Archives de Tag: Guerre de 1870

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 13/15 la lettre du 23 juin 1871

Dans cette lettre reçu par Alexandre Dumon, on apprend qu’il a un fils qui vient de faire la guerre contre les Prussiens et qui a été fait prisonniers lors de ce conflit. C’est donc avant tout le père impatient de voir rentrer son fils qui a écrit au député de Haute-Garonne Paul de Rémusat. Ce dernier lui répond pour expliquer le retard pris pour le rapatriement des prisonniers de guerre, pour cause d’encombrement des voies de chemin de fer.

…le gouvernement se préoccupe très vivement de cette question (le retour des prisonniers) et chaque jour, des centaines, des milliers de prisonniers reviennent. Cela ne peut pas se faire aussi vite que chacun le désirerait car les chemins de fer sont encombrés et ne peuvent transporter chaque jour qu’un nombre limité de voyageurs. 

Il faut dire que le désastre français fut tel que pas moins de 371 981 hommes du rang et 11 810 officiers furent capturés par les Allemands auxquels on se doit d’ajouter 80 000 hommes de l’armée de l’Est ayant fui en Suisse et y étant retenus. Ce sont des chiffres considérables car environ 30% des hommes mobilisés dont beaucoup ne combattirent pas, furent fait prisonniers ! Pour mémoire, pour la Grande Guerre, le chiffre est de 7%.

A l’inverse, il n’y eut que 40 000 Allemands capturés par l’Armée française.

Cet afflux inattendu d’hommes en Allemagne causa bon nombre de problèmes aux Allemands. Pas moins de 242 villes durent accueillir des camps de prisonniers. Le statut des officiers était différent puisqu’il était semblable à une assignation à résidence.

18 000 hommes moururent en captivité. N’oublions pas qu’à l’impréparation allemande, à l’épidémie de variole qui ravagea les deux armées, cette crise se déroula par un hiver assez rigoureux. Les hommes commencèrent à rentrer à partir de la fin de la guerre, le 15 février 1871 et ces opérations de rapatriement durèrent jusqu’au 16 août 1871. Alexandre Dumon a donc encore quelques semaines à attendre le retour de son fils !

Dans sa lettre enfin, Paul de Rémusat termine en remerciant Alexandre Dumon pour les excellentes idées qu’il lui a envoyées sur les économies qui peuvent être réalisées. On en saura pas dans quel domaine mais cet Alexandre Dumon semble être une personne aimant donner des conseils à tous ses correspondants !

Paul de Rémusat (1831-1897) fut journaliste, collaborateur à la Revue des Deux-Mondes, député puis sénateur avant d’entrer à l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 03 février 1918

(JOUR 1281 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Image traditionnelle que la postérité (et la propagande) va garder pour illustrer cette période: le président du Conseil Georges Clémenceau en visite sur le front en Champagne. La légende du « père-la victoire » est en route. Elle est toujours tenace, plus que jamais en 2018, chez les commentateurs politiques actuels pour dénigrer ou encenser les avions des dirigeants d’aujourd’hui par rapport à ce qui se passait alors. Comme si on pouvait…

Comme hier dans J’ai vu, Le Miroir parle de la puissance des chantiers navals américains avec la création de celui de Newark. On y pose le premier rivet.

Par contre, le froid glacial tombé sur la côte est bloque l’approvisionnement en charbon de New York et plonge de nombreux américains dans la souffrance.

En Palestine, le temps semble plus clément. Les Britanniques s’installent sur les territoires d’où ils ont chassé les Turcs et réparent ce qui est vital à la vie des autochtones, les puits.

Sur le front occidental, un colombier qui accueille les pigeons destinés à porter les messages à l’arrière.

Les églises proches du front perdent leurs cloches quand les Allemands les occupent.

Pas du vandalisme pur, seulement le besoin de récupérer le bronze pour le fondre et construire de nouveaux canons.

Un grand dessin en page centrale du front italien.

On y voit les secteurs des diverses armées, les Italiens à gauche, les Français au centre et les Anglais à droite.

En Russie, les combats entre les tenants de l’ancien régime et les Bolcheviks (les Maximalistes disait-on à l’époque) sont violents et ont fait de nombreuses victimes dans le camp des révolutionnaires.

Ici on enterre les dépouilles des officiers maximalistes tombés au combat.

Là, on détruit les statues de l’époque tsariste.

Pour terminer, une manifestation patriotique pleine d’importance en France:

la célébration des combats de Villersexel en Haute-Saône de la guerre de 1870. Cette victoire de hommes de Bourbaki, le 9 janvier 1871 ne changea pas le cours de la guerre mais il est bon par ces temps difficiles de  se raccrocher aux souvenirs glorieux.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

POSTER MDI en fil rouge de l’été- L’évacuation de l’ALSACE en 1870.

Pourquoi MDI a-t-il mis dans les événements importants de l’Histoire de France aux XIXème et XXème siècles, le départ des Alsaciens-Lorrains des régions devenues allemandes après la défaite de 1871 ? C’était peut-être un événement notable au lendemain de la défaite quand les hussards noirs de la République (les instituteurs et institutrices) devinrent les vecteurs idéologiques de la « revanche ». Mais vers 1960 ?

DSCN3896

Montrer une véritable exode de population quittant Strasbourg, tête basse, pour rejoindre la France, c’est, non seulement sans grand intérêt mais historiquement faux. Il y eut certes une migration de population, surtout dans la partie de la Lorraine occupée mais ce fut bien souvent une certaine intelligentsia francophone qui quitta le pays, des patrons (comme Berger-Levrault),  des universitaires et des médecins, plus qu’une migration populaire. Certes Metz perdit la moitié de sa population au bénéfice de Nancy. Rien à voir avec ce qui se passa après l’Armistice de 1918 où plus de 200 000 « immigrés » allemands installés en Alsace-Lorraine après 1870 (beaucoup de fonctionnaires allemands) firent leur valise quand les Français revinrent. Une exode voulue et favorisée par les nouvelles autorités françaises mais certains revinrent en Alsace-Lorraine sur intervention du gouvernent américain.
Mais certainement wurtzele 1 (qui tient le remarquable blog https://elsasserwurtzle.wordpress.com/ qui mérite le détour tant ses articles sont intéressants et représentent un énorme travail documentaire) serait plus à même que moi de parler de l’évolution politique et des mentalités en Alsace-Lorraine de la guerre de 1870 au procès de Bordeaux.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été- Le SIÈGE de PARIS en 1870.

DSCN3894

Le siège de Paris en 1870.

Un tableau misérabiliste montrant les souffrances des civils durant cet épisode de la Guerre de 1870 que Napoléon III avait imprudemment provoqué. Cette aventure militaire qui faisait suite à tant d’autres (guerre de Crimée, expédition au Mexique) fut un désastre pour la France. Elle entraîna la chute de l’Empire et le rétablissement définitif de la République. Elle eut aussi pour conséquence la perte de l’Alsace et d’un partie de la Lorraine. Enfin, ce fut effectivement une souffrance pour Paris à mesure que le siège se prolongeait. Jamais on ne mangea autant de rats dans la capitale et les pauvres animaux du zoo se terminèrent en viande de boucherie.

Les civils font la queue pour chercher quelque nourriture, la Garde Nationale et les troupes de marine défendent la ville face aux Prussiens, les canons tonnent au fond, achetés par les Parisiens eux-mêmes.  Cet épisode malheureux dura du 19 septembre 1870 à l’Armistice du 26 janvier 1871. Le mois de décembre fut particulièrement rude avec des températures tombées en dessous de -10°. Peu de nourriture et peu de combustibles. Plusieurs révoltes populaires éclatent, le 31 octobre 1870 puis le 22 janvier 1871, échouant toutes les deux pour une prise de pouvoir du peuple contre les militaires. Ce seront les prémices du mouvement du 18 mars 1871 commençant l’expérience sociale de la Commune de Paris.

Quelques tableaux qui ont peut-être inspirés l’auteur de l’illustration scolaire:

Bivouac_après_le_combat_du_Bourget,_21_décembre_1870

Bivouac après la bataille du Bourget le 21 décembre 1870

Ernest_Meissonier_001

Tableau de Ernest Meissonnier

parisassiegeadnchatillon

Tableau d’Alphonse de Neuville.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 19 décembre 1915

DSCN2241

(JOUR 503 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un vue de la presqu’île de Gallipoli avec l’entrevue au Quartier Général Britannique entre un plénipotentiaire turc venu négocier un armistice pour enterrer ses morts. On le voit masqué pour ne pas qu’il se repère.

Non loin de là, une double page sur Salonique, un solide camp retranché et les renforts qui arrivent par la mer:

DSCN2244

En Albanie, ce sont des Italiens qui doivent se déployer pour aider l’armée serbe en débandade.

DSCN2243

Leur présence ainsi que celle de la Marine Française permettra à évacuer la majorité de l’armée serbe qui une fois reconstituée viendra renforcer le front d’Orient de Salonique.

En Afrique, la guerre se poursuit autour des colonies allemandes, principalement au Cameroun, où on nous montre des tirailleurs sénégalais en pleine action:

DSCN2242

On ose ici montrer un soldat français tué évacué par ses frères d ‘arme. Est-ce parce qu’on a affaire à des troupes coloniales ?

 Une double page explique l’achat d’armes aux Etats-Unis. D’un côté, les munitions qui arrivent par cargos entiers pour les pays de l’Entente…

DSCN2246

de l’autre côté, l’or qui a traversé l’Atlantique dans l’autre sens pour être placé dans les banques américaines pour payer ces armes mais aussi éviter qu’il tombe dans les mains allemandes en cas d’une offensive décisive:

DSCN2245

La presse en avait déjà parlé (et unmondedepapiers) également.

Pour terminer, des églises qui ici et là (Fresnes-en-Woëvre, Foncquevillers et Ypres), ont vu leurs clochers tomber à terre:

DSCN2247

Deux portraits, ceux du capitaine de Puybusque, distants de 45 ans l’un de l’autre.

DSCN2248

Jeune capitaine en 1870, vieux soldat en 1915.

On a parlé dans J’ai vu du lieutenant Vincy qui coula un sous-marin depuis son avion. Le Miroir nous présente son visage:

DSCN2249

Mais est-ce Vinney (J’ai vu) ou Vincy (Le Miroir) ?

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 9 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 402 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, une photographie de la répétition d’une pièce de théâtre jouée par les Poilus, dans un village ????? détruit. Quelques enfants sont spectateurs. La Guerre Photographiée avait dans un premier temps écrit le nom de ce village et la censure militaire est passée par là, dans la légende:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une visite de Lyautey (écrit Liautey) aux troupes africaines en Alsace, toujours dans la région de Thann, très certainement:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Lyautey était gouverneur général au Maroc et réputé proche des hommes qu’il commandait.

L’Alsace encore, à Thann toujours, pour cette prise d’armes simulée de petits réfugiés alsaciens dont s’occupe Hansi, le célèbre dessinateur, propagandiste de l’Alsace-Lorraine française.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Simulée également cette charge de soldats écossais, courant face au danger avec de larges sourires:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Et celui qui a légendé la photo n’a en aucun moment parlé d’une charge d’entraînement !

Des masques à gaz vraiment très rudimentaires équipent les servants de cette pièce de 90 d’une unité d’artillerie:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pas étonnant que les gaz aient fait autant de victimes au début du conflit.

En dernière page, une carte du front de l’est sur lequel on peut voir les troupes russes sur le reculoir:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En prenant soin de regarder la légende des 3 traits,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

on s’aperçoit que le double trait fin le plus à gauche (à l’ouest) est celui donnant la position du front en octobre 1914, le gros trait foncé est celui du 12 avril 1915 et le plus à droite (à l’est) en chemin de fer, est celui du 22 août 1915. Le recul russe est plus que conséquent, presqu’un effondrement !

Pour terminer, des vieux papiers, souvenirs de la guerre de 1870,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

des documents allemands permettant à un prisonnier de guerre français de rentrer en France, en 1871. Cet homme était M. Chol, adjoint au maire de Lyon.  De remarquables documents !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 14 janvier 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 164 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une première page avec un photo bien proprette d’une mitrailleuse anglaise « en action ». Il n’y a que celui qui écrit qui y croit.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La reproduction d’un journal des tranchées, du 108ème RIT… une belle trouvaille si l’on en dégottait un numéro de nos jours….

Des photos de groupes:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

à l’hôpital de La Réole, un groupe de blessés présentables… malgré quelques béquilles,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

devant l’église de Maixe, les hommes d’une unité territoriale certainement,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

le départ et le retour d’exercices pour un groupe de recrues (en tenues civiles) sous la conduite des Touristes Lyonnais, un club de marche… ce sera l’une des activités principales de ces jeunes gens quand ils auront retrouvé leurs unités.

Des destructions de guerre des Allemands dans leur retrait:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

du matériel ferroviaire, bien entendu.

Enfin deux vues d’une manifestation patriotique du Souvenir Français à Champigny (sur Marne certainement) qui se déroule tous les ans nous dit le rédacteur et qui vit en 1914 des centaines de milliers de Parisiens venir y participer. Cela semble évident pour celui qui écrit dans La Guerre Photographiée mais plus de 100 ans après, on doit faire quelques suppositions pour expliquer ces photos.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il doit donc s’agir de la célébration des combats de la guerre de 1870 qui vit la destruction du pont sur la Marne par l’armée française le 12 septembre, ce qui, combiné avec la mise hors-service d’autres ouvrages sur ce cours d’eau stoppa l’avancée allemande. Les tenues des participants et la végétation nous indiquent que cette manifestation n’eut pas lieu en septembre (en pleine bataille de la Marne) mais en décembre plus probablement.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y voit l’écrivain nationaliste Maurice Barrès harranguer la foule.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/00/Braun%2C_Adolphe_%281811-1877%29_-_Paris%2C_1871_-_Pont_de_Champigny-sur-Marne.jpg

ci-dessus un lien pour trouver une vue du pont sur la Marne détruit en 1870.

Poster un commentaire

Classé dans Revues