Archives de Tag: Meuse

121 POILUS de CADEROUSSE, 121 DESTINS… Charles Félix AUBERT

121 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 121 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-unième Poilu: Charles Félix Aubert.

Lui aussi n’est pas inscrit sur le Monument aux Morts ni sur les plaques de l’église. Certes, trois Aubert dont on a déjà raconté le parcours y sont notés mais deux hommes portant ce patronyme ont été oubliés : Charles Félix et Clovis Frédéric. C’est par Mémoire des Hommes qu’ils ont été retrouvés et on peut y constater la naissance caderoussienne de Charles Félix Aubert.

 

Voici donc un autre Poilu ayant des attaches des deux côtés du Rhône, à Montfaucon et à Caderousse. A Montfaucon plus qu’à Caderousse, indéniablement ! Les archives gardoises n’étant pas accessibles au commun des mortels ne vivant pas dans le coin, je ne peux que remercier le travail de Charles Aubert alias acharles8 sur Généanet qui m’a permis de compléter les informations glanées dans le Vaucluse, plus ouvert à la modernité, entre autre et principalement, pour la fratrie des Aubert et pour la descendance du Poilu.

Charles Félix Aubert, certainement appelé Félix, est donc né à Caderousse le 05 août 1881. Ses parents sont fermiers au quartier de la Durbanne, non loin du Rhône. Clément Emmanuel Aubert né en 1840 comme sa mère Françoise Queyranne de six ans plus jeune, sont originaires de Montfaucon dans le Gard. Ils se sont mariés le 21 octobre 1868. De cette union vont naître douze enfants, de 1869 avec François Clément jusqu’à 1887 et François Marius Clovis Hugues, huit garçons et quatre filles. Quatre d’entre eux mourront en bas âge.

Les naissances auront lieu à Montfaucon au début puis à Caderousse, à la Durbanne, entre 1870 et 1883, période pendant laquelle Clément Emmanuel mène donc une ferme dans ce quartier en Vaucluse. Après cette date, le couple et ses enfants semblent être retournés vivre dans le Gard.

Charles Félix Aubert n’a donc pas vécu très longtemps à Caderousse, une poignée d’années seulement.

Il n’est âgé que de quatre mois sur le recensement de 1881 à Caderousse et la famille n’apparaîtra plus par la suite dans les listes nominatives du village, à commencer en 1886.

Le reste de sa courte vie, Charles Félix la fera donc à Montfaucon. Il est recensé par l’armée dans le Gard au bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit. Il va faire trois ans de service militaire entre le 16 novembre 1902 et le 23 septembre 1905 au 61ème Régiment d’Infanterie d’Aix-en-Provence. Quelques mois après son retour à la vie civile, il va épouser une fille de Montfaucon, Léa Marie Amédeline Guillaumont, le 27 juillet 1907. Avant son rappel sous les drapeaux, trois enfants naîtront de cette union. Les deux premiers Joséphine Clémentine et François Félix ne vivront que quelques jours. Elise Françoise Félicia née en 1911 atteindra l’âge adulte et lui donnera une descendance.

Rappelé le 03 août 1914 au 61ème R.I., Charles Félix passera le 04 septembre suivant au 58ème R.I. d’Avignon. On l’a déjà vu, ce régiment, engagé malencontreusement en Lorraine allemande dans des opérations hasardeuses a connu en août 14, une immense saignée au cours de laquelle ont d’ailleurs péri huit Caderoussiens. C’est l’explication de cette mutation. Il faut combler les pertes.

En 1915, le régiment combat en Champagne puis est cantonné à Reims. Il est envoyé sur Verdun où il arrive le 22 juin 1916 pour défendre l’Ouvrage de Froideterre à la Côte-du-Poivre sur le territoire de la commune de Louvemont, un des neuf villages rayés de la carte et jamais reconstruits, car situé au cœur de la bataille de Verdun.

Photo extraite du site Verdun-Meuse.fr

Les tranchées françaises d’ailleurs très médiocrement organisées…

…sont soumises aux bombardements allemands et aux attaques des fantassins. Sous ce déluge de feu et de fer, les ordres sont simples, il faut tenir.

Ce 05 juillet 1916, à un moment où la bataille de Verdun vacille toujours pour décider de son vainqueur, quelques hommes de la 7ème Compagnie du 58ème R.I. sont tués pour repousser des Allemands.

Parmi eux, Charles Félix Aubert de Caderousse et de Montfaucon. Il avait 34 ans et 11 mois.

Charles Félix Aubert, matricule 94 de la classe 1901, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule numérique des Archives du Gard. Le patronyme Aubert est encore bien présent dans le Gard et le Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Charles Félix un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Clovis Frédéric Aubert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

118 POILUS de CADEROUSSE, 118 DESTINS… Marius Cyprien MILLET

118 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 118 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dix-huitième nom de la liste: Marius Cyprien MILLET.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

« Trois Millet inscrits sur le Monument aux Morts de Caderousse, dans l’ordre alphabétique Félix Marius, Maurice Marie Joseph et Paul Joseph Marie…  » C’est ainsi que je commençais l’article sur les Millet du Monument aux Morts il y a quelque temps. Sauf qu’il y a bien quatre Millet inscrits sur le Monument dont deux Millet Maurice.

C’est la lecture de la plaque mémorielle posée dans l’église de Caderousse qui m’a interpelée.

Il y a bien quatre Millet. C’est Marius Millet qui a échappé à ma vigilance, un Marius devenu Maurice (bis) sur le Monument aux Morts du cimetière alors qu’à l’église cette erreur n’est pas commise.

Extrait de la troisième face du Monument aux Morts.

Marius Millet est né à Mornas le 12 mai 1884, de parents tout deux originaires de cette ville. Mais Casimir Toussaint Millet et Marie Antoinette Goumare sont aussi les parents de Félix Millet dont le nom figure sur le monument et dont on a déjà raconté sa courte vie. Car Marius est le grand frère de Félix. Il s’agit donc là de la neuvième fratrie de Caderousse qui vit au moins deux enfants emportés par la guerre. Pas la dernière !

La similitude des parcours de Marius et Félix ne s’arrête pas là. En effet, les deux frères arrivent à Caderousse en épousant deux filles du village, qui plus est, deux soeurs. Marius Cyprien épouse le 25 septembre 1909 Rose Augustine Baptistine Cuer et deux ans après, Félix se marie avec Marie Louise Marguerite Cuer.

Le 10 novembre 1910 naît une petite fille, Marguerite Rose Cyprienne à Mornas. Il semble que le couple Marius-Rose se soit installé à Mornas après leur mariage, pour continuer de travailler les terres familiales. Le rapport entre lui et Caderousse n’existe que par son mariage avec une fille du village, ce qui pourrait expliquer son oubli lors de l’érection du monument aux morts et de son ajout hors ordre alphabétique et la petite erreur de son prénom.

Marius Millet n’a pas fait de service militaire car il a été réformé en 1905 pour des problèmes oculaires, une dacryocystite chronique qui lui fait pleurer un oeil en permanence. Toutefois, neuf ans plus tard, cette infirmité ne pose plus problème à l’armée et Marius est appelé sous les drapeaux le 30 octobre 1914. Après une période de classes au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon, il est envoyé au front au 132ème R.I. le 14 mars 1915. Il ne lui reste alors que trois semaines à vivre !

Il est plongé immédiatement dans l’enfer de la bataille des Eparges, au sud-est de Verdun. Pour l’Etat-Major français, il faut déloger les Allemands des crêtes des Hauts de Meuse auxquelles ils s’accrochent. S’en suit une série d’attaques entre 17 février et le mois d’avril 1915.

Un rappel de l’ordre d’attaque dans le Journal de Marche du 132ème R.I. en date du 5 avril 1915.

Le 05 avril, l’attaque française est hachée par les défenses allemandes pas assez éprouvées par la préparation d’artillerie. Le territoire gagné ce jour est presque totalement perdu le lendemain. Le 7 avril, l’attaque programmée du 25ème Bataillon de Chasseurs à Pied est remise, faute de combattants valides et frais, l’unité étant arrivée en retard avec des hommes exténués. Toutefois des combats sporadiques se déroulent toute la journée avec bombardements des deux côtés. Le bilan de cette journée est tout de même sanglant: 15 tués, 102 blessés et 20 disparus.

Parmi les 15 tués de ce 7 avril 1915 au bois des Eparges figure Marius Millet. Il était âgé de 30 ans et 11 mois. Le lendemain, non loin de là mais derrière les lignes allemandes à Fresnes-sur-Woëvre, suite à un bombardement français sur une ambulance allemande où il était soigné après avoir été fait prisonnier, était tué l’écrivain Louis Pergaud, prix Goncourt 1910 et auteur de La Guerre des Boutons. Une victime célèbre de la bataille des Eparges.

La fiche matricule de Marius Cyprien Millet de Mémoire des Hommes.

Marius Cyprien Millet, matricule 288 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Millet est assez répandu en Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Marius un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: les plaques mémorielles de l’église de Caderousse.

Le bois des Eparges de nos jours porte toujours les stigmates de la guerre.

Photo de Roman Karpinski sur Google maps. 

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… François Claude TARDIVIER.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-treizième Poilu: François Claude TARDIVIER.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Un mystère pour commencer: on peut lire le nom de Tardivier Louis sur le monument aux morts mais également sur la plaque commémorative de l’église et dans les listes nominatives des recensements successifs. Pour l’état-civil comme pour l’armée, le Tardivier caderoussien mort pour le France se prénomme indiscutablement François Claude sans aucun Louis à l’horizon ! On peut penser que François Claude était connu par tous comme étant Louis dans le village sans que la raison soit arrivée jusqu’à nous. Ce n’était ni le prénom d’un ancêtre, ni celui d’un enfant décédé avant sa naissance. Alors nous allons vous proposer la biographie de François Claude Tardivier alias Louis Tardivier.

Il faut dire que François Claude était le fils de Claude François… Tardivier bien entendu, né à Caderousse en 1854. Ce dernier exerçait la profession de scieur de long. Singe ou renard, l’histoire ne le dit pas, les scieurs travaillant par équipe de deux, le singe se mettant debout sur les troncs équarris et le renard gardant les pieds sur terre. Par la suite, en prenant de l’âge, Claude François abandonna ce travail pénible et dangereux pour devenir cafetier ou limonadier comme on  disait aussi à l’époque.

Il épousa une fille du village en 1879, Marie Virginie Quintrand qui, fait rare, avait le même âge que lui ! De cette union naquirent deux garçons: Fortuné en 1882 qui vit le jour à Marseille et François Claude le 21 mai 1885 à Caderousse.

En 1891, la famille au complet et le père recensé comme scieur de long.

Dix ans plus tard, en 1901, les mêmes mais le père est devenu cafetier et est aidé dans sa tâche

par un journalier qui vit avec eux,  le jeune Isidore Thomas.

Une précision, alors qu’en 1891, la famille vivait en dehors des digues, chemin d’Orange, en 1901, le café de Claude François se situe sur le Cours est, devenu cours Aristide Briand, où ont toujours existé des bars et restaurants sous les platanes plantés vers 1860.

Sorti de l’école avec un niveau moyen, François Claude apprit le métier de pâtissier. Après son service militaire, il travailla chez Millet, boulanger-pâtissier.

Deux mots sur sa première période sous les drapeaux, du 07 octobre 1906 au 25 septembre 1908. Il n’ira pas très loin puisqu’il fut incorporé au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il en sortit avec un Certificat de Bonne Conduite.

Recensement 1911. Louis juste avant son mariage.

Puis François Claude se maria à Orange le 02 novembre 1912. Il épousa Thérèse Henriette Blanche Bourtiol, la fille d’un encadreur orangeois. Rapidement, le couple s’installa au Thor où François continua à exercer sa profession de pâtissier.  Eurent-ils un enfant ? Les registres numériques de l’état-civil de cette commune comme ceux de Caderousse s’arrêtent à 1912 !

Le 04 août 1914, François Claude rejoignit le régiment de réserve du 58ème R.I., le 258ème Régiment d’Infanterie. Si vous avez lu des biographies précédentes, vous pouvez deviner ce qu’il arriva à François Claude Tardivier alias Louis !

Cette troupe se retrouva dans l’enfer de l’attaque allemande de Saint-Mihiel au moment où se créa le fameux saillant qui persista pendant quatre ans. Et François Claude est tout simplement le huitième Caderoussien à trouver la mort dans ce secteur dans la seconde quinzaine de septembre. Citons rapidement les autres en recopiant ce qui a été écrit dans la biographie de Gabriel Rieu: Louis Pécoul mort le 16 septembre, Paul Julien tué le 20, Justin Miaille le 26, Eugène Cambe disparu entre le 20 et le 27, c’est au tour de Gabriel Rieu de ne donner plus aucun signe de vie à partir du 27 septembre. Maurice Millet et Henri Lazard disparaîtront respectivement les 28 septembre et 04 octobre. François Claude s’intercale dans cette liste funèbre entre Paul Julien Et Justin Miaille. Il disparut le 22 septembre 1914 du côté de Creux, Recourt-le-Creux certainement, dans la Meuse, croit-on dans un premier temps. Son corps sera finalement retrouvé le 03 octobre 1918 à Chauvoncourt au moment de l’avancée alliée suite à l’effondrement final du front allemand.

Le 22 septembre 1914, François Claude alias Louis Tardivier était âgé de 29 ans et 4 mois. Comme Louis Pécoul et Gabriel Rieu, il repose à la Nécropole Nationale « Vaux-Racine » de Saint-Mihiel.

Fiche matricule de François Claude Tardivier de Mémoire des Hommes.

François Claude Tardivier matricule 441 de la classe 1905, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Tardivier n’est pas un patronyme courant dans le Midi. Si toutefois quelqu’un reconnaît en ce Poilu un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… François Valon.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Paul Roux.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-cinquième Poilu: Paul Clair Roux.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Quel cruel destin que celui des quatre enfants du couple formé par Jules Dominique Roux et Pauline Madeleine Bonneaud. Quand en février ou mars 1916, ils vont apprendre la mort de leur fils Paul Clair du côté de Verdun, ils vont se retrouver seuls, sans plus aucun enfant. Heureusement, leur fils leur a laissé une petit-fils né de son récent mariage. Nous allons voir tout cela en détail.

Jules Dominique Roux est né à Orange en 1858. Il est ouvrier en balais quand il épouse fin janvier 1882 une jeune fille de Montfaucon dans la Gard, Pauline Madeleine de trois ans plus jeune que lui. Le jeune couple s’installe à Caderousse, à mi-chemin entre Orange et Montfaucon mais surtout dans un village aux nombreuses fabriques de balais où ils vont pouvoir trouver tous deux de l’emploi.

Voici donc la première apparition des époux sur les listes nominatives de la commune sur le recensement de 1886. Ils habitent rue de l’Hôpital. Ils ont déjà connu un premier drame après un premier bonheur: le décès d’une petite Julie Jeanne née en avril 1884 décédée en août 1886.

A cette dernière date, Pauline attend un second heureux évènement pour bientôt. C’est peut-être le décès de Julie Jeanne qui va emmener le couple un moment bien loin de Caderousse. En effet (et cela m’a posé quelques problèmes lors des recherches) le second enfant du couple, Julien Paul Clair, va naître à… Philippeville, en Algérie, le 20 janvier 1887. Pourquoi cette escapade ? L’envie de vivre une aventure dans les colonies ? La présence de parents ou d’amis là-bas ? L’appât de gains et d’une vie meilleure ? Toujours est-il que cette naissance en Algérie est indiscutable…

…mais que ce séjour algérien ne durera pas. En effet, en 1891, pour le recensement suivant, Jules et Pauline sont de retour à Caderousse…

…toujours rue de l’Hôpital, depuis un an puisqu’un autre garçon est arrivé, à Caderousse, un petit Paul Clair, venu au monde le 25 juillet 1890, Paul Clair Roux, le futur Poilu ! L’agent recenseur a bien noté les deux enfants du couple mais avec des renseignements fantaisistes pour les âges: 4 et 9 ans en lieu et place de 9 ans et quelques mois !

Un quatrième enfant, une fille, Marie Jeanne naît le 18 juillet 1895.

Sur le recensement de 1896, les trois enfants sont présents, la petite Marie quelques mois avant avant sa disparition car elle décède à cinq jours de son premier anniversaire, en juillet 1896.

1901, les garçons grandissent et Julien atteint l’âge de quitter l’école pour commencer à gagner sa vie.

1906, il n’est plus là ! Malheureusement, il n’a pas quitté la famille pour voler de ses propres ailes mais il est décédé à son tour, au domicile de ses parents, le 28 octobre 1902 à l’âge de quinze ans. Troisième drame pour Jules et Pauline !

L’heure du service militaire approche pour Paul mais lui va faire preuve d’originalité par rapport aux jeunes gens de son âge. Au lieu d’attendre la fin de cette période militaire pour se marier, il va en quelque sorte devancer cet appel et convoler en justes noces avec une jeune fille de Caderousse, Thérèse Antoinette David, le 19 novembre 1910. Les jeunes époux vivent sous le même toit que les parents comme l’atteste le recensement de 1911.

C’est aussi avant son départ pour l’armée que va naître le 08 août 1911 un premier bébé Julien (hommage à son frère aîné disparu) Justin. Deux mois plus tard, Paul est appelé au 55ème Régiment d’Artillerie de Campagne où, malgré le fait qu’il soit soutien de famille, il va rester deux années, jusqu’au 8 novembre 1913.

Moins de neuf mois après sa libération, il est de retour dans le même régiment après la mobilisation générale du 03 août 1914. Maître-pointeur, Paul est donc celui qui applique les ordres des supérieurs en réglant les tirs.

1916, Verdun, l’enfer de Verdun, le 55ème R.A.C. soutient l’infanterie tant bien que mal dans le secteur de Mort-Homme, au bois de Malancourt. Paul sert à la 6ème Batterie. Le 22 février, un obus allemand tombe sur celle-ci lors d’un échange de tirs.

Rouanet, l’un des servants de la pièce est tué sur le coup tandis que Paul Roux et Jullian sont grièvement blessés. Ils sont transportés à l’arrière à l’hôpital de campagne de Villers-sur-Meuse dans la Marne.

C’est là que Paul Clair Roux va rendre l’âme le 28 février 1916. Il est âgé de 25 ans et 7 mois. Il laisse un petit orphelin qui deviendra Pupille de la Nation par jugement du Tribunal d’Orange le 05 décembre 1918 et une veuve qui se vêtira de la tenue noire réglementaire des veuves de guerre.

Fiche matricule de Paul Clair Roux de Mémoire des Hommes.

Paul Clair Roux, matricule 971 de la classe 1910, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roux est très présent dans le sud de la France. Si quelqu’un reconnaît en Paul Clair un ascendant  direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Alphonse Auguste Ruat.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Adrien Claude et Joseph Roche (dans l’Histoire).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt quatorzième et quatre-vingt quinzième Poilus: Adrien Claude Auguste et Joseph Adrien Toussaint Roche (partie historique).

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Adrien Claude Roche est bien entendu le premier des deux frères à être appelé sur le front. Il rejoint le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon le 12 août 1914. Bien lui en pris puisque ce petit retard lui évita de se faire massacrer du côté de Lagarde, en Lorraine allemande, comme nombre de Poilus de ce régiment, essentiellement des Vauclusiens, de Gardois et de Buccorhodaniens.

De son côté, son grand frère Joseph Adrien, inapte au service armé au début du siècle ne vit l’Armée s’occuper de son cas qu’au mois de novembre 1914, le 11 d’ailleurs. La commission de réforme d’Avignon devant laquelle il dut passer découvrit, sans surprise, que sa hernie ne lui posait plus de problème, sans opération par ailleurs, et qu’il pouvait aller rejoindre un régiment d’infanterie, bien entendu. Ce fut donc le 02 décembre 1914 que Joseph entra dans une caserne pour la première fois, celle du 118ème Régiment d’Infanterie Territoriale… à Quimper, rien que cela ! A cette date, son petit frère Adrien n’était plus là !

A la lecture du Journal de Marche du 58ème R.I., il est fort probable qu’Adrien rejoignit le 58ème R.I. au front le 06 septembre 1914 avec 850 autres hommes rappelés comme lui. Les combats du mois d’août 14 avaient décimé cette unité et le besoin de forces neuves se faisait sentir.

 

A cette date, le régiment montait en ligne du côté Bar-le-Duc dans la Meuse. Là, une parenthèse s’impose dans notre narration. Le registre matricule d’Adrien est très incertain quant au sort de ce Poilu caderoussien. On y lit « Disparu le 08 octobre 1914 à Couvonges… » puis juste en dessous la solution de cette disparition: « Décédé le 8 septembre 1914 par jugement déclaratif du Tribunal d’Orange le 09 octobre 1920 ». On décida donc six ans et un mois plus tard qu’Adrien était mort le 8 septembre 1914, étant disparu corps et âme depuis cette date.

Pourtant, rien de notable n’est noté le 8 et le 9 septembre dans le Journal de Marche du 58ème. Mais le 10 septembre, c’est l’attaque des fantassins français…

… qui emplit de lyrisme le coeur du chef de corps qui y va d’un couplet enthousiaste…

… vite rappelé à la réalité par une note supplémentaire dans la marge annonçant que cette attaque avait coûté tout de même 240 hommes, mis hors de combat, blessés, tués ou disparus comme Adrien. A la date du 8 septembre 1914, Adrien était âgé de 33 ans et 1 mois.

Fiche matricule d’Adrien Claude Auguste Roche de Mémoire des Hommes.

Adrien Claude Auguste Roche, matricule 262 de la classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Après ce drame et même s’ils durent espérer longtemps que sa disparition n’était que provisoire, Claude et Thérèse Roche n’avaient plus qu’un seul de leurs quatre enfants en vie… Joseph Adrien Toussaint ! Et le voici à son tour se perfectionnant au métier des armes en Bretagne à partir de décembre 1914.

Le 1er mars 1915, il rejoignait une unité au front, le 23ème Bataillon de Chasseurs à Pied puis quelque temps après le 63ème Bataillon de Chasseurs Alpins. Des Alpins dans la Somme pendant l’été 1916, coin de France où le plus haut sommet ne doit pas dépasser une centaine de mètres !

Ce fut le 31 juillet que les Alpins débarquèrent du train à l’ouest de Saint-Quentin, à Maurepas, dans la Somme.

A partir du 20 août, les artilleries française et allemande se toisaient dans des duels sous lesquels les fantassins des deux camps, dans les tranchées, en étaient réduits à l’état de pions qui comptaient les points. Le 24 août, le duel se calma et ce fut l’attaque de l’infanterie pour reprendre quelques dizaines de mètres. Mais Joseph n’y participa pas. La veille, le 23, il avait été touché par un éclat d’obus au thorax et évacué vers l’arrière, vers une ambulance, à Cerise…

…comme on peut le lire sur ce récapitulatif des victimes du 63ème BCA sur la seconde quinzaine d’août 1916.

Il y décéda six jours plus tard, le 29 août 1916. Il aurait pu fêter quelques jours auparavant son 37ème anniversaire ! Claude et Thérèse Roche des Islons venaient de perdre le dernier de leurs quatre enfants.

Fiche matricule de Joseph Adrien Toussaint Roche de Mémoire des Hommes.

Joseph Adrien Toussaint Roche, matricule 639 de la classe 1899, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Adrien Claude Auguste et Joseph Adrien Toussaint leurs ascendants directs ou indirects, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Henri Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Marius MONNET.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-dixième nom de la liste: Marius Jean Léon MONNET.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Marius Jean Léon Monnet s’est tout d’abord appelé Arnaud Marius Jean Léon pendant le premier mois de sa vie. Il est en effet né le 11 juin 1882, fils naturel de Rose Marie Arnaud originaire de Caderousse née vingt ans plus tôt, elle-même fille naturelle de Marguerite Marthe Arnaud, décédée en juillet 1870.

C’est quand Rose Marie Arnaud épousa Léon Monnet au village, le 05 juillet 1882 que ce dernier reconnut Marius comme son fils légitime et que ce dernier prit son identité définitive. Léon Monnet né en 1860 à Caderousse était alors ouvrier baletier dans la fabrique Robert.

Le couple s’installa rue de l’Hardy et c’est là qu’on le retrouve, une vingtaine d’années plus tard, lors du recensement de 1901.

La famille Monnet recensée en 1901.

Léon et Rose travaillant tous les deux à la fabrique de balais de Jules Roux. Deux filles sont venus compléter la fratrie: Françoise Amandine née en 1888 et Augustine Henriette en 1891. Et Marius dans tout cela ? Il a maintenant 18 ans et a quitté le foyer de ses parents en allant travailler comme domestique  chez Prosper Rigaud négociant et son gendre Louis Gromelle propriétaire terrien.

Marius Monnet domestique chez Rigaud en 1901

Ce statut permettait aux jeunes de gagner leur vie en attendant que passe le fameux service militaire.  Marius allait être appelé sous les drapeaux le 16 novembre 1903, au 55ème Régiment d’Infanterie d’Aix-en-Provence. Trois ans d’armée et le voilà rendu à la vie civile le 18 septembre 1906. Il regagne alors le foyer de ses parents où on le retrouve en 1911, employé à la fabrique de balais comme son père.

La famille Monnet en 1911.

Les filles ont disparu toutes les deux. Rien de dramatique, elles se sont mariées: Augustine Henriette la plus jeune tout d’abord avec Anselme Félix Bouchet, un Caderoussier, en octobre 1907  puis Françoise Amandine trois ans plus tard, en novembre 1910, avec un Orangeois, Marius Louis Pinet. La famille va bientôt s’agrandir de petits enfants. Il ne semble pas que Marius ait eu le temps ou l’envie de prendre une épouse avant la déclaration de guerre.

Il fut rappelé le 11 août 1914 au 258ème Régiment d’Infanterie, la réserve du 58ème d’Avignon. Direction l’est de la France pour se porter au devant des Allemands.

La suite, on l’a déjà raconté quand on a évoqué la vie de Clair Marius Doux. Entre ce dernier et Marius, un destin similaire: même régiment, le 258ème RI, même lieu: Buzy dans la Meuse, à mi-chemin entre Verdun et Metz, même jour, le 25 août 1914, même destin: tué à l’ennemi lors d’une attaque inconsidérée des fantassins français sur des Allemands supérieurement organisés et armés. Terribles mitrailleuses allemandes hachant de pauvres soldats français déboussolés et début de sauve-qui-peut général des Compagnies devant des gradés impuissants leur demandant d’y retourner !

Ce 25 août 1914, cela faisait exactement deux semaines que Marius avait retrouvé son pantalon rouge et il avait alors 32 ans et 2 mois.

La fiche matricule de Marius Jean Léon Monnet de Mémoire des Hommes.

Marius Jean Léon Monnet, matricule 603 de la classe 1902, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Monnet est encore bien vivant dans le Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Marius Jean Léon un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: Henri Moutte.

4 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE

108 POILUS de CADEROUSSE, 108 DESTINS… Marius CHICORNARD.

108 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 108 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Trente-et-unième nom de la liste: Chicornard Marius Denis.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

Et dernier nom de cette première face, écrit juste derrière la palme de 1938… qui a disparu à Ancône lors du déménagement de la Mairie ! Marius est venu au monde le 23 juillet 1892 à Caderousse. C’était le second enfant du couple de Jean-Maurice Désiré Chicornard et Marie Joséphine Capdeville. Comme on pouvait s’en douter, l’aîné avait été prénommé Maurice comme son père.

Les parents étaient tous les deux des enfants de Caderousse. Le mariage avait eu lieu le 27 novembre 1889 et Maurice était arrivé le 08 août 1890. La famille était installée rue neuve, non loin de l’église Saint-Michel. Le père était ouvrier dans la fabrique de balais de Paul Roche. Il semblerait d’ailleurs qu’en 1911, toute la famille était employée dans cet atelier.

Au moment de son incorporation le 09 octobre 1913, Marius semblait avoir professionnellement obliqué dans une autre direction puisque l’armée lui donne le métier de coiffeur. Une autre manière de faire des tresses ! Quant à son frère Maurice qui survivra à la Grande Guerre, on en reparlera plus loin, il deviendra matelassier en 1925 puis fondera sa propre entreprise de fabrication de balais en 1937 avant de passer quelques mois à la Poudrerie de Sorgues au moment de la Drôle de Guerre.

Marius faisait donc partie de ces hommes qui se retrouvèrent les premiers sur le front face à des Allemands décidés en août 1914 car il était sous les drapeaux depuis le 09 octobre 1913 comme on l’a déjà dit. Ces classes 12, 13, 14 en questions furent décimées par une guerre à laquelle personne n’était préparé. Il servait dans l’infanterie au 3ème Régiment en caserne à Hyères.

Reversé au 203ème R.I., réserve du 3ème R.I., il était sur le front de la Meuse au début de septembre 1914. Il se trouvait à Issoncourt quand une attaque allemande tomba sur sa compagnie, le 10 septembre 1914. Longtemps, l’Armée ne sut pas trop ce qu’il advint à ce groupe d’hommes et leurs chefs. Sur le Journal de Marche de cette unité, on peut lire cette incertitude sur le sort…

…des 50 hommes concernés par cette attaque: tous massacrés ou prisonniers.

Une semaine plus tard, le 17 septembre, on croit avoir la solution.

On a cru voir le capitaine Pichon et le lieutenant Faure emmenés au milieu d’autres prisonniers… ! Il faudra attendre la fin de la guerre pour comprendre que Marius et ses camarades ne reviendraient pas d’Allemagne et que la première hypothèse, le massacre de la section, était la bonne. Le tribunal d’Orange du 09 mai 1920 fixa la date du décès de Marius Chicornard au 10 septembre 1914, disparu à Issoncourt, hameau du village des Trois-Domaines situé entre Verdun et Saint-Mihiel, à l’ouest du front stabilisé de 1915.

On ne sait si les siens le surent avant mais l’absence de toutes nouvelles à partir du 10 septembre 1914 ne devait guère les  pousser à l’optimisme. Surtout qu’à cette angoisse pour Marius se mêlait celle pour Maurice, le fils aîné sur le front depuis son rappel en août 1914. Le soldat musicien de 1911 à 1913 pendant son service militaire était devenu un soldat combattant. Il fut blessé d’une balle allemande dans le mollet droit le 20 avril 1917, blessure qui le laissa sur le flanc pendant un an et lui laissa des séquelles recevables à une pension d’invalidité de 10%. Maurice avait reçu auparavant deux citations en octobre 1915 pour une attaque héroïque sur une tranchée allemande puis la mise ne déroute d’une patrouille allemande venue espionner les Français dans le no-man’s-land.

Les médailles de Maurice ne durent guère consoler Jean-Maurice et Marie-Joséphine de la disparition de leur Marius à l’âge de 22 ans et 48 jours.

La fiche de Marius Chicornard de Mémoire des Hommes

Marius Chicornard, matricule 726 classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule (succincte) sur le site des Archives du Vaucluse. Si un descendant indirect reconnaît cet ancêtre (malgré que le patronyme Chicornard ne semble plus guère être présent dans la région), qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette courte biographie.

A suivre: Ernest Chirot.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE