Archives de Tag: armes chimiques

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 22 juillet 1917

(JOUR 1085 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

L’As de l’aviation, Georges Guynemer montre au général Franchet d’Esperay l’avion sur lequel il a remporté tant de victoires ! Un avion orné de la fameuse cigogne. Au moment de la parution du magazine, Georges Guynemer n’a plus que 50 jours à vivre.

Un seule page sur l’entée en guerre des Américains.

Les Américains arrivent avec des hydravions. Les aviateurs posent après un entrainement.

La guerre est vraiment mondiale.

Ci-dessus, on voit un char d’assaut anglais observant les lignes turques du côté de Gaza, en Palestine. Nous sommes au pays de Lawrence d’Arabie. Il y a peu, nous avons raconté l’histoire de ce Poilu de Caderousse mort à Lodd en 1918.

Un autre Poilu caderoussier y est mort le 21 octobre 1915, devant ce fort de La Pompelle défendant Reims. Il s’agit de mon arrière-grand-père Adrien Guérin. Il ne fut pas le seul puisque un Sauvage connu le même sort, le même jour, victime des gaz allemands !


Trois vues de ce qu’il reste de ce qui fut un imposant ouvrage militaire défensif !

D’ailleurs, on se sert toujours des gaz asphyxiants comme sur cette grande photo en double page centrale.

Le nuage de gaz se répand sur la tranchée allemande et les Poilus allemands se rendent aux Français. Car pour les armes chimiques, les Barbares (on appelait ainsi les Allemands alors) ont été rejoints par les Civilisés !

Le Chemin des Dames et les grandes offensives de printemps, si meurtrières qu’elles entraînèrent des mutineries et la mise à la retraite de Nivelle.

 Ici, une borne de cette route s’est retrouvée dans une tranchée française, celle qui indiquait la commune de Cerny à 600 mètres.

Sur le front d’Orient, des troupes grecques combattent aux côtés des franco-britanniques et des Serbes contre les Bulgares appuyés par des Austro-Hongrois et des Allemands.

Ici, en Macédoine, des gradés grecs interrogent des soldats bulgares faits prisonniers.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 1er juillet 1917

(JOUR 1064 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On expérimente encore des tenues étanches aux balles. Des armures de chevalier en quelque sorte ! Avec le même succès que les inventions précédentes.

L’entrée des Etats-Unis en guerre ne se fait pas sentir sur le front français proprement dit. Mais la presse en parle beaucoup, comme ici…

…un défilé militaire devant le colonel Roosevelt ou…

…ces publicités géantes à New York appelant les citoyens à souscrire à l’emprunt de guerre.

Paradoxe…

près du front, on dissimule un char sous de branchages pour le cacher à la vue des observateurs aériens.

Là, dans les rues de Londres,..

on parade avec des chars pur montrer les progrès des techniques militaires.

Le Miroir a souvent dénoncé les armes scélérates des Allemands et en particulier, les jets de liquides inflammables dans les tranchées adverses. Sauf…

qu’on est obligé d’en faire de même… ! Plusieurs photos, 2 de jour et une de nuit montrant l’utilisation de ces liquides par nos troupes sur les lignes allemandes.

Alors que ce front était calme depuis 1915, de nouveaux combats ont éclaté dans le secteur d’Ypres, pour la possession de la crête de Messines.

Des tirs ont eu lieu sur des ambulance (postes sanitaires avancés).

Le Linge ou Lingekopf dans les Vosges, et l’entrée d’un boyau avec panneaux indicateurs.

Là aussi après de très durs combats, la situation s’est calmée.

Poster un commentaire

Classé dans Revues