Archives de Tag: religion

Connaissez-vous le PRIEURÉ d’ALEYRAC ?

Texte écrit dans le blog d’Ancône Culture et Patrimoine et paru le 8 février dernier. Voici un re-blog personnalisé.

Prochaine sortie pédestre patrimoniale d’Ancône Culture et Patrimoine à la découverte du Prieuré d’Aleyrac, à la limite entre la plaine de la Valdaine et du pays de Grignan, non loin d’un petit col qu’empruntèrent jadis, en 1987 entre autre,  les Géants du Tour de France après un détour chronométré sur le Géant de Provence.

L’affichette de la sortie signée Paule.

Jeudi 22 février 2018, à partir de Salles-sous-Bois jusqu’au Prieuré puis retour en descente vers la vallée. 15 kilomètres, 400 mètres de dénivelé. Départ à 8h.30 d’Ancône, devant l’Agence postale de Denise.

Mais qu’est-ce qu’un Prieuré ? C’est un monastère dépendant d’une Abbaye plus importante. Le Prieuré est placé sous l’autorité d’un prieur, lui-même dépendant d’un abbé… de l’Abbaye. Elémentaire mon cher Watson !

Sauf qu’à Aleyrac, ce n’était pas un prieur qui dirigeait le Prieuré mais une religieuse-prieur (une prieuse ?). Car Aleyrac était un monastère bénédictin qu’occupaient treize nonnes. Nous sommes là au XIIème siècle, c’est-à-dire vers 1100. Ce Prieuré dépend de la prospère abbaye de l’Ile-Barbe à Lyon, cette île jetée au milieu de la Saône au nord de la Croix Rousse.

Ainsi vivait cette communauté de femmes murée dans le silence pour suivre les règles fixées par Saint-Benoît. Mais en 1358, des pillards vinrent ruiner ce petit paradis et les religieuses migrèrent vers Valréas où elles reçurent l’autorisation de s’installer.

A partir de ce moment le Prieuré était voué à disparaître. Les bâtiments furent détruits sans que l’on sache vraiment à quelle époque cela se passa et seule subsiste de nos jours la carcasse de l’église prieurale dont nombre de pierres servirent aux autochtones pour construire la chapelle paroissiale. Pratique courante ! Après tout, les grands monuments romains ne furent-ils pas des carrières pour leurs voisins jusqu’à ce que Prosper Mérimée, ministre de la Culture de Napoléon III, ne comprenne qu’il fallait défendre ces patrimoines.

Vue aérienne que l’on doit à Google Maps.

Les voisins du Prieuré avaient aussi compris que ces sources qui coulaient en abondance dans l’église, certains parlent de deux, d’autres de sept comme les sept piliers de l’église, ces sources pouvaient les soigner de maux divers. On dit qu’elles guérissaient la tête, qu’elles soignaient les problèmes des yeux de ceux de la peau. Alors, longtemps des Pèlerinages se déroulèrent et ils attiraient beaucoup de pèlerins. Mais pas seulement que des croyants ! Des bandits de grand chemin, eux, préféraient les espèces sonnantes et trébuchantes des bourses des visiteurs à la pureté supposée des eaux miraculeuses. Si bien que peu à peu, sans voisins vigilants, cette insécurité fit fuir les pèlerins et les Pèlerinage disparut. Si un miracle survient chez un marcheur d’ACP qui aura goûté l’eau qui continue de couler dans les ruines de l’église, si ça marche pour les oreilles par exemple, notre Président ne manquera pas de proposer la relance de cette manifestation festive… qui pourrait alors aider au  financement de la rénovation de la « Chapelle du cimetière » ! Hé ! Hé!

Quant aux brigands, ils prirent une autre forme, raconte Roland Brolles….

…dans son livre « Dans l’ombre des soutanes » paru en mars 2003. Peu avant la Révolution, arriva au village un curé nommé Jean Joseph Reymond, originaire du Comtat Venaissin. Il visitait les paroissiens, les confessait, leur tirait les vers du nez avant de leur soutirer leurs magots de famille et autres économies à l’aide de quelques comparses. Un curé ripoux en somme ! Irréprochable vis à vis de l’Etat, il avait même prêté serment à la Constitution civile du Clergé. Le meilleur moyen d’être tranquille de ce côté-là ! Par contre, un différent avec un ancien acolyte, un certain Joseph Pancrace Jardin, se termina par un coup de kalachnikov pistolet qui mit fin à l’équipée de Reymond en même temps qu’à sa vie. Longtemps on raconta dans les veillées à La Bégude ou à Taulignan, les méfaits du curé d’Aleyrac puis on oublia, une nouvelle horreur chassant l’autre.

Il ne manquait plus qu’à quelques agents voyers du département (les ingénieurs de la DDE) de prélever de nouvelles pierres de l’église prieurale au début du XXème siècle pour arranger et restaurer les routes entre Salles et le pays de Mazenc. Le holà fut vite mis par l’Etat qui classa les restes du Prieuré d’Aleyrac monument historique, le 06 mai 1905. Mais sans sou de l’Etat, il fut figé… en l’état.

Reste à venir découvrir ou re-découvrir ces ruines (presque) millénaires le 22 février prochain, avec les marcheurs d’Ancône Culture et Patrimoine.

Première de couverture du livre de Roland Brolles « Dans l’ombre des soutanes » paru en 2003  chez Albanox-Archives et Terroir. Vous y découvrirez 36 autres  histoires aussi invraisemblables mais réelles que celle du curé d’Aleyrac…

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 18 février 1917

dsc01349

(JOUR 930 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une page importante sur les Etats-Unis au début de ce n° du 18 février 1917 du Miroir. C’est normal car la marche vers la guerre de cette grande puissance qui deviendra mondiale suite à ce conflit est enclenchée. A la tribune du Congrès, le président Wilson annonce la rupture entre les USA et l’Allemagne. Ce n’est pas une déclaration de guerre mais c’est le premier pas vers celle-ci qui aura lieu le 6 avril 1917.
Cette scène se passe le 3 février 1917 et le Congrès accueille favorablement la déclaration du Président Wilson. La guerre à outrance des sous-marins allemands contre tous les navires de commerce quelque soit leur pavillon choque l’Amérique éprise de cette liberté des mers. Des sabotages d’agents allemands, un télégramme  de l’Allemagne au Mexique l’encourageant à attaquer leur voisin pour reconquérir le Texas et les difficultés des principaux emprunteurs de capitaux américains poussèrent les Etats-Unis à entrer en guerre aux côtés de l’Entente, surtout quand la Russie en sera sortie !

On nous présente donc la puissance de la flotte US…

dsc01351

…naviguant sur l’Hudson ou…

dsc01352

…passant sous le pont de Broocklyn (ici le super cuirassé « Arizona », fleuron de l’US Navy).

Toujours aux Etats-Unis, l’explosion d’une poudrerie de Haskell dans le New Jersey le 13 janvier 1917 , dont on ne connaît l’origine….

dsc01350

renforce le sentiment anti-allemand aux States.

Le froid et la terrible météo de cet hiver 1917 sont bien présents dans ce numéro du 18 février.

dsc01353

Pour le manger, on fend le pain, complètement gelé, à la scie !

dsc01357

Dans cette tranchée russe, en France, on essaie d’enlever l’eau mais on constate que l’on ne doit pas élever grand chose puisque les hommes marchent sur de la glace.

dsc01354

A Monastir, sur le front d’Orient, ce sont de véritables marécages qui entourent la ville…

dsc01355

situation totalement semblable à Verdun !

Par opposition, au Niger, c’est une température caniculaire qui règne pour y célébrer la « victoire de Verdun du 15 décembre » (la fin de la bataille de Verdun qui a abouti à un retour aux positions d’avant le 23 février 1916).

dsc01359

Autres vues du corps expéditionnaire russe en France avec ces images religieuses…

dsc01356

où le Pope s’apprête à célébrer la fête de la bénédiction des eaux ! Et il en est beaucoup tombé !!!

Une dernière image montrant les femmes dans des usines militaires au Canada…

dsc01358

Ceci n’est nullement exagérée car l’implication du bataillon canadien en Europe de 1915 à 1919 fut très important ! Le Canada, dominion autonome de l’Empire Britannique, se retrouva automatiquement en guerre le 3 août 1914 en même temps que le Royaume Uni déclara la guerre. Il décida de largement s’engager dans le conflit ! Petit pays de 8 millions d’habitants, pas moins de 619 000 hommes se retrouvèrent à un moment ou un autre dans l’armée. On évalue à 7% la part de la population sous les drapeaux en permanence. Il n’est donc pas illogique que les femmes se soient retrouvées dans les usines d’armement pour combler l’absence des hommes.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de l’été 36: le 19 septembre 1936

Le Monde Illustré mais pas L’Illustration pour cette semaine.

DSCN5754

A la une, l’ouverture annuelle du Parlement de Hollande présidé pour l’occasion par la Reine Juliana. Plus de 100 000 personnes avaient suivi la progression du carrosse royal en direction du Parlement.

La revue de l’actualité de la semaine…

DSCN5755

Franco a donné des idées aux apprentis-dictateurs du Portugal et une mutinerie a éclaté dans la marine portugaise… rapidement réprimée. Salazar était moins souple que la République Espagnole !

Le titre de la rubrique est d’ailleurs Le congrès en uniforme, parlant ainsi du Congrès de Nuremberg du parti national-socialiste.

DSCN5756

On y reproduit le discours d’Hitler contre l’URSS et le communisme et cela ne manque pas d’inquiéter le rédacteur. On y voit…

DSCN5758

saluer les militaires, …

DSCN5757

paradant avec leur dignité de militaire retrouvée après qu’Hitler se soit assis sur le traité de Versailles sans que les nations ne réagissent.

En Espagne, les rebelles de Franco ont pris la ville de San Sébastian après de durs combats…

DSCN5759

et défilent devant le Kursaal, le casino d’avant-guerre tandis que, plus au sud,…

DSCN5760

L’Alcazar de Tolède n’est toujours pas tombé, contrairement aux maisons voisines !

En France, toujours des incantations pour la Paix, avec ce jour, la page du pèlerinage des Anciens Combattants à Lourdes.

DSCN5761

Beaucoup de fauteuils roulants au point que les confessions se font en pleine rue !

Un autre drame dont l’information est trop tardive pour que le magazine ne la traite complètement:

DSCN5767

Une catastrophe au large de Reykjavik due à une grosse tempête. C’est la fin d’une aventure scientifique de plus de 30 ans. On en reparlera.

Pour terminer, 2 articles sans rapports entre eux:

des soeurs siamoises, encore personnages de cirque à l’époque:

DSCN5764

DSCN5762

DSCN5763

DSCN5765

DSCN5766

et les vendanges en Alsace et leurs nouvelles organisations coopératives:

DSCN5768

DSCN5769

DSCN5770

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE- A CADEROUSSE on parlera de CULTES, CULTURES ET RELIGIONS

JDP CULTES AFFICHE 2016

L’association « LA LEVADO », association patrimoniale de Caderousse, organisera cette année les 17 et 18 Septembre prochains une nouvelle exposition sur le thème  » Cultes, cultures et religions à Caderousse et dans la vallée du Rhône » en collaboration avec la municipalité de la ville.

L’exposition se tiendra du samedi 17 Septembre au dimanche 18 de 10h à 19h à la salle Paul Marquion avec une inauguration le samedi 17 à 11h.

Après plusieurs expositions sur les balais, le siège de Caderousse, Paul Marquion, les usages de l‘eau, Louis Roche potier de Caderousse, Benoit Tranquille Berbiguier flutiste, la botanique et Joseph Achintre etc……seront abordés cette année les différents cultes et cultures qui ont animé notre village depuis longtemps parfois.

On découvrira ainsi les cultes païens au dieu Mithra, les cultes liés aux bateliers du Rhône, l’importance de l’implantation chrétienne dans notre commune mais aussi des découvertes étonnantes comme celle de l’implantation d’une communauté juive vers le XIV e siècle à Caderousse dont il ne subsiste aujourd’hui plus qu’un nom de rue « La Rue de la Juterie ».

On y découvrira notamment comment un juif aisé « Davin de Caderousse » a financé au XVème siècle les premiers essais d’imprimerie avant l’aboutissement plus tard de celle-ci par Gutenberg.

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL!

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 24 août 1916

DSCN5378

(JOUR 753 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Un beau tableau de chasse nous annonce le titre. Mais, en regardant de plus près, pas de tableau de chasse militaire, pas de tableau de chasse cynégétique…

DSCN5379

seulement une chasse aux rats !!!

Des soldats allemands se recueillant avec l’un de leurs prêtres célébrant l’Eucharistie. Et pourtant un titre de haine: L’absolution des leurs crimes.

DSCN5380

Et un commentaire assassin: Après avoir incendié, détruit totalement un village de la Belgique, les traîtres ont édifié un autel, et là un de leurs prêtres leur donne facilement l’absolution de leurs crimes, car ils n’ont fait qu’exécuter les ordres du Kaiser, seul représentant sur terre du Vieux Bon Dieu Allemand.

La violence des propos anti-allemands continue avec les 2 vues suivantes:

DSCN5381

Ils déménagent des fourrures…. Décident ces Boches sont des gens d’ordre qui ne laissent rien traîner.

DSCN5382

L’assassin von Bissing remet des décorations…. Chez eux, c’est un geste machinal, chez nous, le chef donne l’accolade à ses hommes.

Verdun dans tous ces états, on verra plus bas. Là, il s’agit du ravitaillement en munitions avec dans cette rue d’un village en ruines, les files de camions qui se croisent.

DSCN5385

Une portion de Voie Sacrée proche de Verdun ?

Les hommes aussi montent au front par camions.

DSCN5383

Ici des tirailleurs marocains.

Ces mêmes unités des colonies que l’on voit en photos:

DSCN5386

Des blessés musulmans visités par un Caïd.

DSCN5384

Un campement de Sénégalais.

Pour terminer, 5 vues de Verdun en ruines et abandonné de toute présence humaine civile:

DSCN5387

La cathédrale.

DSCN5389

La place de la cathédrale sous un autre angle.

DSCN5391

La rue Mazel.

DSCN5388

Le Collège.

DSCN5390

La salle zoologique du Musée de la ville.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de l’été 36: le 15 août 1936

Deux magazines ce 15 août, un vendredi, avec beaucoup de photographies sur les grands événements d’août 1936: la guerre civile en Espagne et les Jeux Olympiques de Berlin.

Les magazines:

DSCN5412

L’Illustration qui fait sa une d’une image déjà vue, le tableau de marquage lors de la cérémonie de remise des couronnes olympiques pour le Français Hostin vainqueur en haltérophilie.

DSCN5454

Le Monde Illustré met sur sa couverture le roi Edouard VIII en visite en France.

Contrairement à son titre, ce magazine fait plus dans le commentaire de l’actualité que dans la présentation de nombreuses photos des événements.

Il commence à se poser la question des conséquences de la guerre civile sur la Paix…

DSCN5455

et se félicite de la prochaine signature d’un accord de non-intervention entre les puissances européennes. Il fait preuve à l’occasion de la même naïveté que bon nombre de démocrates.

Un second article concerne le camp fasciste.

DSCN5456

Le fils du roi Alphonse XIII qui avait renoncé à sa couronne en 1931, a essayé de s’engager dans les troupes carlistes au Pays Basque. Mais Mola n’en voulut pas.

DSCN5457

Un troisième article sur les femmes engagés dans les milices républicaines pour combattre les fascistes, un phénomène politique tout à fait original à l’époque.

Le Frente Populare  en Espagne qui se défend contre la rébellion fasciste, le Front Populaire en France qui organise une grande fête pour la Paix (!) à Saint-Cloud.

DSCN5458

Léon Blum à la tribune.

DSCN5459

Et une seule page pour les Jeux Olympiques de Berlin avec, bien entendu l’incontournable Jesse Owens mais aussi le nageur Japonais Masaharu Taguchi, membre du relais 4×200 mètres champion olympique.

Les Jeux de Berlin sont aussi présents sur 2 pages dans L’Illustration mais avec pas moins de 10 photos. Il ne reste guère de place pour le texte de Gabriel Hanot.

DSCN5446

DSCN5447

Jessie Owens bien entendu.  

DSCN5448

Louis Hostin honoré par la couverture.

DSCN5451

Le saut en hauteur avec l’athlète américain Earl Meadows qui passe 4,35 mètres… et va retomber de cette hauteur sur une couche de sable !

DSCN5450

DSCN5449

Le Gala nocturne de la Jeunesse, vitrine des Jeunesses Hitlériennes.

Passons aux images de la Guerre d’Espagne qui dépassent maintenant les villes de Barcelone et Madrid.

Tout d’abord, au nord de Madrid, des troupes loyalistes se reposant aux approches du front de Guadarrama.

DSCN5413

En Andalousie…. les troupes franquistes sont accueillies non en libérateur mais par une population terrorisée.

DSCN5418

Les troupes franquistes traversant le Guadalquivir sur un bac à traille.

DSCN5420

L’artillerie dans le quartier Triana de Séville.

DSCN5421

Les troupes Maures entrant dans Séville.

DSCN5423

DSCN5422

Véhicules détruits dans la ville.

DSCN5417

A Cantillana, la peur causée par les troupes franquistes sur  la population est manifeste.

DSCN5419

La prison de Séville « accueille » des suspects pour interrogatoires.

DSCN5444

A Tocina, non loin de Cantillana, les hommes ont été regroupés par les légionnaires Maures de Franco.

La destruction des églises par les Républicains au début de la rébellion, le clergé espagnol étant très proche des forces fascistes.

DSCN5425

Las Salesas (Barcelone)

DSCN5426

Los Mercedarias (Séville)

DSCN5427

Omnium Sanctorum (Séville)

DSCN5428

Belen (Barcelone)

DSCN5429

DSCN5431

Santa Anna (Barcelone)

DSCN5430

San Gil (Séville)

DSCN5432

San Madrona (Barcelone)

DSCN5433

San Francisco (Barcelone)

Pendant les combats de San Sébastien.

DSCN5439

DSCN5440

Miliciens gouvernementaux.

DSCN5441

La foule regarde partir une auto blindée.

DSCN5442

DSCN5443

Barricades dans les rues.

A Barcelone…

DSCN5434

Militaires rebelles se rendant et retenus…

DSCN5435

à l’hôtel Colon sur la place de Catalunya.

DSCN5436

DSCN5437

Défilé de miliciens armés.

DSCN5438

Sur la Rambla, la foule attend paisiblement les nouvelles.

A Tolède, les combats continuent autour de l’Alcazar:

DSCN5424

Un avion rebelle abattu au nord de Madrid. Les miliciens en retire le corps du pilote.

DSCN5414

Une victime de la rébellion franquiste dans la rue du village de Siétamo près de Huesca.

DSCN5445

A Valence (Valencia), les casernes sont pillées et les civils s’arment.

DSCN5415

Pour terminer, cette revue de presse assez importante, 2 vues vauclusiennes n’ayant aucun rapport entre elles ni avec ce qui a précédé:

DSCN5452

A Orange, le Requiem de Berlioz au programme des Chorégies, au pied du grand mur du Théâtre Antique.

DSCN5453

L’inauguration de la nouvelle chapelle sous le sommet du Mont-Ventoux avec une foule de fidèles, parmi laquelle se trouvaient peut-être mon grand-oncle Séraphin, son épouse et leur fille Georgette, Séraphin ayant participé à cette construction (photo déjà présentée).

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de l’été 36: le 9 août 1936

Un seul titre mais au contenu très évocateur par son article sur la guerre civile en Espagne. Il s’agit d’un journal catholique d’Avignon du Vaucluse:

DSCN5244

La Croix d’Avignon et du Comtat, certainement un hebdo, dont la rédaction est situé rue des Teinturiers mais qui dépend du groupe de presse Bayard.

A côté de l’organisation d’un pèlerinage diocésain à Lourdes et du rôle des colonies de vacances catholiques pour les enfants, la une est beaucoup plus politique:

La Terreur en Espagne- Le Martyre de Barcelone.

Article qui transcrit le témoignage d’un prêtre espagnol venu se réfugier en France:

DSCN5245

Effectivement, Barcelone a connu en cette mi-juillet, des moments difficiles avec la rébellion militaire de casernes, ce qui a entraîné des violences pendant celle-ci et en réaction à celle-ci. Mais de cela, pas un seul mot.

Quelques passages de cette narration partisane même si les exactions ne peuvent être que condamnées.

DSCN5247

La fuite des prêtres se réfugiant dans des familles chrétiennes, le dimanche 19 juillet, alors que les combats font rages autour des casernes. on l’a vu dans L’Illustration du 1er août.

DSCN5248

Des religieux de la Chartreuse de Montalègue (?) ramenés à Barcelone, 4 d’entre eux fusillés en route mais les Chartreux d’origine française ne seront pas inquiétés… ce qui prouve bien un problème se situe bien avec les religieux espagnols particulièrement proches des puissants et non pas avec la religion.

DSCN5249

Les profanations des tombes et en particulier celles des religieuses de la Visitation dont on a vu cette image devenue célèbre dans l’Illustration du 8 août.

Des horreurs incompréhensibles sorties de leur contexte, inexcusables mais explicables dans la situation de l’Espagne après le coup de force de Franco du 17 juillet, totalement occultée dans l’article.

Puis vient le passage politique de l’article, à faire dresser les cheveux sur la tête de tout démocrate.

DSCN5251

Bas les masques ! La religion ne sert pas à accompagner les croyances des hommes, à les guider dans leur vie spirituelle mais à leur permettre d’accepter les difficultés sociales et à éviter que les malheureux se soulèvent. Le clergé catholique proche des puissants et du pouvoir paya malheureusement son attitude dans les régions où la rébellion franquiste ne s’implanta pas tout de suite;

Un bilan de ces combats…

DSCN5253

des centaines de morts… de nombreux blessés dans les hôpitaux et les cliniques à cause des combats dus à la sédition militaire. Au milieu des combattants des 2 camps, bien entendu, des religieux, victimes collatérales de ces violences que l’on ne peut imputer raisonnablement à la République.

Pour terminer, la conclusion de la rédaction de La Croix.

DSCN5254

Pas un mot pour condamner ceux par qui les malheurs sont arrivés, Franco et le coup d’état militaire du 17 juillet 1936. Politique partisane quand tu nous tiens !

Poster un commentaire

Classé dans Journaux