Archives de Tag: 1944

PONT SAINT-ESPRIT: une FLAMME qui allume la CURIOSITÉ.

Une flamme philatélique, c’est une petit encart publicitaire qui accompagne le timbre à date pour oblitérer les timbres. Ces petits rectangles sont collectionnés et présentent toujours un intérêt historique.

Celle trouvée dans la boutique Emmaüs d’Arles a tout de suite attiré mon attention. La voici !

Il s’agit d’un morceau d’enveloppe découpé. La lettre était partie en 1957 de Pont-Saint-Esprit dans le Gard. La flamme représente le fameux pont de pierre traversant le Rhône au niveau de la ville et datant de plus sept siècles. Le chantier commencé en 1265 fut achevé en 1309… 708 années d’existence et pas une ride !

Certes le pont fut un tantinet transformé quand arriva la navigation à vapeur sur le Rhône. De 21 arches, il passa à 20 car on détruisit les deux premières arches du côté gardois pour n’en faire qu’un en métal, qu’on appela alors l’arche marinière. Tout est dit !

Ci-dessus, cette arche marinière au début du XXème siècle prise un jour où le Rhône était en crue.

Mais revenons à notre flamme et regardons-la plus attentivement.

On voit très bien quelques-unes  des premières arches mais très bizarrement, le dessinateur a ajouté un pont suspendu. Que s’est-il donc passé pour que le vieux pont ait été un jour ainsi transformé ?

La réponse est simple… la guerre et les bombardements américains ayant accompagné le débarquement de Provence du 15 août 1944 ! Ce jour-là, les bombardiers US larguèrent des tonnes de bombes sur la ville, détruisant des rues entières du vieux bourg entraînant les décès de près de 50 habitants et anéantissant la fameuse arche marinière en métal du pont.

Plus d’arche marinière et donc plus de passage possible du Rhône en cet endroit pour quelques années.

En attendant la reconstruction, on installa donc un pont suspendu provisoire qui officia de 1945 à 1954…

…dont voici une vue extraite d’un site internet. En 1954, l’arche marinière fut terminée et le pont de Pont-Saint-Esprit rendu à la circulation.

La nouvelle arche marinière fut bâtie en béton armé ce qui rend une certaine unité au pont.

En 1957 date d’envoi de la lettre, la poste n’avait pas modifié sa flamme et annonçait toujours Porte d’Or de la Provence avec un dessin du pont mutilé.

En 1965, la Poste fêta le sept centième anniversaire du début des travaux du pont par ce timbre de valeur usuelle, travaux qui durèrent tout de même 44 ans !

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

JEU: une soirée chez FRED avec les HEROES OF NORMANDIE (vendredi 28 juillet)

Soirée à 4 autour de HEROES OF NORMANDIE, un jeu de guerre dans le bocage normand en juin ou juillet 1944: Fred l’accueillant, Sylvain et en guest Janis venu s’essayer à un jeu de plateau.

Deux joueurs incarnent les Allemands (Sylvain et moi) et deux les Américains fraîchement débarqués (Fred et Janis). 8 unités de base pour chacun soit 32 groupes ou hommes plus ou moins costauds en attaque ou en défense, plus ou moins rapides… Les combats se jouent aux dés, en général un seul et quelques cartes ajoutent un peu de piment en modifiant les actions au moment où l’adversaire ne s’y attend pas.

But du jeu: occuper 2 bâtiments à la fin d’un tour sans qu’aucune unité adverse ne vienne contester cette suprématie (être en bordure de celui-ci).

7 tours de jeu et après l’assimilation des règles (au demeurant assez simples), environ 4 heures de combat pour une courte victoire des Américains sans qu’aucun camp n’ait pu s’installer durablement dans un bâtiment.

Bonne soirée.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Un CARNET « de voyage » sur l’EXODE… mais pas à celui qu’on s’attend !

DSCN4193

A la lecture du titre de ce livre de Jacques Hervieu, quelque chose interpelle tout de suite, la juxtaposition du terme EXODE et de la date 1944. L’Exode, ce fut la fuite éperdue des populations du nord et nord-est de la France, des populations belges également, devant l’avance foudroyante de la Wehrmacht après le 10 mai 1940.

Qu’en est-il de cet exode que raconte au jour au jour l’auteur et qui se déroula en 1944 ?

C’est l’histoire de la vie d’une famille, en Normandie, à partir du matin du 6 juin, de cette douceur de vivre normande (même sous l’occupation) brutalement interrompue par des grondements lointains qui annoncent un terrible orage, celui du débarquement et de la libération de la France. Moments terribles à vivre pour les habitants de Normandie, au centre des combats, habités d’un sentiment qui oscille entre la joie de voir la liberté venir mais l’inquiétude de devoir se trouver au milieu de la tourmente. Vous pouvez lire le début de cette narration, ci-dessous.

DSCN4194

A partir de là, la vie des habitants du village de Periers va connaître un bouleversement sans nom. Au premier jour du débarquement, qui se déroule pourtant à une trentaine de kilomètres au nord-est du bourg, 25 km pour Sainte-Mère-l’Eglise, l’auteur raconte le moment où ils suivront en direct le largage d’une unité parachutiste dans leur secteur, action militaire américaine dont le but était de désorganiser les arrières ennemis. Mais cela, le grand enfant qui raconte ses souvenirs n’en a pas conscience immédiatement.

DSCN4195

L’intérêt de cette  lecture, c’est essayer de faire correspondre ce récit au jour le jour avec ce que raconte l’histoire de ce débarquement, en la comparant par exemple avec la carte interactive de l’avancée des troupes américaines (et  de quelques reculs aussi).

http://www.normandiememoire.com/fr_FR/content/view/id-63-progression-du-front

Le père décide rapidement d’éloigner sa famille du bourg principal et la première étape de l’exode passera par une grange familiale située à quelques kilomètres de là. Cela sauvera certainement la vie des siens car un terrible bombardement s’abattra sur le village, détruisant nombre de bâtiments et faisant de nombreuses victimes.

D’où cette narration quand le père et son fils retournent au village pour venir en aide à leurs anciens voisins.

DSCN4196

Puis, devant la dangerosité de la situation, la famille commence à se déplacer vers le sud du Corentin, trouvant refuge chez des habitants qui leur ouvrent sans compensation leur grange ou leur greniers à foin. Ainsi, ils vont passer quelques jours près de Montcuit où le père va jusqu’à faire construire un abri souterrain, une tranchée, dans laquelle la famille se réfugie quand l’orage métallique gronde. Les Allemands sont omniprésents, des colonnes montent au front sans arrêt sans que jamais d’autres n’en descendent ce qui fait conclure à l’auteur que les pertes doivent être considérables. Des Allemands qui provoquent quelques moments d’inquiétude malgré le fait qu’ils ne s’intéressent guère à ces malheureux civils. Jusqu’au jour où, le front se rapprochant, un gradé les houspille et les somme de s’en aller au plus vite… Ce qui surement leur sauvera la vie.

Nouvelle exode vers le sud… avec en bruit de fond la canonnade qui avance. Les enfants s’imaginent des scènes de combats comme dans les livres ou leurs jeux, guerre que, par chance, ils ne connaîtront jamais de très près.

DSCN4198

L’exode, la fuite se poursuit vers le sud… dans une carriole tiré par leur baudet Pompon, jusqu’aux environs de Saint-Hilaire-de-Harcouet, à Milly puis Lapent, à la lisière de la Bretagne, où les combats n’auront pas lieu, les Alliés longtemps en échec étant devenus suffisamment forts pour repousser les occupants et entamer leur marche vers la Victoire. D’ailleurs, au début de l’Invasion, quand le front ne progresse pas, les autochtones passent par tous les états d’âme qui vont même par moment à aller jusqu’à souhaiter la victoire des Allemands.

D’ailleurs, loin des combats, les gens sont beaucoup moins accueillants et regardent de travers ses vagabonds (maraudeurs dit l’écrivain) en guenilles. Ils n’ont pas changé de vêtements depuis le 6 juin et nous sommes alors fin juillet. Egoïsme, incompréhension, peur ordinaire de l’autre ou gens rencontrés peu intéressants ?

C’est le 3 août, en début de journée, que les Américains arriveront à Sainte-Anne-de-Buais, ultime étape de l’exode de la famille où ils sont arrivés quelques jours auparavant. Sans combat car les Allemands se sont repliés. La famille assistera à toutes les scènes traditionnelles de la Libération: le tocsin, les premiers chars, les uniformes -décevants (pour l’auteur) des Américains-, les chewing-gums et le corned-beef, le Camels militaires, les soldats noirs qui font peur à tous avec les histoires qui se racontent sur eux, le fils du boucher qui manque de peu d’être lynché car on lui reproche une incertaine collaboration passée avec les Allemands, chose que personne ne peut préciser mais qui n’empêche pas la populace de se défouler. Ce jeune aurait été tué sans l’intervention… des Américains……  Un jeune fuyard allemand abattu dans un champ de blé, sans procès après dénonciation de la même populace brutalement plus vindicative que quelques jours avant. Bref, il ne manque que les femmes tondues pour que le scénario de la Libération de ce coin de France soit complet! Le surlendemain, la scène est moins gaie quand le frère du narrateur saute dans un camion américain roulant en sens inverse, soulève une bâche en quête de cigarettes pour tomber… sur des cadavres sanguinolents !

Quelques jours après, c’est un GMC remontant vers Cherbourg qui ramènera la famille à Périers, plus de 2 mois après son départ en catastrophe. Alors commencera la reconstruction du domicile familial dans un village en ruines.

DSCN4191

Poster un commentaire

Classé dans Livre

Une CARTE d’AUDITEUR au PROTECTORAT de l’ÉTAT FRANÇAIS au MAROC

Une petite carte rose délivrée à un possesseur d’un poste de radio le 23 avril 1944.

DSCN0356

Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’une CARTE D’AUDITEUR En effet, au Maroc, à l’époque du Protectorat Français, comme en Métropole, quand  on était possesseur d’un poste de radio à la maison, il fallait le déclarer aux autorités. C’était le Ministère des Postes, des Télégraphes et des Téléphones qui s’occupait de  ce secteur d’activité.

DSCN0357

En effet depuis le 31 mai 1933, les postes de radio sont taxés. Cette redevance pour les détenteurs de postes récepteurs de radiodiffusion comme l’énonce la loi ne sera supprimée qu’en 1980.

Cette obligation de déclaration avait aussi l’avantage de contrôler qui était susceptible d’écouter la radio à une époque où la guerre se menait aussi sur les ondes. Par contre la carte a comme intitulé Protectorat de l’État Français au Maroc alors que depuis l’arrivée des Américains en 1942, Vichy n’avait plus le contrôle du territoire chérifien.

DSCN0358

En quatrième page, quelques rappels du règlement. On doit déclarer autant de fois que le nombre de postes de radio que l’on possède. On doit aussi déclarer à l’administration ses changements de domicile. C’est en présentant cette carte aux bureaux de l’Office que l’on paie la redevance. La vente ou la destruction d’un poste doit être bien sûr signalée. D’ailleurs, en bas de celle-ci, on lit que le propriétaire de cette carte a vendu son poste de radio en 1956.

 DSCN0357

En 1944, il en coûtait de 90 francs par an pour détenir un poste de seconde catégorie. Une somme loin d’être anodine !

NB: le régime de Vichy, dans sa frénésie de promulgation de lois racistes anti-juifs, décréta le 13 août 1941 celle de la confiscation des postes de TSF pour les Juifs (français ou pas, n’en déplaise à Zemmour).

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

RÉSISTANCE AOÛT 1944: un BULLETIN D’INFORMATION RONÉOTYPÉ pour une cellule du P.C.F.

Tiré à la machine à alcool, voici ceun bulletin d’information sur un papier pelure à destination des militants et résistants communistes parisiens. Ce document appartient lui aussi à la caisse Jean K.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

PREMIÈRE PAGE DU DOCUMENT

Au-dessous de ce titre:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

le rédacteur a cité des articles de journaux: le Pariser Zeitung du 20 juillet, les Isvestia du 18 juillet, la Pravda du 16 juillet. Ces dates nous permettent de dater ce document: fin juillet, début août 1944.

Les commentaires, même américains, vont dans le sens d’une détérioration de la situation des Allemands sur le front russe. Il faut bien remonter le moral des militants.
Plus loin…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

le long témoignage de presque 2 pages du général allemand Hofmeister. Prisonniers des Soviétiques, il retrace sa carrière militaire, tout le début de la guerre et pointe les erreurs des Allemands depuis la rupture du pacte germano-soviétique. Il insiste sur la valeur des combattants russes, il faut bien montrer le bien fondé de l’engagement communiste des militants ! Il ajoute toute son opposition au nazisme.

Autre article suivant ce témoignage, un autre intitulé Ni V-1. Ni V-2. Ni V-3. Mais V-4. L’article fait l’historique de ses armes terrifiantes, de la dernière qu’annonce le Reich… mais termine par la conclusion:

C’est cette dernière arme qui fera terminer la guerre de façon certaine, elle s’appelle: capitulation sans conditions.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

LA POLITIQUE INTERNATIONALE.

La libération de Vilno (lire Vilnus, capitale de la Lithuanie soviétique) est annoncée par la Pravda. Les Polonais attendent aussi l’Armée Rouge avec impatience tandis que Tito dans les Balkans est sur le point de chasser les Nazis. En Hongrie, l’article insiste sur la déportation de 400 000 juifs dans les camps de concentration et leur assassinat par le gaz et les fossés de chaux. Avant ces massacres, l’archevêque de Canterbury, via Radio-Londres, conjura les chrétiens hongrois de ne pas y participer.  Des plénipotentiaires hongrois avaient rencontré les Alliés à Ankara et avaient demandé que ceux-ci leur livrent des médicaments et des véhicules pour que ces Juifs soient transportés en Turquie, proposition rejetée par les Alliés car rien n’assurait que les véhicules servent bien à transporter les Juifs.

DE LA PRESSE ET DE LA RADIO AMÉRICAINE

DE LA PRESSE ET DE LA RADIO AMÉRICAINE

Des nouvelles du front de Normandie et de l’offensive de Montgomery vers Caen. En Italie, l’avancée des Alliés et la chute d’Ancona et Livourne. L’Armée américaine compte 7,7 millions d’hommes sous les drapeaux et la Marine 3,650 millions. 35 prisonniers de guerre britanniques ont été exécutés en Allemagne a annoncé Anthony Eden.

Revenons en France après ce point détaillé du conflit, assez proche de la réalité historique. Malheureusement, le document se dégrade beaucoup dans les derniers feuillets:

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

mais on comprend assez facilement le propos du texte: l’appel à la lutte armée et à l’unité de tous.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

IL FAUT S’UNIR, S’ARMER, SE BATTRE.

Appel de Maurice Thorez depuis Moscou, appel du Gouvernement Provisoire de la République à Radio-France pour les militaires quelque soient leurs situations, appel aux FFI, appel aux chrétiens après l’arrestation par les Nazis de 5 évêques en juin, appel d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie, action des FFI dans le sud qui ont détruit un convoi de carburant, action des FFI dans le port du Havre, assassinat de Georges Mandel par la Milice, Oradour avec cette info: « A Limoges où le clergé a protesté contre le massacre d’un village avec ses habitants, la Milice a jeté une bombe sur la chapelle »

Quant aux dernières parties NOUVELLES D’ALLEMAGNE (d’Italie et de Grèce) et NOUVELLES DIVERSES, l’état de conservation du document ne permet pas une lecture correcte.

11 pages ronéotypées… beaucoup de travail pour informer, motiver, libérer Paris…

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Des précisions et des coupures de presse sur LOUIS DELPECH et CAMILLE REVELIN.

Les Allobroges, quotidien communiste, commença de paraître à la Libération de la Drôme, en septembre 1944 jusqu’à ce qu’il soit absorbé par Le Dauphiné Libéré, un an plus tard. Le nom de Delpech et Revelin vont apparaître à plusieurs reprises dans les numéros de l’année 1945.

Joséphine Revelin, l’épouse de Camille Revelin, était très influente dans l’association U.F.F., l’Union des Femmes de France, organisation d’obédience communiste de la famille. On le lit dans ce renouvellement de bureau du 4 avril 1945:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y apprend qu’autour de Noël 1944, avait eu lieue une manifestation enfantine dont Les Allobroges font un compte-rendu dans le numéro du 3 janvier.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On peut y lire que Louis Delpech comme Camille Revelin avaient une fille chacun qui récita un texte. Celle de Revelin se prénomme Odette et a été adoptée. Le journal publia ensuite des erratas pour citer d’autres personnes présentes à cette réunion enfantine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Joséphine Revelin était à l’époque présidente de l’U.F.F. d’Ancone et forte personnalité, tançait poliment les personnalités locales qui n’avaient pas daigné se déplacer à cette après-midi festive.

Alors que les Prisonniers de Guerre et Déportés du Travail commencent à rentrer au pays, on en parlera en fin d’article, la triste nouvelle tombe pour Louis Delpech le 30 juin, dans ce petit communiqué:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Louis Delpech ne reviendra pas de Dachau. Roselyne Devin, une mémoire du village, se souvient qu’après ce drame, sa famille qui logeait à l’entrée du village près du pont du Meyrol quand il sort du tunnel du camp d’aviation, quitta Ancone pour la Côte d’Azur.

Quant à Camille Revelin, Les Allobroges ne parleront pas de son décès. Un Camille Revelin qui survit un peu par le prénom de son petit-neveu, taxi roulant bien connu au village. Ce dernier d’ailleurs ne connut jamais les faits qui entraînèrent l’arrestation et la déportation de son grand-oncle, la famille n’évoquant jamais ce sujet. Mme Revelin, de son métier matelassière, forte personnalité on l’a vu ci-dessus et que confirme cet autre article pour sa lutte contre le marché noir…

 SAMSUNG CAMERA PICTURES

avait souvent eu tendance à trop s’étendre sur des choses qui auraient dû rester confidentielles, surtout dans la période trouble de l’Occupation. Une fois son mari déporté, elle avait eu le courage d’essayer de le faire libérer en allant jusqu’en Allemagne. Sans succès. Camille Revelin est mort du typhus dans d’affreuse souffrance au camp de Neuengamme, situé a nord de l’Allemagne, proche de Hambourg. Voici quelques vues de ce sinistre lieu, implanté dans une région marécageuse, construit par les prisonniers eux-mêmes, vues extraites du livre de Pierre Brunet « Les Martyrs de Neuengamme- le camp méconnu… » paru en 1975.

VUE GÉNÉRALE DE NEUENGAMME

VUE GÉNÉRALE DE NEUENGAMME

PLAN GÉNÉRAL

PLAN GÉNÉRAL

UNE DES PORTES INTÉRIEURES SÉPARANT DIVERS SERVICES

UNE DES PORTES INTÉRIEURES SÉPARANT DIVERS SERVICES

CAMP DE NEUENGAMME

CAMP DE NEUENGAMME

Ce sont les derniers prisonniers de ce camp qui disparurent dans le tragique épisode du Cap Arcona, ce paquebot affrété par les SS pour aller les couler en mer du Nord mais que l’aviation britannique anticipa involontairement la catastrophe, croyant avoir affaire à des nazis essayant de s’échapper.

Le typhus est la maladie de la promiscuité et du manque d’hygiène dans des groupes humains importants: réfugies, prisonniers, déportés, victimes de catastrophes naturelles ou humaines. Déclenché par les rats et souris, il est transmis à l’homme et d’homme à homme par les puces et les poux. Il se caractérise par de fortes fièvres et des irruptions cutanées. Sans antibiotique, la mort est quasi certaine.

Pour terminer, quelques extraits de presse des Allobroges nous présentant ceux qui sont revenus, des prisonniers de guerre et déportés du travail de retour au village en ce premier semestre 1945:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans le numéro du 19 avril: Albert Mercier

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans celui du 15 mai: ceux de Henri Fabregoule, Robert Mandraud, Marcel Lauzun, Marcel Astier et Julien Hilaire

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans celui du 2 juin, le retour de Charles Froment.

Poster un commentaire

Classé dans Recherche