Archives de Tag: Siège de Paris

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er juillet 1918

(JOUR 1429 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de ce numéro de J’ai vu, la bataille de Paris qui pourrait avoir lieu et la nomination du général Guillaumat (65 ans) comme chef des Armées de Paris ou la seconde bataille de la Marne en lieu et place du général Dubai (69 ans). Avec de tels âges, il ne faut pas s’attendre à ce que la stratégie militaire soit innovante.

Il faut dire (et on en a déjà parlé) que les Allemands sont aux portes de Paris, à Château-Thierry. Comme on le voit sur cette carte, la situation du front les avantage plutôt et défavorise des Alliés.

Scène de guerre:

Un voltigeur et un grenadier à l’assaut d’une mitrailleuse.

En Italie aussi, les Autrichiens ont essayé d’enfoncer la ligne de défense des Italiens avec leurs alliés en Vénétie mais ont échoué.

Des hommes en bataille non pas contre des ennemis mais pour tenter de dominer l’envol d’un ballon captif d’observation.

Et cela ne semble pas aller tout seul !

Double page centrale pour montrer l’état d’avancement des travaux  d’aménagement d’un réfrigérateur géant à Gièvres (Loir et Cher) par les Américains avec la participation de Chinois, d’Annamites, d’Espagnols, d’Africains. Cette installation permettra de ravitailler en viande fraiche les troupes américaines sur le front. A Gièvres était installé un immense camp américain pendant la guerre dont il ne reste que l’entrepôt des Alcools et l’aérodrome de Romorantin.

La page sportive de J’ai vu pour finir.

Le Belge Philippe Thys remporte la classique cycliste Tours-Paris. Mais pourquoi n’est-il pas mobilisé ? Thys a toujours affirmé qu’il est le véritable inventeur du Maillot Jaune dans le Tour alors qu’il est admis que c’est plutôt Eugène Christophe qui fut le précurseur.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

POSTER MDI en fil rouge de l’été- Le SIÈGE de PARIS en 1870.

DSCN3894

Le siège de Paris en 1870.

Un tableau misérabiliste montrant les souffrances des civils durant cet épisode de la Guerre de 1870 que Napoléon III avait imprudemment provoqué. Cette aventure militaire qui faisait suite à tant d’autres (guerre de Crimée, expédition au Mexique) fut un désastre pour la France. Elle entraîna la chute de l’Empire et le rétablissement définitif de la République. Elle eut aussi pour conséquence la perte de l’Alsace et d’un partie de la Lorraine. Enfin, ce fut effectivement une souffrance pour Paris à mesure que le siège se prolongeait. Jamais on ne mangea autant de rats dans la capitale et les pauvres animaux du zoo se terminèrent en viande de boucherie.

Les civils font la queue pour chercher quelque nourriture, la Garde Nationale et les troupes de marine défendent la ville face aux Prussiens, les canons tonnent au fond, achetés par les Parisiens eux-mêmes.  Cet épisode malheureux dura du 19 septembre 1870 à l’Armistice du 26 janvier 1871. Le mois de décembre fut particulièrement rude avec des températures tombées en dessous de -10°. Peu de nourriture et peu de combustibles. Plusieurs révoltes populaires éclatent, le 31 octobre 1870 puis le 22 janvier 1871, échouant toutes les deux pour une prise de pouvoir du peuple contre les militaires. Ce seront les prémices du mouvement du 18 mars 1871 commençant l’expérience sociale de la Commune de Paris.

Quelques tableaux qui ont peut-être inspirés l’auteur de l’illustration scolaire:

Bivouac_après_le_combat_du_Bourget,_21_décembre_1870

Bivouac après la bataille du Bourget le 21 décembre 1870

Ernest_Meissonier_001

Tableau de Ernest Meissonnier

parisassiegeadnchatillon

Tableau d’Alphonse de Neuville.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche