Archives de Tag: sériciculture

BALAZUC, plus beau village de France.

Article publié dans la blog de l’Association Ancône Culture et Patrimoine.

 

Patrick et Christian nous amènent ce mois-ci marcher à partir de Balazuc, un des plus beaux villages de France… et un des plus anciens.

Abrité du vent du nord le long de la falaise de la rive gauche de l’Ardèche, on peut penser que les premiers hommes sédentarisés, ceux qui construisirent les dolmens comme celui de la Tombe du Géant,…

…comprirent rapidement les atouts du coin : l’eau d’un côté sans en subir les foudres, les bonnes terres agricoles de l’autre.

Avant les Romains, ce sont les Gaulois, la civilisation de la Tène, qui construisirent les premières maisons de Balazuc. Ils vouaient un culte au soleil comme en attestent les disques de métal trouvés en 1883 non loin de là, dans la vallée de l’Ibie, dans une grotte, le Trésor de Déroc visible au Musée de la Maison Carrée de Nîmes.

Certains pensent d’ailleurs que Balazuc est une altération de Belenos, le dieu celte du Soleil, ce qui semble judicieux vu l’exposition privilégiée du village. Belenos, Toutatis, à quoi cela fait-il penser ?

Ce fut aussi de tout temps un gué de l’Ardèche. On construisit certainement des ponts en bois que la rivière balayait régulièrement avant de bâtir le pont de pierre actuel.

La trouvaille la plus ancienne nous vient des premiers chrétiens avec un sarcophage de pierre datant de la fin du IVème siècle, début du Vème.

Une copie de ce sarcophage paléochrétien est visible sous la mairie du village.

Puis virent les Sarrazins trois siècles plus tard, qui laissèrent de nombreuses traces architecturales. Ne surnomme-t-on pas Balazuc, le « village maure » ? En flânant… sans lâcher les pas de Patrick et Christian tout de même, en flânant dans les ruelles, vous pourrez découvrir des fenêtres sarrasines…

…d’anciennes échoppes arabes typiques. Brillante civilisation maure loin des caricatures actuelles que chassèrent des seigneurs francs bien moins évolués et beaucoup plus sanguinaires !

Les seigneurs de Balazuc justement firent construire le château au XIème siècle, château militaire au début qui s’agrandit au fils du temps et qui devint plus résidentiel par la suite avec l’ouverture de fenêtres à meneaux.

Ces seigneurs restèrent fidèles au roi de France et à la religion catholique dans un pays largement converti au protestantisme. Plus tard, avant d’être de nos jours des chambres d’hôtes, le château abrita une magnanerie. Rencontrerez-vous beaucoup de vieux amouriés lors de votre balade dans le Gras, ces collines calcaires traversées de ruisseaux souvent à sec ?

Des collines où les hommes ont construits pierre par pierre des chambas, des terrasses pour retenir la bonne terre agricole. Une terre qui devait nourrir plus de 900 âmes à Balazuc au milieu du XIXème siècle contre un peu plus de 300 de nos jours. A l’époque, des villages comme Audon, Chauzon que vous allez traverser étaient grouillants de vie. Donnez un coup d’œil sur les monuments aux morts et vous verrez que ces paysans ardéchois représentaient une bonne réserve de chair à canon pour l’armée française ! Viel Audon a été restauré il y a quelques années dans un esprit coopératif.

Quelques autres bizarreries de la nature que vous croiserez peut-être…

…une pierre tourmentée, usée par la pluie et les vents, lou ron de los fado ou lo roncs de los fadas, dont des légendes disent qu’on y voit danser des fées… suivant ce qu’on a absorbé…

…ou ce bachas naturel, une aubaine pour les sangliers.

Le docteur J. Balazuc a répertorié dans son livre édité en 1956 « la spéléologie en Ardèche » pas moins de cinq cavités dans le secteur de la rive droite de l’Ardèche : l’aven-grotte du Pont juste en face du pont de Balazuc, la grotte de Viel Audon, celle de Beaussement 1 200 mètres avant Chauzon, celle de Pala près du hameau éponyme et celle des Estinettes plus proche du pont de Lanas.

Un dernier mot emprunté à Albin Mazon plus connu sous le nom du docteur Francus, qui écrivit de nombreux livres sur l’Ardèche, le Vivarais, les Cévennes, les Boutières au XIXème siècle. Quand il apprit qu’une légende voulait qu’une chèvre d’or ait été trouvé à Balazuc, il pronostiqua que de nombreux autres trésors restaient à découvrir. A vos détecteurs !

Le nouveau Museum de l’Ardèche à Balazuc est l’un d’eux avec plus de 800 fossiles présentés dans ses vitrines !

Photos empruntées sauvagement aux blogs :

rando-evasion.over-blog.com (toutes sauf…)

petit-patrimoine.com (…les fenêtres).

1 commentaire

Classé dans Jeux

Un CARNET d’un SÉRICICULTEUR des PYRÉNÉES-ORIENTALES au début du XXème siècle.

Trouvé dans une caisse de vieux papiers sur un vide-grenier, ce carnet non utilisé par un sériciculteur d’Ille-sur-Tet dans les Pyrénées-Orientales, J. Domenach.

DSCN3541

Ce carnet à souches date du début du XXème siècle (on peut lire la date puisque le carnet est vierge mais à l’endroit où l’on doit ajouter le chiffre des unités est écrit Campagne 190_). Il aurait du servir à l’achat par des éleveurs de graines de vers à soie à cocons. 

DSCN3542

La partie de gauche devait être gardée par le vendeur à destination de vérification par les services fiscaux très certainement et celle de droite remise aux clients.
Avant la Guerre de 14, la sériciculture était très développée dans tout le Midi de la France et amenait un bon revenu complémentaire aux paysans qui, au printemps, élevaient des vers à soie pour revendre les cocons aux filatures.

« élevaient » ou plutôt éduquaient les vers à soie comme on peut le lire verticalement sur la partie du Bulletin à remettre à l’Educateur. 

DSCN3543

Le développement des soies artificielles, la disparition des mûriers mirent fin à cette agriculture traditionnelle dont quelques musées essaient de maintenir le souvenir de nos jours, comme celui de Taulignan dans la Drôme.

Au grenier de la maison de Caderousse se trouve les clayettes qui servaient tous les printemps.

DSCN1117 2

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

CADEROUSSE: des femmes à l’ouvrage grâce à HENRI IV et OLIVIER DE SERRES…

…aux Papes en Avignon au XIVème siècle qui introduisirent le mûrier dans ce département qui devint le Vaucluse.

On parle bien sûr là de la sériciculture, l’éducation et non pas l’élevage des vers à soie… activité économique qui se lança vraiment sous le règne d’Henri IV suite au travaux de l’agronome ardéchois Olivier de Serres.

Voici donc cette photo montrant un groupe de femmes en train de décoconner.

DSCN1818

Aucune remarque au dos, juste un groupe de femmes en train de retirer les cocons des rameaux de bruyère sur lesquels ils ont tissé leur cocon. Il faut ensuite les retirer délicatement de la bruyère et c’est un travail réservé aux femmes et aux enfants par excellence.

De quand date cette photo? De la fin du XIXème siècle à la vue de ce papier fin sur lequel l’image est un peu passée ? De 1908-1909 si la plus jeune des personnes est bien ma grand-mère paternelle, Philine Boissel. Elle ressemble un tout petit peu à la personne que j’ai connu, sans en être certain totalement. De toute façon, la photo provient de la famille Boissel et non Guérin et il reste au grenier de la maison de la place Jean Jaurès des claies rappelant cette époque et à la maison une ancienne couveuse de graines de vers à soie ramenée et devenue boîte à couture (que je présenterai prochainement). Cette activité secondaire qu’était l’éducation des vers à soie offrait un revenu conséquent aux paysans du sud de la France, pour peu que le temps le permette et que les maladies épargnent les élevages.

DSCN1818

Le délicat travail de la cueillette des cocons.

DSCN1818_3

L’or blanc de la sériciculture dans les paniers bien garnies.

DSCN1818_2

Même les enfants participent à ce moment de convivialité. Ma grand-mère certainement ?

Poster un commentaire

Classé dans Jeux, Photographie