Archives de Tag: 1916

Un journal de Tranchées: LA ROULANTE du 369 n°9 du 25 décembre 1916 (5/10)

Sous les traits de crayon d’A. Guille, les Rois Mages rendent visite au Christ. Ils amènent des présents: une marionnette, un mouton et un canon. Des symboles pour désigner les Poilus ? Des marionnettes et des moutons pour l’Armée ? Qui sont les personnages caricaturés, l’ange et les rois ? Que signifie le titre au dessous de Noël 1916: Naissance du Bluet ? Une autre écriture de bleuet certainement. Peut-être une référence aux « Bleuets » les soldats de la classe 17 appelée par anticipation en 1916.

P. Montagné raconte en seconde page le repas délicieux de Noël avec des sardines pour entrée, du « boeuf gros sel » ou « gros sel boeuf » ou « boeuf au riz » ou « riz au boeuf » et un camembert pour finir. Le tout arrosé de toute forme de pinards. Un vrai réveillon avec la daube ordinaire des rations militaires !

Les quatrains du V.P. (le Vieux Poilu): La Marraine, L’Indiscret et Le Bouc. La marraine fait référence aux marraines de guerre:

« Sidi, ne faites pas l’enfant ! »

Dit la dame confuse à son vainqueur.

« Madame, dit Sidi, rêveur,

« Ti aurais du le dire avant ! »

Plein de sous-entendus.

Une chanson en page 30, la quatrième de couverture: « le commerce n’est plus possible »: une chanson en plusieurs couplets pour dénoncer la fermeture d’un commerce de tranchée, d’un Foyer de Soldat par l’autorité militaire, commerce qui ne faisait aucun bénéfice mais procurait un peu de bonheur aux Poilus. On sent là qu’il s’agit d’une histoire vraie derrière les traits d’humour.

Un feuillet recto-verso volant (il devait y en avoir plus d’un à l’origine) avec ce dessin humoristique de Louis Schem et au dos…

… un dessin d’A. Guille et un texte de Ch. Dujardin paraphrasant avec la graphie de l’époque des propos de Rabelais pour annoncer que la Roulante continuera de paraître en 1917. Original. On sent que les rédacteurs de cette feuille destranchées sont d’un niveau d’instruction 4 pour faire référence à une rubrique des fiches matricules.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Un journal de Tranchées: LA ROULANTE du 369 n°7 du 20 octobre 1916 (4/10)

La Roulante est passé à un 4 pages, la une d’A. Guille y moque les aviateurs, les « As » qui ont l’honneur des communiqués à la place des taiseux, les Poilus de première ligne, la chair à canon. Les « As » sont devenus des chiens se disputant… les rats qui pullulent dans les tranchées.

Page 20 donc… (numérotation depuis le n°1)

A gauche, un conte d’Alphonse Daudet sur la Tarasque. Sauf qu’il s’agit là de la Tarasque du Nord, animal nouveau et encombrant, les tanks, les chars de combat. Bouratin va le découvrir au front puis en rêver la nuit venue.
A droite, la suite du feuilleton des Fiefs de Poilus inauguré au n°3. Des lettres fictives de lecteurs… Une affaire qui plaît aux Poilus.

Une pièce de théâtre en 3 actes sur un coup de main que doit faire un homme sur un point ennemi. Il revient avec quatre Allemands prisonniers qu’il a tourné… puisqu’il était tourneur à l’usine et qu’il est au front car un épicier l’a remplacé à l’usine (chute pas évidente !)

En page 22, un dessin humoristique sur le jeu de mot « Somme », la région où combattent les Anglais et la sieste !

Des Percos (des brèves) , on y moque les « As » à nouveau, surtout ceux planqués, la censure avec cette simili-coupe…

…et quelques frivolités avec un article sur la mode hivernale dans les tranchées qui sera… le port du casque !

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Un journal de Tranchées: LA ROULANTE du 369 n°3 du 15 août 1916 (3/10)

Une charge des roulantes enfonçant les lignes allemandes et mettant les Teutons en débandade. Il s’agit d’un dessin d’A. Guille commenté par Paul Déroul…antes ! Un jeu de mot faisant allusion à un ancien leader d’un mouvement patriotique.

D’un élan rapide et large

Les cuistots font la charge

Brandissant leur bouteillon

Et perchés sur leur bouzine

Ils descendent la colline

Dans la fumée du bouillon.

Le FDP, le Fief du Poilu se moque de la condition des hommes au front.

Cette ligue fondée par un collaborateur du journal, le docteur Lannery fondateur de la LDCDLTEDF (Ligue du Coin de la Terre et du Foyer) revendique que l’on accorde un lopin de terre à tous les hommes ayant construit des cagans, remué de la terre et ayant vécu avec des rats et des poux… avec le pinard gratuit… ajoute le dessinateur Pas-Caudry.

Au bout du quai. Le monocle y raconte avec un humour grinçant le voyage en chemin de fer (précédé de 20km de marche à pied) pour se rendre d’une position à une autre, dans des wagons à bestiaux sans aucun confort pour les hommes et sans trop savoir de ce que sera fait la suite. Sans que la censure n’intervienne devant ce texte humoristique… pas tant que cela à y regardant de plus près.

Un petit supplément à cette double page…

Un château… en souvenir de notre séjour à B… de Pas-Cautry… toujours aussi grinçant !!!

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Un journal de Tranchées: LA ROULANTE du 369 n°2 du 4 août 1916 (2/10)

A la une de ce numéro 2 de La Roulante (une feuille recto-verso), en date du 4 août 1916, l’heure du Bain dessinée par Pas-Caudry. Dans la ville de B…, les Poilus descendent-ils la grande artère pour aller aux 100 000 chemises, un grand magasin ? Non, les fashionables Poilus s’en vont au Bain. Dans l’article qui suit en seconde page, « la monocle » se moque de la situation des Poilus en racontant que le bain, l’entrée et la sortie des eaux, se fait au sifflet, comme les attaques sur le front.

Article de Charles Humbert sur les revendications des Poilus après deux ans de guerre.

On y lit des requêtes des plus farfelues mais qui démontrent bien les préoccupations des hommes:

  • Permission de 6 mois après 7 jours de présence,
  • Le pinard gratuit, laïc (pas baptisé) et obligatoire et… la réforme des Poilus qui ne tiennent pas le litre.
  • suppression du boeuf et du riz comme denrées alimentaires,
  • prêt journalier de 5 francs dans les conditions du Syndicat des PTT et employés de l’Etat,
  • cigares de Brésil (? pas sûr ?) en échange des rondins actuellement distribués et qui peuvent servir utilement à la défense nationale.

Après un article d’Adolphe Brisson relatant une pièce de théâtre mise en scène par les hommes du régiment, les Percos de la Roulante, les potins et petites annonces en quelque sorte.

Vente du matériel de théâtre, le régiment devant déménager pour rejoindre le camp retranché de Paris.

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Un journal de Tranchées: LA ROULANTE du 369 (1/10)

Dans les jours qui viennent, présentation d’une petite collection d’un journal des tranchées, La Roulante, organe du 3.6.9 soit en langage clair du 369ème Régiment d’Infanterie de Besançon. Cette feuille parut de juillet 1916 à mars 1917.

La Roulante, c’est bien sûr la cuisine qui amenait au front la nourriture des Poilus. Avec le courrier, c’était l’autre bon moment qui rompait l’ennui au front.
Ces journaux d’unité se développèrent à partir et grâce à la stabilisation du front et à la guerre de position de janvier 1915 jusqu’à septembre 1918 au moment de la reprise de la guerre de mouvement.

Nombre d’unités eurent leur feuille de chou et des dessinateurs de talent y prêtèrent leur génie. L’humour était dans toutes les pages et la censure était contournée sans réellement y avoir prise. Quelques feuilles subversives circulèrent également surtout à partir du moment où la guerre commença à durer.

Voici donc quelques numéros de La Roulante, pas tous en très bon état. Dans cette revue, le peintre et caricaturiste Claude Bils oeuvra. On le voit en oeuvre en train de dessiner des prisonniers allemands dans Le Miroir du 09 janvier 1916

https://unmondedepapiers.com/2016/01/09/il-y-a-100-ans-jour-pour-jour-le-miroir-du-dimanche-28-novembre-1915-2/

Dans le dessin ci-dessus signé Conis Schen, on voit un civil venir chercher son journal en pataugeant dans la boue de la tranchée alors qu’il aurait pu s’abonner pour le recevoir chez lui. Il maugréait ces paroles de ce prospectus publicitaire incitant le lectorat à s’abonner.

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

108 POILUS de Caderousse, 108 DESTINS… BRUGUIER Marius.

108 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 108 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Vingt-deuxième nom de la liste: Bruguier Marius François.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

Petit frère de Léon Bruguier, né le 16 août 1886, Marius fut appelé sous les drapeaux le 7 octobre 1907. La révolte des vignerons du Midi et la mutinerie des soldats du 17ème de Ligne étant passées par là, Marius dut prendre la direction de Besançon au lieu d’Avignon. Pas de caserne Chabran et de 58ème RI mais la caserne Charmont et le 60ème Régiment d’Infanterie pour le jeune Caderoussier ! Sa période militaire durera un peu plus de trois ans à cause d’un petit problème de discipline au début de l’an 1908 !

En effet, la lecture du registre matricule de Marius Bruguier nous apprend qu’il sera un temps considéré comme déserteur. Oui, il quitta en douce le régiment doubiste et la région de Besançon le 21 janvier 1908. L’autorité militaire s’en aperçut lors de l’appel du soir. Le semaine réglementaire d’attente passée, l’Armée le plaça comme déserteur le 28 janvier suivant. Ça ne sentait pas très bon pour Marius, rentré à Caderousse dans son foyer. C’est là que les gendarmes d’Avignon vinrent le cueillir le même jour et sa fugue prit fin. Il était ramené dans son unité entre deux gendarmes le 31 janvier 1908.

L’armée ne lui tint pas rigueur de cette petite incartade car Marius ne connut pas le trou, sa « désertion » ne fut pas inscrite dans son dossier militaire et il reçut tout de même à sa libération un certificat de bonne conduite. Mais comme le règlement est le règlement, il fit deux semaines de supplément à la fin de ses trois années et retrouva la vie civile avec 15 jours de retard, le 24 octobre 1909.

Six ans plus tard, c’était la guerre, la mobilisation générale du 2 août 1914 et un retour sous les drapeaux pour tous les réservistes nés à partir de 1867. Marius en faisait bien entendu partie mais on le convoqua à la caserne Chabran d’Avignon et non à Besançon. Il fut donc incorporé au 258ème Régiment d’Infanterie, la réserve du 58ème Régiment d’Infanterie. Ce petit détail, non mentionné sur les registres matricules de Marius Bruguier, ne posa problème un bon moment lors de cette recherche, avant de pouvoir renouer le fil de ce récit !

Ce sont les régiments des jeunes recrues qui furent envoyées en premier vers le front de l’est et du nord de la France. Le 58ème R.I. partit d’Avignon très rapidement pour la région de Nancy, on en a parlé lors de l’évocation de la courte guerre d’Augustin Aubert, tué le 11 août 1914, lors d’une initiative malheureuse d’un gradé inconscient du côté de Lagarde. A cette date, les « vieux » du 258ème campaient du côté de L’Isle-sur-la-Sorgue, de Chateauneuf-de-Gadagne, attendant en tirant quelques coups de feux d’entraînement que le PLM ait pu absorbé le flot des troupes prêtes au combat.

Le 258ème prit le train le 21 août et débarqua à Dugny-sur-Meuse ce fameux 22 août 1914, le « Bloody Day » de l’Armée française. On est là au sud de Verdun. Les premiers coups de feu sont échangés avec les Allemands deux jours plus tard, à Buzy-Darmont. Mais ce n’est rien d’un gentil prologue. Le Journal de Marche de l’unité parle d’une petite panique (cohue) chez les hommes devant la puissance de tir ennemie. Finies les manoeuvres à Gadagne, on dénombre 100 tués et 300 blessés dans les rang du 258ème, en 24 heures ! Terrible baptême du feu !

Mais le régiment connaîtra bien pire, un an et demi plus tard. Nous sommes toujours dans le même coin d’Argonne mais depuis le 21 février 1916, c’est l’enfer. Les réservistes avignonnais tiennent le secteur du bois de Malancourt, à 20 kilomètres au nord-ouest de Verdun. Les jours qui précèdent le 20 mars 1916 sont plutôt calmes: quelques tirs croisés. Trop calmes ! Les Allemands amènent en cachette des observateurs français qui ont tout de même entendu des bruits de véhicules,  de nombreuses troupes. Le matin du 20 mars 1916, c’est l’attaque et la narration qu’en fait le membre de l’Etat-Major de l’unité à l’arrière est édifiante:

Scénario classique: un déluge d’artillerie s’abat sur les tranchées du 258ème au bois de Malancourt laissant les hommes hébétés et annihilant toute réaction quand les vagues d’assaut des fantassins allemands déboulent. Bilan, de nombreux tués et blessés et quasiment tout le régiment détruit à l’exemption de la 22ème compagnie, l’Etat-Major s’en apercevra 2 jours après quand elle réapparaîtra ! Un désastre tel que le régiment sera dissout, faute de combattants, quelques jours après.

Beaucoup d’hommes furent fait prisonniers et ce fut le cas de Marius Bruguier. Sa guerre était terminée et il fut envoyé à l’arrière, au camp d’Heuberg. Ce camp était situé sur la commune de Stetten-am-Kalten-Markt, non loin de Sigmaringen où en 1945 se réfugièrent Pétain et Laval. Ce camp fut ouvert dès le 17 octobre 1914 par l’armée allemande. Les 29 premiers prisonniers français arrivèrent en 25 novembre de la même année. Cinq jours plus tard, ils étaient presque 200 et deux ans et demi après, Heuberg était devenu une ville cosmopolite de 15 000 hommes, principalement des Russes (7 500) et des Français (5 000) ! Le site de l’Amicale du 3ème Dragons évoque ce camp et publie d’intéressantes photos et textes. A visiter !

A cette date de la fin d’été 1917, Marius Bruguier n’était plus en Bade-Württemberg. Le 17 septembre 1917, gravement malade, les autorités allemandes autorisèrent la Croix-Rouge à l’évacuer en Suisse. Toujours retenu, il bénéficia des accords de Berne entre les belligérants français et allemands sur le sort des prisonniers de guerre blessés ou malades pour être définitivement transféré en France. Tous les 2 mois, deux trains de prisonniers faisaient la navette entre Constance et Lyon, emmenant et ramenant des centaines de malades et grands blessés.  A partir du 29 mars 1918, Marius Bruguier fut hospitalisé un temps à Saint-Genis-Laval, dans cette bourgeoise banlieue ouest lyonnaise puis évacué chez lui, à Caderousse.

Atteint d’une grave tuberculose pulmonaire, il s’éteignit auprès des siens le 08 août 1918, quelques jours avant de fêter son 32ème anniversaire. Il est considéré comme Mort Pour La France, ayant contracté cette maladie en camp de prisonniers de guerre.

La fiche de Marius François Bruguier de Mémoire des Hommes

…et une autre fiche concernant le même Marius Bruguier sur ce même site.

Marius François Bruguier matricule 311 classe 1906, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. 

A suivre: Martial Bruguier.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BOUSCHET Rémi

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre… et 16 oubliés: 122 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Seizième nom de la liste: Bouschet Rémi Augustin.

Première face du Monument de Caderousse.

Rémi Bouschet est né dans la campagne de Caderousse, aux Cairannes de Saint-Michel et Saint-Martin le 25 février 1892. Son père François Ferdinand Bouschet est cultivateur et âgé de 30 ans à sa naissance. Sa mère Elisabeth Baptistine Guigue née à Saint-Victor-la-Coste dans le Gard  est seulement âgée de 25 ans en 1892. Plus tard, on sait que Rémi a choisi la profession de garçon… boucher même s’il n’a guère dû longtemps exercer son métier.

Les inscriptions de la famille Bouschet aux recensements successifs de 1901, 1906 et 1911 sont truffées d’erreurs.

Tout d’abord, en 1901,…

…Rémy, l’aîné de la famille est devenu René et la petite dernière Marie est âgée de 9 ans (soit 3 ans de plus que son cadet Marius).

En 1906, ci-dessus, l’agent recenseur a tout simplement inversé les prénoms des enfants, Marius se retrouvant l’aîné de la fratrie en lieu et place de Rémy, devenu le cadet !

En 1911, enfin, nouvelle inversion de cet agent recenseur décidément distrait (s’il s’agit du même qu’en 1906): les dates de naissance de Baptistine la mère et celle de l’aîné de ses enfants redevenu Rémy ont  été inversées ainsi que le lieu de naissance de la mère passé au fils.
Sans oublier qu’à aucun moment des 3 recensements, Bouschet n’a été écrit avec le S officiel !
Malgré cela, on a compris que le couple Ferdinand Bouschet- Guigue Baptistine a eu 3 enfants dont 2 garçons qui feront partie des classes appelées à faire la Grande Guerre. Ils connaîtront tout deux des sorts dramatiques, on va en parler.

Rémy, tout d’abord, sera incorporé le 6 octobre 1913 et expédié immédiatement au 173ème Régiment d’Infanterie à Ajaccio qu’il rejoindra le 8 octobre. On imagine sans peine que ce sera là le meilleur moment de la période militaire de ce Poilu caderoussier.

Le jour de la déclaration de guerre, il était donc à l’armée depuis 10 mois. Le 6 août, son régiment est à Marseille. Le 14 août à Jarville et le 16 à Lagarde, non loin de là où était mort Augustin Aubert le 11 août.  Le 20 août, c’est la bataille de Dieuze au nord-st de Nancy pour le baptême du feu du 173ème R.I.

Dans le document de Mémoire des Hommes intitulé Etapes et combats du 173ème Régiment d’Infanterie du 02 août 1914 au 30 avril 1919, on peut lire que le régiment ajaccien viendra remplacer le 18 octobre 1915, le 118ème R.I.T. décimé par un nuage de gaz toxique devant le fort de la Pompelle près de Reims.

Deux Caderoussiers disparaîtront lors de cette attaque au gaz moutarde, Emile Sauvage et Adrien Guérin, mon arrière-grand-père, tous deux décédés le 21 octobre 1915. On l’a déjà évoqué et on en reparlera dans quelque temps.

Par la suite, ce régiment tiendra le secteur des Hurlus du 02 décembre 1915 au 01er mai 1916, non loin de la main de Massiges où disparut Louis Berbiguier.

Ce secteur de la Marne, à la limite des Ardennes, fut soumis à des bombardements violents et incessants pendant presque toute la durée de la guerre, du moins de 1915 à 1917. A tel point que de pas moins de 5 villages de cette région ont tout simplement été rayés de la carte de France: Hurlus, le Mesnil-les-Hurlus, Perthes-les-Hurlus, Ripont et Tahure, tous décrétés villages Morts pour la France et jamais reconstruits après la fin des hostilités.

Un secteur qui n’a plus été cultivé après guerre et est resté une immense friche militaire comme on le voit depuis cette vue aérienne actuelle;…

…ce grand hexagone vert foncé correspondant à une forêt dangereuse car truffée de munitions non explosées.  C’est là que s’est installé le camp militaire de Suippes réservé de nos jours aux unités d’artillerie qui continuent à remplir les sols de déchets métalliques.

Les combats d’artillerie sont si fréquents que le jour du décès de Rémi Bouschet, le 25 janvier 1916, l’auteur du Journal de Marche de l’unité raconte qu’il ne s’est rien passé de notable…

aucune activité particulière mais en reconnaissant tout de même plus bas qu’une grande activité des deux artilleries et des luttes à coup de grenades dans les postes avancés ont tout de même eu lieu. Des Broutilles ! A tel point que Rémi Bouschet et certainement quelques autres infortunés Poilus furent atteints très grièvement par ces tirs. Lequel Rémi, décéda des suites de ses blessures à l’ambulance 3/15 de Somme-Bionne à l’arrière du front, à deux pas du célèbre moulin de Valmy !

Rémi Augustin Bouschet repose à la Métropole Nationale de « Pont-de-Marson » de Minaucourt-le-Mesnil-les-Hurlus, dans la tombe individuelle 5420.

Rémi Augustin Bouschet, matricule 715, classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule complète sur le site des Archives du Vaucluse. Bien que le patronyme Bouschet, sous cette écriture, ne soit guère présent dans la région,  si un descendant indirect reconnaît un membre se sa famille, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède quelques photos ou documents.

Post-scriptum.

Quelques mots pour terminer sur le second fils du couple Ferdinand Bouschet- Guigue Baptistine et petit frère de Rémi. Né en 1894, Bénoni Marius Bouschet rejoignit le 7ème Bataillon de Chasseurs à Pied le 05 février 1915. Il fut une première fois blessé gravement le 06 octobre 1915 dans les Vosges, d’une balle dans la tête. Pas de réforme après une convalescence et retour au front le 26 septembre 1916. Seconde blessure, plus grave , le 11 août 1918 qui lui laissera une infirmité certaine en bas de la jambe droite et à l’avant-bras gauche avec la perte d’un doigt de cette main. Cela lui « permettra » d’obtenir un emploi protégé comme garde-barrière au PLM après-guerre successivement à Piolenc, Mornas puis Montségur-sur-Lauzon dans la Drôme. Cette guerre fut terriblement dure pour les 2 frères Bouschet et les leurs !

A suivre Isidore Brémond

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherhe