Archives mensuelles : juillet 2017

JEU: une soirée chez FRED avec les HEROES OF NORMANDIE (vendredi 28 juillet)

Soirée à 4 autour de HEROES OF NORMANDIE, un jeu de guerre dans le bocage normand en juin ou juillet 1944: Fred l’accueillant, Sylvain et en guest Janis venu s’essayer à un jeu de plateau.

Deux joueurs incarnent les Allemands (Sylvain et moi) et deux les Américains fraîchement débarqués (Fred et Janis). 8 unités de base pour chacun soit 32 groupes ou hommes plus ou moins costauds en attaque ou en défense, plus ou moins rapides… Les combats se jouent aux dés, en général un seul et quelques cartes ajoutent un peu de piment en modifiant les actions au moment où l’adversaire ne s’y attend pas.

But du jeu: occuper 2 bâtiments à la fin d’un tour sans qu’aucune unité adverse ne vienne contester cette suprématie (être en bordure de celui-ci).

7 tours de jeu et après l’assimilation des règles (au demeurant assez simples), environ 4 heures de combat pour une courte victoire des Américains sans qu’aucun camp n’ait pu s’installer durablement dans un bâtiment.

Bonne soirée.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Il y a 100 ans (presque) jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 29 juillet 1917

(JOUR 1092 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le roi d’Angleterre George V visite ses troupes sur le front. Avec le roi des Belges Albert il passe en revue sa garde d’honneur.

De la possibilité des chars d’assaut de tout détruire sur leur passage.

Les arbres de cette forêt n’y résistent pas.

L’institutrice Mme Pellequer de Quesmy, en territoire occupé par les Allemands a continué à faire la classe à ses élèves.

Une fois le village libéré, elle reçoit une médaille pour cet acte de résistance.

La ligne Hindenburg et une tranchée dévastée.

Pour faire comprendre à l’opinion publique que cette ligne de défense a été atteinte par les Alliés.

Le camp d’I… en Champagne.

Jadis occupé par des prisonniers allemands, il est maintenant envahi par des ânes venus d’Algérie employés au ravitaillement.

Quelques vues des festivités du 14 juillet 1917, à Paris…

Faubourg Saint-Antoine

A la Bastille et au boulevard Saint-Michel.

…et dans les territoires libérés:

A Ham (Ardennes) et à Nesle (Somme).

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans (presque) jour pour jour: J’AI VU du 28 juillet 1917

(JOUR 1091 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Nos amis les Russes révolutionnaires… pour l’instant. A la une de J’ai vu du 28 juillet 1917, le général russe Korniloff qui avance (suivant le journal) vers Lemberg, alors que …

… le Révolutionnaire Kerensky exhorte les soldats à la lutte. On en reparlera dans quelques mois.

Galerie de portraits:

 

L’aviateur Octave Lapize a été tué le 15 juillet 1917. Octave Lapize avait gagné le Tour de France 1910.

Quentin Roosevelt, un des fils du président Roosevelt, vient de s’engager dans l’armée américaine.

Tout comme un des descendants du général Grant, célèbre depuis la guerre de Sécession.

Une dernière image réjouissante:

Des néo-zélandais de l’ANZAC se baignent en mer du Nord, du côté de Nieuport, en Belgique.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: MATCH du 27 juillet 1937: Le TOUR 1937.

Les festivités au Parc des Princes après l’arrivée de l’étape à la une de ce Match du 27 juillet 1937: un gâteau offert par les Italiens à Vicini est partagé joyeusement par les rescapés de ce Tour de France.

Pas de vue du Parc bondé mais une belle photo en double page centrale du peloton traversant Poissy à vive allure, emmené  par les Français Lapébie et Cloarec. Contrairement à nos jours, la dernière étape est une vraie course et les coureurs ne musardent pas en chemin !

Les derniers coups de crayon de Pellos pour ce Tour 1937.

Henri desgrages, le directeur du Tour ramène à Paris les rescapés… mais le chainon manquant des Belges est resté à Bordeaux !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 27 juillet 1937: Le TOUR 1937.

L eTour s’est terminé dimanche 25 juillet au Parc des Princes sur la victoire surprise de Roger Lapébie qui trône avec son maillot jaune à la une du Miroir des Sports du mardi 27 juillet 1937. Une belle victoire même si beaucoup de suiveurs n’ont toujours pas compris la raison du retrait de l’équipe nationale belge à Bordeaux, alors que Sylvère Maes était toujours leader et plus que jamais parti pour confirmer en 1937 sa victoire de 1936 !

La fin du Tour en images…et en classements.

Comment cela se passe-t-il quand se courent des demi ou tiers d’étapes, pour les coursiers ? Un élément de réponse…

La douche collective improvisée dans les écuries d’un hôtel comme ici à Viré. Une autre époque !

Car des demi-étapes, il va y en avoir:

Etape La Rochelle-Rennes en 2 secteurs:

  • La Rochelle-La-Roche-sur-Yon soit 81 km en contre-la-montre par équipes, la France vainqueur donc Lapébie premier.
  • La-Roche-sur-Yon-Rennes soit 172 km en ligne, Paul Chocque encore une fois lauréat.

Etape Rennes-Caen en 2 secteurs:

  • Rennes-Viré soit 114km en ligne, vainqueur Passat.
  • Viré-Caen soit 59 km contre-la-montre individuels, vainqueur Amberg.

Et pour terminer ce Tour… Caen-Paris, un rallye de 234 km tout de même, remporté par Vissers devant Puppo.

Le classement final du Tour 1937:

Un Tour terminé par seulement 46 coureurs.
Le podium: 1- Lapébie 2-Vicini 3-Amberg… 4-Camusso 5-Marcaillou 6-Vissers.

En image…

De gauche à droite 6-5-4-1-2-3.

L’image d’Epinal du jour:

Le vélodrome du Parc des Princes comble avec cette foule dense dans le virage.

Une dernière vue de la course:

La dernière côte du Tour, celle de Coeur-Volant entre Saint-Germain et Versailles dans le riche ouest parisien dans laquelle Lapébie se fait un petit plaisir devant Vicini.

Et le dernier coup de crayon de Red, le dessinateur humoristique du Miroir des Sports, confrère et non concurrent de Pellos !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 23/25 SYLVÉRÉAL

Sylvéréal, petit hameau de la commune de Vauvert, dans le Gard, au bord du Petit Rhône, non loin de la mer. Sur l’autre berge de ce Petit Rhône, la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer avec les hameaux du Mas des Jonquières et Sénébier.

L’histoire du bac de Sylvéréal est étroitement lié à celle des ponts sur le Petit Rhône qui se succédèrent depuis la fin du XIXème siècle dans ce secteur.

Suivant Henri Cogoluènhe dans sa thèse sur les bacs du Rhône, un fort fut construit à Sylvéréal en 1210 pour contrôler le sud du Petit Rhône. Une traille est attestée en 1831 mais certainement installée antérieurement.

Pas de trace de cette première traille même si on sait qu’elle était implantée une centaine de mètres en amont du pont actuel.

Le premier pont qui remplaça la traille fut un recyclage intelligent du pont de barques de Saint-Gilles, lui même remplacé par un pont suspendu. Les 13 barques supportant le tablier furent donc installées à Sylvéréal en 1893.

Le passage d’une manade sur ce pont de barques.

La route dut plusieurs fois être refaite pour l’adapter à la circulation automobile. Mais les crues du Rhône mettaient souvent à mal les barques jusqu’à cette tempête de 1930 qui l’acheva avec la perte de 6 barques, soit presque la moitié du passage.

Photo extraite du livre « Camargue et gardians » de Carle Naudot (1948)

On construisit donc ce pont suspendu au début des années 1930…

…également traversé par une manade, emblème de la Camargue. Ce pont dura quelques 50 ans et dut être remplacé par un nouvel ouvrage dans les années 1980, un mont métallique qui enjambe toujours le Petit Rhône à Sylvéréal.

Un pont vert comme à Saint-Gilles.

Pendant les périodes de battement entre 2 ouvrages, la traille avait été remise en service pour continuer d’offrir ce service public des déplacements humains entre la Camargue et le Gard, enclavée entre les 2 bras du Rhône. On construisit donc une pile de traille en béton armé dans les années 1930, pile qui existe toujours, avec sa poulie sommitale. Elle est situé sur l’emplacement du bac ancien, une centaine de mettre en amont du pont routier.

Une traille que le loueur de canoë local ne se gène pas de privatiser à la belle saison pour y accrocher un très visible bateau orange, dénaturant un peu cet objet patrimonial.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie, Recherche

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 24 juillet 1937: Le TOUR 1937.

Le Miroir des Sports du samedi 24 juillet pour narrer les nombreux événements survenus entre l’arrivée à Pau et le départ de Bordeaux. Car il s’en est passé des choses ! Tout d’abord, la pénalité de Lapébie pour poussette et ravitaillement interdit. Puis ce fut une série d’incidents qui virent les français revenir sur les talons des Belges et Lapébie en premier lieu: une punition de quelques secondes pour Maes, un problème de passage à niveau fermé entre les Français échappés et les Belges poursuivants… A cela s’ajoutant une presse française poussant au chauvinisme, dont n’avait guère besoin le public soutenant son champion régional… tout cela aboutit au retrait de l’équipe belge à Bordeaux entraînant l’abandon du maillot jaune. Irrationnel ! Pourtant Maes possédait encore 25 secondes d’avance sur Roger Lapébie… mais… l’équipe belge était dans le train pour Bruxelles via Paris au moment où le Tour quittait Bordeaux pour La Rochelle !

Voyons cela en images.

A la une, Lapébie se rend au départ de cette étape donné au Quatre-Pavillons, sur la rive droite de la Garonne, entouré d’une foule de cyclos pédalants ou motorisés.

Auparavant, de Pau à Bordeaux, il y avait eu la traversée des Landes sous la canicule et sur cette route pavée digne de l’enfer du Nord !

La victoire du Français Paul Chocque à Bordeaux…

…qui se rafraichit en improvisant une douche artisanale !

Les classements à Bordeaux:

Le Tour repart pour La Rochelle ce qui permet au titre de présenter cette autre image d’Epinal du Tour de France: en double page centrale, le franchissement de la Dordogne par le pont métallique de Saint-André-de-Cubzac.

Un grand classique !

L’étape Bordeaux-La Rochelle avait été coupée en 3 tronçons pour muscler cette remontée vers Paris.

A Royan après les 123 km de Bordeaux-Royan, victoire de Bautz qui s’était fait remarquer au début de l’épreuve.
A Saintes après les 37 km de Royan-Saintes, on n’était pas parvenu à départager Braeckeveldt et Wengler classés donc ex-aequo.

A La Rochelle, sur le vélodrome, c’était Lapébie qui s’imposait sur Martano…

qui enfilait plus dignement le maillot jaune d’une étape qui s’était déroulée sans qu’aucun coureur ne le revête !

Poster un commentaire

Classé dans Revues