Archives mensuelles : septembre 2015

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 30 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 423 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Sur la couverture, une photographie de cette astucieuse fabrication française que cette mitrailleuse montée sur un tonneau pouvant pivoter et destiner à lutter contre les aéronefs allemands. Les prémices de la DCA.

Les ancêtres également des bâtiments préfabriqués…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

que cette ambulance offerte par le baron de Rotschild au Ministère de la Guerre. Étonnamment moderne.

Une nouvelle arme, inventée par les Allemands, bien sûr…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qui consiste à projeter du pétrole enflammé sur les lignes adverses, ancêtre des lance-flammes.

Tiens ! une photo déjà vue dans Sur le Vif du 18 septembre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

celle des invalides de guerre qui réapprennent à vivre.

La Guerre Photographiée a aussi en retard pour annoncer la mort de Pégoud, un mois exactement puisqu’elle est survenue le 31 août dernier.

Deux articles avec…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la photo de l’aviateur et 2 vues des obsèques à Belfort. On dénombre plus de 50 couronnes portées par des soldats précédant le corbillard.

Encore un hommage avec les commémorations du premier anniversaire de la bataille de la Marne. Deux vues intéressantes:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la foule des personnalité au milieu des champs et…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

un cultivateur labourant son champ au milieu des tombes des soldats tombés lors de ces combats de septembre 1914.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche, Revues

CADEROUSSE: le DÉFILÉ de l’HARMONIE pour la FÊTE de la SAINT-MICHEL en 1950

A Caderousse, les fêtes patronales se déroulent pour la Saint-Michel, à la fin du mois de septembre.   Certes, une année, on essaya d’avancer les festivités au mois d’août mais le ciel se fâcha en laissant tomber un orage dantesque qui inonda tout. L’expérience tourna court et ne fut plus renouvelée.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A lire l’article A Caderousse-(sous)-les eaux… du 20 mai 2014.

Deux cartes postales datant de la Saint-Michel 1950 montrent un défilé qui vient de parcourir les rues du village et tourne en face de la porte d’Orange dans le cours Aristide Briand où sont installées les attractions foraines.

 SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’harmonie de Caderousse précède un groupe folklorique avec enfants, hommes et femmes en tenue provençale, peut-être les Enfants d’Arausio.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mais revenons sur la première vue en agrandissant le groupe de musicien:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On voit que l’harmonie est composée d’un tambour, 3 trombones, un violon, 3 trompettes et un saxo. Le quatrième musicien en partant de la gauche, en tenue claire, est mon père Adrien, musicien lisant le solfège et qui participa à cette harmonie jusqu’à ce qu’il dût partir dans la Drôme pour mutation professionnelle.

L’harmonie faisait les défilés et animait les bals de la région, autant en Vaucluse que dans le proche Gard et même jusque dans la Drôme puisque j’ai entendu parler qu’elle avait fait danser jeunes et moins jeunes pour  la fête de La Bégude de Mazenc.

Une photo montre la suite du défilé de la Saint-Michel 1950 dans le cours, devant les baraques.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mon père a pu mettre un nom sur les visages des musiciens.
En partant de la droite vers la gauche, il a reconnu Mondon (premier trombone), Bourgeois (au tambour), lui-même (trombone), Jean Vaton (à la trompette), Morbet (avec le trombone relevé), Albin Aubépard (au violon), Rolland Babiol (au saxo) sans oublier Jean Aubépard (caché par son frère au violon et qui joue de la trompette).

Pour finir sur le même sujet de l’harmonie municipale de Caderousse, une autre vue de celle-ci

SAMSUNG CAMERA PICTURES

non datée mais certainement antérieure aux précédentes (entre 1945 et 1949) avec Adrien toujours au trombone, 4ème à partir de la gauche et certainement son père (mon grand-père) Gabriel à la grosse caisse. La photo a été prise sur la place Jean Jaurès, devant la maison familiale. On voit la boucherie de « Major » (Reynaud) le beau-père de Léonce, le petit frère de Gabriel, Léonce qui plus tard reprendra ce commerce et deviendra boucher lui qui avait une formation de… menuisier.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie

29 septembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP de SAINT-CYPRIEN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

29 septembre 1939.

C’est vrai qu’Eulalio a beaucoup plus de loisirs d’écrire à Saint-Cyprien car l’article du jour est particulièrement long. De plus, des amis de sa baraque lui ont trouvé un nouvel emplacement beaucoup mieux éclairé.
La nuit est difficile avec les bruits des autres, le froid qui sévit, les poux qui sont particulièrement agressifs.

Rencontre avec un certain Jacinto qui vient juste d’arriver d’Espagne, via Biarritz. C’est grâce à son oncle, colonel franquiste qu’il a pu s’échapper et rejoindre la France. Il attendait dans une prison d’être exécuté avec des dizaines d’autres détenus. Cette attente était un supplice pour tous les hommes. La nuit, 5 ou 6 détenus étaient passés par les armes. C’était l’appel des suppliciés qui était le plus dur, les gardiens prenant un malin plaisir à égrainer les noms le plus lentement possible, de la manière la plus sadique pour mettre au supplice le plus de personnes… Un jour Jacinto crut qu’il allait y être et avait demandé à une connaissance dans le peloton d’exécution, un fin tireur, de s’occuper de lui, .

D’autres nouvelles de Santander. La journaliste Matilde Zapata a été exécuté au garrot*. Il avait connu cette personne, la Pasonaria de Santander, dans le mouvement des Jeunesses Socialistes avant puis pendant la Guerre Civile. Elle avait une plume assassine dans le journal dans lequel elle écrivait avec son conjoint Lucien Malumbres, assassiné avant le guerre, alors qu’il était pourtant protégé en permanence. C’est en cette occasion qu’Eulalio rencontra pour la première fois un mort et cela le choqua beaucoup.

La nourriture du camp est mauvaise, peu abondante. Les hommes sont tenaillés par la faim et sont considérés comme des bêtes.
Le soir, Eulalio essaie de trouver le sommeil malgré le ventre creux, le froid présent et les poux agressifs.

 A suivre le 3 octobre…

*le site http://www.unidadcivicaporlarepublica.es/index.php/nuestra-memoria/semblanzas-y-biografias/6433-matilde-zapata-de-periodista-a-leyenda nous apprend que Matilde Zapata a été fusillée à Santander le 28 mai 1938. A lire…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

28 septembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP de SAINT-CYPRIEN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

28 septembre 1939.

Le camp de Saint-Cyprien ressemble beaucoup à celui d’Argelès. Les mêmes baraques proches de la plage avec le WC plus près de l’eau ce qui rend l’attente plus difficile. La nourriture est maigre et mauvaise. Eulalio pense qu’on y donne de la viande de cheval quand on parle de boeuf mais les considérations philosophiques importent peu quand on a faim.
La nuit, le froid est pénible à supporter alors que les poux dérangent moins.

En journée, toujours peu d’activité, la principale pour l’auteur étant celle d’écrire. Là, les conditions se sont améliorées avec la présence d’une petite table.

A côté du camp militaire où vit la Compagnie de Travail, se trouve un camp civil dans lequel Eulalio retrouve quelques connaissances dont les filles de son ami à qui il a rendu visite.

Les hauts-parleurs du camp informent sans arrêt les détenus. Tout y est dit, même les noms des punis et les raisons des punitions ! Sur le soir, ce sont les dernières nouvelles de la guerre qu’on peut entendre. Il ne s’agit là que de propagande. Alors Radio Chabola bat son plein. Les âneries du jour: l’Armée s’est soulevé contre Franco en Catalogne et le pouvoir franquiste vacille, Hitler a été blessé et serait moribond !

La grande activité du camp de Saint-Cyprien est le football. On y joue presque tous les jours. Eulalio retrouve des anciens footballeurs de sa région dont un qui a été blessé par balle et exhibe sa cicatrice à la cuisse quand il est en short comme une marque d’héroïsme.

 A suivre le 29 septembre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

1916: RÉQUISITIONS des BETTERAVES dans une région occupée par les ALLEMANDS.

Il s’agit d’une affichette datée du 28 septembre 1916 avec le même texte…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

en Allemand à gauche et..

SAMSUNG CAMERA PICTURES

traduit en Français à droite.

En fait d’Ordonnance, le général-inspecteur allemand SAMSUNG CAMERA PICTURESdicte les conditions de l’occupant en ce qui concerne la récolte 1916 de betteraves qui va commencer.

Tout d’abord, la date du début de la récolte est fixée au 10 octobre suivant. Pas un jour avant ! Chaque cultivateur peut garder 4 tonnes de betteraves pour nourrir le gros bétail (4 tonnes pour chaque vache, cheval…) et 2 tonnes pour chaque tête de menu bétail (moutons, porcs…)
Comme vous pourrez le lire plus bas, pour l’administration militaire allemande, chaque animal a droit à 20 kg de betteraves par jour pendant 200 jours par an. Pour les 165 jours restants, elle considère que les animaux iront se nourrir dans les champs.

Le supplément de récolte est réquisitionné par l’armée allemande pour nourrir ses chevaux et sera payé 1,60 francs le quintal.
Bien entendu, toute triche sera punie et le Maire de la commune sera tenu co-responsable de ces événtuels agissements.

Dans ce cas, les betteraves soustraites à l’occupant seront tout bonnement confisquées.

Le texte de cette Ordonnance en Français:

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

et le décret dans la langue (administrative) de Goethe:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce papier n’est pas localisé, on parle de Commandature d’Etape mais il ne semble pas que ce soit le nom d’un lieu occupé. Ce doit être un papier concernant la culture de betteraves de tous les territoires francophones occupés.

Pendant ce premier conflit mondial, ces territoires français et belges connurent une occupation très difficile. En plus de la menace des combats, ils subissaient les rationnements comme de l’autre côté du front mais aussi un régime militaire implacable avec brimades, décisions arbitraires, condamnations injustes et quelquefois exécutions sommaires.

Poster un commentaire

Classé dans Affiche, Vieux papiers

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 26 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 419 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Des aviateurs décorés par Franchet d’Esperey au retour d’une mission de bombardement. C’est toujours intéressant de dire aux lecteurs qu’il existe encore des héros dans les airs surtout après la mort de Pégoud et la captivité de Garros et Gilbert.

Au sujet de la disparition de Pégoud, l’histoire raconte que son vainqueur, l’aviateur allemand Otto Kandulski et son mitrailleur Von Bilitz sont venus jeter une couronne de laurier en son honneur, au-dessus du lieu du crash le 6 septembre. Voici cette dernière déposée sur sa tombe:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Elle porte l’inscription:

dem im kampfe für sein vaterland
gefallenen flieger Pégoud
ehrt der gegner 

ce qui se traduire par:

en l’honneur de l’aviateur Pégoud

tombé pour son pays

de la part de son adversaire.

Il y avait beaucoup de respect mutuel entre aviateurs ennemis.

Ravitaillement en eau en Artois avec ce puits d’où on extrait l’eau pour remplir des tonneaux…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

eau acheminée à dos d’hommes dans les boyaux jusqu’aux tranchées. C’est l’été  (quand la photo a été prise) et l’eau est primordiale pour le moral de la troupe.

Hommage à la population civile de Reims qui vit à portée de tir des obus allemands:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A noter cette enseigne originale sur la photo du milieu avec, à côté du bar de la Chope d’Or, Le Familistère à consonance très moderne. A l’époque cette chaine de magasin comptait 850 succursales dans 18 départements de l’est. Il s’agit là de la succursale n°46.

Une autre page entière pour quelques vues du naufrage de l’Hesperian, torpillé par un U-boat 20 au large de l’Irlande:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Moins médiatisée que le naufrage du Lusitania, cette catastrophe se déroula au large de Fastnet Rock et coûta la vie à 32 personnes. L’Hesperia était un paquebot récent puisque mis à l’eau en 1907.

Des airs de vacances sur la Côte d’Azur ou la Riviera que cette visite de Joffre au QG italien, dans une luxueuse résidence:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il semblerait que cette scène se déroule à Udine.

Pour les résidents de cette demeure, on est loin du front et des scènes reproduites sur cette page:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En haut, un bombardement sur le village alsacien de Bitschwiller près de Thann et en bas sur celui de Boesinghe en Belgique.

 Gallipoli vu de l’arrière et non pas des premières lignes, avec des images des services aux soldats:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De haut en bas: le service de désinfection des vêtements; les prisonniers turcs fabriquant des cercueils et une ambulance au pied d’une forteresse démantelée.

Ou encore ces baignades depuis le pont des navires de guerre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

quasiment des images de vacances !

Pour terminer, un peu de patriotisme bon marché avec ces manoeuvres jouées par des jeunes enfants…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la préparation de la classe 1930 comme est titrée cette page.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 25 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 418 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le baiser au drapeau pour un grand blessé sur la couverture. Il s’agit d’une unité de Chasseurs Alpins.

Pas vraiment de ligne directive dans ce numéro, mais quelques vues originales, comme ce bazar ambulant pour ravitailler les hommes en menus objets de la vie quotidienne:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Du front de Gallipoli, des vues de chaos avec des restes de soldats turcs après une charge sur une tranchée alliée.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’auteur de la légende des photos désigne les Allemands comme responsable du fanatisme des soldats turcs de part leur mode de commandement.

En Italie des bersaglieri cyclistes:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et une ambulance de ces mêmes unités:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

En double page centrale, une vue intéressante quoique fortement retouchée…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

de prisonnières françaises issues des territoires du Nord occupés par les Allemands et regroupées dans un camp à Havelberg, dans un confort très rudimentaire. Une photo qui préfigure ce qui se passera 25 ans plus tard…

En dernière page, la présentation du nouveau casque français…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qui est celui qui sera adopté et que connaîtront bon nombre de soldats jusqu’à la seconde guerre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Revues