Archives de Tag: Bonaparte

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 10/15 la lettre du 19 avril 1870

Après son livre sur l’Espagne, on apprend qu’Alexandre Dumon a écrit une autre brochure concernant Napoléon IV, le fils de Louis-Napoléon Bonaparte pour lequel l’empereur fatigué avait l’intention d’abdiquer vers la fin de son règne.

Il a donc écrit ce livre et il l’a envoyé au député bonapartiste de son bon département du Tarn-et-Garonne pour qu’il lui donne son avis sur son écrit. Il s’agit d’Adrien Joseph Prax-Paris,

membre du Corps Législatif,

 

c’est-à-dire de la chambre basse issue des urnes en 1869.

 

Ce dernier est plutôt favorable au travail de M. Dumon mais ne se mouille guère. Il dit donc…

Ce travail contient des aperçus très vrais sur la situation politique et sociale de la France. Il témoigne d’un sentiment très vrai des problèmes posés souvent à notre époque. Il est plein d’un souffle patriotique qu’on ne peut que le recommander à tous ceux qui aiment leur pays et qui s’intéressent à ses destinées.

Voilà un texte suffisamment vague, plus conventionnel que partisan. En un mot, le député ne se mouille guère. Alexandre va devoir aller chercher ailleurs pour être franchement soutenu dans sa démarche éditoriale.

Adrien Joseph Prax-Paris est né à Montauban en 1829 et est décédé à Caussade en 1909. Riche propriétaire, il a été élu en 1869 dans la Tarn-et-Garonne comme candidat bonapartiste officiel. Après cette mandature qui ne durera que deux années, chute de l’Empire oblige, il sera réélu sans discontinuer de 1871 à 1902 dans son département, toujours bonapartiste mais qui soutiendra par épisodes des gouvernements républicains.

Poster un commentaire

Classé dans Autographe, Corespondance

POSTER MDI en fil rouge de l’été (et de l’automne)- BONAPARTE au pont d’ARCOLE.

Une image d’Epinal pour ce tableau MDI, participant à la légende (déformée) de Napoléon Bonaparte: la bataille du pont d’Arcole.

DSCN3908

L’histoire repasse en 1796, du 15 au 17 novembre soit les 25-27 brumaire de l’an V de la République Une et Indivisible. La République est en lutte en Italie contre l’Autriche. Les Français sont en échec devant Arcole et son pont sur l’Alpone solidement tenu par les défenseurs. On raconte que, devant cette situation, Bonaparte s’empara d’un drapeau tricolore pour entraîner ses troupes sur ce pont et remporter la victoire.

Mais la réalité est tout autre. Si Bonaparte prit bien un drapeau pour donner l’exemple sur le pont d’Arcole, il fut bien imprudent et ne fut pas suivi de  ses troupes. Loin de là ! Il se retrouva seul entouré d’ennemi et ce furent les interventions de grenadiers qui lui permirent de se réfugier dans un marais avant que le général Lannes, à cheval, ne vienne le tirer de cette triste situation. Mais cela, c’était moins intéressant à raconter.

1801_Antoine-Jean_Gros_-_Bonaparte_on_the_Bridge_at_Arcole

Bonaparte à Arcole vu par Antoine-Jean Gros.

Ce fut une ruse qui permit de remporter la victoire. Des tambours furent envoyés derrière les lignes ennemis avec ordre de jouer le plus fort possible pour faire croire aux Autrichiens l’arrivée de renforts français. Ce qui marcha à merveilles, ces derniers dégarnissant maladroitement leurs positions à Arcole. Parmi ces tambours, le célèbre tambour de Cadenet.

Cadenet_Tambour_d'arcole

On voit ci-dessus,  sa statue dans le village du sud du Vaucluse. Une statue en bronze du tambour d’accole qui intéressait grandement les Allemands en 1943. Pas pour sa valeur historique mais pour son bronze ! C’était sans compter sur la Résistance locale qui la déboulonna et la cacha dans la nuit du 4 au 5 août 1943. Elle retrouva sa place le 7 octobre 1945.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche