Archives mensuelles : avril 2015

La SAGA du TOUR DE FRANCE au VENTOUX. 1994: EROS POLI un rouleur au VENTOUX !

C’est en pleine période de domination de Miguel Indurain que le Tour revient au Ventoux en 1994. La nouvelle génération des français est emmenée par Luc Leblanc, Richard Virenque et Laurent Jalabert, absent en cette fin de course puisqu’éliminé rapidement sur chute dans le fameux sprint d’Armentières provoqué par un policier voulant immortaliser la scène en prenant des photos.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Miroir du Cyclisme a disparu et c’est Vélo Magazine qui est en tête de gondole de la presse cycliste spécialisée. Le titre appartient au groupe L’Equipe et n’a plus la qualité rédactionnelle du magazine défunt.

Le Tour passe donc au Ventoux à la fin de cette étape…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

partie de Montpellier, le lundi 18 juillet, mais ne s’y arrête pas. En effet, l’arrivée est fixée à Carpentras, au terme d’une descente par Malaucène. Pourtant propice aux attaques, la domination de Miguel Indurain sur la course est telle que la « bataille » du Ventoux n’aura pas lieu.

La surprise vient des caractéristiques physiques du vainqueur dont Vélo magazine se laisse aller à ce jeu de mots dans ce titre:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eros Poli, un coureur italien, est en effet très grand, 1,93m pour 84 kg, rien qui ne le prédestine à passer les cols d’une manière aérienne. Son succès est la conséquence de la mansuétude du peloton lui ayant laissé prendre 23′ 45″ au pied du vrai Géant de Provence. Avec une telle marge de sécurité, il put rallier le sommet avec presque 5 minutes d’avance sur Marco Pantani et retrouver un terrain favorable dans la rapide descente vers Carpentras.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une belle victoire pour un opportuniste, une montée « pour rien » pour les cracks avec cette image des meilleurs ensemble sur la Lune.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Miguel Indurain qu’accompagnent 4 Français: de gauche à droite, Luc Leblanc, Armand de le Cuevas, Pascal Lino (au fond) et Richard Virenque en meilleur grimpeur.

Le seul événement notable qui aurait pu changer la face de ce Tour sera l’embardée de Miguel Indurain dans la descente, 4km avant les sources du Grozon à Malaucène. Une belle frayeur pour l’Espagnol qui se rattrapa par miracle et ne chuta pas !

Les classements…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et les faits notables…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

d’un rendez-vous décevant au Ventoux, où nous étions allés avec ma fille Amélie et les cousins bordelais Laurie et Cyrille dont on a conservé quelques vues:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Laurent Brochard (à droite).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la foule des camping-car au niveau de la stèle Tom Simpson.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le grupetto emmené  par Ronan Pensec.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un autre grupetto moins actif.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

JEU: Après-midi AU COIN DU JEU du dimanche 26 avril 2015

Une première que cette « soirée » un dimanche de 10h à 19h pour Au Coin du Jeu. Cela tombait bien avec la météo plutôt automnale.
Nous y sommes allés vers 15h avec Ennio qui fut content d’avoir joué à pas moins de 8 jeux avec sa maman.

Pour mon compte, 2 parties de COLT EXPRESS commencées par la construction des wagons et de la loco du fameux train du Far-West, d’une boîte ouverte pour la circonstance par le Président.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

(images d’archive d’une soirée Ludivores)

Toujours sympathique mais toujours aussi chaotique !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 29 avril 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 269 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La revue ne se diversifie guère dans ses couvertures puisqu’il s’agit là du même gros canon présenté il y a une semaine à la même place. Difficile de faire son travail quand on dépend totalement des armées.

Les divertissements des soldats quand ils reculent à l’arrière proposent de tout. Pour le lectorat lyonnais de La Guerre Photographiée, celui-ci convient tout à fait.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Guignol aux Armées pourquoi pas ?

Des vues de tranchées…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

pour une partie de cartes…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

pour une décoration originale…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

pour des panneaux indicateurs tout aussi surprenants…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

pour des techniques d’observation artisanales mais protectrices.

Enfin, pour finir avec ce numéro peu original,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une école proche du front transformée en magasin de ravitaillement.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Des précisions et des coupures de presse sur LOUIS DELPECH et CAMILLE REVELIN.

Les Allobroges, quotidien communiste, commença de paraître à la Libération de la Drôme, en septembre 1944 jusqu’à ce qu’il soit absorbé par Le Dauphiné Libéré, un an plus tard. Le nom de Delpech et Revelin vont apparaître à plusieurs reprises dans les numéros de l’année 1945.

Joséphine Revelin, l’épouse de Camille Revelin, était très influente dans l’association U.F.F., l’Union des Femmes de France, organisation d’obédience communiste de la famille. On le lit dans ce renouvellement de bureau du 4 avril 1945:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y apprend qu’autour de Noël 1944, avait eu lieue une manifestation enfantine dont Les Allobroges font un compte-rendu dans le numéro du 3 janvier.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On peut y lire que Louis Delpech comme Camille Revelin avaient une fille chacun qui récita un texte. Celle de Revelin se prénomme Odette et a été adoptée. Le journal publia ensuite des erratas pour citer d’autres personnes présentes à cette réunion enfantine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Joséphine Revelin était à l’époque présidente de l’U.F.F. d’Ancone et forte personnalité, tançait poliment les personnalités locales qui n’avaient pas daigné se déplacer à cette après-midi festive.

Alors que les Prisonniers de Guerre et Déportés du Travail commencent à rentrer au pays, on en parlera en fin d’article, la triste nouvelle tombe pour Louis Delpech le 30 juin, dans ce petit communiqué:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Louis Delpech ne reviendra pas de Dachau. Roselyne Devin, une mémoire du village, se souvient qu’après ce drame, sa famille qui logeait à l’entrée du village près du pont du Meyrol quand il sort du tunnel du camp d’aviation, quitta Ancone pour la Côte d’Azur.

Quant à Camille Revelin, Les Allobroges ne parleront pas de son décès. Un Camille Revelin qui survit un peu par le prénom de son petit-neveu, taxi roulant bien connu au village. Ce dernier d’ailleurs ne connut jamais les faits qui entraînèrent l’arrestation et la déportation de son grand-oncle, la famille n’évoquant jamais ce sujet. Mme Revelin, de son métier matelassière, forte personnalité on l’a vu ci-dessus et que confirme cet autre article pour sa lutte contre le marché noir…

 SAMSUNG CAMERA PICTURES

avait souvent eu tendance à trop s’étendre sur des choses qui auraient dû rester confidentielles, surtout dans la période trouble de l’Occupation. Une fois son mari déporté, elle avait eu le courage d’essayer de le faire libérer en allant jusqu’en Allemagne. Sans succès. Camille Revelin est mort du typhus dans d’affreuse souffrance au camp de Neuengamme, situé a nord de l’Allemagne, proche de Hambourg. Voici quelques vues de ce sinistre lieu, implanté dans une région marécageuse, construit par les prisonniers eux-mêmes, vues extraites du livre de Pierre Brunet « Les Martyrs de Neuengamme- le camp méconnu… » paru en 1975.

VUE GÉNÉRALE DE NEUENGAMME

VUE GÉNÉRALE DE NEUENGAMME

PLAN GÉNÉRAL

PLAN GÉNÉRAL

UNE DES PORTES INTÉRIEURES SÉPARANT DIVERS SERVICES

UNE DES PORTES INTÉRIEURES SÉPARANT DIVERS SERVICES

CAMP DE NEUENGAMME

CAMP DE NEUENGAMME

Ce sont les derniers prisonniers de ce camp qui disparurent dans le tragique épisode du Cap Arcona, ce paquebot affrété par les SS pour aller les couler en mer du Nord mais que l’aviation britannique anticipa involontairement la catastrophe, croyant avoir affaire à des nazis essayant de s’échapper.

Le typhus est la maladie de la promiscuité et du manque d’hygiène dans des groupes humains importants: réfugies, prisonniers, déportés, victimes de catastrophes naturelles ou humaines. Déclenché par les rats et souris, il est transmis à l’homme et d’homme à homme par les puces et les poux. Il se caractérise par de fortes fièvres et des irruptions cutanées. Sans antibiotique, la mort est quasi certaine.

Pour terminer, quelques extraits de presse des Allobroges nous présentant ceux qui sont revenus, des prisonniers de guerre et déportés du travail de retour au village en ce premier semestre 1945:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans le numéro du 19 avril: Albert Mercier

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans celui du 15 mai: ceux de Henri Fabregoule, Robert Mandraud, Marcel Lauzun, Marcel Astier et Julien Hilaire

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans celui du 2 juin, le retour de Charles Froment.

Poster un commentaire

Classé dans Recherche

27 avril 1939: EULALIO FERRER raconte la vie au CAMP d’ARGELÈS

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

27 avril 1939.

Les nuits où il a du mal à trouver le sommeil, Eulalio entend les cris des hommes qui font des cauchemars en dormant. Des cris d’hommes qui se remémorent les dures scènes de la guerre qu’ils ont vécues. Ceux de Paco « le Catalan » qui parle de ceux qu’il a exécuté.

En pensant aux Paco qu’il connaît, il va voir Paco « Penacastillo » qui est coiffeur et qui peut officier de camp en camp. Il lui prédit une calvitie précoce, ce qu’il a pu constater aux touffes de cheveux qu’il perd tous les matins en se coiffant. Pour lui, c’est le contre-coup de toutes les émotions qu’il a connues. A la vue de photos du livre datant du mois d’août, le mal ne s’est pas aggravé mais sur celle ci-dessus, la calvitie est bien venue avec l’âge.

Ce Paco qui connaît donc tous les camps dit que le « Quartier Chinois » d’Argelès est le plus fourni mais le plus dangereux. Il raconte l’assassinat au couteau d’un homme par un Gitan, lequel Gitan avait déjà tué un Sénégalais. Il pense aussi que Franco sera renversé par les militaires qui décrèteront l’amnistie…

Eulalio nous apprend qu’il possède une collection de timbres qu’il a pu amener avec lui. Il recevait beaucoup de lettres de ses connaissances espérantistes. Dans le camp d’Argelès, le commerce  des timbres est contrôlé par les Catalans, les timbres servant de monnaie d’échange.

Il va voir un ami vivant avec sa femme et son fils dans le camp des familles. Il est impressionné par les provisions importantes possédées par cet Abelardo. Abelardo qui au début de la guerre partit sur le paquebot Christophe Colomb au Mexique à le recherche d’armes pour la République. Il en revint par miracle.

Un chapitre sur la cigarette. Eulalio a convaincu un ami atteint de diarrhées chroniques d’arrêter de fumer… Pour sa part, il a été dégouté par la cigarette à l’âge de 9 ans, quand, surpris par son maître en train de fumer à l’école, celui-ci le força de continuer de le faire, en classe devant tout le monde. Honteux et ayant la sensation d’être intoxiqué, il ne toucha plus au tabac.

Dans l’après-midi du 27, les hauts-parleurs du camp ont diffusé un concert donné par des chanteurs de sa Montagne de Cantabrie. Grand moment d’émotion en écoutant ces voix en se souvenant des paysages de là-bas.

Il dit avoir appris à jouer aux dominos grâce à un ami et commence à bien se débrouiller.

A suivre le 1er mai…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

LOUIS DELPECH et CAMILLE REVELIN, 2 DÉPORTÉS honorés sur le MONUMENT aux MORTS D’ANCONE

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Quatrième volet sur les Morts Pour la France du Monument d’Ancone, les  MORTS EN DEPORTATION :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

DELPECH LOUIS et REVELLIN CAMILLE.

L’un comme l’autre ne sont pas des Anconnais de souche mais ils résidaient sur la commune pour leur travail et c’est à Ancone qu’ils ont été arrêtés.

 Quelques recherches sur Internet et une visite au mémorial de Mirmande permettent de recueillir des éléments sur le parcours et les souffrances endurées par ces deux hommes.

.

LOUIS DELPECH

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une rue d’Ancone menant vers Montélimar a été baptisée à la fin du siècle du nom de Louis Delpech.

« Et la liste des personnes appréhendées à Montélimar enfle encore : le 21 juillet (1944) et dans les jours suivants, cinq radiotélégraphistes de la station météo d’Ancône sont appréhendés : Raoul Bonneau, 37 ans, Vendéen, le chef de centre, Paul Bonnier, 40 ans, du Pas-de-Calais, Robert Fouillet, 34 ans, Louis Delpech, Gardois de 44 ans, et Paul Henri Saumard, 46 ans, de Haute-Vienne. Ils sont accusés d’émettre clandestinement pour la Résistance.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La station météo de Montélimar de nos jours, peu différente de ce qu’elle était en 1944.

Tous sont morts durant l’hiver 1945 à Dachau ou ses kommandos de Melk et Ebensee, sauf Bonneau, libéré de neuf mois de souffrances à Dachau, qui mourra à l’hôpital Bichat à Paris lors de son retour. « 

Matricule au camp de concentration de Dachau : 72493

Delpech Louis

Sexe  M

Né le 12/06/1921 à Saint Thibéry (34)

Nationalité  F

Date de libération du camp 30 avril 1945 -Annexe où était détenu Louis Delpech: Allach.

Le 29 avril 1945 la 45e division d’infanterie de la septième Armée américaine libéra le camp. Malgré l’ordre donné par l’état-major allemand de tuer tous les prisonniers, la plupart des survivants purent être libérés.

 Le camp de Dachau est situé en Bavière, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Munich. C’est le premier camp de concentration créé par le III ème Reich, le 20 mars 1933. Il constitue ainsi le modèle de référence sur lequel d’autres camps ont été construits et ont fonctionné jusqu’à la fin de la guerre.

Allach : Ce très important Kommando du camp de Dachau fait travailler les détenus à différents projets et productions : d’abord pour une manufacture de porcelaine, ensuite pour la firme BMW, enfin pour différents chantiers de l’organisation Todt. Il compte jusqu’à 3 850 détenus. Il est situé près de Dachau et est créé le 17 mai 1944.

Delpech

Le nom de Louis Delpech apparaît en bas de la colonne de gauche sur cette plaque du Mémorial de Mirmande…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ainsi que sur le Monument aux Morts de Montélimar (colonne de droite au milieu)… la station météo où il a été arrêté est située sur le territoire de Montélimar. A noter également celui d’un compagnon d’infortune Raoul Bonneau (bas colonne du centre)

CAMILLE REVELIN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une place d’Ancone devant les écoles a été baptisée à la fin du siècle du nom de Camille Revelin.

Le 12 mai 1944, des résistants, « une vingtaine de personnes de classes et opinions politiques diverses » et pour des  « motifs inconnus », dit le rapport de gendarmerie, sont arrêtés par les Allemands à Montélimar : certains sont libérés, peut-être après un séjour à Montluc. D’autres n’échappent pas à la déportation.

Rose Liard, née à Marsanne, 53 ans, qui tenait un magasin de mode dans la Grand-Rue, cachait des réfractaires et fournissait des faux papiers, est déportée à Ravensbrück. « Avec une modestie et une simplicité sans égale, [elle] a hébergé presque quotidiennement pendant longtemps à toute heure du jour et de la nuit, tous les agents et chefs régionaux de la Résistance », écrit le capitaine d’aviation Vernier à propos de Rose Liard. Elle arrive au camp de Neue Bremm à Sarrebruck le 14 juillet. Elle poursuivra son chemin vers Ravensbrück où elle mourra le 30 mars 1945.

Les hommes, le docteur Clément Paul Jeune, 45 ans, originaire de Roynac, Fernand Mirabel, 46 ans, coiffeur dans la Grand-Rue, Paul Nègre, 32 ans, professeur venu des Basses-Alpes, Pierre Quilichini, 49 ans, originaire des Alpes Maritimes, contrôleur principal aux PTT, André Reboul, laitier de 22 ans, qui plaçait dans différentes fermes de la région des jeunes astreints au STO (Service du travail obligatoire), et faisait délivrer de fausses cartes d’identité, Camille Révelin, 42 ans, de l’Isère (Vienne), chauffeur à Ancône, Émile Roche, né à Sauzet, 52 ans, mécanicien, Félix Sodine, 51 ans, maçon né en Algérie, sont transportés à Neuengamme le 18 juillet 1944. Albert Retrou, 62 ans, voyageur de commerce originaire de Seine-et-Marne, arrêté le 3 juin à Montélimar, ira à Neuengamme.

Le Valentinois Pierre Colognac, 21 ans, pris le 5, est déporté à Dachau.

On devine à des immatriculations qui se suivent que certains ont tout fait pour rester ensembles. Reboul, Roche et Nègre reçoivent les numéros 37 220, 37 221 et 37 222. Après la quarantaine, presque tous seront dispersés dans divers komandos de travail.

 Seuls reviendront en vie Colognac, Reboul, Mirabel et Quilghini, libérés en avril 1945.

Jeune et Nègre meurent à Bergen-Belsen le 9 février et le 11 mars 1945. Retrou et Roche meurent à Neuengamme les 8 et 11 janvier 1945, Révelin, le 28 mars. Sodine transféré de Neuengamme au komando de Sandbostel y meurt le 4 avril 1945.

Transport vers le camp : parti de Compiègne le 15 juillet 1944

Matricule au camp de Neuengamme : 36833

Nom Prénom : Revelin Camille

Né le 15 juillet 1902

Lieu de naissance Vienne (38)

Sexe : M

Nationalité : Française

Parcours : F Bremen (Brême) -Farge *

Statut : Décédé en déportation

 * Dans le livre de Pierre Brunet « Les Martyrs de Neuengamme- Le camp méconnu.. » édité en 1975 par l’Amicale de Neuengamme, sous le titre « Sur le chantiers de la Kriegsmarine », on peut lire page 19: La kriegsmarine fut une très grosse mangeuse de déportés, car un nombre important de ses bases, surtout sous-marines étaient implantées dans la zone alimentée par Neuengamme… A Brême, lorsque les ports de l’Atlantique furent devenus inutilisables, une série d’installations fut entreprise. Dans l’immense chantier « Valentin » à Brême-Farge sur la Weser en aval d’une vingtaine de kilmètres du port hanséatique, 2 700 détenus furent condamnés à construire un immense bunker, refuge pour sous-marins puissamment betonné de 14 mètres d’épaisseur…Durement touché à coup de bombes de 10 tonnes par une violente intervention aérienne britannique, le vendredi-saint 1945 (le vendredi 30 mars), il ne fut jamais terminé. A cette date, Camille Revelin était décédé depuis 2 jours.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sur cette seconde plaque du Monument aux Morts de Montélimar apparaissent tous les autres noms des déportés décédés cités dans les 2 articles, sur la colonne du milieu: Raoul Bonnier, Paul Jeune, Rose Liard, Paul Nègre, Albert Retrou, Emile Roche, Henri Saumard et Félix Sodine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plaque-souvenir de Camille Revelin située sur le tombeau de sa belle-famille anconnaise Deloule dans le cimetière communal… tombeau dans lequel repose son épouse Joséphine, née Rollin.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A noter que l’orthographe exact du nom doit être Revelin avec un seul L.

Travaux de recherche et de rédaction par 

Michel et Thibaut MARMUS.

Sources :

– Musée virtuel de la résistance : http://www.museedelaresistanceenligne.org/ 

– Fondation pour la mémoire de la déportation : http://www.bddm.org/liv/index_liv.php

Poster un commentaire

Classé dans Evénements, Recherche

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 25 avril 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 265 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une couverture avec Joffre à une époque où l’on mettait en avant les chefs. Cela changera après la (seconde) guerre quand le Poilu sera remis au centre de l’Histoire grâce  aux travaux des historiens !

Comme Sur le vif du 24 avril, le Miroir consacre une page de 6 photos au village de Berry-au-Bac par où passe la ligne de front. des destructions, des tranchées…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Même chose pour le village des Eparges dans la Meuse qui a connu le même sort.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les Eparges qui connut de violents combats en 1914 et 1915, épisode que Maurice Genevoix contera dans un livre éponyme.

Dans une tranchée,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

un guetteur transmet des informations à un téléphoniste qui prévient l’arrière. A la pointe du progrès.

La bataille aux Dardanelles est rude pour les flottes française et britannique.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 18 mars 1915, le cuirassé le « Bouvet » a touché une mine flottante et a coulé en très peu de temps, 1 minute environ. Ce que l’article ne dit pas, c’est que  cela coûta la vie à 648 hommes du navire. C’est en portant secours à ce dernier (il y eut quelques 75 survivants) que le « Gaulois » fut à son tour mis hors de combat par un tir de l’artillerie côtière turque et son équipage partiellement évacué. Dans un premier temps sauvé, le cuirassé put rentrer à Toulon pour y être réparé. Il connut le même sort que le « Bouvet » en décembre 1916 en mer Egée, atteint par une torpille.

Sur une page, le Miroir présente des mots envoyés par les Allemands dans les lignes françaises pour inciter les soldats à déserter.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un mot pour inciter les Français à se retourner contre les Britanniques.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Deux autres pour demander aux troupes nord-africaines (Mahométanes) de se débander.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une affiche proposant une armistice…

Le journal parle également de l’Hartmannswillerkopf comme Sur le Vif. 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Trois vues, ces chasseurs alpins sous les sapins, des tranchées dans la neige… des moments de calme entre les combats.

Autre sujet déjà lu hier, le départ de la classe 16.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un départ plein d’entrain dit la légende. On peut lire un A Berlin écrit sur une porte d’un wagon.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce qu’il reste d’un avion allemand abattu par Roland Garros.

Enfin, ce numéro comporte un petit supplément de 4 pages parlant de la victoire des Russes sur les Autrichiens à Przemysl, ville située actuellement au sud de la Pologne. Les Russes assiégeaient la ville depuis octobre 1914. Elle tomba le 22 mars 1915 affamée par le blocus. La bataille de Przemysl fit 115 000 morts pendant cette période.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Revues