Archives de Tag: ravitaillement

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Raphaël OUVIER.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-douzième nom de la liste: Raphaël Marius OUVIER.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Voilà un garçon naturalisé Caderoussier par la mariage ! En effet, toutes les recherches généalogiques sur Raphaël Ouvier nous mènent à Sorgues sauf, tout à la fin et un certain 19 juillet 1911, trois ans avant la déclaration de guerre, jour où il se marie à Caderousse avec Louise Raphaëlle Soumille, une fille du village née à Orange en 1893 et de treize ans plus jeune que lui. Comment a-t-il atterri derrière les digues ? Les hasards de la vie, peut-être son métier de maréchal-ferrant qui l’amenait quelquefois au village ? Peut-être des rencontres familiales ? Seuls des descendants pourraient nous le dire…

Raphaël est donc né à Sorgues le 5 octobre 1880 d’un père cultivateur, Michel Ouvier et d’une mère Rosalie Malzieu, sage-femme en 1880, originaire du plateau ardéchois, du hameau de Montlaur à Coucouron. Rosalie et sa mère également prénommée Rosalie descendront dans la vallée du Rhône à l’occasion de ces noces, célébrées à Sorgues le 11 février 1872.  Le jeune couple Ouvier-Malzieu s’installe au quartier de Ronquet en 1880. Bien vite naîtra une petite Marie Agricole à la fin de l’année 1972 puis, huit ans plus tard, Raphaël.

Devenu adulte mais pas encore majeur, Raphaël va devancer l’appel en signant un engagement de quatre ans en mairie d’Avignon, le 14 octobre 1898. Maréchal-Ferrant de formation, il est normal qu’il  rejoigne un régiment monté, le 11ème Dragons. A l’Armée, pas de période d’essai.. quand on signe un engagement, on ne peut se rétracter au bout de quelques semaines et on doit aller au terme de son engagement ! Raphaël ne le savait peut-être pas et il ne se présente plus à la caserne deux mois après le début de son service, le 13 décembre. Il devient donc officiellement déserteur un mois plus tard, le 14 janvier 1899, c’est-à-dire recherché par tous les gendarmes de France et de Navarre.

Il arrêtera de son plein gré cette période d’illégalité, le 23 mai 1900, soit un an et demi après le début de la cavale, en se présentant volontairement à la Gendarmerie d’Annemasse. Avait-il essayé de trouver refuge et emploi en Suisse ? En tout cas, retour à la case départ, la caserne des Dragons, le 26 mai tout en devant encore trois ans et dix mois à la Nation et à l’Armée. Mais auparavant, il va falloir payer pour cette petite absence et une condamnation à deux ans d’emprisonnement pour désertion à l’intérieur en temps de paix va tomber dans la foulée, le 6 juillet  1900. Raphaël sera transféré à la prison de Toulon le 24 juillet 1900 pour purger sa peine.

Par chance, une grâce ministérielle tombera le 27 décembre 1900 et le voilà de retour une troisième fois chez les Dragons  le 28 janvier 1901 pour  trois ans et neuf mois. Cela nous transporte au 14 septembre 1904, date à laquelle Raphaël est rendu à la vie civile après avoir accompli son contrat de quatre ans qui en aura duré… six ! Entre temps, il avait été muté au 13ème Dragons en avril 1904.

Retour à Sorgues puis emploi de voiturier en Avignon en 1909 avant ses noces à Caderousse en 1911 avec à la clé, un travail et une résidence à la ferme de ses beaux-parents Soumille. Pas pour très longtemps. Suivant le traçage de l’Armée, il retourne à Sorgues en 1913 puis il est noté sa présence dans le sud-Drôme à Suze-la-Rousse en 1914.

La guerre éclate le 3 août 1914 et Raphaël rejoint son unité, non pas le 13ème Dragons mais le 15ème Escadron du Train des Equipages Militaires. Il ne s’agit d’une unité de chemin de fer mais d’un escadron dont la tache est de ravitailler les troupes au front, autant en troupes fraiches qu’en munitions ou en intendance. Il ne faut pas oublier que les armées en 14-18 étaient essentiellement hippomobiles et la formation de maréchal-ferrant de Raphaël le destinait tout droit à une unité du Train.

Pour la petite histoire, c’est le 26 mars 1807 que Napoléon créa ses unités du train des équipages pour remplacer des prestataires privés beaucoup moins fiables.

 Raphaël va servir au 15ème Escadron puis au 3ème et enfin au 4ème ETEM. C’est le 08 août 1918 qu’il a été tué par un éclat d’obus, près de Dompierre-Maigneley dans l’Oise. La reprise de la guerre de mouvement rendait alors les missions des unités du train encore plus périlleuses.

Le 08 août 1918, Raphaël était âgé de 37 ans et 10 mois.

 

La fiche matricule de Raphaël Marius Ouvier de Mémoire des Hommes.

Raphaël Marius Ouvier, matricule 1512 de la classe 1900, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Ouvier est encore présent dans le Vaucluse, autour de Carpettes et dans la vallée des Vignères à Apt. Si quelqu’un reconnaît en Henri Joseph un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: les trois frères Pecoul (partie généalogie).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

La RETIRADA en CARTES POSTALES: LA VIANDE 12/18

Douzième carte de l’album-souvenir: Camp d’Argelès- Quartiers de viande qui vont servir à l’alimentation des Réfugiés (Campo de Argelès- Pédalos de carne que van a servir al aliments de los refugiados).

Le titre se suffit à lui-même. La viande était fournie en assez bonne condition mais le nombre de réfugiés était si important que ceux-ci vivaient de privation continue. Les bouchers venaient du camp et pouvaient être considérés comme des privilégiés parmi les détenus. Même des gars n’ayant jamais touché un couteau de boucher se portaient volontaires mais l’épreuve de la découpe laissait tomber le voile. Cela était vrai pour toutes les demandes d’emploi que lançait l’administration française.

1 commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 24 mars 1918

(JOUR 1330 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La une évoque le cas d’un des aviateurs allemands venus sur des Gothas bombarder Paris. Au retour, celui-ci a été abattu du côté de Thury-en-Valois dans l’Oise.

Voici à l’intérieur du Miroir, une vue de ces Gothas descendus…

…sur la page de gauche près de Compiègne et sur celle de droite, à Château-Thierry.

Quant à ce dirigeable en perdition,…

…il a été pris en charge par un sous-marin pour être ramené à bon port, scène se passant probablement une Méditerranée.

Sur cette page nous est présenté les deux extrémités du front occidental français:

En haut, une vue prise non loin de la frontière suisse et en bas, des tranchées creusées à proximité de la mer du Nord, peut-être en Belgique.

Dans les Vosges enneigées…

…ces alpins inaugurent une tenue camouflée les faisant disparaître de la vue de leurs opposants sur des étendues enneigées.

Quant à cet arbre…

…une bombe qui a explosé près de lui l’a transformé en palmier, toujours dans les Vosges, avec des alpins comme témoins.

La Russie vient de se doter d’une nouvelle constitution bolchévique.

On nous présente ces vues comme des clichés exceptionnels pris au moment où l’Assemblée Constituante prenait cette décision.

Les Poilus néo-zélandais passent à la vérification des dents.

On combat donc les Allemands et les caries chez les All Blacks.

Quelques vues de l’effort de guerre des Etats-Unis.

En haut, une employée des chemins de fer dirige un poste d’aiguillage électrique ultra-moderne.
En bas des trains transportent des millions de paquets de cigarettes aux hommes sur le front français.

En Mésopotamie, les Britannique continuant de chasser les Turcs.

En bas, des troupes hindous traversent Bagdad dans un sens tandis que des Chrétiens fuient les zones de combat en allant se réfugier au bord de la mer.

Enfin pour en revenir à la guerre sous-marine à outrance des Allemands, les Norvégiens ont mis au point ce sous-marin de poche pour sauver des équipages de cargos touchés par une attaque allemande.

1 commentaire

Classé dans Revues

La RETIRADA en CARTES POSTALES: LE PAIN 11/18

Onzième carte de l’album: ARGELÈS- Les camions de pain destinés aux Réfugiés (les camiones de pan destinados a los Refugiados).

Dans l’avenue longeant la plage et menant à rentrée du camp d’Argelès, un nombre impressionnant de camions militaires attendent pour livrer leurs cargaisons de pains avec les bennes remplies. Cette seule vue permet de comprendre l’ampleur du mouvement migratoire que fut la Retirada. Le pain était souvent le seul aliment que recevaient les internés. Si bien qu’un véritable marché parallèle se mit en place pour permettre aux réfugiés d’améliorer leur ordinaire. Parfois toléré, parfois interdit en fonction de l’humeur du commandant et des autorités et des incidents qui fatalement se produisaient. Surtout que les billets qu’avaient en poche les réfugiés étaient ceux de la République Espagnole et qu’ils étaient considérablement dévalués après la défaite militaire.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 03 février 1918

(JOUR 1281 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Image traditionnelle que la postérité (et la propagande) va garder pour illustrer cette période: le président du Conseil Georges Clémenceau en visite sur le front en Champagne. La légende du « père-la victoire » est en route. Elle est toujours tenace, plus que jamais en 2018, chez les commentateurs politiques actuels pour dénigrer ou encenser les avions des dirigeants d’aujourd’hui par rapport à ce qui se passait alors. Comme si on pouvait…

Comme hier dans J’ai vu, Le Miroir parle de la puissance des chantiers navals américains avec la création de celui de Newark. On y pose le premier rivet.

Par contre, le froid glacial tombé sur la côte est bloque l’approvisionnement en charbon de New York et plonge de nombreux américains dans la souffrance.

En Palestine, le temps semble plus clément. Les Britanniques s’installent sur les territoires d’où ils ont chassé les Turcs et réparent ce qui est vital à la vie des autochtones, les puits.

Sur le front occidental, un colombier qui accueille les pigeons destinés à porter les messages à l’arrière.

Les églises proches du front perdent leurs cloches quand les Allemands les occupent.

Pas du vandalisme pur, seulement le besoin de récupérer le bronze pour le fondre et construire de nouveaux canons.

Un grand dessin en page centrale du front italien.

On y voit les secteurs des diverses armées, les Italiens à gauche, les Français au centre et les Anglais à droite.

En Russie, les combats entre les tenants de l’ancien régime et les Bolcheviks (les Maximalistes disait-on à l’époque) sont violents et ont fait de nombreuses victimes dans le camp des révolutionnaires.

Ici on enterre les dépouilles des officiers maximalistes tombés au combat.

Là, on détruit les statues de l’époque tsariste.

Pour terminer, une manifestation patriotique pleine d’importance en France:

la célébration des combats de Villersexel en Haute-Saône de la guerre de 1870. Cette victoire de hommes de Bourbaki, le 9 janvier 1871 ne changea pas le cours de la guerre mais il est bon par ces temps difficiles de  se raccrocher aux souvenirs glorieux.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 27 janvier 1918

(JOUR 1273 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un texte moqueur accompagne cette photo à la une de J’ai vu. Il s’agit de Mme Litvinoff, l’épouse du nouvel ambassadeur de Russie à Londres, un indésirable. Par cette nomination, Trotsky veut prouver que même l’Ambassadeur est issu du peuple avec le nouveau régime.

A l’opposé, des troupes russes restées fidèles au Tsar arrivent sur le front occident pour combattre avec les Français et les Britanniques.

Puisqu’on parle de train, des wagons abandonnés près d’une tranchée prise aux Allemands il y a peu.

Les Allemands amenaient les trains au plus près des tranchées pour limiter la manutention des armes lors des ravitaillements.

Par contre, en Italie pour ces artilleurs alpins (ceux du 2ème RAM ?), c’est à pied qu’ils doivent rejoindre le front.

Les charges sont portées par des mulets, très résistants.

Toujours en Italie, la ville de Padoue a été bombardé par des aéroplanes autrichiens.

Des dégâts sur des édifices remarquables.

Echange de prisonniers entre Allemands et Anglais.

Ici, des blessés britanniques et des civils retrouvent la liberté mais aussi l’Amérique puisqu’ils arrivent à Boston en provenance de Hollande.

Il y a de la neige en hiver. Beaucoup de neige dans les Vosges.

Sur la ligne de front.

Sur le territoire de Metzeral.

Pas de neige à Jérusalem, en Palestine pour l’entrée d’Allenby dans la ville sainte.

Une mise n’en scène savamment réalise.

Par contre, c’est la boue que rencontrent les Canadiens sur la Somme pour déplacer ces obusiers.

Pour terminer, un autre tour aux Etats-Unis pour voir les matières d’entraînement des pilotes.

Des simulateurs de vol artisanaux !

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 12 janvier 1918

(JOUR 1258 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Victor Boret, ministre très important du Ravitaillement. Comme on peut le lire, ravitaillement est synonyme pour tous de restrictions, privations !

Le front italien où les Français ont pris les chose en main.

Des chasseurs alpins observent les positions autrichiennes par régler les tirs… de l’artillerie alpine, celle entr’autre du 2ème RAM, le régiment du grand-oncle Séraphin…

Les femmes remplissent les hommes partis au front. Ici, en Angleterre, dans un haras…

…on a inventé le mot « palfrenières » !

A Petrograd, les Gardes Rouges en position de combat.

Une véritable photo de cinéma qu’on croirait sortie d’un film d’Eisenstein !

Poster un commentaire

Classé dans Revues