Archives de Tag: Années 50

PONT SAINT-ESPRIT: une FLAMME qui allume la CURIOSITÉ.

Une flamme philatélique, c’est une petit encart publicitaire qui accompagne le timbre à date pour oblitérer les timbres. Ces petits rectangles sont collectionnés et présentent toujours un intérêt historique.

Celle trouvée dans la boutique Emmaüs d’Arles a tout de suite attiré mon attention. La voici !

Il s’agit d’un morceau d’enveloppe découpé. La lettre était partie en 1957 de Pont-Saint-Esprit dans le Gard. La flamme représente le fameux pont de pierre traversant le Rhône au niveau de la ville et datant de plus sept siècles. Le chantier commencé en 1265 fut achevé en 1309… 708 années d’existence et pas une ride !

Certes le pont fut un tantinet transformé quand arriva la navigation à vapeur sur le Rhône. De 21 arches, il passa à 20 car on détruisit les deux premières arches du côté gardois pour n’en faire qu’un en métal, qu’on appela alors l’arche marinière. Tout est dit !

Ci-dessus, cette arche marinière au début du XXème siècle prise un jour où le Rhône était en crue.

Mais revenons à notre flamme et regardons-la plus attentivement.

On voit très bien quelques-unes  des premières arches mais très bizarrement, le dessinateur a ajouté un pont suspendu. Que s’est-il donc passé pour que le vieux pont ait été un jour ainsi transformé ?

La réponse est simple… la guerre et les bombardements américains ayant accompagné le débarquement de Provence du 15 août 1944 ! Ce jour-là, les bombardiers US larguèrent des tonnes de bombes sur la ville, détruisant des rues entières du vieux bourg entraînant les décès de près de 50 habitants et anéantissant la fameuse arche marinière en métal du pont.

Plus d’arche marinière et donc plus de passage possible du Rhône en cet endroit pour quelques années.

En attendant la reconstruction, on installa donc un pont suspendu provisoire qui officia de 1945 à 1954…

…dont voici une vue extraite d’un site internet. En 1954, l’arche marinière fut terminée et le pont de Pont-Saint-Esprit rendu à la circulation.

La nouvelle arche marinière fut bâtie en béton armé ce qui rend une certaine unité au pont.

En 1957 date d’envoi de la lettre, la poste n’avait pas modifié sa flamme et annonçait toujours Porte d’Or de la Provence avec un dessin du pont mutilé.

En 1965, la Poste fêta le sept centième anniversaire du début des travaux du pont par ce timbre de valeur usuelle, travaux qui durèrent tout de même 44 ans !

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

ANCONE et le RHÔNE, une cohabitation difficile: les cartes géographiques racontent aussi cette histoire (7/7)

Septième et dernier volet de ces articles écrits par nos soins et parus initialement dans Ancone Culture et Patrimoine, le blog…

De la carte de Cassini à la carte IGN actuelle, on va pouvoir suivre cette évolution géographique du cours du Rhône au niveau de la commune d’Ancone et son déplacement qui impacta forcément la vie des gens. N’oublions pas qu’Ancone était une halte à la remonte pour les équipages à l‘époque de hallage, qu’elle devint le port de Montélimar à une époque… avant d’être éloignée du fleuve par la Lône puis par les digues de la CNR.

La carte de Cassini de 1772

IGNF_SCAN_CASSINI_1-0__2009-07-07__Scan_CK17X90_86k_1772

  Sur cette carte de Cassini, on y lit plusieurs informations intéressantes :

  • Le cours du Rhosne principal baigne Anconne alors qu’un cours secondaire, un petit Rhône longe les rives du Royaume.
  • De très nombreuses îles jalonnent ce cours principal, avec une grande île, l’Île Blanc proche de la rive droite.
  • Sur l’une d’elle, on voit un château en ruines, à quelques encablures d’Ancone.
  • La limite entre Royaume et Empire, entre Rochemaure et Ancone passe loin de la ville, au milieu du fleuve, preuve d’un modification ultérieure, rapprochant cette « frontière » de notre village.

  La comparaison avec la carte IGN 1/50 000ème éditée en 1954 juste avant les travaux  de la CNR est édifiante.

Carte IGN 1/50 000ème 1922-1954

IMAG0001

  On constate :

  • Le cours principal du Rhône passe près de la rive ardéchoise et Ancone n’est baigné que d’une petite Lône et d’une grande Lône, coupée par des empierrements.
  • Des îles ou presqu’îles existent encore près de la rive gauche : Île Blanc entre petite et grande Lône, île aux dames entre grande Lône et Rhône principal.
  • La limite entre Ardèche et Drôme, entre Rochemaure et Ancone passe tout près de la ville, preuve d’une modification datant de la fin du XVIIIème siècle.

Ceci est corroboré par le tracé de la carte de marinier datant de 1932, au niveau d’Ancone-Rochemaure.

ANCONE

  C’est entre ses épis proches du pont de Rochemaure que se trouvait l’ancien centre nautique Rodia dont on verra reparlera.

  Cette carte est extraite de ce rouleau de marinier…

DSCN0078

long de 10 mètres et décrivant le tracé idéal de navigation de Valence à Arles aux conducteurs de bateaux.

  Entre les 2 époques, une carte d’Etat-Major éditée en 1890 nous indique les raisons de cette transformation du fleuve.

carte e-m 1866-90-1

Carte d’Etat-Major levée en 1866 et éditée en 1890

  Des digues au milieu du Rhône forcent l’eau à passer le long de la rive droite, détournant le cours principal du fleuve d’Ancone mais détruisant son activité économique liée à celui-ci. Entre temps, le port de Montélimar, proche du pont du Teil est entré en service.

  Voici pour finir, cette comparaison que nous avons présenté entre l’Ancone actuel et le tracé datant de la carte de Cassini sur le transparent, en bleu.

DSCN0086

Un paysage complètement bouleversé !

EN GUISE DE CONCLUSION DE CETTE SERIE D’ARTICLES PARLANT DU PASSE DES RELATIONS TUMULTUEUSES ANCONE-RHÔNE…

  Ces crues dramatiques pourraient-elles se reproduire ? une question qui vient à l’esprit immédiatement.

  Jacques Bethemont pense que la crue du 12 novembre 1548 était bien supérieure à celles dont nous avons parlé. Maurice Pardé prévoit que la crue millénaire atteindra 16 000 m3/s à Beaucaire alors que le débit du fleuve en 1856 était « seulement » de 11 640 m3/s !  Soit un mur d’eau de 1m d’épaisseur, 16 m de haut pour 1km de large et cela toutes les secondes ! Rien n’y résisterait.

  Les aménagements modernes de la CNR ont permis à l’homme de retrouver une relation plus apaisée avec le fleuve, qui continue par moment de poser problème par endroits (1993, 2003). Une mise au pas du Rhône qui a aussi eu pour conséquence le bouleversement paysager de la vallée du Rhône, la destruction d’espaces qui seraient de nos jours protégés, une incidence sur la faune aquatique et riveraine, que les efforts actuels de la CNR en matière d’écologie comme la création de la ViaRhôna ou celles de passes à poissons ne font pas oublier. Ce qui a été fait entre 1947 et 1980 ne serait plus possible de nos jours.

  Il n’empêche que les spécialistes envisagent que le pire est toujours à venir. La présence de nombreux sites sensibles proches du cours du Rhône fait redouter qu’une crue millénaire pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour la vallée du Rhône, un Fukushima à la Rhodanienne. Ajoutons à cela des risques sismiques et pourquoi pas terroristes et, à trop y penser, la vie en vallée du Rhône deviendrait bien vite très anxiogène.

 

Poster un commentaire

Classé dans CARTES GÉOGRAPHIQUES, Recherche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- Le TRAITÉ de VERSAILLES met fin à la PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Une dernière planche MDI de cet été en fil rouge: la signature du traité de Versailles le 28 juin 1919, mettant fin à la Première Guerre Mondiale.

DSCN3915

Une planche un peu austère où les plénipotentiaires semblent écrasés par le décor grandiose de la galerie des Glaces du palais de Versailles. Les Français avaient souhaité que cela se passe dans ce lieu pour laver l’affront de 1871 où l’Empire Allemand avait été proclamé au même endroit après la défaite.

On peut y reconnaître Clémenceau, au-dessous de la grande statue… mais les autres personnages importants sont moins nets. Il semble que de dos, ce soient les représentants allemands qui s’apprêtent à signer le traité, Herr Müller et le Docteur Bell.

versailles

Une foule bien plus considérable que sur le dessin se pressait dans la galerie des Glaces, ce jour-là !

Que dire de ce traité ? Il portait en lui toutes les erreurs qui allaient attiser les haines nationalistes des années qui suivirent. L’Allemagne écrasée par les réparations de guerre le considéra bien vite comme un diktat et Hitler s’en servit pour prôner la revanche. L’Autriche considérablement réduite vit dans ses nouvelles frontières de nombreux germanophones qui accueillirent l’Anschluss comme une délivrance. La Hongrie fut dépecée (au traité du Trianon) et les nouvelles frontières tracées sans tenir compte des nationalités furent une autre cause de la Seconde Guerre Mondiale. L’Italie se sentit trahie en n’obtenant que peu de territoires nouveaux malgré les promesses qui lui avaient été faites au moment de son entrée en guerre. Mussolini lui aussi bondira sur cette occasion. Quant à la création de la SDN, en soi une excellent chose, les absences des Etats-Unis, des vaincus de la Grande Guerre et de la Russie Bolchévique la vidèrent de son tout pouvoir.

RO80067468

Ce traité portait tous les germes de la Seconde Guerre Mondiale… « programmée » 20 ans après.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- L’évolution de l’AUTOMOBILE et de l’AVIATION.

L’évolution et les progrès de l’Aviation et de l’Automobile sont bien entendus des sujets qui ont toute leur place dans les livres d’Histoire. Une planche MDI est bien sûr consacrée à ce sujet…

DSCN3913

comme celle que l’on a vu, il y a quelque temps, consacrée à l’évolution des bateaux.

On y voit la voiture à vapeur…

FardierdeCugnot20050111

premier usage de la vapeur pour se déplacer mais qui ne connaîtra la réussite qu’avec les locomotives et les bateaux, avant l’invention du Professeur Diesel.

On y voit aussi les premiers aérostats qui permettront aux hommes de s’élever dans le airs et réaliser facilement le rêve d’Icare. La bicyclette n’est pas oubliée avec le fameux grand-bi…

images-2

qui demandait plus des qualités d’équilibriste que de grosses cuisses.

Sans oublier les « tacots » tel qu’on les appelle aujourd’hui…

DSCN0369 Tacot_4a tacots29

toujours prisés lors des rassemblements de collectionneurs.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- Le SACRE de NAPOLÉON.

Un tableau MDI sur le sacre de Napoléon le 4 décembre 1804. La République a vécu, place au Premier Empire.

DSCN3907

C’est Jacques-Louis David, le peintre officiel du régime qui avait été chargé de laisser pour la postérité une scène de cette cérémonie, le moment où Napoléon couronne comme impératrice Joséphine de Beauharnais. le fait qu’il ait représenté le sacre de l’Impératrice et non celui de l’Empereur valurent quelques critiques à David de la part de tenants de l’Empire.

sacre-napoleon

Ci-dessus, le tableau de David, actuellement exposé au Louvre pour la première oeuvre qu’il rendit en 1808, une copie également réalisée par David se trouve à Versailles. On voit que le dessinateur MDI s’est contenté d’épurer le tableau de David pour les écoliers français des années 50-60. Le Pape « invité » par Napoléon y est un peu plus visible bien que son rôle ne soit pas plus important que lors de la cérémonie, Napoléon se sacrant Empereur tout seul…

320px-David_-_L'Empereur_Napoleon_se_couronnant_lui-meme

comme on le voit sur cet autre travail de David et sacrant lui seul l’Impératrice Joséphine. On retrouve les frères et soeurs de Bonaparte derrière Joséphine, Murat son beau-frère portant le coussin sur lequel reposant la couronne. Les deux consuls Lebrun et Cambacérès qui cachent un peu le Pape ont disparu, pas la famille de Napoléon, au balcon.

Cette oeuvre de David faisait partie d’une commande de 4 toiles sur les cérémonies du sacre. On connaît celle qui représente le serment de fidélité prêté par l’Armée à l’Empereur, La Distribution des Aigles exposée également au Louvre.

Jacques_Louis_David_-_Serment_de_l'armée_fait_à_l'Empereur_après_la_distribution_des_aigles,_5_décembre_1804_-_Google_Art_Project

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- Un DÉFILÉ sour l’EMPIRE

Encore un tableau MDI montrant une scène du Premier Empire: Un défilé devant Napoléon.

DSCN3909

Et ce ne sera pas le dernier qui traite de cette époque glorieuse. Pourquoi une telle image alors que, ni Austerlitz, ni Waterloo ne sont montrés au jeune public des enfants des écoles ?

A gauche, on voit l’Empereur sur son cheval regardant défiler ses troupes, les fameux grognards précédés par la musique et passant sous l’Arc-de-Triomphe du Carrousel à Paris, au coeur du Louvre. On peut s’imaginer que c’est la toute première fois qu’une telle prise d’armes s’effectue dans ce lieu. Cet arc-de-triomphe a été érigé par l’Empire de 1806 à 1808 et inauguré en 1809 pour célébrer la fastueuse année 1905 qui vit l’éclatante victoire napoléonienne d’Austerlitz, le 2 décembre, un an pour jour après le sacre à Notre-Dame.

Arc_de_Triomphe_du_Carrousel_2006 (1)

Au second plan du dessin, on voit le palais de Tuileries qui fermait le château du Louvre et qui sera détruit lors des combats de la Semaine Sanglante marquant la chute de la Commune de Paris, en 1871.

Digital Foxing

Peut-être le dessinateur du tableau MDI s’est-il inspiré de cette eau-forte d’Auguste Boulard intitulée défilé des troupes à l’arc-de-triomphe du Carrousel en 1810 ?

Poster un commentaire

Classé dans Affiche

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- La première ligne de CHEMIN DE FER entre PARIS et SAINT-GERMAIN-EN-LAYE.

Un tableau MDI bien champêtre pour annoncer la construction de la première ligne de chemin de fer entre Paris et Saint-Germain-en-Laye.

DSCN3905

Cette scène date de 1837, la ligne reliant la gare Saint-Lazare à Paris au Pecq à Saint-Germain-en-Laye. Le projet avait été lancé en 1827 mais la construction de cette ligne à double voie avait pris quelque retard. C’est pour cela que le titre du tableau parlant du premier chemin de fer en France pour qualifier cette ligne est un peu « tiré par les cheveux ». La première ligne mise en circulation le fut entre Saint-Etienne et Lyon, par tronçons entre 1830 et 1832. Et même en 1827 entre Saint-Etienne et Andrézieux avec des wagons tirés par des chevaux.

Mais pour le pouvoir centralisateur français, on considère la ligne Paris-Saint-Germain comme étant la première ligne consacrée uniquement au transport de voyageurs, la ligne Saint-Etienne-Lyon transportant marchandises (le charbon principalement) et les personnes.

Ch_de_fer_Lyon_StEtienne

Cette ligne fut construite et gérée par les frères Paul et Marc Seguin qui y faisaient circuler leurs locomotives à vapeur. La première section entre Givors et Rive-de-Gier ouvrait un débouché par le Rhône au charbon stéphanois. On voit l’évolution de la traction sur le document ci-dessus avec des trains hippomobiles vite remplacés par des machines à vapeur.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche