Archives de Tag: Seconde République Espagnole

La RETIRADA en CARTES POSTALES- LE PERTHUS 2/18

Seconde vue: Le Perthus- Sur le Pont International (El Perthus- en el Puente Internacional). 

 

Une autre vue de la foule de réfugiés au Perthus, sur le Pont International. Difficile de reconnaître les lieux avec ce supermarché géant qu’est devenu le Perthus. Quel était ce pont ? Certainement pas celui situé dans le descente vers Le Boulou à la sortie du Perthus, près du cimetière.

Peut-être à l’intérieur du village à l’endroit où le frontière franchit la route ?

Cette vue a surement été prise très près de la précédente, l’objectif tourné en direction de l’Espagne. On voit les piétons à gauche attendant que la frontière s’ouvre et des véhicules à droite.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

La RETIRADA en CARTES POSTALES- LE PERTHUS 1/18

Après l’arrivée d’environ 500 000 réfugiés en février 1939 fuyant le Franquisme triomphant, le photographe Chauvin de Perpignan eut l’idée de sortir deux « albums souvenir » de cet événement, deux blocs de dix-huit cartes postales. 

La Retirada comme on l’appelle maintenant dans les livres d’histoire eut un retentissement considérable dans les régions frontalières comme les Pyrénées Orientales. L’Etat n’avait pas anticipé cet exode massif ou plutôt l’avait sous-estimé. 30 000 personnes étaient attendues… il en arriva presque 20 fois plus.

Voici donc, au fil des jours des mois prochains, soixante-dix-neuf ans plus tard, les vues de ce carnet de cartes postales.

Première image, celle de la foule qui se presse au poste frontière du Perthus.

Le Perthus- Les premiers jours de l’exode.

El Perthus-Los  primeros días del exodo.

Un temps la frontière fut fermée ce qui entraîna ces scènes de foule en attente de leur salut. On y voit des militaires à gauche mais surtout une majorité de femmes avec des enfants. Des véhicules encombrent la chaussée au fond et bon nombre de personnes portent des baluchons dans lesquels ils ont mis leurs biens indispensables.

Au Perthus, le milieu de la rue principale du village délimite la frontière entre la France et l’Espagne. Quand on se rend vers le sud, à gauche se trouvent l’Espagne et les commerces regorgeant de chalands et à droite, la France et des maisons d’habitation. Difficile de dire où a été prise la photo. En haut du village près du col géographique et donc presqu’en France? Ou près de la frontière actuelle si tant est qu’elle se situait alors au même endroit où elle se trouve de nos jours ?

La pente de végétation au fond de la carte postale pourrait indiquer que la seconde solution est la plus vraisemblable avec ces bâtiments à droite pouvant être les mêmes  hier et aujourd’hui.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE PETIT MARSEILLAIS du 17 avril 1937

dsc01917

Le Petit Marseillais du samedi 17 avril 1937… et pas un mot ni une photo de l’O.M. en tête du championnat national avec un match à domicile à jouer à l’Huveaune le lendemain, contre Sète ! Pourtant les 12 pages sont présentes ! Bizarre !

Par contre, la une est faite des suites d’une manifestation communiste réprimée dans le sang à Clichy.

dsc01915

La police n’y est pour rien et les étrangers sont responsables ! On remplace communiste par islamiste et on n’a pas varié d’un iota 80 ans après !

La guerre d’Espagne fait moins la une mais tout de même on peut lire un article de l’envoyé spécial du Petit Marseillais Jacques Mévil intitulé « ce que l’on voit de Navalcarnero à Aravaca ».

On peut lire ce reportage en seconde page:

dsc01918

Nous sommes ici sur le front ouest de la capitale que l’auteur des lignes découvre en arrière-plan des lieux visités et la compare à une ville américaine. Comme tout bon journaliste conservateur, il se déplacé dans les lignes franquistes et son vocabulaire pour désigner l’autre camp est particulièrement choisi. On a droit à des Rouges, des Marxistes, bien sûr, on parle d’orgie laissée par les combattants avant de se retirer et bien sûr, ont droit à la description d’une église pillée. Par les Républicains, bien sûr, alors que dans le secteur se trouvent des Légionnaires qui étaient bien capables des mêmes choses. Un article à charge pour le camp républicain qui, comme la presse lors de la Grande Guerre, ne voyait les destructions que quand il s’agissait de celles des Allemands. Des chars russes détruits gisent ici et là et le reporter ne semble pas s’alarmer qu’un conducteur de l’un d’eux soit encore aux commandes sans que personne n’ait songé à lui donner une sépulture décente même s’il s’agit d’un ennemi ! Décidément, une partie de la presse française était bien complice de Franco et ses sbires sans rien comprendre de ce qui se jouait en Espagne !

Second article sur la guerre d’Espagne un peu plus loin, article d’actualité, en « Dernière heure ».

dsc01919

Des nouvelles du front: des combats au Pays Basque, un communiqué de presse gouvernemental sur la situation dans ce même Pays Basque et à l’ouest de Madrid, un projet de médiation de Mussolini qui souhaiterait… un vote (alors qu’il a envoyé des milliers d’Italiens combattre du côté de Franco) pour arrêter la guerre (!) et une demande d’un ancien ministre de droite demandant à la France de reconnaître Franco vu que le gouvernement de Front Populaire espagnol n’a pas été légitimement élu (plus c’est gros, plus ça passe).

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: MARSEILLE-MATIN du 16 mars 1937

dsc01638

Pas d’événement majeur à la une « patchwork » de ce Marseille-Matin. Des grèves chez les brasseurs de Bar-le-Duc et les ouvriers de l’aviation chez Latécoère à Toulouse, le projet d’une rencontre Hitler-Mussolini en Allemagne en avril, des tentatives des 2 camps pour mettre un terme à la guerre civile espagnole… C’est ce dernier titre qui semble le plus surprenant tant les 2 camps semblent exclure un compromis quelconque.

dsc01639

Voici donc ce plan pour mettre fin à la guerre civile espagnole. Dans un premier temps, un gouvernement militaire commandé par le général républicain Miaja serait chargé de remettre de l’ordre dans le pays. Franco comme Caballero démissionneraient et les volontaires ou réguliers étrangers seraient renvoyés chez eux. Enfin, à l’issue de cette période de pacification du pays, le régime parlementaire serait rétabli.

dsc01645

C’aurait pu être une solution mais jamais Franco et ses soutiens chez les puissants n’auraient pu accepter de partager un tant soi peu de leurs privilèges.

Pour l’heure, la guerre continue et Bilbao subit le blocus des Nationalistes. La photo sensée illustrer ce titre n’est pour le moins pas claire !

dsc01640

Autre nouvelle. Un cargo français a été arraisonné par les Franquistes au niveau de Tarifa, pour un motif obscur…

dsc01646

tandis que dans le contrôle exercé par les Français dans le but d’empêcher des volontaires étrangers (des Brigadistes) de rejoindre l’Espagne, 4 Italiens et 6 Américains ont été pris à Perpignan et condamnés à quelques jours de prison.

dsc01647

Une neutralité qu’essaie de définir le gouvernement de Londres et qui semble très favorable aux Italiens et aux Allemands.

dsc01642

Marseille-Matin est avant tout un quotidien marseillais. Il est bien sûr question de gangsters arrêtés par la police.

dsc01643

Un certain Dominique Fenech qui était recherché pour une agression chez une vieille dame a été arrêté alors qu’il se cachait chez un ami.
dsc01644

Même sort pour Gaetan Termine, recherché pour vol et usurpation d’identité, arrêté dans les vieux quartiers, ceux que les Allemands firent sauter en 1943.

Presqu’une demi-page sur les diverses manifestations de partis proches du fascisme: le Parti Social Français du colonel de La Roque et le Parti Populaire Français de Doriot.

dsc01648

Marseille-Matin serait-il proche de cette extrême-droite nationaliste ?

Enfin, on serait déçu si on ne lisait pas, en page sportive, l’article sur l’O.M. C’est le cas en page sportive où on annonce le futur OM-Sète au stade de l’Huveaune et où le journal présente le rival voisin sètois.

dsc01649

 Une annonce bizarre à la lecture des futurs Miroir des Sports… on en reparlera !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE TEMPS du 14 mars 1937

dsc01604

La guerre civile espagnole n’apparaît que dans la partie basse de la première page en y parlant de la bataille de Madrid dans le secteur de Guadalajara.

dsc01605

Les communiqués de guerre des 2 camps sont diamétralement opposés.

dsc01606

dsc01607

Globalement ces communiqués favorables aux Franquistes annoncent les avancées importantes des nationalistes, le désarroi du régime républicain (qui envoie des enfants combattre sans armes !). Toutefois quelques communiqués sont plus proches de la réalité connue de nos jours du 13 mars 1937. A ce moment, la contre-attaque républicaine a commencé et les Italiens connaissent leurs premiers revers.

En dernière page ces informations sont reprises.

dsc01609

En supplément, on nous apprend que l’Allemagne proteste contre le fait que la  Pologne a utilisé le port de Dantzig pour envoyer du matériel militaire en Espagne (certainement aux Républicains). On reproduit également la protestation très détaillée du gouvernement républicain auprès de la S.D.N. en amenant des preuves sur la présences de soldats réguliers italiens dans les rangs franquistes suite à la capture de militaires italiens. Des affirmations très précises… sans réaction pour l’heure de la S.D.N.

En page intérieure, un intéressant article nous parle de la présence de Stéphane Mallarmé à Tournon, en Ardèche. Il y vint puisque nommé en ont que professeur d’anglais au Lycée de la ville.

dsc01608

Il va y demeurer 3 ans. Le premier contact fut difficile et le poète détestait autant son travail que la bise rhodanienne et que l’esprit de cette petite ville. Puis peu à peu, il s’habitua grâce surtout au Rhône majestueux qu’il avait appris à aimer. A partir de ce moment, sa correspondance est apaisée et sa force créatrice reprend le dessus.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE TEMPS du 13 mars 1937

dsc01596

Le Temps du 13 mars 1937 n’a pas d’événement majeur de mettre en avant ce jour. Si ce n’est la guerre d’Espagne où les Franquistes continuent de dire que Madrid va bientôt être prise.

dsc01597

Ce coup-ci, ce n’est plus par le nord ni par le sud que l’attaque se prépare mais par l’est, du côté de Guadalajara. Aussi le journal a mis la carte neutre des lieux pour que son lectorat s’y retrouve. Un journal qui se contente de recopier les communiqués de presse des 2 camps, voire des pays s’ingérant dans le conflit. Pas de texte provenant de ses propres journalistes.

Un communiqué républicain annonce la capture de plusieurs gradés et 40 hommes du rang italiens. mais les démocraties ne crurent ou firent semblant de ne pas croire ses allégations. Pourtant l’état-major républicains donne le nom du général en chef italien, la général Manzini et le nom des 4 divisions fascistes venues en aide aux franquistes: la division Littorio, celle des Plumes Noires, la Temararia et une quatrième au nom inconnu.

Par contre, le communiqué franquiste annonce des victoires du côté de Guadalajara, en rêve certainement ! même chose du côté de Jarama où les Franquistes crient victoire.

Le Temps produit un témoignage d’un Brigadiste ayant déserté. Quelques vérités et pas mal d’erreurs.

Des incidents maritimes:

dsc01599

Un patrouilleur républicain réfugié à La Rochelle pour y faire des réparations.

dsc01600

L’attaque d’un cargo français totalement inoffensif par les Franquistes, sans mal pour l’équipage ni pour le navire.

Suite des nouvelles en page intérieure et en dernière page.

dsc01601

Le gouvernement républicain réfugié à Valence proteste contre la présence massive de militaires italiens combattant aux côtés de Franquistes. Sans grande réaction des Démocraties.

En dernière page, les dernières minutes.

dsc01603

Nombres de brèves reprennent ce qui a été dit en première page et en page intérieure (la pression sur Madrid, le « Donostia  » réfugié à La Rochelle, les « volontaires » italiens aux côtés de Franco). Une nouvelle non lue: le gouvernement franquiste de Burgos a décidé l’échange de la monnaie républicaine contre une monnaie fasciste dans les territoires « libérés » par les Franquistes.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE PETIT MARSEILLAIS du 06 mars 1937

dsc01555

Une « une » morcelée pour ce Petit Marseillais du 06 mars 1937. Pas d’évènement majeur pour attirer le lectorat: le gouvernement de Front Populaire revient à l’emprunt et au libéralisme se gargarise la presse de droite (car le Petit Marseillais est plutôt -très- à droite), la mi-Carème et un monôme étudient à Montmartre, des incidents dans le sud-Tunisien entre grévistes autochtones et non-grévistes européens qui firent 17 morts après l’intervention de la police, la guerre d’Espagne qui se poursuit, on va y revenir.

dsc01556

Gros plan sur l’article relatant Le Drame Espagnol. Le titre annonce les destructions des maisons par les mineurs des Asturies, à Oviedo comme on peut le lire ci-dessous… (sans trop comprendre à quel camp appartiennent ces hommes) et une photo qui ‘a rien à voir avec le titre montrant l’embrigadement de la jeunesse par la Phalange, à Ceuta, dans le Maroc espagnol. Oviedo acquise à la rébellion fut longtemps encerclée par les Républicains et ne fut « libérée » qu’en octobre 1937. La ville alors était réduite en cendres.

dsc01560

Autre article évoquant des tensions entre le gouvernement de Catalogne et celui de la République suite à la perte de Malaga. Guère plus clair que l’article précédent !

Le Petit Marseillais édition de Marseille parle bien entendu de Marseille. On a noté:

dsc01557

La rénovation et bientôt la réouverture de l’aquarium méditerranéen du côté d’endorme, bel ensemble qui peu à peu avait perdu de sa superbe et qui a pu être restauré. Ce bâtiment était né par la volonté de Fortuné Marion qui créa la Station Marine d’Endoume en 1882, station doublée du fameux aquarium qui exista jusque dans les années 50. Aujourd’hui, ce bâtiment est occupé par l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale, dépendant du CNRS.

Du sport pour terminer avec l’annonce du match amical de football demain dimanche 7 mars (1937) entre le nouveau (co-)leader du championnat de France de première division, l’O.M. et les (joueurs) Etrangers évoluant dans des clubs professionnels du Sud-Est.

dsc01558

 Un tour de Coupe de France devait se dérouler ce dimanche et comme les clubs du Sud-Est sont presque tous éliminés de cette compétition, ce match amical fut organisé à l’Huveaune.

On lit dans la composition des équipes que…

dsc01559

…pas moins de 5 joueurs marseillais sont prévus dans l’équipe des Etrangers du Sud-Est dont el jaguars Vasconcellos, le bondissant gardien de but de l’Olympique de Marseille.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux