Archives quotidiennes : 04/09/2015

4 septembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP du BARCARÈS

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

4 septembre 1939.

Tout à changé depuis le dernier écrit d’Eulalio: Hitler a attaqué la Pologne, la France et le Royaume Uni ont déclaré la guerre à l’Allemagne. La réalité tragique s’impose: nous sommes en guerre ! C’est par ces mots que commence l’écrit du jour.

Une conséquence inattendue de cet état de fait: les soldats français, les gendarmes français et même le vaguemestre qui apporte le courrier tous les matins sont d’un seul coup beaucoup plus aimables avec les détenus. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis ! Par contre, personne n’a envie de dénoncer les communistes comme on le demande.

Lors d’une promenade dans le camp avec 2 amis, l’un d’eux en arrive à dire qu’ils sont foutus. Eulalio n’est pas aussi défaitiste et sachant qu’il a déjà résisté dans le passé, il est sûr qu’il sera capable de continuer à le faire.
Rencontre avec un peintre valencian, Fabregat. Pour se changer les idées, Eulalio s’intéresse à son art, à son style… Celui-ci lui apprend qu’il a beaucoup de mal à vivre de son art… qu’il gagne à peine de quoi acheter des cigarettes et sa peinture. Pour aider les siens, il a donné 6 de ses oeuvres pour des tombolas dans le camp.

La nourriture s’est un peu améliorée mais les rations ont diminué, conséquence de la déclaration de guerre…. Pendant ce temps, Franco a proclamé sa neutralité dans le conflit.

Autre conséquence de la guerre, le couvre-feu est décrété dans le camp à partir de 20 heures. Tout le monde doit être dans les baraques. Des mitrailleuses sont installées tout autour du camp. Il devient très pénible de vivre entre cela et les délires de ceux qui ont perdu la tête….

Le projet d’évasion est enterré pour l’instant. Peut-être plus tard quand ils seront à la Compagnie de Travail…

A suivre le 8 septembre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 4 septembre 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 397 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une couverture déjà vue quelque part, certainement dans le Miroir il y a quelques semaines. Un tirailleur sénégalais blessé et (bien) soigné à l’hôpital américain. Cela semble normal mais les journaux insistent sur ce fait.

Une image d’un ballon captif d’observation gonflé avant son envol:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les observateurs dans la nacelle devaient être des proies faciles à la merci de la chasse adverse.

Nouvelle innovation que cette fronde pour le jet de grenades:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il devait falloir une certaine dextérité pour éviter que le jet ne se retourne contre le camp du lanceur.

Toujours la guerre des mines, certainement du côté de Vauquois avec le désastre environnemental causé par cette arme:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

doublé d’une catastrophe humaine:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mais n’est-ce pas le propre de la guerre ?

Double page sur une plage de Trouville, nous dit-on, bien loin du front, mais où la guerre est aussi présente.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Commençons par le comique avec ces nouvelles recrues s’entraînant à creuser des tranchées dans le sable de la plage.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plus sérieusement, les blessés nombreux dans la région se soignent par des bains de mer…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

entourés de l’agréable présence  féminine de baigneuses.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Certains en profitent pour faire commerce de l’artisanat de tranchée qu’ils ont pu fabriquer: bagues, briquets…

 Une dernière image que celle d’une autre innovation dans le diagnostic des blessures…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

les Rayons X, utilisation qui semble aller de soi pour le commentateur de la photo alors que l’on sait que Marie Curie eut un mal fou à imposer cette nouvelle technique de recherche des éclats de métal dans les corps des blessés auprès du personnel médical militaire, masculin et très conservateur.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le clin d’oeil matinal de Mr JUJUBE.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mr Jujube, c’est ce petit bonhomme qui tous les jours (sauf le dimanche) racontait une petite histoire en 2, 3 ou 4 dessins aux lecteurs du Provençal, le quotidien de Marseille et de la Provence. Son dessinateur JAF de son vrai nom Edmond Guérin, officia longtemps dans le journal.

Le sourire du jour.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans BD, Journaux