Archives de Tag: SPORT

L’ÉQUIPE DU MOTO-CLUB DE CADEROUSSE…

Une découverte dans un Dauphiné Libéré ancien qui dormait dans une pile à trier… depuis des lustres. En bas d’une page, pour combler un trou plus que pour annoncer une nouvelle, une photo finalement très intéressante d’un groupe de neuf motocyclistes au matériel disparate sous le titre « L’équipe du Moto-Club de Caderousse. » Il y avait donc un moto-club à Caderousse ! Etait-ce cette association qui organisait des rencontres de moto-ball du côté de Campblancard, dont je me souviens ?

La légende est la suivante:

Voici l’équipe du jeune Moto-Club de Caderousse qui s’est « taillé la part du lion » dimanche dernier aux championnats départementaux de motocyclisme, avec:

  • Alain Guérillas, premier de la catégorie cyclos,
  • Gérard Seguin, premier de la catégorie scooters,
  • Pierre Soumille, premier de la catégorie motos 125cm3.

Un joli tir groupé s’il en est !

Alain Guérillas était donc un cyclo motorisé avant de devenir un bareulaire progressant moins vite à la force des jarrets ! Si cet article lui parvient sous les yeux, Jean-Paul, je pense, s’en occupera, il pourra mettre un nom sur les visages des neuf champions motocyclistes immortalisés sur le Dauphiné du 12 octobre 1955 !

De gauche à droite….

Et les casques dans tout cela ???

Etait-ce au célèbre photo-reporter local Michel, coiffeur dans le civil, que l’on doit ce cliché ?

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Journaux, Photographie

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du mardi 09 août.

Un dernier retour sur le Tour 1938. Les lauréats du podium, Cosson, Vervaecke et Bartali, de gauche à droite, discutent tranquillement sur la pelouse du Parc.

La performance de Félicien Vervaecke, battu par le phénomène Bartali mérite bien ce gros plan.

Mais la déconfiture des Français dans ce Tour comme dans d’autres compétitions d’autres sports fait s’interroger le Miroir des Sports sur les causes de ces absences de résultats:

Malheureusement un élément de réponse est dans cette photo…

…un meeting sportif présidé par le Chancelier Hitler en Silésie. De plus en plus, le Miroir comme d’autres médias sont séduits par le sport vue à travers le prisme déformant du Nazisme et du Fascisme.

Terminons par une note plus gaie, plus fraîche. On est en été que diable et il fait chaud. Quoi de mieux qu’un petit tour en canoë canadien en eaux vives ?

Certes ça remue…

…certes ça secoue…

…mais que c’est agréable ces sports en pleine nature. Malheureusement, ce n’est pas à la portée de toutes les bourses, malgré les Congés Payés !

Le Tour est fini, l’équipe de France termine son aventure sur la pelouse du Parc…

…une autre équipe de France commence son aventure…

…celle de water-polo sur les marches de la piscine de Londres où se déroulent les Championnats d’Europe de cette discipline.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

LA VIE AU GRAND AIR du 07 juillet 1901

Un numéro spécial que ce numéro 147 de La Vie au Grand Air du 7 juillet 1901. L’été est là, les sports sont au ralenti et l’actualité réduite. Le Tour de France naîtra dans 2 ans; pas grand chose à se mettre sous la dent pour la presse sportive. Alors, ce numéro va être entièrement consacré à une course automobile d’endurance, le raid Paris-Berlin.

En première de couverture, on voit le vainqueur de l’épreuve, un certain Fournier s’empresser d’engloutir un verre conséquent de bière. On est à Berlin et c’est de circonstance !

Et les pages seront entièrement consacré à cette course en images. Les photo-reporters du magazine s’en sont donné à coeur joie et ont ramené un nombre conséquent de cliché. Pas moins de 11 pages. Les voilà !

Honneur à ces dames avec la première photo montrant Mme Du Gast, seule concurrente féminine. Puis au dessous, M? Clément équipé de Michelin et un véhicule dépouillé puisque monté sans carrosserie.

La coupe en jeu offerte la le Kaiser et réservée au second de l’épreuve. Le départ a eu lieu route de Champigny, à 5 heures du matin. Malgré l’heure, le public est là, les voitures aussi et la foule entoure le contrôle.

Et c’est parti pour les pages illustrées, sans texte particulier sinon une explication des vues.

Des contrôles, en haut à gauche celui d’Aix-la-Chapelle; la foule toujours présente, en Allemagne; Rolls à un contrôle (certainement le fondateur en 1906 de la société Rolls-Royce) et la traversée d’Hanovre (bas droite).

3 premières vues à Aix-la-Chapelle avec l’arrivée de René de Knyff, la voiture du futur vainqueur Fournier examinée par des militaires et le parc fermé. Puis l’entrée du parc à Hanovre, le coin de pneumatiques et Cormier s’occupant de son tricycle au parc.

Sur la route… Réparation au bord de la route, Fournier entrant au  Grand Duché du Luxembourg va se faire arrêter par un douanier pour constater son numéro. Le Grand Duc a offert une coupe au premier concurrent arrivant sur son territoire. Photo 4: Serpolet et Gras. Photo 5: entrée s’axa à Montmirail. Dernière vue: un viarge pris à grande vitesse.

L’arrivée du vainqueur Fournier à Berlin où il va être porté en triomphe.

Double page centrale: pas moins de 12 vues de concurrents, en France comme en Allemagne. On y apprend que le second Girardet a mis 17 heures et 1 minute pour effectuer l trajet, Cela fait une belle moyenne, plus de 110km à l’heure. Toutefois, un accident à Reims encouragea les politiques à revoir éventuellement les autorisations pour que d’autres course de ce type aient à nouveau lieu en France.

Les arrivées se firent à l’hippodrome de Westend près de Berlin puis les voitures défilèrent sur celui-ci avant de parader sous la porte de Brandebourg.

Il faut dire que cette course affirma la suprématie des automobiles françaises sur les automobiles allemandes puis le premier concurrent allemand ne prit que la 15ème place !

En haut, Louis Renault vainqueur de la catégorie voiturettes en 19 heures et 16 minutes et Debacker, en bas,  le premier chauffeur arrivé à Berlin au volant d’une voiturette Renault.

Les arrivées à l’hippodrome de Berlin Westend Trabenbahn.

Le personnel assurant la sécurité sur l’hippodrome en écartant la foule des concurrents (la discipline allemande ! on est loin de l’anarchie qui régnait et qu’on a vu au départ en France !) et en bas, les officiels dont le baron de Zuylen président de l’Automobile-Club de France et le comte de Ratibor, son alter ego pour le Deutsch Automobil-Club.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 15 juillet 1918

(JOUR 1443 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La Marseillaise de Rude pour célébrer le 14 juillet 1918.

Ce magazine est consacré à la célébration… du 04 juillet, l’Independance Day, qui a pris une tournure particulière cette année à cause de la présence massif des Sammies sur le territoire français.
A Paris, un grand défilé a eu lieu, avenue Wilson qui vient juste d’être ainsi baptisée*- avenue Montaigne- les Champs pour se terminer à la place de la Concorde.

Au fond le palais Bourbon, la photo a été prise d’un immeuble dominant l’avenue de Rivoli.

On voit sur la vue du haut, l’immeuble de la Red Cross américaine devant lequel sont assis des invalides de guerre. Tout un symbole que le passage du drapeau américain devant la statue de George Washington.

Pour terminer, une brochette de champion:

A gauche l’aviateur Battle, au centre Régis Fonck, l’As des As de la Grande Guerre et Georges Carpentier le grand boxeur français.

*l’Avenue Wilson a été baptisée ainsi le 1er juillet 1918 suite à une délibération du Conseil Municipal de Paris le 28 juin 1918.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 80 ans… le TOUR de FRANCE 1938…LE MIROIR DES SPORTS du jeudi 7 juillet.

Ça y est le Tour 38 est parti et le premier drame est survenu: la chute du routier Paul Maye avant même le départ du Vésinet. Les coureurs du Tour ont roulé de Paris à la banlieue ouest avec tous leurs admirateurs, cycles, motocyclistes, journalistes. Un accrochage a eu lieu entre Paul Maye et un cyclomoteur et le cycliste s’est cassé épaule et poignet. Le Champion de France en titre souffre sur la route de Caen, terme de la première étape… sans espoir de revoir Paris dans trois semaines. Il n’était d’ailleurs pas là pour poser avec ses coéquipiers français avant le vrai départ:

11 coureurs au lieu de 12. De gauche à droite: Magne, Gallien, Fréchaut, Mallet, Laurent, Jaminet, Marcaillou, Naisse, Cosson, Speicher, Goasmard.

De son côté, Bartali attend tranquillement que les opérations du contrôle se passent avant que la course ne parte.

La procession entre Paris et Le Vésinet…

…faubourg Montmartre…

…place de l’Etoile pavoisée en l’honneur des souverains britanniques en visite officielle en France…

…sur la route de Neuilly.

Le vrai départ du Tour 1938 vient d’être donné en direction de Caen, terme de la première étape, à 215 km de là.

Il est 11h20, mardi 5 juillet.

Dans la côte de Lisieux. En cours de route, la pluie est venu arroser les coureurs….

…comme dans le côte de Saint-Aquilin près de Pacy-sur-Eure. Les deux échappés, Lusueur et Vicini se mouillent aux deux sens du terme…

 

…tout comme le peloton près de Bernay. A d’autres moments, la route est sèche…

…comme ici sous les roues du Luxembourgeois Neuens et du Français Laurent.

A l’arrivée, belle victoire d’Oberbeck devant Bini et Middelkamp.

L’actualité de ce début juillet 1938, c’est aussi un autre départ, bien plus définitif et malheureux, celui de Suzanne Lenglen, décédé le 4 juillet d’une leucémie foudroyante à l’âge de 39 ans. Elle était une immense championne, imbattable sur les courts entre 1919 et 1926.

A l’école de sa gloire, à Garros.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

C’est bientôt le TOUR de FRANCE…

…créé en 1903, il y a 115 ans ! Ce sera la 105ème édition du Tour cette année puisque les deux conflits mondiaux vont empêcher la tenue de onze courses.

A l’occasion du Centenaire du Tour, en 2003, j’avais créé un jeu d’enveloppes « anniversaire » en cette occasion. Voilà à ce quoi cela ressemblait !

Chaque année permettait de présenter la couverture d’un numéro souvenir du Tour, qu’il soit hors-série ou hebdomadaire, le plus représentatif.

J’avais même « inventé » un Tour 1940 qui n’eut pas lieu bien entendu à partir…

…de la carte parue dans le numéro de Miroir des Sports du 20 septembre 1938.

1947, le premier Tour d’après-seconde guerre mondiale et…

…une enveloppe spéciale pour les vainqueurs du Tour de l’entre-deux-guerres !

Ces enveloppes servaient à envoyer mes courriers mais je vendis quelques collections à quelques amateurs de cyclisme ou d’enveloppes spéciales ! Dommage que j’ai perdu les matrices numériques de ces enveloppes en ayant oublié de les sauvegarder. Mais à cette époque, les moyens de sauvegarde des données n’étaient pas aussi développés que de nos jours!

A partir du 5 juillet sur unmondedepapiers.com, présentation du Tour 1938, il y a 80 ans… à travers journaux et hebdomadaires anciens.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL!

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 38: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 28 juin 1938.

A la une de ce Miroir des Sports, l’immense boxeur, Joe Louis. Battu en 1937 par l’Allemand Max Schmeling par KO à la 12ème reprise, il prit une terrible revanche le 22 juin 1938 au Yankee Stadium de New York. Le combat dura en tout et pour tout 2′ 4″ ! Pendant ce court laps de temps, Joe Louis envoya son adversaire trois fois au tapis, la troisième fois pour de bon.

Joe Louis resta champion du monde 11 ans et 8 mois sans être battu une seule fois. Dans toute sa carrière professionnelle, sur 72 combats, Joe Louis en remporta 69 dont 57 par KO contre seulement 3 défaites.

Pourtant n’est-il pas prévenant avec ses poules, le « bombardier noir » ?

Du tennis à Wimbledon avec quelques attitudes surprenantes:

Jean Borotra, emporté par son élan, est passé dans le public et immédiatement retourne sur le court.

Miss Bundy dans un style peu académique renvoie la balle.

Miss Marble ne demande pas grâce mais a glissé lors d’un échange.

Le meilleur nageur français du moment, c’est Alfred Nakache…

…champion de Paris de 100m. crawl et 200m. brasse.

Paul Maye vient de gagner le titre de champion de France de cyclisme sur route la semaine dernière. Quelques attitudes bizarres…

…pour fêter son titre.

Du cyclisme sr piste avec cette réunion organisée l’Union Vélocipédique française à la Cipale, à Vincennes.

Un hommage au tandem tant utile pour transporter les bénéficiaires des nouveaux congés payés.

Un Paris-Roubaix pour les amateurs et indépendants:

Le Parisien Fernand Lesguillons l’emportera. Ici il traverse Beauvais.
Pour terminer, l’équipe nationale belge qui défendra les couleurs de la Belgique sur les routes du Tour de France pose…

…après avoir été reçu au siège de l’Union Vélocipédique Belge.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

LA VIE AU GRAND AIR du 15 juillet 1898 (n°8)-Alpinisme.

De l’alpinisme à la une de ce numéro 8 de La Vie au Grand Air. De l’alpinisme à Chamonix, bien entendu avec ses photos montrant des riches amateurs s’adonnant à leur passion sur le glacier des Bossons, beaucoup plus abordable de la vallée que de nos jours.

C’est l’été et les sports traditionnels sont un peu à l’arrêt. Alors, on sort des articles pédagogiques pour expliquer des sports moins connus.

Le Polo, ce jeu de balle se pratiquant à cheval. Le magazine n’a pas de vraies photos de sportifs en action. Alors, on fait appel aux dessinateurs pour nous montrer une scène de match.

Autre « sport » original, les combats de coqs.

De fiers gallinacés qui s’affrontent sur un ring entourés d’hommes attirés par l’appât de gains.

Article pédagogique.

Une course cycliste au Parc des Princes.

La victoire d’un certain Deschamps, docteur en médecine, au physique impression est vainqueur du grand prix de l’U.V.F. (Union Vélocipédique Française) sur un bicyclette munie de pneumatiques Vital.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

LA VIE AU GRAND AIR du 26 août 1900

Une ribambelle de plongeons effectués par des athlètes suédois à l’occasion de championnats du monde de natation en marge de l’Exposition Universelle de Paris de 1900. Les Suédois qui feront le spectacle comme on va le voir à l’intérieur de ce n°102 de La Vie au Grand Air du 26 août 1900.

Les compétitions se déroulent dans la Seine du côté d’Asnières. Ce sont en fait les épreuves de natation des Jeux Olympiques de Paris en 1900 auxquelles se sont ajoutées des compétitions plus folkloriques ou des disciplines pas encore olympiques comme le plongeon. Il y eut aussi des épreuves non olympiques ouvertes aux professionnels ou open. Ce qui est étonnant, c’est qu’à aucun moment La Vie au Grand Air ne parle de Jeux Olympiques alors que manifestement il s’agit de ceux-ci.

Voyons un peu le sportif et l’original à partir des photos.

Les nageurs prêts pour le départ de l’épreuve de 200 mètres.

Le Britannique Jarnis vainqueur du 4 000 mètres des Jeux.

 

Son compatriote Greasley vainqueur de l’épreuve des professionnels sur la même distance dans un temps supérieur de 10 minutes.

La course à obstacles (200 mètres) où il fallait franchir des bateaux par dessus et par dessous, épreuve olympique remportée par l’Australien Lane.

Le plongeon qui ne deviendra olympique qu’en 1908.

Des démonstrations de sauvetage.

Plus folklorique, l’épreuve de déshabillage dans l’eau !

Passons à un autre sport. Toujours dans le cadre de ‘Exposition Universelle se tenaient à Paris les Championnats du Monde de cyclisme sur piste, au Parc des Princes, du 12 au 18 août.

Quelques lauréats: en haut à gauche, le Belge Didier-Nauts, vainqueur de l’épreuve de vitesse, au centre, en haut, le Français Bastien vainqueur en demi-fond et en dessous, le Français Huret vainqueur de l’épreuve de fond en professionnel.

En pleine action, en haut à droite: une course pro-amateur sans grand intérêt nous dit la légende; en bas à gauche, la finale du handicap (amateurs) gagnée par Brusoni devant Spartaco et Taillandier; à droite: un passage devant les populaires des coureurs Bonhours et Taylor dans la course des 100km derrière derny.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

LA VIE AU GRAND AIR du 29 avril 1900 PARIS-ROUBAIX.

A la une, une course de chevaux, le Grand Prix de la République à Auteuil course disputée le 15 avril dernier. L’actualité est riche dans ce numéro du 29 avril 1900 (n°85 de La Vie au Grand Air).

Actualité sportive avec Paris-Roubaix cycliste et motocycliste (!). Nous sommes à la 5ème édition de la « Pascale » en ce qui concerne les vélos et la 3ème pour les motocyclistes qui précèdent les coureurs.

D’où ces images de la complétion des tricycles motorisés… et pourtant, c’est bien Paris-Roubaix  dont on parle !

Quant aux vélos, ils ont droit à l’époque à un entraîneur qui leur vient en aide, comme ce véhicule venant en aide à Maurice Garin, le champion quia déjà gagné la course dans le passé.

Les suiveurs-entraineurs signent la feuille de contrôle comme les coureurs.

Aux arènes de Roubaix, pas de cyclistes mais un alignement de véhicules automobiles.

Le vainqueur de cette édition 1900, Bonhours, un pistard qui maîtrise parfaitement l’art de la course avec entraîneur…

… mieux que Maurice Garin, coureur routier, qui regrette ce règlement et refusera de faire les 6 tours dans le vélodrome de Roubaix comme le veut le règlement.

Pour éviter la raréfaction des coureurs routiers, l’aide des entraîneurs sera rapidement supprimée et la course deviendra ce qu’elle est de nos jours. Les entraîneurs seront réservés à Bordeaux-Paris, course de long cours où ils ont toute leur utilité.

En motocyclettes, le vainqueur sera Baras.

Une scène à l’entrée du vélodrome de Roubaix,…

…les coureurs partent à gauche pour les 6 tours réglementaires et les entraîneurs motorisés à droite pour rejoindre le parc à voitures.

Toujours du cyclisme mais sur piste avec le meeting pascal au Parc des Princes.

Malgré les critiques du clergé arguant que ces courses le dimanche de  Pâques nuisent à la religion et au recueillement des coureurs comme des spectateurs, il y a foule au Parc, sauf Bourrillon sous les drapeaux.

C’est Eros sur cycle Peugeot qui remportera cette épreuve (ci-dessous, à gauche).

Du rugby aussi pour Pâques avec cette vue du match opposant le Racing Club de France au Stade Bordelais à Levallois-Perret. Finale du championnat ou match décisif pour le titre ? Toujours est-il que les Parisiens l’emporteront 38-3 dont 32 points en seconde mi-temps et s’adjugent ainsi le titre de champion pour l’an 1900.

Un seul essai pour des Bordelais incomplets et fatigués qui ne parviennent pas à transformer leur essai sur la vue ci-dessus.

Pour terminer, un article à la limite du sport: la vie des chasseurs de phoques sur la banquise.

On y voit les bateaux de Terre-Neuve, les hommes durs au mal et résistants, l’attaque du phoque et son massacre, le bateau pris dans les glaces…

….la banquise rouge du sang des animaux tués, le retour de peaux au navire, la viande conservée pour la nourriture de l’équipage. Il faut dire que l’aventure de l’équipage qui nous est contée vit le décès de nombreux matelots, seulement 6 étant de retour après la campagne de chasse ù ils partirent 30, pour cause d’une tempête de neige puis de la débâcle qui les sépara du navire. Plus que du sport !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues