule année en tant qu' »aîné d’une fratrie de sept enfants ». Après lui, Adrien effectuera deux années chez les Chasseurs à Pied de Villefranche-sur-Mer de  1907 à 1909. Puis ce sera autour d’Henri de goûter à la grandeur et aux servitudes de la vie militaire du 07 octobre 1909 au 24 septembre 1911 au 3ème Régiment d’Infanterie de Marseille. Enfin Albert appelé sous les drapeaux le 10 octobre 1912 sera sur place quand la guerre éclatera et fera donc sept années très loin de Caderousse. La lecture des registres matricules des Roche du Panier nous apprend que tous ces garçons étaient de petite taille, entre 1 mètre 51 pour Henri à 1 mètre 56 pour Adrien, contrairement à leur père Louis qui était bien plus grand avec son mètre 65.

Après 1908 et le décès du père, la famille a migré dans l’île de la Piboulette, à la Grange Neuve.

La fratrie est à au complet en 1911. Une petite Louise Roche apparaît tout en bas de la liste. Prudent, l’agent recenseur ne se risque pas à donner le lien de parenté entre cette dernière et la chef de famille, Marie Thérèse Brés… nous non plus ! Un neveu de Rasteau, Auguste Leynaud, âgé de 14 ans vient aider ses cousins à mener les terres. Cette petite remarque nous apprend que Valentine Marie Louise s’est uni en 1919 avec un des ses cousins de Rasteau.

A l’appel du tocsin d’août 14, Marius, Adrien et Henri rejoignent leurs unités, le 3ème R.I. pour Henri, au camp de rassemblement des réservistes de Toulon. Quatre jours de préparatifs et le régiment s’ébranle en train pour la Moselle via Avignon, Lyon-Vaise et Dijon. Le destin d’Henri Roche est tout à fait similaire à celui d’un autre Caderoussien, Léon Paul Victor Ferragut, de deux ans son cadet, soldat du 3ème R.I., disparu à Dieuze le 20 août 1914.

On peut aussi citer Lucien Henri Constance du même régiment tué à Coincourt le 14 août aux premiers coups de fusil reçus par l’unité. Ou encore Auguste Ambroise Aubert et Fernand Gonzague Pécoul, les deux premiers morts de la guerre de Caderousse tués à Lagarde le 11 août. Et Julien Joseph Martin disparu le 14 août à Moncourt. Lagarde, Coincourt, Moncourt, Dieuze… tous des bourgs de Lorraine allemande. Auguste, Fernand, Julien, Lucien, Léon et Henri, toutes des victimes de l’inconsciente stratégie militaire française se lançant dans des attaques inconsidérées face à des Allemands puissamment organisés en défense.

Ainsi, le 20 août, le 3ème R.I. voit d’autres régiments en pleine débandade…

… traverser ses lignes. Puis quelques heures plus tard, c’est à leur tour de se replier en catastrophe sous la canonnade des Allemands.

Bilan chez les fantassins du 3ème R.I…

… 6 tués et 524 blessés ou disparus ! Parmi eux Henri Fernand Roche disparu le 20 août 1914 à l’âge de 25 ans et 9 mois. Enterré par les Allemands au château de Bidestroff, il repose depuis à la Nécropole Nationale « Riche » en Moselle.

Deux de ses frères, Marius l’aîné et Albert le plus jeune connaîtront la captivité en Allemagne. Marius, soldat du 258ème R.I. sera pris à Saint-Mihiel le 27 septembre 1914 lors de combats où ont péri dix Caderoussiers en quinze jours. Détenu à Ulm, il retrouvera la liberté le 28 décembre 1918. Albert blessé en septembre 1914 à Saint-Dié, sera lui capturé dans le secteur de Thiaumont pendant la bataille de Verdun en mai 1916. Détenu un temps à Hanreln, il retrouvera son frère à Ulm et rentrera en même temps que lui à Caderousse.
Quant à Adrien, ce sera le héros de la famille: trois blessures dont une à la tête, une maladie, deux citations et une médaille militaire !

Fiche matricule d’Henri Fernand Roche de Mémoire des Hommes.

Henri Fernand Roche, matricule 330 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Henri Fernand un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Auguste et Louis Roche (généalogie).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE