Archives de Tag: FOOTBALL

Le GALLIA CLUB de CADEROUSSE dans MATCH L’INTRAN.

Le Gallia Club était donc l’ancêtre de l’USC actuelle. Je n’en avais jamais entendu parler mais Jean-Paul Masse me l’a confirmé dimanche dernier.

Ce qui est étonnant, c’est qu’une photo de l’équipe première de ce club apparaisse dans un titre de la presse nationale, le 31 janvier 1933, dans Match l’Intran, le concurrent du Miroir des Sports pendant l’entre-deux-guerres, l’époque des revues bistre.

J’ai découvert cette photo sur delcampe et le dos m’a permis de localiser sa source. La collection assez fournie de ce titre a fait le reste.

Né fin 1926, Match l’Intran va paraître dans ce grand format jusqu’en 1938 pour ensuite devenir généraliste sous le titre de Match. Disparu après la défaite de juin 1940, il ne sera pas poursuivi pour faits de collaboration contrairement au Miroir des Sports et pourra repartir après-guerre, en 1946, sous le titre de Paris-Match, hebdomadaire généraliste bien connu. Ce dernier conserve de son grand ancêtre le goût pour les grandes photos, pour une information transmise à partir de l’image plus que par le texte.

Dans le n°334, des images des concurrents du Rallye de Monte-Carlo ayant pris le départ à Tallinn.

L’hebdo avait l’originalité de proposer deux unes, en première et en quatrième de couverture, se donnant donc la possibilité d’annoncer deux sujets principaux. Quelquefois, lors des grands évènements, le Tour de France ou les Jeux Olympiques, la photographie principale se déployait sur les deux couvertures devenant un véritable poster avant l’heure.

Les deux unes du 31 janvier 1933.

L’Intran ? me dites-vous. Tout simplement, la réduction de l’Intransigeant, un quotidien parisien à diffusion nationale, lui aussi amateur de grandes photos dans tous les domaines de l’actualité, la Guerre d’Espagne par exemple; Match l’Intran étant en quelque sorte le supplément hebdomadaire sportif de ce titre.

Et le Gallia Club de Caderousse dans tout cela ?

Match l’Intran avait pris pour habitude de publier, en troisième de couverture, une page consacrée aux équipes sportives de divisions inférieures de toute la France et de l’Afrique du Nord, dans tous les sports, individuels comme collectifs, masculin comme féminin, civil ou militaire.

On peut penser que ces publications, une quinzaine de photos sur cette page, avait pour but d’élargir le lectorat de la revue, de la populariser au grand public, pour se faire une place côté à du grand Miroir des Sports.

Ainsi le Gallia Club de Caderousse partageait l’actualité avec les footeux de CS Narbonne, de l’US Bélaimontain, de l’US Fresnay-sur-Sarthe, du Patriote de Bonnétable (Sarthe), de l’AAJ Blois, du Collège Sportif de Privas (Ardèche), de l’Iskra Guesmain (Nord), des SO Pont-de-Chéruy, du Cercle Laïque de Brive-la-Gaillarde, des rugbymen de l’Ecole Normale de Lescar, des basketteurs de Clichy et Saint-Maurice de Salins-les-Bains et des cyclistes de La Rochelle et Miramas.

Début février 1933, le kiosque de presse de Caderousse fut certainement dévalisé de ses Match l’Intran suite à la publication du numéro 334 !

 

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Revue, Sport

O.M. Un vieux POSTER ressorti du passé.

Il s’agit de l’O.M. saison 1975-76 qui pose sur ce poster, dans l’ancien Stade-Vélodrome qui possédait encore sa piste cycliste. Ce poster doit venir d’une revue locale puisque imprimé à Toulon.

Cette année-là, l’O.M. avait un peu raté sa saison en terminant à la neuvième place dans le ventre mou du championnat. Ce résultat avait été un peu décevant après la seconde place obtenue la saison précédente, l’année des Brésiliens Paulo Cézar et Jaïrzinho, deux champions du monde brésiliens de 1970 dont la saison et la carrière à l’O.M. s’étaient achevées en eau de boudin, un soir de 1/4 de finale retour de Coupe de France au Parc des Princes après une bousculade avec le corps arbitral.

Au mercato 1975 (on n’utilisait pas encore ce mot), l’O.M. avait pris le Soulier d’Or européen Hector Yazalde venu du Sporting du Portugal. Un jeune attaquant sénégalais Sarr Boubacar occupait la place de second étranger, l’Argentin Raoul Noguès venu de Lille ayant été naturalisé grâce à une ascendance française.

Cette année-là, le Champion de France était l’indéboulonnable A.S.S.E., Saint-Etienne, qui allait inscrire sa légende dans la défaite à Glasgow, un stade équipé de poteaux de but carrés. L’O.M. allait se contenter d’une finale hexagonale, celle de la Coupe de France, remportée au dépend de l’Olympique Lyonnais 2-0, des buts de Raoul Nogués et Sarr Boubacar en fin de partie. Cette finale assez quelconque allait sauver la saison du cluB.

Sur ce poster, on peut détailler l’effectif.
En haut, les minots dont seul Jean Fernandez allait s’incruster dans l’équipe:

Gransart- Martinez- Meunier- Mathieu- Truqui- Fernandez- Zlataric- Flores.

Au milieu, plutôt les joueurs défensifs. Les entraîneurs Jules Zvunka et Kraft:

Marius Trésor- Victor Zvunka- François Bracci- René Charrier- Gérard Migeon- Baulier- Jacky Lemée- Georges Eo.

Au premier plan, les joueurs à vocation offensive:

Marco Ropero- Félix Lendo- Albert Emon- Raoul Noguès- Hector Yazalde- Robert Buigues- Boubacar Sarr- Michel Albaladejo- Georges Bereta- Antoine Kuszowski.

L’équipe de la finale était ainsi composée:

Gérard Migeon

Jacky Lemée- Victor Zvunka- Marius Trésor- François Bracci

Robert Buigues- Jean Fernandez-Raoul Noguès

Boubacar Sarr- Hector Yazalde- Georges Bereta.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Affiche, Poster

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 22 février 1938.

Une vue du match de football disputé à Lille entre le Nord et la Pologne de l’Ouest et du Sud. Le gardien polonais s’empare ici du ballon mais il est allé tout de même le chercher quatre fois au fond de ses filets lors de cette rencontre. Il s’agit là de la « journée des Ligues ». Les autres matchs: Paris-Budapest à Paris (1-1), Nord-Est – Cologne (à Reims) 2-1, Lorraine-Hesse (à Metz) 5-2, Alsace – Wurtemberg-Bade (à Strasbourg) 3-4 et Franche-Comté -Victoria Zizkov (à Dijon) 3-1. Les prémices des Coupes d’Europe dix-huit ans avant les débuts officiels de la compétition.

Au programme du dimanche, les résultats de championnats de France de ski. En images:

Emile Allais, second du combiné.

James Couttet, vainqueur de la descente, ici dans le slalom.

Louis Agnel, un espoir qui descend dans le style d’Emile Allais.

Le Suisse Von Allmen, vainqueur du grand combiné (saut, fond, descente, slalom).

Le vainqueur du combiné (descente-slalom) Rudolph Rominger.

En rugby, retour au championnat de France avec la fin des poules de cinq. Les huit poules ont livré leurs lauréats: Montferrand, Carcassonne, Biarritz, Racing, Carbone, Pau, Brive et le L.OU. Ils seront rejoints par les huit qualifiés des barrages.

Une vue de Racing-Stade à Jean-Bouin (18-5).

Pour compléter l’actualité de ce dimanche, les cross à Saint-Cloud.

Un résumé des évènements en quatrième de couverture…

…le football, le cross et un cyclo-cross à Monthléry remporté le cycliste pris en photo: Peuziat.

1 commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 15 février 1938.

La saison hivernale bat son plein au Vel d’Hiv. Ici une américaine de  3 heures remportée par Ignat et Diot, le père du journaliste prénommé Richard.

Par contre, comme on l’a vu il y a quinze jours, les cracks du Tour de France sont sur la Riviera pour l’entraînement hivernal et quelques moments de plaisir.

Quelques course d’un jour également pour faire tourner les jambes plus vite.

Le rugby en est toujours à la Coupe des Provinces. La Cote basque rencontrera les Pyrénées en finale. En parallèle, se déroule la Challenge Du Manoir avec pour illustration le match CASG-Montauban à Jean-Bouin (10-14).

En football, une journée de Championnat de France. Les résultats et le classement.

Marseille est allé défier les Lillois de l’Olympique (l’OL de l’époque) sur ses terres et a ramené le point du match nul. Une vue de cette rencontre avec un beau mouvement parallèle du Lillois Leroy et du Marseillais Gonzales.

C’était avant que la neige ne s’invite aux débats, en fin de match, ce qui gêna considérablement les protagonistes de la rencontre.

L’O.M. se présentait dans la composition suivante…

…et un envoyé spécial du Miroir des Sports, Victor Denis, était présent dans le Nord pour raconter le match. Voici le texte qu’il livra:

Un but de Zatelli contre un but de Leroy pour un match nul somme toute équitable d’après la narration du reporter.

Pour terminer, un brin d’escrime, une fois n’est pas coutume…

…avec la victoire de l’Italie sur la France 5-3 et…

…du ski avec la semaine de compétition des Championnats de France dont on reparlera dans le numéro suivant. En bas à droite, James Couttet tombe dans les bars de l’épouse d’Emile Allais !

Le moment d’humour.

Un dessin pour alerter de l’insuffisance des stades français en terme d’accueil des spectateurs et les propositions ironiques pour faire entrer plus de monde dans les enceintes !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 1er février 1938.

 

A la une, à l’occasion de France-Belgique au Parc des Princes, la poignée de mains entre les capitaines des deux équipes, Smellinck à gauche et Mattler à droite sous le regard de l’arbitre anglais, M. Jewell.

Ce match verra la victoire de la France par 5-3. D’autres vues de ce match.

Un panoramique du Parc sur lequel on voit une offensive des Belges (en noir) bien muselés par les Français.

Le gardien belge Badjou, en plus d’encaisser 5 buts, eu beaucoup de travail comme l’attestent les vues de ses arrêts…

…au ras du sol…

ou au prix d’une belle détente.

Il ne peut rien sur ce tir de Veinante qui file dans le but pour la quatrième fois.

A l’autre bout du terrain, le gardien français Llense ne peut rien sur cette reprise de Van den Eyende sur le troisième but.

Voici donc l’équipe de France victorieuse:

Debout, de gauche à droite:

Cazeneuve, Marchal, Bourbotte, Mattler, Llense, Jordan.

Au premier rang, accroupis:

Courtois, Ignace, Nicolas, Heisserer, Veinante.
Les buts ont été marqués par Courtois (le 1er), Veinante (les 2ème et 4ème), Heisserer (le 3ème) et Ignace (le 5ème).

Autre grand titre de ce Miroir des Sports du 1er février 1938: le cyclo-cross de Clamart organisé par l’Auto.

Dans les sous-bois…

… le franchissent d’un fossé…

…et le vainqueur, Bertellin qui prépare au mieux le Critérium International.

Pendant c temps, les cracks des classiques et de l’été s’entraînent au bord de la Méditerranée où le climat est plus favorable.

On les voit ici sur la plage de Loano « aider » un pêcheur pour le photographe.

Un peu de rugby avec la coupe nationale des Provinces et une vue du match Côte Basque/Guyenne contre Gascogne à Bordeaux (3-3).

Pour terminer ce dernier dimanche peu fourni en activité sportive: l’accident du coureur automobile allemand Rosemeyer qui s’est tué à Francfort en s’attaquant sur son Audi aux records de vitesse du kilomètre lancé et du mille lancé.

Avant-après l’accident. Le bolide s’est écrasé sur un pont (que faisait-il donc au bord d’une route dédiée à la course automobile ?) à plus de 400 km/h !

 

1 commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 28 décembre 1937.

C’est Noël ou du moins c’était Noël, samedi 25 décembre 1937. Chez les internationaux sochaliens Di Lorto et son invité Mattler, on a décoré le sapin. On reconnait sur la couverture Di Lorto, le héros du récent France-Italie au centre et Mattler à gauche.

Autre image de festivités familiales:

chez Roger Lapébie, vainqueur du Tour de France 1937, les enfants ont été gâtés.

Noël, c’est aussi synonyme de vacances pour les riches amateurs de sport d’hiver de la capitale que l’on voit prendre le train pour les stations des Alpes sur cette double page:

…que l’on voit randonner en forêt dans un décor magnifique…

…que l’on voit aussi joyeusement s’amuser dans la cabine d’un téléphérique.

Mais, comme de nos jours, seule une élite pouvait partir en vacances d’hiver.

Pour les autres, le football ne faisait pas trêve pour Noël, un Boxing Day à la française avant l’heure. On pouvait donc suivre les résultats des équipes dans la presse ou suivre les matchs à la radio… pour ceux qui en avait une.

L’O.M. l’a remporté à Roubaix 3-1 grâce à la puissance de ses joueurs et les buts de Zatelli et Kohut (2). Un O.M. composé ainsi pour l’occasion:

Vasconcellos est certainement rentré au Brésil pour les fêtes. Le match se jouant près de Paris, on peut lire le compte-rend du match mais sans illustration.

Par contre, le Miroir nous présente une belle image de cette célébration du Strasbourgeois Rohr auteur d’un but contre le Red Star à Saint-Ouen lors du nul 2-2 entre les deux équipes.

Noël, c’est aussi l’occasion de compétition traditionnelle un peu particulière comme la Coupe de Noël de natation avec traversée de la Seine. Une compétition courte mais demandent un certain courage pour les concurrents au nombre de 12 en 1937.

Cette compétition date de 1906 et a été institué en copiant des défis sportifs à Londres.

Pour terminer, deux vues du départ de l’aviatrice Maryse Hilsz, à Istres lors du rais Paris-Saïgon au cours duquel elle abaissera le record féminin de 11 350 km en 92 heures 31 minutes et 30 secondes.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 21 décembre 1937.

Une « people » pour le Miroir des Sports du 21 décembre où la neige et la première vague de froid de cet hiver 1937-38 ont fait leur apparition. En effet s’est déroulée la première descente de la saison à Megève et le Tout-Paris est venu humer l’air des montagnes.

C’est donc le Chamoniard Agnel qui va l’emporter et sur la couverture on le voit posant entre Toto Gérardin à gauche, pistard émérite et l’acteur à succès Albert Préjean.

Mais la neige est descendue jusqu’en plaine, tout au moins dans la partie nord de la France. Les images des 1/32ème de finale de la Coupe de France l’attestent.

A Beauvais où le match n’a pas eu lieu et à Saint-Ouen où le Red Star a passé un 11-0 au C.E.P. Lorient.

A Maisons-Alfort (Charentonneau) où Hautmont l’a emporté sur le S.O.Est 2-0 et à Buffalo où le C.A.Paris et Béthune devront se retrouver la semaine suivante (nul 1-1; à cette époque pas de tir aux buts mais match à rejouer le jeudi ou dimanche suivant).

Mais la sensation de ce tour de Coupe, ce n’est pas la neige qui l’a causée, mais…

la pelouse du stade de Clapas à Montpellier où le petit S.O.M. a renvoyé à ces chères études le grand Sochaux, leader de la première division et sa cohorte d’internationaux 4-0 tout de même.

Quant à l’O.M., le tenant, il s’est débarrassé des Girondins de Bordeaux au Vélodrome 4-2 après prolongations.

Toujours la neige à Jean-Bouin tout près du Parc des Princes pour la première journée du championnat de France de rugby et le match Racing-Agen 6-0.

La première journée du championnat de France de rugby le 19 décembre, la saison était ainsi faite en 1937-38: le du Manoir de septembre à décembre puis le championnat à partir de décembre. Sachant que la France ne jouait plus à l’époque le Tournoi des Cinq Nations, ce n’était pas illogique d’avoir deux grandes compétitions par saison.

La neige toujours pour les cyclo-crossmen de la course à Domont.

 

Un paysage vraiment hivernal avec un bon manteau neigeux…

…à 20 kilomètres de Notre-Dame !

Et que dire de cet épisode d’un cross-country disputé dans le Bois de Boulogne.

Tremper ses pieds et même un peu plus dans ce large ruisseau ne devait guère être agréable pour les athlètes. La foule s’est d’ailleurs massée pour assister à ce passage spectaculaire.

1 commentaire

Classé dans Revues